Attentat « terroristes » en France, Sarkozy et Hollande coupables de crimes !

Attentat « terroristes » en France

J’ai lu dans la presse en ligne et sur certains blogs des amalgames délirants au sujet de la cause des attentats qui ravagent la France à répétition. On accuse l’administration des prisons de laxisme et la population carcérale (60 % de détenus en France de confession musulmane) qui est endoctrinée de l’intérieur par des éléments financés par on ne sait pas trop qui. Il faut dire que nommer les pourvoyeurs de fonds des mosquées et des écoles coraniques françaises ferait désordre car ce sont des alliés de la France. Je pense aux émirats, au Qatar et à l’Arabie Saoudite. Mais il ne faut pas en parler …

La France, sous l’administration de Sarkozy s’est engagée en Libye aux côtés des Américains sans aucun mandat des Nations-Unies. Puis sous l’administration Hollande avec Fabius comme ministre des Affaires Etrangères, elle a remis une couche en bombardant avec encore les Américains des positions de « rebelles » en Syrie et en Irak, encore une fois sans aucun mandat officiel des Nations-Unies.

On s’étonne maintenant que les auteurs des attentats soient issus des banlieues défavorisées, que ce soient tout simplement des fanatiques, payés ou non par les pourvoyeurs de fonds du Moyen-Orient à qui la France vend les clubs de foot-ball et des joyaux immobiliers tant à Paris qu’à Vienne par exemple en ce qui concerne le Centre culturel français cédé par Fabius dans la plus pure opacité à je ne sais quel émirat arabe, on s’étonne et la presse main-stream fait alors des rapprochements plus que douteux sur la véritable cause des attentats qui ensanglantent les rue de l’Hexagone.

Les vrais coupables, les vrais criminels sont Sarkozy et Hollande avec leur politique étrangère hostile aux pays musulmans du Moyen-Orient et d’Afrique. Il faut rétablir la peine de mort par la guillotine dressée sur la place de la Concorde pour se débarrasser de ces criminels qui oeuvrent contre les intérêts de la France mais pour ceux des USA et de leur politique belliciste outrancière.

Si le monde agricole français est dans une grosse panade, c’est tout simplement parce que le gouvernement français a approuvé et suivi la politique de sanctions contre la Russie, mais non, il faut restructurer le monde rural. Jamais un ministre de l’agriculture dénoncera ouvertement la politique étrangère de la France qui est la cause directe de la paupérisation du monde agricole. C’est tout aussi criminel !

Enfin Hollande, laquais décérébré de la CIA et du Département d’Etat américain, a accepté le déploiement de fusées américaines à tête nucléaire sur le sol français, c’est une insulte au peuple français tout entier. En d’autres termes la France ne peut plus faire face à un ennemi venu de l’extérieur et s’en remet désormais à la protection des USA en acquiesçant la stratégie agressive américaine vis-à-vis de la Russie. C’est scandaleux !

Sarkozy et Hollande sont des criminels, ce sont eux les auteurs des attentats par personnes interposées …

Brève (COP21) : Fabius a des bouffées de chaleur

Fabius s’énerve parce que John Kerry a déclaré qu’un quelconque accord aboutissant à l’issue de la COP21 sur la taxation du carbone ne serait « pas juridiquement contraignant ». Il faut rappeler ici aux idiots qui croient qu’il sauveront la planète en payant leur électricité deux fois plus cher que leurs ancêtres se sont fait rançonner par l’Eglise pendant des siècles pour le salut de leur âme. Le protocole de Kyoto n’a jamais été ratifié par le Congrès américain et il hautement improbable qu’un quelconque nouvel accord puisse être ratifié par ce même Congrès.

Si le capitaine de pédalo photovoltaïque qui s’est rendu ces dernier jours à Pékin croit avoir rapporté dans sa serviette un accord du Président chinois, qu’il continue à se bercer tous les soirs dans ses illusions.

Cette réunion pour rien aura coûté 200 millions d’euros aux contribuables pour strictement aucun résultat. Je suis prêt à parier bien que n’étant nullement intéressé par le profit que ce sera un retentissant fiasco …

Source : ats, dépêche du 12.11.2015 10h14

COP21 : un fiasco attendu, quoiqu’en pense Fabius

Livrée brut de l’AFP pour mes lecteurs assidus et climato-alarmistes :

Climat: un accord sera d’une difficulté extrême mais le contexte est favorable

Paris – Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius estime que le contexte est favorable à la conclusion d’un accord sur le climat à la conférence de Paris en décembre, tout en soulignant l’extrême difficulté pour y parvenir.

Il y a à la fois une tonalité positive et une difficulté extrême, a déclaré M. Fabius, qui présidera la conférence (COP21), au cours d’un entretien avec des agences de presse, dont l’AFP. Je pense que Paris, si c’est un succès, sera à la fois l’aboutissement d’une période et le début d’une autre période, a-t-il souligné, à quelques jours d’un nouveau round de négociations intermédiaires à Bonn. Ce sera surtout le début d’une nouvelle donne.

Les représentants de 195 pays et de l’Union européenne doivent se retrouver fin novembre au Bourget, près de Paris, avec l’objectif d’un accord pour limiter à 2 degrés le réchauffement climatique par rapport à l’ère pré-industrielle.

La dernière tentative pour parvenir à un accord mondial sur le climat, en 2009 à Copenhague, s’était soldée par un échec qui a laissé des traces.

Pour Laurent Fabius, ce syndrome de Copenhague a deux causes: ne pas avoir pu régler suffisamment de questions avant le démarrage de la conférence, mais aussi l’idée que, les derniers jours, les grands responsables arrivent et vont résoudre les questions posées à la place des congressistes. Ca (…), ça ne marche pas.

Aucun chef d’Etat ou de gouvernement ne voudrait recommencer cela, souligne le ministre. Donc, l’orientation qui est la nôtre, mais qui n’est pas encore une décision, (…), c’est que si les chefs d’Etat et de gouvernement viennent, ils viendraient en début de conférence, tout au début, pour délivrer un message politique positif.

– La Chine, un changement majeur –

M. Fabius voit cette fois plusieurs raisons objectives d’espérer un succès.

La première, c’est malheureusement que la situation s’est dégradée et que, donc, la nécessité de trouver un accord politique contre le dérèglement climatique est encore plus forte qu’auparavant, relève-t-il. Scientifiquement, il y a beaucoup moins de contestation sur la réalité du phénomène et sur l’origine humaine du réchauffement.

Par ailleurs, les entreprises et les milieux économiques sont très sensibilisés et beaucoup (…) sont devenus pro-climat.

Une des particularités de cette COP, c’est qu’elle ne sera pas simplement la COP des gouvernements (…). On souhaite y faire participer, aussi, les collectivités locales, les entreprises, la société civile, souligne M. Fabius.

Le ministre salue aussi les changements politiques.

Le Président américain Barack Obama et les dirigeants chinois sont très engagés dans la lutte contre le dérèglement climatique, alors que ce sont les deux premiers émetteurs du monde.

L’attitude des Chinois est évidemment un des changements majeurs, note Laurent Fabius. Il est persuadé que la réalité (de leurs efforts pour le climat) dépassera même leurs engagements.

– Nouvel état d’esprit –

Le monde de la finance commence à bouger en matière de climat, relève aussi le ministre en référence notamment aux décisions de certains investisseurs de se détourner du charbon au profit des énergies vertes.

Il cite notamment la fameuse agence de notation Standard and Poor’s (qui) vient d’inclure le risque climatique dans ses éléments de notation et Bank of America-Merrill Lynch (qui) a décidé de ne plus financer de centrales à charbon traditionnelles.

En octobre, lors de la réunion à Lima du FMI et de la Banque mondiale, une session spéciale sera consacrée au climat. C’est un état d’esprit assez nouveau, se réjouit-t-il.

Le ministre, qui se défend d’un excès d’optimisme, reste prudent, très prudent : face à ces matières extrêmement complexes, mettre d’accord 196 parties, c’est d’une difficulté extrême, insiste-t-il.

Parmi les sujets qui restent compliqués, il cite notamment les questions de financement de la lutte contre le dérèglement climatique.

Concernant les engagements des pays à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, seules 38 nations (un tiers des émissions mondiales) ont pour l’instant remis leurs contributions chiffrées (INDC), attendues pour la COP21. Une deuxième salve d’engagements est prévue pour juin, une autre pour septembre.

J’espère, mais je n’ai pas de certitude, qu’au moment de la conférence de Paris, nous en serons à au moins 90% des émissions, dit M. Fabius. Je crois, et c’est pourquoi je ne suis pas pessimiste, que les résultats réels qu’on constatera seront en général meilleurs que les INDC publiés.

A la fin de l’année, nous pourrions disposer, d’une part, des engagements chiffrés des pays et d’autre part, des engagements de très grandes entreprises, de secteurs économiques, d’institutions financières, ce qui va donner un aspect extrêmement concret à la lutte contre le dérèglement climatique.

(©AFP / 26 mai 2015 12h14)

Confirmation : Fabius est un incapable !!!

Comme je le mentionnais dans un court billet hier matin, les gesticulations de Fabius à Genève n’ont pas été appréciées par le guide suprême iranien qui a posté sur Twitter le message suivant : « French officials have been openly hostile towards the Iranian nation over the past few years ; this is an imprudent and inept move ». Un second message émanant du même compte dit : « A wise man, particularly a wise politician, should never have the motivation to turn a neutral entity into an enemy » ( @khameini_ir ).

Je traduis pour les lecteurs : Les officiels français ont été ouvertement hostiles à la nation Iranienne ces dernières années ; c’est une position imprudente et inepte. Un homme avisé, particulièrement un politicien avisé, ne devrait jamais avoir de motivation pour faire d’une entité neutre un ennemi.

L’ineptie de Fabius a donc consisté à durcir la position de la France sous prétexte que l’Iran finance les Chiites, et donc les Alaouites et par voie de conséquence le régime « dictatorial syrien » que la France veut toujours abattre. Les Américains ont finalement compris qu’une intervention même chirurgicale en Syrie reviendrait à ouvrir la boite de Pandore en embrasant instantanément l’ensemble du Moyen-Orient, ils veulent donc entamer une redistribution des cartes avec pragmatisme. La France reste campée dans sa position hostile et pourrait au final être responsable d’une aggravation de la situation dans la région. Belle illustration de la totale incompétence de Fabius et de Hollande ! Source : Reuters

Réflexion de politique étrangère

La France se distingue encore dans la médiocrité de vue à long terme sur la politique Moyen-Orientale. Fabius, qui comme chacun sait est un diplomate hors paire (Hollande aurait pu trouver facilement mieux), affiche son pessimisme à l’occasion des discussions des 5+1 avec l’Iran au sujet du nucléaire. Fabius a donc abattu ses cartes car la France a tenté d’entrainer les Américains dans une guerre particulièrement risquée en Syrie pour débarrasser les djihadistes du tyran El-Assad afin d’instaurer une république islamiste en Syrie à la solde de l’Arabie Saoudite. La politique étrangère française consiste donc à favoriser le wahhabisme et les sunnites radicaux pour museler les chiites largement financés par l’Iran. Sauf que la France a l’air d’ignorer que les enjeux sont beaucoup plus importants et dépassent l’entendement de Fabius ou au moins sa profondeur d’analyse étriquée. Les USA voudraient, sans l’avouer ouvertement, rééquilibrer le paysage politique au Moyen-Orient et la seule manœuvre possible est un rapprochement avec l’Iran quitte à obliger Israël à céder, ce que John Kerry a clairement indiqué il y a quelques jours en extériorisant en des termes peu diplomatiques son énervement devant les décisions de nouvelles colonies en Cisjordanie. Sous-entendu il serait beaucoup plus sécurisant pour Israël que les Américains se rapprochent de l’Iran car ils obtiendraient de Téhéran que le Hamas et le Hesbollah, bêtes noires de Jérusalem, renoncent à leurs velléités agressives. Il faut également rappeler que l’Iran contrôle le détroit d’Ormuz et est par ailleurs le premier pays du monde en termes de réserves de pétrole et de gaz, autant d’arguments qui n’échappent pas aux Américains. Pour l’Elysée (et Fabius) il faut soutenir les rebelles télécommandés en Syrie par l’Arabie Saoudite pour ne pas apparaître ridiculisés sur la scène internationale dont les enjeux dépassent largement les prises de position de la France.