L’exception culturelle française ? On va taxer internet !!!

Le gouvernement français cherche à trouver un stratagème pour taxer internet. Il y a eu l’affaire du blog de Chevallier repris par un blogueur américain interdit de fait de séjour en France puisqu’il devrait acquitter une amende de 9500 euros (voir un de mes billets il y a quelques mois) et maintenant le CSA a organisé une réflexion pour protéger l’exception culturelle française qui coûte aux contribuables aux alentours de 2 milliards d’euros par an uniquement en considérant les subsides généreusement versés aux intermittents du spectacle. L’exception culturelle française consiste entre autres idioties à doubler les films étrangers pour justement grossir les dizaines de milliers de parasites intermittents, ce qui a pour conséquence de rendre la population française totalement hermétique aux langues étrangères, mais bon, c’est aussi un problème qui relève de la calamiteuse qualité des enseignants en langues du système socialiste de l’éducation nationale. Mais puisque YouTube, Facebook, Dailymotion et d’autres sites interfèrent avec la production (hypothétique) culturelle française, on va les taxer pour justement financer le maintien hors du bouillon de l’industrie audio-visuelle et cinématographique française totalement exsangue et inintéressante à part une ou deux exceptions près tous les cinq ans.

Comme le gouvernement français est décidément à court d’argent, il est question très sérieusement de taxer aussi les services de communication gratuits mis à la disposition des internautes moyennant une contribution mensuelle largement équivalente à un abonnement téléphonique, Google +, Skype, Facebook et d’autres sites vont donc être également taxés puisque Orange subit de « lourdes » pertes à cause de ces sites pirates. Orange n’est plus une société appartenant à l’Etat mais il faut protéger encore les quelques employés de cette compagnies qui roulent toujours avec un statut de fonctionnaires. Pour en rajouter une couche, comme on le sait, Amazon est aussi dans le collimateur puisque cette firme (américaine) nuit à l’exception culturelle française en faisant perdre des parts de marché aux libraires et autres éditeurs français hexagonaux exceptionnellement géniaux dans l’art de répandre la culture française.

Mais il y a un gros souci et ce dernier souligne la totale incompétence des autorités françaises en la matière, la plupart des sociétés qui fleurissent sur le web ne sont pas françaises, d’une part, et celles qui comme Amazon sont actives en France ont leur siège social hors de France mais en Europe, et conformément aux accords européens toute loi Française devant s’appliquer à de telles sociétés doit être conforme aux lois européennes ainsi qu’aux aux lois internationales. Encore une fois le gouvernement est un ramassis d’incompétents, d’ignorants et d’opportunistes tous mus par une idéologie de façade pour justifier leurs actes et leur enrichissement personnel. Vu depuis l’autre côté de l’Atlantique c’est risible.

L’autre souci dans cette histoire rocambolesque, c’est qu’à force de passer pour des imbéciles, les Français en général et leur gouvernement fantoche en particulier vont finir par en subir les conséquences et tôt ou tard le pays sera sanctionné par la Commission Européenne pour non respect des traités mais aussi par les investisseurs qui finiront par bouder la France car la crédibilité du pays et son image sont ternies par de telles décisions totalement ineptes.

Source (puisque tout blogueur doit citer ses sources) : Forbes