Je suis toujours aussi complotiste : Que se passe-t-il en Chine ?

Depuis trois semaines un collègue de mon fils travaillant dans la finance à Shanghai souffre quotidiennement. Il ne sait pas quand les équipes de sécurité en combinaison totale et encagoulés viendront déposer devant la porte de son logement de l’eau et un peu de nourriture. Pendant trois jours il s’est imaginé mourir de faim. Le confinement très strict pourrait n’être levé que vers le 15 mai. Sans enfant ni épouse il ne risque pas d’être classé parmi les pestiférés en tant que « cas contact » car dans une telle éventualité il serait emmené manu militari dans une sorte de camp de concentration organisé à l’extérieur de l’agglomération comme autrefois on isolait les lépreux en Europe mais probablement aussi en Chine. Ce français peut toujours communiquer par internet et travailler autant que faire se peut car la totalité de l’activité de cette ville de 25 millions d’habitants est entièrement paralysée.

Le port de Shanghai est le plus grand port de Chine et peut-être le plus grand du monde. Je l’ai survolé en avion et c’est réellement stupéfiant : des centaines de darses, des milliers de grues pour transborder les containers, de véritables forêts de ces boites en acier vues du ciel. Tout y est paraît-il robotisé mais néanmoins quand il n’y a pas de personnel, l’activité est arrêtée alors qu’en temps normal celle-ci se poursuit jour et nuit. Bref, la politique absurde « zéro covid » décrétée par les autorités chinoises a aussi une visée politique car sur le plan sanitaire cette politique est très contestable. En effet, si on compare deux pays qui n’ont rien à voir avec la Chine, la Suède et la France, la Suède n’a jamais imposé de confinement alors que la France a décidé ce que la Chine fait aujourd’hui, le résultat est évident : il y a eu beaucoup moins de « cas » et de morts en Suède qu’en France en rapportant ces données aux populations respectives. L’agglomération de Shanghai représente un toute petite fraction de la population totale de la Chine mais les conséquences de ce confinement sont immenses. D’ailleurs plusieurs autres ports chinois sont à l’arrêt comme par une sorte de coïncidence.

Et c’est en faisant ce constat qu’il m’apparaît que cette décision absurde sur le plan sanitaire prend une toute autre signification. Bloquer presque totalement les exportations vers les pays occidentaux à partir de la Chine va provoquer dans quelques semaines une véritable panique : plus de pièces détachées pour une multitude d’entreprises qui vont devoir cesser leur activité, plus aucun bien de consommation courante depuis des outils pour le bricolage jusqu’aux jouets et aux smart-phones en passant par les tôles d’aluminium pour fabriquer les canettes de boissons ou les fils d’acier et les fers à béton, les voitures électriques ou même le moindre aspirateur, four à micro-ondes et grille-pain. On peut même mentionner la firme américaine Raytheon, un poids lourd de l’armement américain, ne plus pouvoir faire face à ses commandes d’armes car certaines pièces fabriquées en Chine sont devenues non disponibles (source ZeroHedge). Une véritable catastrophe qui va tout simplement paralyser les économies occidentales.

On paye notre pétrole en yuans et vous voulez nous « emmerder » alors voilà ce que nous sommes capables de faire et quand j’écris pays occidentaux les Etats-Unis sont concernés en premier lieu. Par conséquent mon analyse est simple : il ne s’agit pas d’un complot mais d’une décision délibérée pour perturber profondément les économies des pays occidentaux, le coronavirus étant devenu non plus une maladie redoutable (ce qu’elle n’a jamais été) mais une arme politique imparable qui va enfin faire prendre conscience aux politiciens occidentaux que depuis l’accession de la Chine à l’OMC ils ont fermé les yeux et n’ont pas compris qu’un pays industrieux de 1,4 milliard d’habitants avait acquis un immense pouvoir, un pays qui forme 15 millions d’ingénieurs de haut niveau chaque année, un pays qui a fait sortir de la pauvreté plus de 500 millions de personnes en quelques années seulement, plus que le population de l’Europe occidentale, et qui ose aujourd’hui payer ses factures de pétrole à l’Arabie saoudite en yuans. Ce confinement de Shanghai est un stratagème subtil que peu d’analystes économiques ont compris : nous les Chinois nous réglons nos factures pétrolières en yuans comme la Russie exige le paiement de son gaz en roubles, alors achetez des yuans ou des roubles sur les marchés et puis peut-être que nous recommenceront à exporter nos produits … Ce n’est pas un complot mais une stratégie de haut vol.

Les plus importants acteurs commerciaux à l’export : l’Allemagne en tête !

Capture d’écran 2019-03-08 à 18.35.09.png

Pour la première fois depuis des dizaines d’années les barrières douanières s’accroissent dans le monde entier. Les négociations du Brexit ont créé un environnement d’incertitude et depuis l’élection de Donald Trump des mesures pénalisantes sur les importations vers les USA d’acier et d’aluminium en provenance d’Europe, les sanctions américaines unilatéralement décidées par Washington à l’encontre de l’Iran et de la Russie ont encore aggravé ce climat d’incertitude avec également la Chine maintenant dans le collimateur de la Maison-Blanche.

Dans ce paysage économique la carte ci-dessus est instructive à plusieurs égards. Si la guerre commerciale décrétée par les USA dans le cadre du programme « America First » de Donald Trump, parmi les 10 principaux pays exportateurs dans le monde la moitié sont des pays européens. Le Japon et la Corée sont des pays de facto contrôlés par les USA – ce sont deux pays qui depuis la fin de la seconde guerre mondiale, pour le Japon, qui accueille et entretient quelques 50000 militaires américains et la Corée, truffée de bases américaines équipées d’armes de destruction massive – il est peu probable que les Américains surtaxent les produits exportés par ces deux pays vers le leur. Les gros morceaux ce sont la Chine + Hong-Kong avec 2813 milliards de dollars d’exportations vers le monde entier et le suivant sur la liste est … l’Allemagne ! On peut s’attendre à quelques frottements entre les Allemands et les Américains dans les prochains mois surtout au niveau des exportations allemandes de véhicules automobiles. Le cas de l’Allemagne a de quoi faire nerveux Donald Trump car il ne peut que constater que chaque Allemand (83 millions) produit à l’export 18000 dollars chaque année (2017) alors que la performance américaine n’est en comparaison que de 4730 dollars chaque année, quatre fois moins que l’Allemagne, et deux fois moins que la France ! Il y a carrément de quoi énerver Donald Trump. Conclusion l’Allemagne est la cible de l’occupant de la Maison-Blanche et ceci explique en partie pourquoi le gazoduc Nordstream-2 préoccupe au plus haut point les USA.

Et comme les USA, au final, contrôlent l’Europe comme ils contrôlent d’ailleurs le Japon et la Corée alors tous les coups tordus de la propagande font que par exemple le Danemark s’inquiète de la mise en place du gazoduc Nordstream-2. C’est une vraie blague !

Source : HowMuch.net