Politique-fiction : les « évènements » d’Algérie

Capture d’écran 2018-06-29 à 23.17.39.png

À la suite de mon billet relatif aux terres rares j’ai poursuivi ma réflexion en relisant l’histoire car effectuer ce genre d’exercice est parfois une source de surprises. Il ne faut pas lire cette histoire telle qu’elle est enseignée au collège, certainement pas, car elle a été lissée et parfois profondément modifiée par les technocrates dans de nombreux pays européens et en particulier en France pour la rendre conforme aux aspirations modernes. Il est triste de constater cette violation du patrimoine de l’humanité toute entière car notre histoire fait partie de nous-mêmes, de ce qui a fait ce que nous sommes aujourd’hui bien que souvent nous n’en soyons pas conscients.

C’est à l’issue d’une conversation avec une amie « pied-noire » un peu houleuse, pas cette amie mais la conversation, au sujet de la crise algérienne qui en fut l’objet, que m’est venu à l’esprit cette réflexion qui n’est pas une « fake news » comme on dit mais juste le fruit de mes réflexions sur l’histoire récente.

Il s’agit donc d’une analyse très personnelle de l’histoire passée de l’Algérie qui concerne encore sentimentalement des centaines de milliers de personnes déplacées depuis l’Algérie vers la France métropolitaine jusqu’en 1962. Les « pieds-noirs » alimentent encore aujourd’hui une haine inextinguible à l’encontre du Général De Gaulle car à leurs yeux il fut l’instigateur de la séparation entre la France et l’Algérie et l’auteur de toutes les sombres misères que ces populations endurèrent revenant d’Alger, d’Oran ou d’autres ports dans des bateaux bondés pour affronter les hivers rigoureux des années 1960.

La « crise » algérienne que d’aucuns appèlent la « guerre » d’Algérie était à l’époque sous-jacente bien avant que De Gaulle soit appelé par les Français en quelque sorte à la rescousse. Dès le début des années 1950, les géologues français avaient détecté la probable présence de pétrole en Algérie, les USA étaient engagés dans la guerre de Corée et ne semblaient pas s’intéresser à ce que faisait la France en Algérie. Dans le même temps les scientifiques français développaient dans le secret l’éventualité de la mise au point d’un armement nucléaire, une préoccupation qui occupait au même moment non pas seulement la France mais aussi l’Union soviétique et la Grande-Bretagne, dernier pays qui, déjà vassal des USA, ne fit que profiter des avancées technologiques américaines pour s’approprier la possession d’un armement nucléaire pour marquer, en pleine décolonisation, son existence géostratégique. Pour les Français l’énergie et les armements nucléaires étaient issus d’une longue tradition scientifique initiée par les Curie au début du XXe siècle.

Les évènements d’Algérie prirent une soudaine ampleur au tournant de l’année 1954 quand fut découvert du pétrole en plein désert à Hassi Messaoud par la Snrep. Au même moment la Tunisie et le Maroc devinrent des pays souverains et ce fait explique comment le FLN tout nouvellement créé ou allant bientôt l’être put recevoir des armements et beaucoup d’argent de pays tiers. L’histoire dit que c’était l’Egypte qui finançait la guerre civile algérienne, un autre terme pour qualifier les évènements d’Algérie. Nasser en voulait à la France et à la Grande-Bretagne au sujet de leur intervention sur le canal de Suez. Tout ça était bien compliqué et ce n’est que cette convergence de divers faits qui m’a conduit à dire à cette amie pied-noire qu’il était raisonnable de penser que les Américains avaient agi dans l’ombre. Le fiasco de l’expédition franco-anglaise de Suez fut le point de départ d’une sorte de protectorat des Etats-Unis envers l’Egypte et les Américains y sont toujours aujourd’hui. Il suffit de se souvenir du supposé « printemps arabe » égyptien fomenté par les Frères Musulmans qui fut un échec total et se conclut par une reprise du pouvoir par l’armée, ouvertement soutenue par les USA.

Alors qui finança le FLN sachant qu’il y avait du pétrole et probablement aussi du gaz qui fut découvert plus au sud quelques années plus tard à Hassi R’mel ? La réponse semble évidente mais que mes lecteurs n’aillent pas considérer qu’il s’agit d’une vérité qui ne sera probablement jamais dévoilée au grand jour. Cette conjonction d’évènements me permit d’indiquer à cette amie que probablement les services secrets américains manipulaient les protagonistes revendiquant une indépendance de l’Algérie. Je me trompe peut-être mais comment infirmer une telle hypothèse ?

Illustration : Champ pétrolifère d’Hassi Messaoud (Wikipedia)