L’Inquisition Climatique se met en place …

Capture d’écran 2016-04-23 à 11.24.23.png

Dans ce pays ultra-judiciarisé que sont les USA, le totalitarisme climatique se met en place.

Traduction d’un billet de Donna Laframboise, journaliste canadienne, avec son approbation (premier lien).

Eric Schneiderman, Avocat Général de l’Etat de New-York, est un inquisiteur climatique. En novembre dernier il a assigné en justice la société Exxon Mobil (voir un précédent billet sur le présent blog). Il déclare qu’il tente de déterminer si le géant du pétrole a trompé les actionnaires et le public au sujet du changement climatique. L’allégation globale, mise en avant par les activistes verts depuis des années, est qu’Exxon était supposé connaître mais tenait secrètes les informations relatives aux émissions de CO2 et est donc passible d’une accusation de crime contre l’humanité (voir le lien sur un éditorial de Bill McKibben intitulé « Aucune compagnie n’a jamais fait une chose aussi monstrueusement mauvaise« ).

Ce même mois de novembre un éditorial du site de Bloomberg (voir le lien. Note : les liens se trouvent dans l’ordre en fin de billet) insistait sur le fait que les intentions de Schneiderman n’étaient pas très claires, il nourrissait tout au plus l’espoir de découvrir dans la masse de documents relatifs au changement climatique qu’il a demandé à Exxon de produire des raisons de poursuivre son action alors que rationnellement ses arguments sont plutôt minces. Cet éditorial mentionnait que Schneiderman utilisait dangereusement son mandat de représentant du gouvernement allant jusqu’à considérer sa démarche comme absurde quand il prétend qu’Exxon a caché des informations essentielles, déclarant (sic) : « Le changement climatique a été étudié intensivement par un nombre incalculable de chercheurs dans le monde entier. Aucune société ne peut contester le consensus scientifique« .

Tout aussi absurde est de prétendre que les actionnaires d’Exxon ignoraient que les prix futurs des actions de la société seraient affectés par le changement climatique, étant considérés les argumentaires sans fin depuis 30 ans dans les médias à propos du climat. Pourtant c’est sur ces bases rationnelles fragiles que des camions entiers d’argent des contribuables sont maintenant gaspillés.

Il y a quelques semaines l’inquisition climatique s’est intensifiée. Lors d’une conférence de presse organisée par Al Gore, Schneiderman et six autres avocats généraux, une sorte de coalition appelée AG’s United for Clean Power (lien) a été constituée et sa « raison d’être » (en français dans le texte) est d’organiser une persécution par l’Etat de ceux qui contestent l’orthodoxie du changement climatique.

Mais il y a bien pire. Dans leurs juridictions les avocats généraux sont au top de la hiérarchie qui fait respecter la loi. Ces personnalités ont donc pour responsabilité de préserver la réputation du système judiciaire et d’agir en toute intégrité et toute impartialité. Les avocats généraux n’ont pas le droit d’être malhonnêtes.

Comme le communiqué de presse de Schneiderman l’a rapporté, ces avocats généraux particuliers font tout simplement un pied de nez à la démocratie. Les Américains doivent-ils élire un président qui considère que le changement climatique n’est pas une question importante, doivent-ils par leur voix dans les urnes considérer que l’économie et l’emploi sont plus importants. Ces avocats n’ont pas l’intention de s’occuper de cet aspect. Ce même communiqué de presse nous dit qu’ils sont décidés à se battre pour garder d’actualité les progrès décisifs qui ont été réalisés sur la compréhension du climat depuis ces 8 dernières années quel que soit le président élu. Leur agenda est de défendre les décisions prises par l’administration Obama et pousser le nouveau président à décider d’actions encore plus décisives. Ces avocats considèrent que Washington est prisonnier de son administration et ne fonctionne pas correctement et qu’il faut que ce soient les Etats qui prennent les décisions relatives au changement climatique.

Si Barack Obama, une fois élu, déclara en 2008 que les élections doivent avoir des conséquences mais si les électeurs votent pour des changements, ces derniers doivent avoir effectivement lieu. Et pourtant ce groupe d’avocats généraux, payés par les contribuables, a décidé d’aller outre les choix des électeurs en insistant dans le même temps que ce qu’a fait une compagnie pétrolière dans les années 70 enfreint la loi en 2016.

C’est tout à la fois pathétique et terrifiant !

Notes : attorney general peut se traduire en français de deux façons : avocat général ou procureur de la république.

https://nofrakkingconsensus.com/2016/04/20/the-climate-inquisition-attorney-generals-go-rogue/

http://www.theguardian.com/environment/2015/oct/14/exxons-climate-lie-change-global-warming

http://www.bloombergview.com/articles/2015-11-10/schneiderman-s-dangerous-crusade-against-exxon-mobil

http://www.ag.ny.gov/press-release/ag-schneiderman-former-vice-president-al-gore-and-coalition-attorneys-general-across

Connaissez-vous les danegelds ?

exxon_tiger.jpg

Aux alentours des IXe et Xe siècles, les villageois des pays scandinaves préféraient payer une rançon – danegeld – aux pillards vikings avant que ceux-ci ne s’en prennent à leurs biens, leurs enfants et leurs femmes. Cette pratique s’étendit rapidement à toute l’Europe. Les Vikings étaient soutenus par le roi du Danemark et rapportaient le fruit de leurs rançons dans les caisses du Royaume. À l’époque des Normands les danegelds se transformèrent en un impôt foncier. Déjà à cette époque tous les prétextes étaient bons pour paupériser le peuple et cette pratique a finalement été adoptée et perdure encore aujourd’hui … mais on ne sait plus trop pourquoi on paie des impôts, certainement pas pour se protéger des exactions des politiciens.

La notion de danegelds refait aujourd’hui surface d’une manière inattendue qui était pourtant prévisible vue la tournure que prennent les évènements concernant la « crise climatique ». Al Gore organise une chasse aux sorcières pour éliminer les dissidents à la cause climatique et parallèlement, avec l’appui d’organisations non gouvernementales du genre « Paix Verte », il s’en prend maintenant aux multinationales du pétrole. Pour ce sinistre charlatan les pétrolières commettent un véritable crime contre l’humanité en exploitant les ressources du sous-sol qui vont finir en CO2, ce vilain gaz toxique pour la santé de l’atmosphère et donc du climat.

La société Exxon a été assignée à comparaître devant une cour de justice des Iles Vierges américaines sous l’accusation de conspiration anti-réchauffement (sic) même si on croit rêver en ce début de XXIe siècle.

Pourquoi une plainte émanant des Iles Vierges ? C’est une bonne question à laquelle n’a évidemment pas répondu le WST (voir la source) mais il n’y a aucun doute possible, les puissances financières de l’ombre aux desseins inavouables, vivement intéressées par les retombées de la crise climatique en termes de profits, se trouvent justement domiciliées, entre autres paradis fiscaux, dans les Iles Vierges.

Dans le fanatisme et le totalitarisme un pas décisif vient donc d’être franchi. De nombreuses sociétés depuis les producteurs de pâte à papier jusqu’aux compagnies impliquées dans la transformation de l’huile de palme ou encore les industriels fabricant des tampons périodiques préfèrent payer un danegeld aux ONGs qui les menacent d’action en justice pour pouvoir continuer à exercer leur métier sans que leur image de marque soit ternie, comprenez une contribution substantielle à la « cause verte » qui peut atteindre des sommes rondelettes proportionnelles aux chiffres d’affaire.

Lorsque l’avocat général de la cour des Iles Vierges a ordonné une perquisition des bureaux de la direction d’Exxon, la réplique a été immédiate : une plainte a été déposée auprès de la cour du Texas sous le prétexte que cette action était contraire au premier amendement de la Constitution américaine qui stipule que toute intrusion dans le domaine privé doit être appuyée sur des faits tangibles, or au sujet du réchauffement climatique qu’y a-t-il de tangible sinon des modèles tout aussi erronés les uns que les autres …

La compagnie Exxon ne semble donc pas être impressionnée par les menaces de ces terroristes d’un nouveau genre, les nouveaux vikings du climat qui, sous la menace, réclament leur danegeld. Exxon a courageusement décidé de faire front à Al Gore et à ses sbires, en l’occurence les ONGs vertes, en espérant que son action finira par révéler l’immense imposture du réchauffement climatique dans la mesure où de plus en plus de scientifiques mondialement reconnus dans ce domaine s’élèvent non seulement contre les agissements à la limite de l’illégalité d’organisations comme « Paix verte » mais aussi et surtout contre la fraude systématiquement organisée par l’IPCC. Affaire à suivre de très près !

Capture d’écran 2016-04-17 à 22.08.07.png

Dans le même ordre d’idée, l’idéologie illogique de « Paix Verte » s’illustre avec cette action en justice intentée par cette organisation contre la mise en conformité de la centrale nucléaire de Darlington au Canada – 4 unités de type Candu – exploitée par Ontario Power Generation. la Cour a reconnu qu’il n’y avait rien de raisonnable justifiant cette action de « Paix Verte ». À l’issue de cette restauration, si on peut appeler cette opération ainsi, les 4 réacteurs seront certifiés pour une nouvelle durée d’exploitation de 30 années. Ce détail ne plaisait pas à « Paix Verte », incapable de choisir entre le CO2 et l’uranium, et l’organisation a été finalement déboutée.

Note : un de mes lecteurs me demandait quelles étaient les sources de financement de « Paix Verte » alias Greenpeace, suivez mon regard : des danegelds concrétisés aujourd’hui par des chantages tous azimuts auprès de milliers d’entreprises. Cette organisation est encore plus détestable que Cosa Nostra, organisation bien connue pour son racket organisé !

Source : Wall Street Journal et World Nuclear Association

Greenpeace, c’est quoi ? Une entreprise opaque et mafieuse !

Avant d’écrire ce billet je me suis entretenu en vidéo avec mon fils qui habite et travaille à Tokyo et il a une vue très critique (et je partage son avis) sur l’ensemble des mouvements écologistes, en particulier au Japon depuis la catastrophe de Fukushima-Daiichi. Pour lui tous les mouvements écologistes sont téléguidés par Greenpeace, une organisation opaque, d’origine américaine mais maintenant basée à Amsterdam (pour quelle raison?) après avoir connu des déboires financiers aux USA pour le moins obscurs. Quelques minutes plus tard, décalage horaire aidant, je continuais à faire ma revue de presse quotidienne et je suis tombé par hasard, peut-être en cliquant malencontreusement sur le Huffington Post version française, relayé par le Monde.fr, qui n’est pas ma tasse de thé (pas Le Monde, le Huffington Post). Et que lis-je ? « Greenpeace demande à Cécile Duflot l’interdiction du chauffage électrique » , je n’invente rien, c’est vrai, d’ailleurs quand je parle d’un quelconque sujet dans mon blog, je n’invente rien, je vérifie mes sources, je tente d’analyser avec un peu de recul et parfois de l’humour ce que je lis ou écoute et j’utilise le mieux possible mes connaissances d’ancien scientifique, cela va de soi. Je laisse le lien pour les incrédules :

http://www.huffingtonpost.fr/2013/01/25/greenpeace-demande-interdiction-chauffage-electrique-france_n_2550345.html?utm_hp_ref=tw

Qui finance Greenpeace, personne ne le sait, et quels sont les buts ultimes de Greenpeace, et là la remarque de mon fils était sans appel. Greenpeace n’a jamais réagi aux USA contre les OGM alors qu’ils sont interdits de séjour en Europe après lelurs interventions médiatiques véhémentes. Greenpeace n’a jamais protesté contre le fracking aux USA, alors que les mouvements écologistes européens et notamment français ont obtenu l’interdiction du fracking, une monstruosité économique que beaucoup de personnalités de premier plan contestent puisque le gouvernement actuel, pour satisfaire les écolos, a interdit le fracking en France, jusqu’à nouvel ordre. Greenpeace téléguide en sous-main les écologistes locaux (dont EELV un ramassis d’incompétents arrivistes et mercantiles dont Cohn-Bendit s’est désolidarisé) pour demander la fermeture de centrales nucléaires tant en Allemagne qu’en Suisse, en Belgique qu’en France (cas de Fessenheim) ou encore en organisant toujours en sous-main des manifestations médiatisées contre le transport de matières radioactives et enfin, pour se donner une bonne image de marque qui n’est qu’un vernis grossier, Greenpeace s’intéresse aussi à la sur-pêche du thon rouge et la disparition des batraciens de l’Amazonie.

Qui est Greenpeace et qui sont tous les mouvements écologistes associés ? C’est un mouvement sectaire et terroriste au sens littéral du terme : oui, on peut dire les choses comme ça, car en effet Greenpeace sème la terreur. Mais Greenpeace n’aurait-il pas aussi comme dessein d’affaiblir l’Europe en favorisant des obstructions systématiques à tout progrès scientifique ou technique européen ? Pour atteindre ce but inavoué de destruction et de terreur Greenpeace excelle dans l’art de la désinformation si facile en faisant un copié-collé (ou un coupé-collé) de rapports scientifiques pourtant irréfutables qui deviennent des brûlots pour apeurer les foules après avoir été naturellement repris par la presse papier ou télévisée puisque Greenpeace fait partie du paysage médiatique et ne s’en prive pas. Tant qu’on ne connaîtra pas les sources de financement de cette organisation sectaire, opaque et mafieuse, on ne pourra rien affirmer. Qui est derrière Greenpeace ? La CIA, Exxon Mobile, Shell ou pourquoi pas Gasprom (cette histoire de chauffage électrique n’est-elle pas lourde de sous-entendus ?). Ou des banques d’affaire du genre Goldman-Sachs téléguidées par le gouvernement américain qui a tout intérêt à ce que l’Union européenne s’effondre et que l’Allemagne, alliée des USA, retrouve son hégémonie sur le continent européen. On peut tout imaginer, puisque curieusement Greenpeace n’a jamais protesté contre l’exploitation à ciel ouvert et à grande échelle de la lignite en Allemagne pour produire de l’électricité malgré la pollution insupportable conséquente… Bizarre, étrange et pour le moins troublant si on tente de faire des rapprochements improbables comme je l’ai fait à propos du gaz de schiste américain, le détroit d’Ormuz et les velléités territoriales de la Chine sur les îles Senkaku (voir un précédent billet de mon blog)… Que va faire Duflot qui a lourdement contribué à la décision de Hollande de fermer le CPN de Fessenheim ? Si elle fait voter une loi (encore une) pour interdire ou plutôt taxer les chauffages électriques on aura tout compris. Duflot est un sous-marin de Greenpeace, elle fait partie de cette secte mafieuse et destructrice qui mine l’Europe. Et le paysan du Larzac, Bové pour ne pas le nommer ? Serait-il devenu lucide et a-t-il enfin compris qu’il s’était engagé dans une mauvaise cause en fauchant des maïs OGM comme Lynas l’a reconnu (voir un de mes précédents billets) ? Silence radio ! C’est surréaliste et affligeant.

Note : CPN = centre de production nucléaire