Le refroidissement à venir : Précisions climatiques précises à l’usage des décideurs politiques.

Le refroidissement à venir : Précisions climatiques précises à l’usage des décideurs politiques.

Il s’agit de la traduction presque complète et aussi fidèle que possible d’un article du Docteur Norman J. Page, géologue, paru en 2017 ( doi : 10.1177/0958305X16686488 ) qu’il m’a aimablement communiqué. En caractère italiques et entre parenthèses quelques brefs commentaires de mon cru. Il s’agit d’un article de synthèse qui reprend et agrège divers travaux publiés par des spécialistes de géophysique dans des revues internationales à comités de lecture. La plupart des articles cités n’ont jamais été pris en considération par l’IPCC. Je conseille à mes lecteurs fidèles de relire le billet de ce blog dont voici le lien et qui mentionne les travaux de Svensmark, un autre spécialiste de géophysique banni par l’IPCC : https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/02/03/crise-climatique-le-role-preponderant-mais-indirect-de-lactivite-magnetique-solaire-sur-le-climat-terrestre-est-incontestable/ . Mes lecteurs peuvent aussi relire le billet relatif aux prédictions déduites du passé du Professeur Valentina Zharkova : https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/10/31/alerte-nous-entrons-dans-un-age-glaciaire/ . Bonne lecture.

Résumé

Cet article conteste les méthodes adoptées par la communauté de la science climatique qui ne sont pas adaptées à dessein et il apparait nécessaire de mettre en place un nouveau paradigme prévisionnel. Le climat de la Terre est le résultat de phénomènes en résonance qui oscillent entre divers processus quasi-cycliques de périodicités variables. Il n’est pas possible de prédire la future évolution du climat sans une solide connaissance de la position de la Terre dans les phases de ces différents phénomènes oscillatoires qui interagissent avec une quasi-périodicité. Des évidences sont présentées dans le but de préciser le timing et l’amplitude de la périodicité naturelle d’environ 60 ans et, plus important encore, celle d’environ 1000 ans, deux processus évidents intervenant dans l’évolution des températures terrestres observées. Les données relatives à la contribution du Soleil sur le climat sont discutées et la faiblesse du flux de neutrons solaires du cycle solaire 22 (haute activité solaire) en 1991 est identifiée comme étant le pic d’inversion du cycle millénaire de l’anomalie des températures de surface des océans qui a eu lieu vers 2003. Les tendances cycliques sont projetées pour les années futures et prédisent un refroidissement général dans les décennies et les siècles à venir. Une estimation de ce refroidissement est présentée. Si l’évolution du climat suit cette tendance basée sur une solide hypothèse, alors les prédictions de l’IPCC deviendront tellement divergentes dès 2021 qu’aucune confiance ne pourra plus leur être accordée.

1. Les problèmes avec les prévisions du modèle de circulation générale du climat (GCM) de l’IPCC

Les prévisions climatiques de l’IPCC sont faites en utilisant des modèles numériques analytiques appelés GCMs (General Circulation Models) qui tentent de décrire la dynamique du climat en utilisant une série d’équations différentielles. Cette approche n’a qu’une valeur limitée pour prédire les températures futures en raison de la difficulté des échantillonnages des mesures avec certitude et de la définition correcte des conditions initiales d’une grille spatio-temporelle suffisamment fine d’un grand nombre de variables réelles avec une précision satisfaisante. De plus il a été prouvé qu’un tel modèle prenant en compte un nombre élevé de variables du GCM ne pouvait tout simplement pas être mis en oeuvre mathématiquement. La figure 5 du dernier rapport AR5 WG1 SPM de l’IPCC indique comment les modèles sont structurés en regard des dernières estimations du forçage radiatif des émissions de divers gaz par l’IPCC :

Capture d’écran 2018-11-06 à 08.10.15.png

Fig. 1 (légende IPCC) : « les gaz à effet de serre ont contribué à un réchauffement global de la surface de la Terre se situant dans la fourchette 0,5 – 1,3 °C sur la période 1951-2010 y compris avec la contribution des aérosols dont l’effet est de refroidir entre -0,6 et 0,1 °C. Le forcing naturel est d’environ -0,1 à +0,1 °C avec une variabilité interne dans la fourchette -0,1 à 0,1 °C » (comprenne qui pourra).

Les implications de l’interprétation de ce modèle multiple de circulation générale couplée atmosphère-océan (AOGCMs) utilisé dans le rapport AR4 de l’IPCC a fait l’objet de nombreuses discussions. En raison de la multitude de paramètres impliqués dans ce modèle il paraît nécessaire de paramétrer ou de simplifier ces modèles. L’absence de contraintes observationnelles a eu pour effet de voir émerger une multitude de modélisations pour chacun des composants du forçage. De plus aucun ajustement des températures de la stratosphère n’a été pris en considération dans l’hypothèse d’un transfert de chaleur fixe. Les calculs ne sont basés que sur une situation de ciel clair quand les teneurs en gaz à effet de serre sont perturbées alors que l’introduction de nuages dans les modèles compliquent tellement la situation qu’ils ont été tout simplement ignorés pour le calcul du bilan inter-comparatif du modèle de transfert radiatif. En d’autres termes ces modèles n’ont aucune validité.

Dans ces conditions il apparaît que la formation de nuages dans des systèmes de circulation atmosphérique élargis reste une source considérable d’incertitudes qui se propagent dans toutes les modélisations. Si des tentatives d’amélioration de ces modélisations ont été abordées il n’en reste pas moins que les incertitudes sont tellement importantes qu’il est impossible de faire confiance aux prédictions de l’évolution des températures présentées par l’IPCC car la moyenne de tous ces modèles n’a aucune signification physique avec ce qui se passe dans le monde réel. Dans les faits l’IPCC reconnaît l’incertitude de ces modèles (rapport AR4 SPM, section 8.6) au sujet des « feed-backs » sur la sensibilité du climat aux forcings radiatifs. La section 8.6.4 conclut au paragraphe 4 : « De plus il n’est toujours pas clair de savoir quels test sont critiques pour contraindre les projections futures, et dans ces conditions un ensemble de modèles métriques susceptibles de rendre plus plausibles les changements de « feed-back » sur la sensitivité climatique doivent encore être élaborés ». (On ne peut pas mieux s’exprimer).

Comment peut-on être plus clair ? Dès 2007 l’IPCC a déclaré qu’il ne connaissait aucune méthode pour améliorer la précision de ses modèles. En conséquence cet organisme ne sait même pas comment calculer l’effet du CO2 sur le climat. Ceci appelle une autre observation : quelles ont été les hypothèses erronées introduites – comme par exemple que le CO2 est le principal perturbateur du climat – sont devenues au cours des années « plausibles » ? Et l’IPCC de conclure dans son rapport AR5 SPM (note 16 en bas de page 16) : « Aucune estimation correcte de la sensibilité du climat à l’équilibre ne peut être avancée en raison du manque d’accord sur les valeurs et les lignes d’évidence des études citées ». Pourtant dans l’agenda 21 de l’UNFCCC il est toujours affirmé que les températures peuvent toujours être contrôlées en contrôlant les émissions de CO2. Il y a un désaccord tellement extrême dans toutes ces affirmations qu’elles en sont devenues irrationnelles. En fait il n’existe aucune évidence empirique pouvant montrer que le CO2 émis par l’activité humaine puisse avoir un effet significatif sur le climat.

Le dogme de ces prédictions catastrophiques du réchauffement global anthropogénique est construit en ignorant totalement les cycles naturels d’environ 60 ans et surtout la périodicité climatique millénaire, deux cycles pourtant évidents quand on étudie l’évolution sur le long terme des températures. L’approche des modélisateurs est tout simplement un désastre scientifique et manque de sens commun élémentaire. C’est comme si on mesurait l’évolution de la température disons du mois de février au mois de juillet et qu’on effectuait à partir de ces données une projection sur 20 ans. Tous les modèles ont été construits à partir de données passées ne remontant pas à plus de 150 ans en arrière alors qu’il aurait été plus correct de remonter à au moins 1000 ans en arrière. Les forcings radiatifs présentés dans la figure 1 sont basés sur des prévisions dépassées. Les projections de températures futures de l’IPCC dépendent également des voies de concentrations représentatives (RCPs, Representative Concentration Pathways) choisies initialement pour les analyses. Ces RCPs dépendent de scénarios hautement spéculatifs, comme par exemple l’évolution de la population, des sources d’énergie et du prix de celles-ci, qui tiennent plus du rêve que de la réalité. L’analyse coût/bénéfice des actions prises pour limiter les émissions de CO2 dépendra aussi des futurs effets bénéfiques du CO2 sur la production agricole qui doivent être corrélés à la production d’énergie par les combustibles fossiles. Les incertitudes structurelles de ces projections de l’évolution des températures sont tellement immenses qu’ajoutées à celles exposées ci-dessus elles ne peuvent en aucun cas constituer une base crédible d’actions ni même un sujet de discussions rationnelles pour les décideurs politiques. Les estimations de l’IPCC sont le reflet de modélisateurs : un cas classique d’ « armes de destruction mathématique » (« Weapons on Math Destruction« , math en anglais se prononce comme masse). ( … ) Un nouveau paradigme prévisionnel est donc plus que nécessaire.

2. Le passé est la clé pour comprendre le présent et le futur. Trouver une prédiction de l’évolution du climat en relation avec les variations quasi-périodiques – Approche géologique.

2.1 Principes généraux.

La compétence centrale des sciences géologiques est la capacité de reconnaître et de corréler les types de changements des évènements dans le temps et dans l’espace. Cet exercice nécessite des compétences différentes de l’approche réductionniste et statistique ou mathématiques des phénomènes naturels, pour étudier les climats passés et en déduire des projections pour le futur. Il est donc important de construire une compréhension des motifs de changements et des tendances générales pour aboutir à une vision intégrée des séries temporelles locales et régionales de variables particulières. Le climat de la Terre est soumis à l’influence de processus quasi-cycliques de différentes longueurs d’onde qui oscillent en résonance. Il est impossible de faire une quelconque prévision empirique si on ignore où se trouve la Terre dans l’échelle de temps de ces diverses périodicités naturelles interagissant les unes avec les autres qui comprennent les composantes principales de ces diverses oscillations. Quand les géologues étudient de tels résultats ils se réfèrent à des unités de stratigraphie parfaitement standardisées appelées « types de section ». En climatologie il est utile quand on émet une hypothèse de se référer à un « type de reconstruction ». La « crosse de Hockey » de Mann en est un exemple caricatural. Il faut en outre être conscient du fait que l’émergence d’une série chronologique pourra refléter des points de retournement ou des effets de seuil sous-jacents dans ces processus physiques. Ces points de retournement sont des marqueurs des points d’inflexion dans les séries temporelles des températures et des activités solaires et servent, comme le disent les géologues, de « pics en or » (golden spikes) pour l’analyse et la prévision des tendances de l’évolution de ces températures et de ces activités solaires.

2.2 Le présent érchauffement en relation avec les cycles millénaires et de Milankovitch

La figure 2, anomalies des températures de l’atmosphère déduites du forage GISP2 au Groenland et teneur en CO2 déduite du forage EPICA du dôme C, montre que la Terre se trouve dans une position passée du présent cycle interglacial de Milankovitch et que le climat s’est en général refroidi depuis 3500 ans :

Capture d’écran 2018-11-06 à 10.03.12.png

Les cycles millénaires sont évidents à 10000, 9000, 8000, 7000, 2000 et 1000 ans avant aujourd’hui (donc en 2017) mais 990 ans avant aujourd’hui dans la figure 3 suivante. Il faut noter que ceux qui croient que le CO2 est le principal paramètres influant sur le climat devraient plutôt admettre que ce CO2 semble, comme l’indique la figure 2 que depuis les 8000 années passées jusqu’au « petit âge glaciaire », être plutôt un facteur de refroidissement !

Toute discussion ou prédiction sur le refroidissement futur doit être basée sur une large connaissance des plus importantes reconstructions des température. Après tout la courbe en crosse de hockey (cf. fig. 3 ci-dessous) était un instrument pour vendre le concept de réchauffement global du climat d’origine anthropique aux institutions qui délivrent des crédits de recherche aux laboratoires, aux politiciens, aux organisations non-gouvernementales et en général au public. Cette illustration (fig. 3) de Christiansen et Ljungqvist est ici montrée comme étant le plus utile « type de reconstruction » pour une base de discussion sur le changement climatique. Dans la réalité cette figure montre clairement que les estimations de l’impact local du climat sont extrêmement variables et que l’enveloppe d’incertitude des données est plus significative que les moyennes. La courbe moyenne ne présente pas de variations périodiques évidentes.

Capture d’écran 2018-11-06 à 10.09.03.png

Ce que l’on peut encore dire de cette illustration est que la tendance vers un refroidissement dure environ 650 ans alors que la tendance opposée ne s’étale que sur 364 ans. Les projections réalisées par ajustement mathématique de courbes n’ont pas de connexion avec la réalité en particulier si les points de renversement de tendance déduits de données empiriques sont ignorés. La figure 4 représente les anomalies des températures de surface des océans d’où il peut être mis en évidence le « pic d’or » de fin de cycle millénaire aux alentours de l’année 2003. Après le point la tendance au réchauffement cesse (mis à part les phénomènes El Nino des années1998, 2010 et 2015-2016).

Capture d’écran 2018-11-06 à 12.45.18.png

La figure 5 suivante concerne les données Hardcrut 4gl et confirme le pic millénaire à la date de 2005. La tendance à la stabilisation des températures moyennes a été sur ces deux figures arrêtée à mars de l’année 2015 car il n’y a pas de sens d’englober des phénomènes El Nino (ENSO, El Nino Southern Oscillation) de caractère éphémère. La tendance au refroidissement devrait être pleinement rétablie à la fin de l’année 2019.

Capture d’écran 2018-11-06 à 12.49.47.png

Des figures 3 et 4 on peut donc déduire que le dernier cycle millénaire a duré de l’an 990 à l’an 2003 soit 1013 années. Cette durée est remarquablement en accord avec la périodicité de l’activité solaire de 1024 ans qui procure une relation des périodicités parfaitement établie des cycles planétaires servant de base solide pour analyser la connexion entre l’activité solaire et le climat terrestre. Il faut remarquer que la périodicité de la conjonction des orbites des planètes Uranus, Saturne et Jupiter est de 953 ans. Certains auteurs soulignent la semi-harmonicité entre l’activité solaire et les oscillations planétaires. Ce modèle fait apparaître six harmoniques planétaires avec des périodes respectivement de 9,1, 10,4, 20, 60, 115 et 983 ans. Et justement le modèle global de circulation du système océans-atmosphère (GCM) peut être rapproché empiriquement à un modèle climatique principalement lié avec les oscillations astronomiques. Entre l’année 2000 et 2013 la température de surface globale a atteint un plateau alors que le modèle GCM prévoyait un réchauffement de 2 °C par siècle. Au contraire, le fait que le climat est régulé par des oscillations naturelles spécifiques est en meilleur accord sur des échelles temporelles multiples comme indiqué dans la figure suivante (fig.6) qui mentionne les « harmoniques » des diverses oscillations :

Capture d’écran 2018-11-06 à 18.08.04.png

Un auteur a présenté des évidences fermes de l’influence des cycles solaires pendant l’Holocène et la fin du Miocène sur les systèmes lacustres. Il faut noter ici que la périodicité millénaire persiste et est identifiable durant toute la période de l’Holocène (fig. 2 et 6) et au cours du Miocène il y a 10 millions d’années (fig. 6) bien que cette harmonique de 900 à 1050 ans ne soit pas nommée dans la figure 6.

(Suivent trois paragraphes très techniques relatifs à l’amplitude du cycle millénaire qui est sensiblement de 1,5 degrés Celsius entre le maximum de la période médiévale chaude et le petit âge glaciaire, le cycle climatique de 60 ans clairement mis en évidence avec un refroidissement relatif entre 1880 et 1910-1915, un réchauffement entre 1910 et 1944, un refroidissement entre 1944 et 1974 et enfin un réchauffement entre 1974 et 2004 suivi d’une stabilisation depuis cette date (cf. figure 12 ci-après) que j’ai omis dans cette traduction ainsi que les paramètres relatifs au rôle du Soleil dans la modification du climat terrestre que j’ai omis également de traduire ici mais qui ne changent en rien la teneur de cet article. La publication originale est disponible sur le web, cf. le doi et note en fin de billet).

3. Tendances de l’évolution future des températures.

Pour résumer, les prévisions qui suivent sont basées sur 4 hypothèses de travail. 1. le cycle d’activité solaire millénaire a atteint son pic en 1991 comme l’ont confirmé les comptages de neutrons solaires de l’observatoire de Oulu (il existe un proxy pour calculer les flux de neutrons solaires dans le passé, il s’agit de la teneur en isotope 10 du béryllium). 2. Le cycle des températures de surface millénaire a atteint son maximum en 2003 (fig. 4). 3. Le cycle de variation des températures de 60 ans a culminé à la même date et 4. la plus simple hypothèse de travail est qu’en se basant sur l’ensemble des données disponibles la tendance du cycle millénaire qui culmina en 990 et a à nouveau culminé en 2003 (fig. 3 et 4) se répétera entre 2003 et 3004.

Sur le long terme le prochain « petit âge glaciaire » aura lieu aux alentours des années 2640. En réalité aucun schéma cyclique ne se répète de manière strictement semblable. Il suffit de remarquer dans la figure 3 la variabilité apparaissant sur une moyenne glissante sur 50 ans. Les prédictions dans un futur proche devront aussi prendre en compte d’autres périodicités de l’activité solaire outre ces cycles de 60 et 1000 ans. De même que les évènements volcaniques imprévisibles devront être pris en compte. Malgré tout, ces deux cycles évidents de 60 et 1000 ans doivent être pris en considération pour tout décision d’ordre politique. Toute autre projection faite par ajustement mathématique ne tenant pas compte des points d’inflexion de ces cycles ne peut pas être liée à la réalité.

À moyen terme les prévisions jusqu’en 2100 se résument ainsi (dans la fig. 12 de cet article) :

Capture d’écran 2018-11-06 à 19.05.43.png

Cette figure compare les prévisions de l’IPCC avec celles de S. Akasofu, harmonique figurant en rouge avec la prévision simple et raisonnable issue de l’hypothèse de travail de la présente publication en vert qui stipule que le pic en or des températures de 2003 signe la fin du dernier cycle millénaire. Akasofu prévoit un accroissement des températures jusqu’en 2100 de 0,5 +/- 0,2°C plutôt que 4,0 +/- 2,0°C pour l’IPCC (l’IPCC a récemment revu à la baisse ses prévisions) mais l’interprétation d’Akasofu fait abstraction du point d’inflexion millénaire de 2003-2004. Cette même figure montre également la coïncidence (encart) du cycle de variation des températures d’une durée de 60 ans qui culmine aussi vers 2003. Si on se penche sur ce cycle plus court de 60 années qui se surimpose au cycle millénaire on peut en déduire que la tendance au refroidissement sera un miroir de la tendance passée au réchauffement. C’est ce qui est souligné par la courbe en trait épais de couleur verte sur cette figure : un refroidissement prononcé jusqu’en 2038 puis un léger réchauffement jusqu’en 2073 et enfin un autre refroidissement jusqu’à la fin du XXIe siècle. À ce moment là tout le réchauffement du XXe siècle (optimum climatique moderne) aura été effacé. (…).

La tendance actuelle.

Le refroidissement amorcé après le pic millénaire de 2003 est illustré en bleu dans la figure 4. Depuis lors ce refroidissement a été obscurci par les phénomènes El Nino. Celui de 2016 a culminé par son intensité. D’ici 2019 (l’article a été écrit en 2016 et publié en 2017) il faut s’attendre à un refroidissement aussi intense que celui observé après le phénomène El Nino de 1998 (fig. 4) soit environ 0,9 °C de baisse des températures globales. De plus la décroissance  du comptage des neutrons depuis 2007 doit être pris en compte car il indique un affaiblissement du régime de l’activité solaire qui se répercutera aux alentours des années 2019-2021 significativement en dessous des lignes en bleu des figures 4 et 5 (il est intéressant de rapprocher ici les deux billets de ce blog cités en préambule).

Conclusions.

En conclusion le résultat des modélisations (figurant dans les rapports de l’IPCC) incluait deux sérieuses erreurs d’appréciation scientifique dans la méthode d’approche adoptée et donc par conséquent des erreurs quant aux conseils communiqués aux décideurs politiques. D’abord, comme cela a été discuté, les analyses ont été basées sur des modèles biaisés construits sur des hypothèses impossibles à tester, impossibles à mettre en équations et qui incluaient des suppositions n’ayant pas lieu d’être. Deuxièmement l’effet naturel du Soleil sur les cycles millénaire et multi-décadal pourtant parfaitement visibles à partir des résultats acquis a été totalement ignoré. Alors que l’on sait où se trouve l’état du climat de la Terre en regard des cycles de 60 et 1000 ans, ignorer ce fait rend alors toute prévision impossible. Cette revue bibliographique présente au contraire une hypothèse de travail qui tombe sous le sens avec une précision satisfaisante et des chances raisonnables d’être vérifiée dans les années à venir alors que l’UNEP (United-Nations Environmental Protection), l’IPCC et l’UNFCCC se réfugient plutôt sous le couvert du « principe de précaution » pour motiver leurs agendas et leurs plans d’action. L’hypothèse de travail présentée ici procure une vue plus large des tendances climatiques à venir et pourrait servir de base solide pour appliquer ce principe de précaution car en réalité il existe des différences régionales substantielles dans la variabilité du climat selon les régions géographiques du globe terrestre. Il serait tout à fait souhaitable d’établir pour ces diverses régions l’apparition de ce fameux « pic d’or » de l’inversion du cycle millénaire afin d’affiner les changements dans ces « plaques » climatiques – Atlantique Nord, Europe, Chine, Asie du Sud-Est, Amérique du Sud, etc – car les prévisions atteintes dans l’hypothèse présentée ici seront tellement différentes de celles de l’IPCC dès 2021 que les politiques énergétiques adoptées en accord avec ces prévisions de l’IPCC deviendront totalement destructrices et contreproductives. Les prévisions de l’IPCC apparaîtront alors scientifiquement insupportables et les décisions des pouvoirs politiques tout aussi insupportables pour les peuples.

Cet article est accompagné de 33 références pour la plupart directement accessibles. Que mes aimables lecteurs veuillent bien, s’ils le désirent, aller sur ce site pour accéder à l’article original : http://climatesense-norpag.blogspot.com/2017/02/the-coming-cooling-usefully-accurate_17.html

Le réchauffement contemporain du climat : loin d’être une anomalie

Capture d’écran 2018-09-18 à 17.55.13.png

C’est en étudiant très finement deux carottages d’environ 8 mètres de long recueillis au fond du fjord de Gullmar en Suède que des scientifiques de l’Université de Gothenburg ont reconstitué les variations de température depuis les années – 370 à 2000. Et il n’y a vraiment de quoi paniquer : le climat a toujours varié passant de périodes chaudes à des périodes froides au cours des siècles passés. Le site de forage des sédiments a été choisi car l’eau reste toujours à une température basse et presque constante au cours des saisons, entre 4 et 8 degrés, et cette eau est pratiquement stagnante car elle se trouve emprisonnée dans un canyon protégé par un seuil rocheux (« sill » en anglais) qui détourne les courants marins. Enfin il n’y a pratiquement pas de marées qui puissent perturber la sédimentation des débris organiques.

Dans ces sédiments les squelettes de calcite d’un foraminifère vivant dans les eaux intermédiaires et profondes (Cassidulina laevigata) ont été utilisés pour retracer l’évolution des températures au cours des siècle en mesurant les teneurs en oxygène-18. Le δ18O ou différence entre la teneur normale en isotope lourd de l’oxygène qui est dans l’atmosphère de 0,2 % et de l’oxygène léger représentant 99,76 % du total avec des traces d’oxygène-17 permet de reconstituer les températures à la surface de la mer. Plus il fait froid moins les molécules d’eau contenant cet oxygène « lourd » ont tendance à s’évaporer. Il apparaît donc un enrichissement en isotope de l’oxygène-18. Mais attention, que mes lecteurs ne se méprennent pas, l’ « eau lourde » des réacteurs nucléaires type CANDU, la filière canadienne, est de l’eau comportant du deutérium à la place de l’hydrogène. Il faut mentionner enfin que les conditions d’hypoxie régnant au fond de ce fjord permettent d’exclure toute perturbation par des traces de vie au niveau des sédiments qui proviennent donc majoritairement de la surface des eaux.

Capture d’écran 2018-09-18 à 17.19.51.png

La chronologie des sédiments a été établie par datation à l’aide du carbone-14 représentée par les étoiles dans la figure ci-dessous. RWP est l’optimum climatique de la période dite romaine ( de – 350 à 450 ans de l’ère présente) suivie de la période froide dite « dark age » (DA de 450 à 850 ans de l’ère présente) caractérisée par l’effondrement de l’Empire romain et les invasions barbares. Cette période est suivie d’un optimum climatique dit âge des Vikings et anomalie climatique médiévale (VA/MCA, 850 à 1350) qui se caractérisa par l’invasion de l’Europe de l’est par Gengis Khan, la construction des cathédrales en Europe occidentale et la colonisation de l’Islande et du Groenland par les Vikings. Cette période de prospérité remarquable fut suivie par le « petit âge glaciaire » (LIA, 1350-1850) qui vit l’Europe s’entredéchirer dans des conflits futiles et enfin l’optimum climatique moderne depuis les années 1850 qui aurait du être une période d’apaisement géopolitique mais au cours de laquelle l’émergence de nouvelles idéologies précipita les peuples de la planète entière dans des conflits tout aussi stupides que ceux du précédent « âge glaciaire » alors qu’ils n’avaient aucune raison d’être, mais c’est un tout autre sujet qui demande une plus ample dissertation.

Compte tenu des résultats obtenus par les scientifiques suédois les températures moyennes de l’eau de surface relevées au fond du fjord (BWT, benthic water températures) à l’aide du proxy  δ18O n’ont pas sensiblement évolué au cours de toutes ces années et, selon les auteurs de cette étude, elles ne sont pas significativement plus élevées aujourd’hui que durant les périodes romaine et médiévale de climat « plus » chaud. Il faut donc se rendre à l’évidence : l’activité humaine accusée de perturber le climat : c’est tout simplement une vue de l’esprit.

Source et illustrations : https://doi.org/10.5194/cp-2017-160

Mais où est passé le réchauffement du climat ? (suite)

Capture d’écran 2018-07-02 à 12.12.22.png

Les Empereurs chinois aimaient les statistiques et tous les évènements du quotidien étaient scrupuleusement consignés sur des registres y compris la date de floraison des pruniers Amygdalus davidiana qui ornaient les jardins et les parcs des alentours des palais et des résidences de l’Empereur disséminés dans la campagne chinoise profonde. Le changement de régime politique en Chine n’a pas effacé cette tradition et deux géographes de l’Université de Pékin ont rassemblé toutes les données relatives à la floraison de cet arbre emblématique que d’aucuns appellent aussi par erreur le cerisier. En établissant une corrélation entre cette date de première floraison et les températures relevées durant la période 1950-1980 il a été possible de remonter dans le temps jusqu’aux années 1740 et le résultat est surprenant.

Capture d’écran 2018-07-02 à 13.32.49.png

Il y a bien eu un refroidissement du climat après 1790 et jusqu’en 1830 alors que les températures étaient plus élevées qu’aujourd’hui entre 1740 et 1790 comme elles l’ont été entre 1930 et 1960 après une stabilisation de près d’un siècle (1830-1930).

Capture d’écran 2018-08-25 à 10.42.26.png

Ce qui ressort de cette étude est assez inattendu : les pruniers fleurissaient en moyenne 4,84 jours plus tôt entre 1740 et 1790 qu’entre 1950 et 1980 et seulement 0,14 jours plus tard durant la période 1790-1830 alors que cette période est communément appelée « petit âge glaciaire ». Certes il s’agit de la Chine continentale et le climat de cette contrée ne peut pas être comparé point par point à celui de l’Europe mais l’étude met en évidence la plus grande sensibilité de la végétation aux températures légèrement plus élevées. À l’aide de la corrélation établie sur la période 1950-1980 entre les dates de floraison et la température relevée il apparaît que durant la période 1741-1790 la température était régulièrement supérieure de 0,48 °C à celle observée entre 1950 et 1980.

La conclusion que l’on peut tirer de cette étude est claire, les optima climatiques ont existé dans un passé récent indépendamment de toute cause d’origine humaine et la présente période « chaude » n’est pas une exception dans l’évolution cyclique du climat.

Source et illustrations : International Journal of Climatology 10.1002/joc.5145

Crise climatique : un gros coup de bluff !

Capture d’écran 2017-09-09 à 07.46.35.png

Afin de reconstituer les variations climatiques passées il existe un certains nombres d’indicateurs que les spécialistes de la question appellent des « proxys ». Ces mêmes spécialistes considèrent que les relevés de températures terrestres ne sont fiables que depuis une centaine d’années seulement et en outre il arrive très (trop) souvent que ces relevés soient biaisés en raison de leur localisation. Pour donner un exemple qui rend suspecte cette approche est l’évolution de l’urbanisation alors que certaines stations météorologiques avec système enregistreur des températures se trouvaient il y a 50 ans en pleine campagne elles sont maintenant situées près des pistes d’un aéroport ou jouxtent un parking de voitures. Les spécialistes de l’évolution du climat ont donc, pour remonter à plusieurs centaines d’années, voire plusieurs milliers d’années, préféré d’autres indicateurs comme les cernes de croissance des arbres. Ils peuvent être datés grace à leur contenu en carbone-14 et le nombre d’échantillons étudiés de par le monde est important, réduisant ainsi les risques d’erreurs d’appréciation. Un autre proxy qui est parfaitement corrélé aux températures et donc du climat est la teneur en isotope 18 de l’oxygène dans les coraux, les stalagmites des grottes et les sédiments lacustes ou marins. Pour faire bref plus il faisait chaud plus il y avait d’oxygène-18 dans ces échantillons. Encore une fois le nombre d’échantillons et de données disponibles est immense et ces données sont toutes disponibles dans le domaine public.

Cependant un problème persiste et préoccupe les spécialistes du climat : tous les modèles prévisionnels utilisés par de nombreux spécialistes en particulier ceux participant aux fameux rapports édités par l’organisme international onusien appelé IPCC n’ont encore jamais prévu, depuis leur mise au point, la pose des températures constatée depuis maintenant près de 20 ans, le fameux « hiatus » que les autorités de cet organisme tentent de masquer par tous les moyens en incriminant le « réchauffement d’origine anthropique » quand une dépression tropicale vient à inonder malencontreusement une ville ou provoquer un glissement de terrain dans un autre endroit de la planète (voir note en fin de billet). Et pourtant cela fait 20 ans que les températures moyennes terrestres n’évoluent plus. Au niveau des Poles Sud et Nord et du Groenland c’est assurément le contraire selon les relevés satellitaires les plus fiables et les plus récents. Par exemple le fameux passage du nors-ouest est resté cette année bloqué par la banquise et aucun bateau n’a pu le franchir alors qu’il y a 20 ans à peine il était prévu qu’il serait libre de glace pratiquement toute l’année. Les volumes de glace ont tendance à augmenter et dans ce cas aussi tous ces modèles avaient prévu l’inverse, c’est-à-dire une fonte rapide de la banquise arctique, la disparition des ours blancs et une montée catastrophique du niveau des océans. Or ce n’est toujours pas ce que les spécialistes en la matière observent chaque jour.

Devant ce constat d’incertitudes préoccupant et dans le but de vérifier si oui ou non l’activité humaine influait sur le climat récent deux climatologues australiens ont approché un certain nombre de ces proxys selon une technique d’analyse statistique des données disponibles dite en réseaux neuronaux artificiels (artificial neural networks ou ANN) appelée aussi solutions neuronales infinies. Les Docteurs John Abbot et Jennifer Marohasy des Universités du Queensland et de Melbourne ont utilisé divers proxys provenant des Montagnes Rocheuses canadiennes, de Suisse, de Tasmanie, de Nouvelle-Zélande et du Chili, au total six proxys pour les hémisphères nord et sud. Les logiciels d’analyse neuronale ont été utilisés après transformation à l’aide de séries de Fourier pour faire ressortir les variations cycliques du climat. Ce type d’approche avait déjà été utilisé par d’autres spécialistes mais ce que ces deux scientifiques ont eu l’honnêteté de faire est qu’ils n’ont pas utilisé les données disponibles au delà de l’année 1830, en d’autres termes ils ont exclu de leur étude l’ensemble de l’ère industrielle afin de ne pas prendre en compte un quelconque effet des rejets de CO2 et d’autres gaz dans l’atmosphère dont les effets sont maintenant communément incriminés comme provoquant un changement (réchauffement) du climat appelé par conséquent anthropogénique.

Une fois cette analyse terminée, celle-ci a conduit à de belles équations permettant de vérifier a posteriori que le climat était plus chaud durant l’époque dite médiévale (optimum climatique médiéval) et beaucoup plus froid durant la période dite du minimum climatique de Maunder. Quand ces deux scientifiques ont terminé leur étude ils ont fait « fonctionner » leur modèle vers le futur, c’est-à-dire au delà des années 1830. Il faut ici bien préciser que ce modèle résulte d’une combinaison de fonctions périodiques mises en évidence au cours de l’analyse des proxys. Dix périodes de ces fonctions ont été identifiées de manière non ambigüe, 1227 ans, 428 et 422 ans, 148 et 147 ans, 128 et 106 ans et enfin 82, 76 et 55 ans auxquels il faut surajouter évidemment le cycle solaire d’environ 11 années. Il est facile de comprendre que ce modèle est très complexe puisqu’il résulte de la combinaison mathématique de 11 fonctions sinusoïdales appelés dans ce cas des harmoniques ou encore éléments spectraux. Cependant le modèle ainsi mis au point a permis de prédire avec une remarquable précision l’évolution du climat depuis 1830, prédiction qui a été rapprochée ultérieurement des proxys disponibles pour la période 1830-2015.

Capture d’écran 2017-08-25 à 12.28.46.png

Et quel résultat a été obtenu ? Le climat terrestre a évolué comme le prédisait le modèle et indépendamment d’une quelconque influence de l’industrialisation de la planète depuis l’avènement de la machine à vapeur et le rejet de tous ces gaz dits « mauvais » pour le climat. Ci-dessus le résultat concernant les proxys composites relatifs à l’Hémisphère Nord : en bleu les proxys et en orangé la projection par analyse ANN. L’optimum médiéval ainsi que le minimum de Maunder sont bien identifiables et l’optimum moderne est parfaitement prédit. Dans le détail, sur la période « test » 1880-2000 et toujours pour l’Hémisphère Nord l’analyse est la suivante (bleu : proxys ; orangé : modèle) :

Capture d’écran 2017-08-29 à 13.00.34.png

Certes les partisans du réchauffement climatique d’origine humaine rétorqueront que cette analyse n’a aucune valeur en oubliant de préciser que l’analyse d’un phénomène physique comportant plus de dix variables liées les unes aux autres de manière encore largement inconnue comme par exemple les oscillations périodiques des Océans Atlantique et Pacifique, les vents d’altitude et la structure même de l’atmosphère est mathématiquement difficile à atteindre et que tous les modèles comportent des limites intrinsèques que ces auteurs ont eu le courage d’indiquer comme le montrent ces illustrations. Toujours est-il que de plus en plus de ces spécialistes du climat osent affirmer que le CO2 et les autres gaz générés par l’activité humaine n’ont rien à voir avec l’évolution du climat de la Terre. À suivre.

Capture d’écran 2017-09-09 à 07.29.27.png

Note. Ce billet a été écrit peu après l’atterrissage de l’ouragan Harvey au Texas provoquant les inondations que l’on sait. Il y a eu ensuite l’ouragan Irma particulièrement puissant qui se trouve actuellement sur l’île de Cuba suivi dans quelques jours par l’ouragan Jose tandis qu’au même moment l’ouragan Katia sévit faiblement à l’ouest du Yucatan. Ces phénomènes auraient pu être prédits par les météorologues car en cette année 2016-2017 il n’y a ni Nino ni Nina dans le Pacifique. Cette situation qui se reproduit périodiquement est propice à la formation d’ouragans dans l’Atlantique Nord pour des raisons encore difficiles à comprendre et surtout modéliser. En effet le couplage entre les oscillations de l’Atlantique Nord et du Pacifique est encore mal expliqué. Ces phénomènes météorologiques ont été attribués à tort au « réchauffement climatique » par la presse main-stream car il faut maintenir les populations dans un état d’alerte « réchauffiste » maximale. Ci-dessus illustration de l’Atlantique nord datant du 9 septembre 2017 à 00:00 h UTC : http://tropic.ssec.wisc.edu/real-time/wavetrack/windnatl.gif 

Source et illustrations : GeoResJ, http://dx.doi.org/10.1016/j.grj.2017.08.001

L’activité solaire et le prix des denrées alimentaires

Galileo_galilei,_telescopi_del_1609-10_ca..jpg

En 1887 le Professeur Rogers publia le dernier et septième volume d’une considérable somme rassemblant l’ensemble de ses travaux de décryptage des registres des moines anglais et des notes manuscrites des propriétaires terriens anglais ou encore des économes des séminaires, documents relatifs aux fluctuations du prix du blé dans le Royaume de Sa Majesté. Cette étude gigantesque occupa plus de 50 ans de la vie de cet érudit acharné et elle est toujours considérée par les économistes comme un instrument irremplacable pour l’étude sur le long terme des facteurs externes influençant le prix des denrées agricoles (voir note en fin de billet). En ce qui concerne l’évolution du prix du blé il est nécessaire de rappeler que le Royaume-Uni est un cas particulier car il s’agit d’un pays insulaire situé à la limite nord de la culture de cette céréale. En effet, en dehors des périodes de climat optimal comme au Moyen-Age et plus récemment au cours de la deuxième moitié du XXe siècle il était hasardeux de cultiver le blé au nord de l’estuaire de la rivière Humber. L’approvisionnement en blé du Royaume était donc très étroitement corrélé aux conditions météorologiques et comme il n’existait pas encore de commerce international convenablement organisé pour suppléer aux besoins en blé les fluctuations du prix de cette denrée alimentaire de base sont donc un reflet extrêmement précis de ces variations météorologiques et comme l’ont magistralement montré les Docteurs Lev Pustilnik et Gregory Yom Din, respectivement de l’Université de Tel Aviv et du Golan Research Institute en Israël, des variations de l’activité solaire.

Les travaux de Rogers couvrent la période 1249-1703 or l’observation des taches solaires qui sont un bon indicateur de l’activité solaire n’ont réellement débuté qu’après l’invention de la lunette – ou plutôt du téléscope – par Galilée en 1609. Après cette date se situe le fameux minimum d’activité solaire de Maunder qui durera jusqu’au début du XVIIIe siècle et l’observation des taches solaires qui était devenue une véritable mode en Europe avec l’usage du téléscope et de la lunette fut plutôt difficile car il n’y eut tout simplement presque pas d’activité magnétique solaire pendant plus de soixante-dix ans. Fort heureusement la science moderne a pu reconstituer l’activité solaire passée en mesurant la teneur en béryllium-10 dans les carottes glaciaires du Groenland et cette teneur est inversement proportionnelle à l’activité magnétique solaire.

Sans vouloir établir une relation de cause à effet directe entre l’activité solaire et le prix du blé en Grande-Bretagne Pustilnik et Yom Din ont tout de même établi, après un dépouillement détaillé et une analyse minutieuse des données rassemblées par Rogers, qu’il était impossible de nier que cette relation existait. Il leur fallut filtrer, c’est-à-dire exclure, certaines fluctuations de ce prix du blé en raison d’évènements historiques tels que des conflits guerriers bien répertoriés par les chroniques. Il est apparu que les fluctuations du prix du blé étaient périodiques et que cette période était d’environ 11 à 12 ans. Il existe deux cycles astronomiques pouvant coïncider avec cette périodicité, l’activité magnétique du Soleil en moyenne de 11 ans et la révolution de Jupiter autour de cet astre qui est de 11 ans et dix mois. Comme les observations récentes par satellite ont clairement montré que le rayonnement cosmique galactique avait une influence directe sur l’apparition de nuages, une vérification des simulations réalisées dans des chambres à brouillard réalisées dans les laboratoires du CERN par bombardement avec des particules simulant les rayons cosmiques l’a d’ailleurs clairement démontré, les auteurs ont pu établir que même durant le fameux minimum de Maunder l’activité magnétique solaire fluctuait avec une périodicité d’environ 11 années et qu’elle avait eu une influence sur le prix du blé amplifiée par les conditions climatiques calamiteuses qui prévalèrent non seulement en Grande-Bretagne mais également en Europe continentale.

Capture d’écran 2017-07-18 à 20.21.20.png

L’illustration ci-dessus est une représentation des fluctuations des prix du blé au cours de la période couvrant le minimum climatique de Maunder. La courbe continue relate les variations de la teneur en béryllium-10 des forages réalisés au Groenland et il faut rappeler que plus il y a de béryllium-10 (radioactif) plus l’activité solaire est faible. Superposés à cette courbe de variation de la teneur en béryllium-10 atmosphérique se trouvent les prix du blé en noir durant les minima d’activité solaire et en blanc durant les maxima d’activité. Les symboles, losanges ou triangles, résultent de calculs de moyennes différents mais ils corroborent le fait que les prix du blé étaient de manière générale plus élevés durant les années de faible activité magnétique solaire. Cette illustration est bien une preuve évidente de l’influence directe du Soleil sur les récoltes agricoles à une époque où il n’était même pas question de charbon ni de pétrole. Cette périodicité calculée comme étant très exactement de 11,2 années a permis par ailleurs d’exclure toute influence significative de la rotation de Jupiter autour du Soleil sur le climat terrestre.

Comment peut-on encore passer sous silence l’effet de l’activité solaire sur le climat de la planète ? Dans les lignes de ce blog il m’est souvent arrivé de mentionner les effets potentiellement catastrophiques du refroidissement du climat prévu par de nombreux géophysiciens dans un très proche avenir sur la production agricole d’une manière générale et plus critiquement encore dans les pays les plus sensibles à ce refroidissement. Viennent à l’esprit la Pologne, l’Ukraine, le Danemark, le nord de l’Allemagne, la Grande-Bretagne et le nord de la France pour ne mentionner que l’Europe. Les grandes cultures comme le blé ou encore le maïs et la betterave risquent d’être fortement perturbées par la chute de l’activité magnétique solaire qui est annoncée comme imminente – vers 2019-2020. L’étude mentionnée ici faisait état d’un temps de latence d’environ 18 mois de l’incidence de la chute d’activité solaire sur l’augmentation du prix du blé. Il est donc à peu près certain que dès le début de la prochaine décennie de graves perturbations apparaîtront dans la production de ces grandes cultures qui entraineront une envolée considérable des prix. Huile, sucre, farine, fruits et légumes, viande et produits lactés seront impactés par ce refroidissement que d’aucuns continuent à nier car la propagande « réchauffiste » favorise les « affaires » en tous genres liées à la production qualifiée comme dangereuse de gaz carbonique. Le retour à la réalité sera très douloureux. Il ne reste que trois ans pour se préparer : c’est déja trop tard …

Source : arXiv, doi : 10.1134/S1990341313010100

Note. La notion de météorologie spatiale englobe les facteurs d’origine extraterrestre influençant la météorologie terrestre. L’activité magnétique solaire joue un rôle central dans la « météo spatiale ». Le champ magnétique solaire varie selon un cycle de 11 années environ et a une directe influence sur le flux de rayons cosmiques d’origine galactique atteignant l’atmosphère terrestre. Les variations d’activité de la dynamo solaire ont également un effet direct sur le champ magnétique terrestre et sur la fréquence et la violence du « vent solaire ». Il est important de noter que l’irradiance solaire varie très faiblement au cours d’un cycle solaire ( +/- 0,1 %), une observation qui a conduit les gourous de l’IPCC à nier l’influence de l’activité solaire sur le climat terrestre.

Illustrations : lunettes de Galilée et arXiv