Préserver la biodiversité ? Eliminer les hommes !

Capture d’écran 2019-05-19 à 10.01.50.png

Le nouveau dada des écolos bobos des pays développés est la protection de la biodiversité. Celle biodiversité est déjà menacée par le climat dont on nous dit qu’il se réchauffera inexorablement si l’homme ne fait pas tout ce qu’il peut – surtout financièrement – pour le sauver mais cette biodiversité est surtout menacée encore une fois par l’homme lui-même. Nous sommes donc – nous humains – tous concernés par ce problème d’équilibre des espèces animales, végétales et microbiennes parce que nous sommes trop nombreux sur la Terre, bien que ne représentant qu’une infime partie de la biosphère terrestre : 0,011 % (voir le lien sur ce blog). Et comme le monde politique a décidé haut et fort que le sauvetage de la biodiversité, comme celui du climat, constituait une urgence absolue il ne reste qu’une solution efficace : réduire la population humaine.

Va-t-on ressortir les vieilles idéologies malthusiennes reprises par le Club de Rome pour que nous nous donnions bonne conscience ? Va-t-on interdire l’agriculture intensive pour redonner à la nature ses droits ? Va-t-on interdire aux être humains le droit de faire des enfants afin de libérer des espaces pris sur la nature ? C’est selon les résultats d’une étude coordonnée par le TREE Project ce qui apparaît clairement : nous sommes trop nombreux sur la planète, il faut donc réduire la population humaine et créer des « parcs mondiaux » de préservation de la biodiversité en éliminant toute population humaine d’espaces réservés à la biodiversité. Il n’y a aucun autre moyen !

Le TREE (acronyme de Transfer-Exposure-Effects, http://tre.ceh.ac.uk ) est un organisme dépendant du Centre d’Écologie et d’Hydrologie britannique qui a collecté toutes les données disponibles au sujet des zones interdites mises autour de la centrale nucléaire de Tchernobyl qui a lourdement contaminé une zone située incluant la ville de Prypiat. La « création » de cette zone a nécessité l’évacuation sans retour possible de 350000 personnes car plus de 400 fois la quantité de radioactivité correspondant à celle de la bombe d’Hiroshima s’y dissémina. Ces études ont clairement montré que si la présence de l’homme est autoritairement éliminée la nature reprend ses droits rapidement et très efficacement.

L’accident de Tchernobyl révèle au moins un point important : la radioactivité tant décriée par les écolos bobos des pays occidentaux n’est pas aussi dangereuse qu’il n’y paraît. Il ressort que des doses massives de radiation tuent tout, les animaux, les arbres, les lichens et les mousses mais ces doses massives n’ont été observées et mesurées que lors de l’accident lui-même et des quelques jours suivants. Nul ne connaît précisément le nombre de décès d’êtres humains, les rumeurs mentionnent que 500000 personnes seraient mortes des suites de l’accident, directement ou à la suite de séquelles provoquées par les radiations. Quant à la population animale et la végétation elles semblent se comporter parfaitement bien dans les zones encore interdites. Comme on pouvait s’y attendre les mouvements opposés à l’usage de l’énergie nucléaire ont exigé que les statistiques concernant les décès soient « gonflées » pour bien faire passer leur message mais force est de constater que les animaux ont prospéré d’une manière inattendue dans des endroits pourtant déclarées après l’explosion « déserts pour la vie et pour des siècles ». Ce n’est évidemment pas le cas comme le montrent quelques illustrations :

Capture d’écran 2019-05-18 à 09.21.25.png

Le bison d’Europe semble tout à fait heureux, vivant en harmonie avec les lynx, les ours bruns, les élans et les chevaux de Przewalski, tous considérés comme des espèces hautement menacées avant l’accident nucléaire. Même certains amphibiens comme la grenouille arboricole se sont accommodés des fortes doses de radiations. Les enquêteurs scientifiques objectifs ont noté des cas d’albinisme chez certains oiseaux mais jamais ils n’ont pu observer des malformations comme celles qui circulèrent sur les réseaux sociaux quelques années après l’accident.

Capture d’écran 2019-05-18 à 09.24.19.png

Pour conclure ce billet la décision du gouvernement ukrainien de déclarer la zone interdite de Tchernobyl « réserve radiologique et environnementale de la biosphère » paraît être un geste hautement politique dans le contexte mondiale de préservation des écosystèmes, zone devenue en effet au cours des années du plus grand intérêt pour l’étude de la la conservation de la biodiversité dans un environnement radioactif déclaré hostile pour l’homme … à l’exception de toute autre forme de vie.

Au final il faut nuancer la culpabilité humaine tant en ce qui concerne le climat que la biosphère et encore et surtout tenir compte de l’immense capacité de résilience de la planète qui a vécu par le passé des situations climatiques beaucoup plus froides ou chaudes qu’aujourd’hui et la disparition d’espèces vivantes comme l’apparition d’autres espèces, ce que le monde politique refuse de prendre en considération. L’homme a l’outrecuidance d’avoir le pouvoir de modifier l’évolution de ce système planétaire complexe. Alors qu’il a abandonné toute croyance religieuse il s’est arrogé celui, divin, de vouloir influencer la nature en confondant politique et science ou plutôt en utilisant la science à des fins politiques.

Inspiré d’un article paru sur le site The Conversation. Prochain billet mardi 21 mai.

https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/06/05/biodiversite-biosphere-et-biomasse-cest-tendance-et-cest-trompeur/

L’IPBES, clone de l’IPCC, prédit l’apocalypse

Capture d’écran 2019-05-07 à 16.36.25.png

À nouveau les plus éminents scientifiques du monde entier couvrent les machinations onusiennes.

Voilà que ça recommence ! Le groupe intergouvernemental d’ « experts » sur l’évolution du climat (GIEC ou IPCC en anglais) est un modèle qui a bien fonctionné jusqu’à présent dans sa mission de semer la terreur climatique dans le monde entier et l’Organisation des Nations-Unies adapte maintenant ce même modèle, avec les mêmes astuces pseudo-scientifiques, pour alerter le monde entier sur les menaces pesant sur la biodiversité. Un rapport de 1800 pages a été présenté à Paris ce 6 mai 2019. L’IPBES, ça sonne bien, est l’acronyme de Intergouvernemental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystems Services sise à Bonn en Allemagne. Jonathan Watts, éditeur au Guardian (journal anglais étiquetté à gauche) de tout de qui concerne l’environnement à l’échelle mondiale a déja dit dans ses colonnes tout ce qu’il fallait savoir sur ce « GIEC pour la nature« . Les « scientifiques » des Nations-Unies ont averti qu’ils étaient convaincus que ce rapport avait été rédigé par « les plus grands scientifiques du monde« . Il est trop drôle de s’apercevoir à quel point les journalistes sont crédules. Ils ont décrit docilement le personnel constituant l’IPCC pendant des années et des années jusqu’à ce que quelques curieux commencent à s’apercevoir que certaines personnes impliquées directement dans cet organisme étaient des étudiants d’une vingtaine d’années !

Watts dit, droit dans ses bottes que :

« Le texte final du résumé destiné aux décideurs politiques était en cours de finalisation à Paris par un groupe d’experts et de représentants des gouvernements, mais le message général est clair. »

En d’autres termes, comme pour l’IPCC, des scientifiques sont recrutés pour rédiger un rapport. On ne connaît pas les critères de choix de ces personnes. Ensuite ces scientifiques rédigent un résumé pour les décideurs (SPM, Summary for Policy Makers). Les politiciens et les bureaucrates représentant les gouvernements nationaux assistent ensuite à une réunion plénière durant laquelle le résumé est examiné ligne par ligne et réécrit.

Les contes de fées parlent de la transformation de la paille en or. Les Nations-Unies prennent des résumés scientifiques et les transforment en une paille politiquement consommable. Le document qui en résulte et qui a donc été solennellement publié ce 6 mai représente ce qu’une salle remplie d’agents politiques a accepté de dire à haute voix.

Pire encore, au cours des prochaines semaines, le texte en cours de synthèse, c’est-à-dire le texte sous-jacent supposé être de haute teneur scientifique, sera également modifié. Il est évident que ce n’est pas ainsi que les choses devraient se passer. Les résumés sont censés être des réflexions précises basées sur des documents plus longs, solides et définitifs. Or apparemment ce n’est pas ainsi que les Nations-Unies opèrent puisqu’il s’agit d’aligner les documents dits scientifiques sur le résumé destiné aux décideurs politiques. Il est inutile de prétendre le contraire, ce sont les procédures standard de l’IPCC et elles sont ouvertement exposées dans un guide de 56 pages expliquant comment l’IPBES fonctionne (lien en fin de billet, en anglais).

IPBES_changes_align_with_su.jpg

Imaginons un instant des cadres d’une chaine de télévision examinant à la loupe le scénario d’une émission d’information d’enquête (du genre Cash-Investigation d’Elise Lucet, ajout de votre serviteur). Imaginez qu’ils réécrivent ce texte à la demande de grands annonceurs et en tenant compte de diverses sensibilités politiques. Est-ce que le résultat final serait digne de confiance ? Robert Watson, Diecteur de l’IPCC de 1997 à 2002, dirige maintenant l’IPBES. Sa biographie en ligne sur le site de l’Université d’East Anglia précise qu’il est « champion du monde des Nations-Unies pour la science et l’innovation« . Et lors de la création de l’IPBES en 2010 il a parfaitement précisé que son objectif était de « mener la bataille contre la destruction du monde naturel« . En d’autres termes il y a ici toutes sortes de tromperies grossières. L’IPBES n’est pas un corps scientifique honnête qui devrait examiner de multiples perspectives et considérer, comme tout corps scientifique, des hypothèses alternatives. La mission de cet organisme onusien consiste à rassembler un seul type de preuve, comme l’IPCC l’a fait avec le gaz carbonique, une preuve qui est favorable aux traités environnementaux de l’ONU.

C’est ainsi que les Nations-Unies fonctionnent, avec des machinations dans l’ombre camouflant ses aspirations politiques en les habillant de vêtements pseudo-scientifiques.

Traduction aussi fidèle que possible d’un billet de Donna Laframboise mis en ligne sur son site le 6 mai 2019

https://www.ipbes.net/system/tdf/180719_ipbes_assessment_guide_report_hi-res.pdf?file=1&type=node&id=28500

Imaginez … Un monde sans pétrole

Capture d’écran 2018-07-11 à 11.56.02.png

Imaginez …

Si toutes ces automobiles étaient électriques, ce seraient des milliards de tonnes de batteries …

Des montagnes de déchets ingérables pour produire ces milliards de tonnes de batteries …

Des milliards de tonnes de batteries à recycler …

Si seulement dix automobiles électriques n’avaient plus d’énergie dans un embouteillage …

Les réseaux électriques nécessaires pour recharger ces batteries …

La charge additionnelle sur les routes en raison du poids de ces véhicules …

L’énergie qu’il faudrait produire uniquement avec des panneaux solaires et des moulins à vent …

Et toute cette fausse croyance qui veut que le CO2 rende la Terre plus chaude que le Soleil ne le peut …

Bienvenue dans le Tontocène, l’âge de la stupidité !

Hans Schreuder

Juillet 2018

Source et illustration : climatedepot.com, tonto = idiot, stupide en espagnol

Union Européenne : un pas de plus vers le totalitarisme

Capture d’écran 2018-05-30 à 11.11.56.png

Le Parlement et la Commission européens préparent une loi (et non pas une directive) qui devra être immédiatement appliquée par tous les Etats et cette loi, encore une fois, prouve que l’Europe est sous l’emprise d’idéologues totalement déconnectés de la réalité quotidienne. Après le pain, le café et les pommes de terre frites supposés contenir de l’acrylamide représentant un danger pour la santé c’est maintenant le tour de toutes sortes de petits ustensiles en matière plastique qui vont être définitivement bannis de la vie quotidienne. Les écolos du Parlement et le lobby du même nom très actif autour de la Commission tous derrière Monica Frassoni (parti vert européen) veulent que soient interdits les pailles pour boire un soda, les coton-tiges, les petits ustensiles pour mélanger le café, les verres et les assiettes en plastique pour les pick-nick mais également ces mêmes accessoires utilisés dans les fast-food ainsi que les tasses à café en plastique.

Capture d’écran 2018-05-30 à 17.24.58.png

Les partis écolos adossent leur décision sur le fait que près de 90 % de la pollution des océans avec des résidus de plastiques proviennent de ces quelques dix accessoires. Les autres arguments avancés par ces activistes empêcheurs de tourner en rond sont tous aussi spécieux les uns que les autres : éviter l’émission – pour l’Europe seulement – de 3,4 millions de tonnes de carbone. Puis éviter des dommages environnementaux qui s’élèveront en 2030 à pas moins de 22 milliards d’euros. On est en droit de se demander comment une telle évaluation a bien pu être réalisée. Et enfin, pour faire passer la pilule « verte » auprès du public, une économie pour les consommateurs de 6,5 milliards d’euros, ah bon ! et comment ? Le prétexte invoqué est la profusion de déchets de plastique dans les océans qui met en danger la « biodiversité halieutique. Or l’Europe est un bon élève en la matière, ce prétexte est donc injustifié. La loi ne devrait être finalisée qu’en 2020 ou 2021 car il faudra mettre au point des alternatives et les industriels impliqués dans l’alimentation et divers autres secteurs devront s’adapter à cette nouvelle exigence. Paradoxalement ces mêmes industriels soutiennent cette initiative et c’est bien compréhensible : les produits de remplacement seront plus coûteux pour le consommateur ! À croire que le lobby écolo travaille pour les industriels … Les Anglais, gros consommateurs de tous ces produits, ont tout à fait raison de quitter l’Europe et ses lois tyranniques voire totalitaires …

Capture d’écran 2018-05-30 à 11.16.12.png

Mais qu’en sera-t-il des préservatifs, faudra-t-il aussi les interdire et revenir au bon vieux condom en vessie de porc ? Il est vrai qu’une telle mesure serait bénéfique pour la natalité déclinante de l’Europe. Et puis il y a aussi les garnitures périodiques, revenir à la bonne vieille serviette hygiénique qu’on lave et qui est donc recyclée est infiniment plus écolo. La Commission Européenne a décidé depuis déjà de nombreuses années de tout régenter, les Européens vont devenir des zombies pauvres, sous l’emprise d’un système totalitaire qui régentera tout de la vie privée, tant les lois et les taxes les paupériseront !

Sources : Associated Press et http://europa.eu/rapid/press-release_IP-18-3927_en.htm Note. Straw = paille, billion p. a. = milliards par an

IPBES : il faut entretenir la peur millénariste mondiale

Capture d’écran 2018-03-23 à 19.20.39.png

Selon l’IPBES, après trois années d’enquêtes sur le terrain dans diverses régions de la planète la biodiversité est mise à mal partout et d’une façon alarmante. Ce sont plus de 550 experts de 100 pays qui l’ont affirmé cette fin de semaine lors de la réunion annuelle de l’IPBES (Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services) à Medellin en Colombie. L’IPBES est le pendant de l’IPCC pour l’environnement et naturellement il a été question du réchauffement climatique qui est un facteur déterminant, selon cet organisme, de la dégradation de l’environnement et des écosystèmes. Le principal travail de cet organisme est d’effectuer des prévisions, comme d’ailleurs l’IPCC, en modélisant l’évolution de l’état des lieux selon des critères pas toujours transparents ni convaincants.

Il est instructif de citer quelques « perles » contenues dans ce rapport. Par exemple pour les Amériques en comparant l’état des biotopes du temps de l’arrivée des colons du Mayflower et ce qu’il en reste maintenant, 31 % des espèces endémiques ont disparu et l’extrapolation prévoit que d’ici 2050 ce seront 40 % de ces espèces qui auront encore disparu. Rien n’est dit sur la quasi extermination du bison d’Amérique par l’homme blanc pour affamer les Amérindiens, mais ce n’est qu’un détail. En Afrique c’est pire : à la cadence actuelle de dégradation de l’environnement pour des raisons climatiques (encore elles) et humaines plus de la moitié des oiseaux et mammifères endémiques auront disparu en 2100. Force a été de citer l’exemple du rhinocéros blanc dont le dernier mâle encore en vie en liberté vient de mourir ! Une catastrophe mondiale puisqu’il ne reste plus de rhinocéros blancs à l’exception de deux femelles en liberté et les seuls spécimens encore vivants se trouvent dans les zoos. 500000 km2 de terres arables ont disparu en Afrique et avec une population supposée doubler d’ici 2050 (encore une prévision) combien de terres arables disparaîtront ? Toujours en Afrique, les mangroves et les écosystèmes littoraux sont partout en danger … Apocalyptique !

C’est pire en Asie, et là c’est une énumération genre pot-pourri. Tout y passe. En partant d’une constatation ponctuelle il semble qu’il est possible de faire des projections précises pour les années à venir (ce qui est absurde): avec une croissance économique annuelle moyenne de 7,6 % entre 1990 et 2010 ayant bénéficié à 4,5 milliards d’individus, les effets sur l’environnement, malgré l’accroissement des parcs naturels protégés terrestres et marins, en 2048 (la précision est à noter, je n’invente rien) il n’y aura pratiquement plus de poissons dans les zones découvrant à marée basse et les coraux seront critiquement menacés par la pollution et le réchauffement climatique (encore lui) à tel point qu’en 2050 jusqu’à 90 % des coraux auront disparu, sans oublier la montée du niveau des mers. De plus, et il ne fallait surtout pas l’oublier aussi, la dégradation de l’environnement par l’usage de pesticides menacera les populations déjà mises à mal par de nouvelles épidémies (à venir, quand ? on n’en sait rien) provoquées par le réchauffement climatique.

En Europe-Asie la situation n’est pas non plus vraiment réjouissante. Les populations consomment déjà plus que la nature peut produire. L’intensification des techniques agricoles et la déforestation intensive (curieux constat car les surfaces boisées en Europe sont en constante augmentation depuis 50 ans) font que d’ici 2050 27 % des espèces terrestres et 66 % des biotopes seront à risque.

La totalité de l’humanité doit donc contribuer, argent sonnant et trébuchant cela va de soi, pour sauver les pandas, les rhinocéros et les léopards ainsi que les ornithorynques, cela va de soi aussi.

Je suggère à mes lecteurs anglophones de lire ce rapport de propagande qui fleure bon les pratiques idéologiques du WWF et de Greenpeace et dont voici le lien :

https://www.ipbes.net/news/biodiversity-nature’s-contributions-continue-%C2%A0dangerous-decline-scientists-warn

Illustration : cargaison de bois illégalement coupé dans la forêt amazonienne (Reuters)

Alerte à la radioactivité ? Pas de quoi fouetter un chat …

Au début de cette année une information a fait la une des journaux : de l’iode radioactif a été détecté au dessus de l’Europe et a cette fois franchi les Ardennes, je veux dire la frontière française. Il y a quelques jours, bien pire ! L’IRSN, l’institut français en charge de la protection contre les radiations a signalé la présence dans l’atmosphère français de ruthenium-106 et dans la foulée d’autres pays européens ont signalé la même anomalie. Il faut en effet relativiser le « danger » que représente la présence de ce radioisotope à des doses infinitésimales : des millibecquerels par m3 … Il faut filtrer au moins 1000 m3 d’air pour avoir la chance de détecter une désintégration par seconde – c’est la définition du Bq – de cet isotope artificiel du ruthénium qui émet un rayonnement beta et ça ne va pas vraiment être dangereux pour la santé du malheureux promeneur s’époumonant en courant dans la forêt de Fontainebleau durant deux heures. La pseudo-alerte a été lançée le 5 octobre courant par l’IRSN, et il n’y a pas de quoi fouetter un chat, bien que la provenance de ce radioisotope soit toujours inconnue.

Puisqu’il s’agit ici de radioactivité artificielle il est intéressant de passer en revue par ordre alphabétique tous les autres radioisotopes utilisés en médecine en dehors de ceux qui sont couramment et quotidiennement employés par les biologistes et les chimistes dans les laboratoires de recherche. La « médecine nucléaire » est l’un des plus gros pollueurs en termes de radioactivité car il est le plus souvent impossible de contrôler les effluents provenant des malades ayant été soumis à un diagnostic contrairement aux centrales nucléaires pourtant cibles quotidiennes des écologistes dont le ministre français de l’énergie renouvelable et gratuite.

Par ordre alphabétique donc, l’un des radioisotopes les plus utilisés en diagnostic et recherche médicale est le fluor-18. Cet élément provient du bombardement par des noyaux d’hydrogène de haute énergie d’une cible contenant de l’oxygène-18, l’isotope lourd de l’oxygène, donc en l’occurence de l’eau. Le fluor-18 est alors séparé et utilisé pour synthétiser rapidement du fluorodésoxyglucose où un atome de fluor-18 remplace un groupement -OH du sucre. Le fluor en se désintégrant émet des positrons détectables par tomographie (PET-scan) pour localiser des tumeurs et leurs métastases et en recherche médicale pour étudier le métabolisme du cerveau en particulier. Cette approche nécessite des équipements coûteux et les hôpitaux ne sont pas tous équipés pour procéder à des PET-scan, loin de là. En 24 heures toute trace de radioactivité a disparu …

Avant de mettre au point le fluorodésoxyglucose les radiologues utilisaient du gallium-67, un métal qui a tendance à s’accumuler préférentiellement dans les cellules cancéreuses et celles impliquées dans des processus inflammatoires car l’organisme croit que le gallium est du fer. Dans certains diagnostics le gallium est remplacé par l’indium-111 qui cible les cellules sanguines de la lignée blanche pour tenter de localiser les foyers d’infection et de fièvre inexpliqués et indétectables par d’autres méthodes. Les doses utilisées pour réaliser une gamma-graphie sont confortables puisqu’elles atteignent en routine 150 millions de désintégrations par seconde (ou becquerels), rien à voir donc avec le ruthénium qui a été détecté au dessus de nos têtes le 5 octobre 2017. Pour les curieux le gallium-67 est produit par bombardement de l’isotope 68 du zinc dans un cyclotron. En 78 heures la moitié du gallium-67 a disparu.

Toujours par ordre alphabétique et après l’indium on arrive à l’iode radioactif dont deux isotopes sont très utilisés en médecine nucléaire pour les radio-diagnostics de la thyroïde, le seul tissu utilisant de l’iode dans l’organisme (illustration : scintigraphie de la thyroïde). Deux isotopes de l’iode sont utilisés, l’iode-123 et dans une bien moindre mesure l’iode-131 et les doses injectées sont tout aussi alarmantes pour une personne apeurée par la radioactivité que pour le gallium puisqu’il s’agit de « seulement » 25 millions de becquerels. L’iode-131, celui de la centrale nucléaire de Fukushima, est de plus en plus rarement utilisé car il émet un rayonnement beta énergétique qui endommage les tissus. Quant à l’iode-125 largement utilisé en laboratoire de recherche et d’analyse (radio-immuno-essais) sa durée de demi-vie est trop longue (59 jours) pour un usage médical et l’iode-123 lui est préféré en radio-diagnostic car sa demi-vie est de seulement 13 heures.

On arrive alors au lutetium-177 qui est utilisé pour le traitement de certaines tumeurs du pancréas encore au stade de la recherche. Une injection de 7,5 millions de becquerels par traitement permet tout de même au patient de retourner chez lui car il n’émet plus autour de lui « que » 25 microsieverts par heure bien que la demi-vie de ce radioisotope soit de près de 7 jours. Pour l’anecdote le rhenium-188 a été utilisé dans certains diagnostics mais a été abandonné en raison du caractère toxique de l’osmium apparaissant après émission de rayonnement beta. Le rhenium a été originellement utilisé en médecine nucléaire car l’isotope radioactif (62 % du rhenium naturel) avec une demi-vie de 41 milliards d’années est plus abondant que l’isotope stable dans la croute terrestre et il n’était pas nécessaire de le produire artificiellement.

Vient ensuite le thallium-201 qui est encore exceptionnellement utilisé lors des tests d’effort pour détecter les pathologies des valvules cardiaques et surtout pour visualiser les zones du coeur ayant subi une ischémie après un infarctus. On lui préfère aujourd’hui l’usage du technétium-99 qui est largement utilisé en radio-diagnostic. Les curieux peuvent aller voir l’article de Wikipedia au sujet des multiples usages de cet isotope en imagerie médicale (http://en.wikipedia.org/wiki/Technetium-99m#Medical_uses ).

Enfin on arrive à l’yttrium-90 qui est présent à l’état de traces dans les produits de fission de l’uranium des centrales nucléaires dans les fractions contenant du strontium-90. L’yttrium-90 est utilisé pour traiter certaines formes de cancers du foie et du colon par destruction des cellules cancéreuses à l’aide du rayonnement de ce radioisotope (rayons beta – énergétiques) administré sous forme de micro-sphères qui sont absorbées par le tissu tumoral. Il s’agit de radio-thérapie au sens propre du terme comme pour les rayons X ou le cobalt radioactif (rayons gamma).

Il est donc tout à fait inutile de s’alarmer quand un « nuage radioactif » vient survoler l’Hexagone en se moquant des frontières compte tenu des énormes doses de radioactivité manipulées en médecine nucléaire mais aussi dans les laboratoires de recherche …

Sources : IRSN et World Nuclear News, illustration Wikipedia

L’impact environnemental des animaux de compagnie : un gigantesque scandale !

Big_and_little_dog.jpg

Au Vénézuela et en particulier à Caracas il n’y a pratiquement plus d’animaux de compagnie et les zoos ont été décimés en raison du manque de nourriture. Est-ce, en raison d’une situation économique détériorée, un retour vers la normale du comportement humain ? Car tout de même posséder un chien (ou à l’extrême limite un chat) quand on habite dans un environnement urbain ne relève-t-il pas d’une psychothérapie lourde ? Ici à Santa Cruz de Tenerife (Espagne) dans l’agglomération de 300000 habitants en incluant San Cristobal de la Laguna il y a 40000 chiens et je peux assurer mes lecteurs que l’odeur des rues est proprement pestilentielle car il n’est pas tombé une seule goutte de pluie depuis la mi-avril. Ces charmantes petites bêtes, les amis préférés de madame chien-chien (bien avant ses petits-enfants quand elle en a), urinent et défèquent dans la rue plusieurs fois par jour. Il y a quelques semaines toutes les madames chien-chien de mon quartier ont manifesté avec leur clébard (pas besoin de tambours et de trompettes, leurs aboiement suffisaient largement) pour protester contre l’instauration d’une taxe sur les chiens par le gouvernement local, c’est dire à quel point la nature humaine se détériore profondément …

Aux USA, pays des statistiques en tous genres, il y a 163 millions de chiens et de chats et des curieux du Département de Géographie de l’Université de Los Angeles (UCLA) ont rassemblé toutes les données disponibles relatives aux animaux de compagnie, ils ont réalisé une étude fort intéressante sur l’impact économique et environnemental de ces charmantes petites bêtes (voir le lien en fin de billet) et ils sont allé de surprises en surprises. Premier point, et ici on peut penser aux habitants de Caracas, les animaux de compagnie américains consomment l’équivalent de 20 % des calories alimentaires de l’ensemble de la population dont 33 % sont d’origine animale. La quantité d’excréments de ces adorables petites bêtes représente un tiers de celle de tous les humains américains ! Sans oublier leur urine qui part directement dans les égouts réservés comme dans beaucoup de villes aux eaux de pluie et va directement polluer les rivières, les lacs et la mer puisque ces dites urines, dans la majorité de ces grandes villes, ne passent pas par les stations d’épuration. À eux seuls tous ces chiens et chats dégagent 64 millions de tonnes de CO2 et autres gaz dits à effet de serre chaque année en incluant la fabrication de leurs aliments.

Dans de plus en plus de pays développés posséder un animal de compagnie devient un luxe en raison des taxes, d’une part, mais également du coût de leur nourriture qui ne pourra qu’augmenter car il faudra bien un jour décider à qui sont destinés les produits de l’agriculture et de l’élevage : aux animaux de compagnie ou aux êtres humains ? Si ce billet paraît polémique, je voudrais rassurer mes lecteurs. Les chats sont utilisés pour chasser les souris et les campagnols comme c’était le cas dans ma maison natale rurale mais dans une ville ce ne sont que des animaux de compagnie qui ont pourtant besoin de liberté et d’indépendance, ils sont donc fondamentalement malheureux quand ils sont enfermés dans un appartement. En ce qui concerne les chiens il faut mentionner quelques exceptions pour insister sur le fait que ces animaux doués d’un flair et d’une mémoire exemplaires sont utilisés par les aveugles, les bergers, les pompiers et autres sauveteurs, les douaniers et les chercheurs de truffes. Ces chiens doivent donc être traités à l’évidence avec un statut spécial. Quant aux autres chiens et chats, ce sont plutôt leurs maîtres qu’il faudrait traiter médicalement et fiscalement, surtout quand ils résident dans une ville …

Source : PlosOne, doi : https://doi.org/10.1371/journal.pone.0181301 via WUWT