USA : la nouvelle « Chute Finale » ?

Lorsque Emmanuel Todd publia en 1976 son premier ouvrage « La Chute Finale », un essai de prospective relatif à la chute du bloc soviétique, il s’appuya sur les données démographiques dont il disposait à l’époque. Ces données faisaient état d’une hausse de la mortalité infantile et d’une décroissance de l’espérance de vie. En 2002 Todd réitéra en se penchant cette fois sur un éventail de données socio-économiques et politiques au sujet des USA dont il prédit la chute dans son essai « Après l’Empire ». En cette année-là les Etats-Unis étaient considérés comme le pays disposant du meilleur système de santé dans le monde. La mortalité infantile était négligeable et l’espérance de vie avait atteint un sommet. En 20 ans seulement la situation s’est considérablement dégradée sur le plan sanitaire et si Todd reprenait les données démographiques disponibles aujourd’hui il pourrait écrire un nouvel essai au sujet des USA reprenant l’argumentation qu’il utilisa dans « La Chute Finale ». En effet, une longue étude publiée par le National Bureau of Economic Research situé à Cambridge, Massachusetts, présente en détail la situation démographique actuelle des Etats-Unis ( http://www.nber.org/papers/w29203 ) qui fait l’objet de brefs commentaires dans le présent billet sur ce blog.

Cette étude s’est limitée à la période 1990-2018. Tous les aspects démographiques y sont abordés dont en particulier les différences ethniques entre « blancs » et « afro-américains » et l’étude mentionne toujours une comparaison avec un panier de pays européens comprenant le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Norvège et l’Espagne. Les résultats de cette étude réalisée en collaboration avec les pays européens cités ici fait ressortir un aspect démographique des Etats-Unis qui doit certainement interpeller Emmanuel Todd. L’étude a été réalisée avant la pandémie de SARS-CoV-2 il ne serait pas fortuit d’en déduire que le système de santé américain soit responsable des 705000 décès enregistrés dans ce pays depuis le début de la pandémie coronavirale ( source : https://www.worldometers.info/coronavirus/ ).

Le premier fait est une très importante diminution de la mortalité de la population afro-américaine au cours de cette période : l’écart de l’espérance de vie entre « noirs » et blancs est passée de 7,6 à 3,6 années tandis que l’espérance de vie globale des « blancs » a diminué. Cette dernière, sensiblement égale à celle des Européens en 1990, a diminué de manière constante. En premier lieu l’évolution de la mortalité infantile (0-4 ans) est un excellent indicateur de la qualité du système de santé. Le graphique ci-dessous montre la mortalité infantile pour la population afro-américaine et ce taux de mortalité est lié à l’indice de pauvreté (poverty ranking). Cet indice est calculé à partir d’un ensemble de données statistiques comprenant les salaires, l’état des possessions immobilières, le nombre de véhicules automobiles possédés, le nombre zéro étant attribué aux couches de la population les plus aisées. Cet indice complexe est adossé sur les données des recensements réalisées périodiquement dans chaque pays en particulier par les organismes d’études statistiques et démographiques. On peut constater que la mortalité infantile a très nettement diminué dans la population afro-américaine mais également que cette même mortalité a progressé dans la population blanche y compris chez les populations les plus aisées. Ceci est un indicateur de la dégradation constante du système sanitaire américain dont sont également victimes les populations aisées.

Pour la population adulte (20-64 ans) la situation est encore plus marquée. D’abord on meurt toujours plus quand on est « plus pauvre statistiquement parlant ». L’écart entre noirs et blancs aux USA s’est réduit au cours de la période d’étude et à l’évidence la population blanche américaine a significativement décroché par rapport à l’Europe, en quelque sorte encore une confirmation de la dégradation sanitaire américaine.

L’étude s’est enfin intéressée aux causes de la réduction de l’espérance de vie aux Etats-Unis et l’examen de celles-ci est tout à fait révélateur non seulement de la dégradation du système de santé américain mais aussi et surtout de la dégradation sociétale de ce pays. L’évaluation en pourcentage des contributions à la diminution de l’espérance de vie entre « noirs » et « blancs » américains montre sans ambiguïté la contribution des suicides (death of despair), des homicides et du HIV alors que les maladies cardiovasculaires ont sensiblement le même « poids » dans cette évaluation. On peut enfin remarquer que l’incidence des maladies respiratoires, qui représentent 5 % dans cette contribution ont été confirmées lors de l’épidémie du SARS-CoV-2 avec un beaucoup plus grand nombre de morts dans la population afro-américaine.

Cette étude mérite d’être lue en détail car elle montre sans appel que les Etats-Unis sont depuis maintenant 20 ans entrés dans un déclin inexorable et les statistiques démographiques en sont le premier indicateur avec la diminution de l’espérance de vie et l’augmentation de la mortalité infantile : l’objet d’une nouvelle « Chute Finale » pour Emmanuel Todd et concernant cette fois les USA ?

18 mars 2021, la fin du régime fascistoïde de Macron ?

Le néologisme « fascistoïde » n’est pas de mon cru, il a été écrit dans son essai « La lutte des classes en France au XXIe siècle » par Emmanuel Todd, l’un des plus grands intellectuels français de ce début de siècle. Et la dérive actuelle du Président français est très claire quand il dit : « j’ai décidé… », il outrepasse ses droits constitutionnels. Le Chef de l’Etat français n’a pas pour devoir de décider en son nom y compris en s’entourant de toutes les commissions et comités variées dont la seule existence est de diluer toute responsabilité et de rendre le chef de l’Etat totalement innocent, j’allais écrire irresponsable. Les décisions doivent être proposées par le gouvernement à la demande, éventuellement, du chef de l’Etat et approuvées par l’Assemblée des députés et du Sénat. Aujourd’hui l’Assemblée n’est plus qu’un petit groupe de députés qui votent favorablement à tout projet de loi que le gouvernement croupion lui propose. L’opposition est absente, l’Assemblée nationale est devenue l’ombre d’elle-même et pour le Sénat c’est le coma dépassé.

Je ne suis pas du tout doué pour la politique-fiction mais si le titre de ce billet mentionne un 18 mars c’est seulement en mémoire du jour, il y a 150 ans, où commença le mouvement de révolte populaire appellé « La Commune ». Il y a beaucoup de similitudes entre la France d’aujourd’hui et celle du début de l’année 1871. La France était en guerre contre les Prussiens et Paris était assiégé par les soldats prussiens, aujourd’hui, selon le « guide » Macron, le pays est en guerre contre le coronavirus. En 1871 les finances de la France étaient au bord du gouffre, il faudra payer 5 milliards de francs-or à la Prusse et céder l’Alsace et la Lorraine au Keyser. Aujourd’hui la France cède ses bijoux de famille comme par exemple Alstom-énergie vendue aux Américains avec l’accord de Macron alors Ministre des finances, un acte de haute trahison, et bien d’autres entreprises de caractère stratégique ont suivi depuis. En 1871 la misère s’est abattue sur le peuple tout entier depuis Paris qui survivait en mangeant des rats et cette misère s’était répandue jusqu’aux confins de la France profonde, aujourd’hui les étudiants tentent de trouver quelque nourriture auprès d’oganisations caritatives et il y a des enfants de 12 ans et même plus jeunes qui vont à la soupe populaire car ils ont le ventre creux. En 1870 et 1871 la crise économique et l’effort de guerre avaient ruiné des centaines de milliers de petites entreprises et les épargnants avaient été mis à contribution, aujourd’hui l’épidémie de coronavirus, un épiphénomène en terme de gravité et de mortalité, a ruiné des centaines de milliers de petits entrepreneurs.

Lorsque les Parisiens ont trouvé que la situation n’était plus tenable ils ont pris possession de la redoute de la butte Montmartre et des canons du fort de Belleville. Le « fascistoïde » Adolphe Thiers ordonne à la troupe de repousser les émeutiers mais celle-ci gardera l’arme au pied ou la crosse en l’air et, aussi traumatisée que la population par le long siège de Paris, ne réagira pas. Il faudra attendre que les Versaillais s’organisent pour mettre fin dans le sang à cette insurrection qui dérangeait les hautes sphères du pouvoir.

Le 18 mars 2021 que fera la police si la population française, pas seulement à Paris à la différence de la Commune mais dans tout le pays, s’insurge contre le pouvoir politico-financier fascistoïde parisien ? Il y eut dans de nombreuses villes de France des copies peu actives de la Commune de Paris vite matées par les Préfets. Si en mars 2021 la police et la gendarmerie et le cas échéant la troupe fraternisent avec le peuple car tous ces hommes et femmes font partie du peuple et ont souffert, comme le peuple français, de la gestion calamiteuse de l’épidémie coronavirale alors le gouvernement, le chef de l’Etat et toute sa cour devront fuir, non pas à Varennes ni à Versailles, comme ce fut le cas respectivement pour Louis XVI puis Thiers, mais beaucoup plus loin. Ils seront rattrapés et jugés pour leurs trahisons et leur nuisance. Conformément à la Constitution le pouvoir sera confié au Président du Sénat qui n’est pas connu pour alimenter une sympathie délirante pour Macron et il organisera des élections puis l’Etat reprendra son fonctionnement sur des bases saines. L’histoire, dans 50 ans, ne retiendra de Macron que l’image d’un usurpateur incompétent qui a cru se prendre pour un tyran, un « guide » du peuple, en réalité un fascist(oïd)e …

Corollaire au billet précédent à propos de l’article du Professeur Thorsten Polleit : le cas de la Chine.

La grande majorité des structures familiales de la Chine telles qu’étudiées par Emmanuel Todd dans son sublime ouvrage « L’origine des systèmes familiaux » sont de type communautaire patrilocal (CP dans la terminaison de Todd), une grande communauté familiale réunissant le père et ses fils mariés (ou non), l’ensemble étant sous l’autorité du père. Ce type de structure familiale peut comprendre plusieurs générations sous le même toit. Elle a favorisé l’émergence de systèmes politiques autoritaires tels que le communisme, mais bien avant le communisme la Chine était dirigée par un empereur secondé par une administration tentaculaire contrôlant étroitement l’ensemble de la population. Pourquoi mentionner la Chine dans ce débat relatif à l’émergence d’un néo-marxisme dans les pays occidentaux, tout simplement parce que la Chine s’est orientée vers un système politique atypique réunissant un communisme autoritaire à l’image de la famille communautaire à la tête de laquelle se trouve le « patriarche » détenteur de l’autorité – pour la nation chinoise le parti communiste avec à sa tête son premier secrétaire – et un capitalisme autorisant paradoxalement l’apparition de grandes fortunes restant étroitement surveillées par l’appareil du parti. En 30 ans la Chine a réussi à sortir de la pauvreté plus de 300 millions de personnes, une prouesse inégalée dans le monde, et a promu l’apparition d’une classe moyenne aisée disposant d’un pouvoir d’achat presque équivalent à celui de la petite bourgeoisie des pays occidentaux avec cependant un immense réservoir de main d’oeuvre qualifiée très mal payée en regard des salaires moyens des ouvriers des pays de l’Europe occidentale. Il serait plus proche de la réalité de comparer les ouvriers chinois à ceux de pays comme la Bulgarie ou la Roumanie.

Ce système politique et économique est unique au monde et les résultats sont satisfaisants … sauf pour les pays occidentaux qui sont prisonniers de leurs contradictions idéologiques comme l’article de Polleit l’a clairement souligné. Si les Etats-Unis mais également un certain nombre de pays européens organisent un dénigrement systématique du système politique chinois c’est parce qu’ils en sont arrivé au constat que le système politique dirigiste des pays occidentaux ne peut pas fonctionner pour une simple raison : il faut être Chinois pour vivre harmonieusement dans un tel système, en d’autres termes il faut posséder cette mentalité ancestrale de l’acceptation d’une autorité. Comme Todd l’a souvent souligné dans ses ouvrages cette mentalité ne disparaît pas alors qu’aujourd’hui les structures familiales chinoises contemporaines ressemblent beaucoup plus à la famille nucléaire – le couple et les enfants (le plus souvent pas d’enfant du tout) – comme dans n’importe quel pays européen.

Il n’est donc pas surprenant compte tenu de ces observations que la Chine ait réussi cette alliance pouvant paraître contre nature d’un régime communiste autoritaire et d’un capitalisme presque débridé. Alain Peyrefitte l’avait bien compris dès 1971 alors que la Chine s’enfonçait dans sa révolution culturelle en écrivant dans un contexte pourtant différent dans son fameux essai « Quand la Chine d’éveillera … » que lorsque ce pays disposera des technologies modernes il finira par dominer le monde. C’est précisément ce qui se passe aujourd’hui et c’est la raison pour laquelle la Maison-blanche est si nerveuse. Les dirigeants américains comme européens devraient plutôt comprendre que leur système capitaliste néo-marxiste ne peut pas fonctionner. Et c’est déjà trop tard … Suite de cette réflexion dans un prochain billet.

 

Le rêve américain … une illusion

Capture d’écran 2020-05-05 à 13.57.45.png

La démocratie américaine veut imposer au monde entier sa conception de l’organisation politique … Il y a beaucoup à redire, c’est presque grotesque.

Parmi les nations dites occidentales, les Etats-Unis se distinguent en effet par leurs nombreux records  :

La plus grande inégalité de revenu …

Le plus important taux de pauvreté …

Le plus grand nombre d’enfant pauvres …

Le pire style de vie pour les enfants …

La plus faible mobilité sociale …

Le plus de gens sans protection sociale …

Le plus haut taux de mortalité infantile …

Le plus grand nombre d’obèses …

Le plus important usage d’anti-dépresseurs …

La plus faible espérance de vie à la naissance …

Les plus fortes émissions de carbone …

La pire inégalité des genres …

Les plus importantes dépenses militaires …

Le plus de ventes d’armes …

La plus grande population carcérale …

Le plus grand nombre de meurtres …

Let’s make America Great Again ? Ce pays est foutu !

Quand Emmanuel Todd a écrit son essai intitulé « Après l’empire, essai sur la décomposition du système américain » en 2002 il ne pouvait pas si bien le décrire. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale les USA ont construit leur hégémonie de façade sur la suprématie du pétro-dollar, un concept confondant le prix du pétrole et la valeur du dollar, monnaie considérée comme référence sur les marchés financiers mondiaux à la suite des accords de Bretton Woods imposés au monde occidental dans son ensemble par le vainqueur auto-proclamé de la seconde guerre mondiale. Cet état de fait accepté avec une certaine réticence par de nombreux pays européens alors confrontés à la situation de la « guerre froide » fut finalement entériné que ce soit en Europe mais aussi au Japon, en Corée, en Thaïlande ou encore en Indonésie et en Afrique du Sud sous la menace à peine dissimulée de la Maison-Blanche et ne parlons même pas des pays européens qui furent mis sous tutelle dès la fin du conflit mondial par les USA à l’ouest et par l’URSS à l’est. Il s’agissait des tractations ignominieuses entre Roosevelt et Staline, ceux qui ont la mémoire un peu moins courte que la moyenne s’en souviennent. Bref, les objectifs impérialistes du « Deep State » américain furent confortés par des coups tordus à répétition, depuis Cuba jusqu’au Golfe du Tonkin, les armes de destruction massive irakiennes, les gaz de Assad, les crimes de Kadhafi et maintenant le « virus chinois ». L’impérialisme américain, alimenté par le messianisme des Evangélistes, n’est qu’une caisse de résonance creuse qui a appauvri tout un peuple et en fin analyste de la démographie Emmanuel Todd l’a clairement montré dans son essai prémonitoire en se basant sur l’augmentation de la mortalité infantile et la baisse de l’espérance de vie aux Etats-Unis. On y est ! La plus importante conséquence de cette crise sanitaire « coronavirale » sera la chute de l’hégémonie américaine … et je le souhaite, faisant fi de toutes les accusations d’anti-américanisme primaire que certains des lecteurs de mon blog résolument contrarien m’affligent. J’ai au moins le courage de mes opinions (que je ne partage qu’avec moi-même comme avait coutume de le répéter Pierre Desproges). Je ne plaisante pas.

Réflexions sur une pensée d’André Malraux

Capture d’écran 2020-02-02 à 00.00.38.png

De mémoire, je cite Malraux : « Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas ». Pendant longtemps je me suis demandé ce que voulait conceptualiser par cette pensée le dandy des arts premiers, habitué des discours glorieux et dont je n’avais, je l’avoue aujourd’hui, pas une opinion très débordante d’enthousiasme à l’époque car il me manquait des éléments de jugement. J’étais en effet encore un jeune étudiant trop préoccupé par mes études pour émettre une opinion adossée sur des arguments équilibrés et documentés. Et pourtant par cette pensée Malraux fut un véritable visionnaire d’une situation qui se réalise sous nos yeux aujourd’hui.

Je mets en garde mes lecteurs car ce billet est le fruit de réflexions qui rassemblent des mois sinon des années d’informations disparates que l’on ne trouve pas toujours exposées en clair dans les flux informatifs dits main-stream car elles sont dérangeantes. Je suis totalement athée et je ne nourris aucune aversion pour quelque religion que ce soit, ce n’est pas mon problème. D’autre part je n’ai strictement aucune sympathie pour un mouvement politique quel qu’il soit. Pour moi le monde politique est corrompu et il fuit les problèmes qu’il constate pourtant chaque jour afin de préserver ses privilèges qu’il s’est attribué à lui-même au fil des années passées. Qu’à l’issue de la lecture de ce billet mes lecteurs se rassurent il ne s’agit que d’un constat de la situation dans laquelle le pouvoir politique français est plongé mais aussi de bien d’autres pays européens et l’issue de cette situation sera explosive.

Les attentats du 11 septembre 2001 ont révélé, au début de ce nouveau siècle dont parlait Malraux, la nouvelle guerre de religion rappelant en de nombreux aspect celles qui ravagèrent de nombreux pays européens et qui renaît maintenant, les guerres de religion. Les guerres de religion européennes concernèrent le continent de l’Europe à la suite de l’émergence du réformisme symbolisé dans les esprits par Martin Luther et Jean Calvin. La Réforme prônait schématiquement un retour au fondamentalisme chrétien des premiers siècles du christianisme. Le vingtième siècle, traversé par de nombreux troubles, fut marqué par l’émergence du communisme. Alors que les pays européens se « déchristianisaient » progressivement un noyau dur d’évangélistes nord-américains répandait le messianisme, une idéologie commune aux trois grandes religions monothéistes, chrétienne, musulmane et judaïque, dont le fondement est le retour du Messie, idéologie qui n’a cessé de progresser envahissant même l’Europe. Je passerai sur le créationisme que défendent les évangélistes, une monstruosité pour un scientifique, c’est dire à quel point les évangélistes se situent totalement en dehors de la réalité contemporaine, mais c’est une autre histoire …

Ce processus de vide spirituel s’est exacerbé avec la chute de l’URSS dans la recherche d’une nouvelle religion puisque le communisme avait bien prouvé que l’esprit humain a besoin de surnaturel pour son équilibre. Vladimir Poutine l’a bien compris en redorant l’image de la religion orthodoxe. Après le 11 septembre 2001, si les interventions guerrières des Etats-Unis au Moyen-Orient peuvent sembler avoir attisé les haines religieuses entre l’Occident et le monde musulman, il faut néanmoins prendre en considération le fait que les musulmans se cherchent aussi dans une redéfinition plus fondamentaliste de leur religion. C’est ainsi que le wahhabisme avec sa branche prosélyte violente, « export » dirons-nous, le salafisme, est monté en puissance. Il s’agit de la « Réforme » de la religion musulmane comme il y eut la réforme de la religion chrétienne en son temps, un retour aux textes fondateurs dictés par le Créateur voire par l’ange Gabriel, c’est selon.

De même que les guerres de religion furent violentes, les nouvelles guerres de religion issues de l’émergence du wahhabisme sont violentes et le prosélytisme est déjà violent et le sera plus encore à l’avenir. Le XXIe siècle sera donc bien religieux comme l’a prédit Malraux mais il sera violent. On ne peut que constater la mise en place des futurs conflits religieux qui ne manqueront pas d’ensanglanter le berceau européen de la religion chrétienne. Dans tous ces pays européens, depuis la Suède jusqu’à la Belgique et l’Espagne sans oublier la France et la Grande-Bretagne, se mettent en place, en particulier dans les grandes villes, des noyaux durs de musulmans salafistes financés avec des pétrodollars moyen-orientaux. Le christianisme zombie dont parlait Emmanuel Todd dans son ouvrage « Qui est Charlie » n’attend qu’une occasion pour se réveiller et contrer la progression du prosélytisme musulman.

Le XXIe siècle sera donc bien religieux mais sanglant à n’en plus douter. Les politiciens sont désemparés car ils savent qu’une nouvelle guerre de religion ne pourra pas être maîtrisée et, de plus, qu’elle sera nécessairement meurtrière. Enfin, de leur côté, les Evangélistes américains ont exigé une prise de position extrême du gouvernement américain en la personne du Président pour accorder son quitus à Israël pour littéralement atomiser la Cisjordanie dans un apartheid qui ne veut pas dire son nom tout en maintenant un véritable camp de concentration dans la bande de Gaza.

Pour revenir à la France en particulier il faut tout de même constater que l’Etat est terrorisé par une éventuelle explosion de violence. Il sont, comme d’ailleurs en Suède, terrorisés à l’idée d’être traités de racistes, d’anti-musulmans, de fascistes et de je sais plus quels autres noms d’oiseaux s’ils réagissent à la situation totalement dégradée de certains quartiers urbains et sub-urbains. La dite politique de la ville instituée par Sarkozy n’a fait que cacher sous le tapis le problème à coups de milliards d’euros. Et ce sont tous les Français qui paient pour la paix dans les banlieues. Ça ne pourra que très mal se terminer …

Lien. https://www.lesoir.be/art/1136269/article/soirmag/soirmag-histoire/2016-02-29/xxie-siecle-sera-religieux-ou-ne-sera-pas

Le déclin de l’Empire américain ?

Capture d’écran 2019-07-29 à 21.52.49.png

Dans un de ses ouvrages publié en 2002 intitulé « Après l’Empire », Emmanuel Todd prédisait un effondrement de l’Empire américain en se référant à des données démographiques. J’ai lu beaucoup d’ouvrages de Todd mais pas celui mentionné ici et je ne me sens pas capable de le commenter. Dans le sens des thèses de Todd c’est une statistique publiée par le National Center for Health Statistics (NCHS) américain qui m’a remis en mémoire son ouvrage : la fertilité aux USA s’est considérablement effondrée ces dernières années pour se situer à un niveau dangereusement bas qui n’assure plus du tout le renouvellement des générations. Il est coutumier d’exprimer le taux de fertilité en nombre de naissances pour 1000 femmes en âge de procréer, c’est-à-dire âgées de 15 à 44 ans. Je ne suis démographe mais une arithmétique simple indique que si 1000 femmes en âge de procréer ont 2100 enfants le renouvellement de la génération est assuré. En effet, à la fin d’une génération il ne reste plus que 2100 – 1000 personnes, soit 1100, les 100 personnes supplémentaires couvrant les aléas statistiques. En moyenne le graphique indique que la fertilité américaine globale est de 59,1 enfants pour 1000 femmes.

Capture d’écran 2019-07-29 à 21.55.23.png

La chute de fertilité est spectaculaire dans la tranche d’âge 15-19 ans depuis les années 1990. Cette tendance est intimement liée aux incertitudes économiques. Les adolescents ne veulent plus avoir d’enfants parce qu’elles ont pris conscience, la plupart vivant encore dans le foyer parental, que le fait de procréer est devenu financièrement insurmontable. élever un enfant coûte 15000 dollars par an, c’est le Département de l’Agriculture qui l’affirme. Il faut ajouter à cette charge les emprunts pour faire des études supérieures, le coût des cartes de crédit, les prêts pour acheter une automobile. Tous ces facteurs dissuadent les jeunes Américains de créer un foyer. Si l’économie américaine était aussi florissante selon les affirmations aussi bien du Président que de nombreux médias cette situation ne serait pas à déplorer tant elle est précisément déplorable. Tous les jeunes américains nés depuis l’année 2000 seront une génération perdue … C’est ce que prévoyait Emmanuel Todd et les fait commencent à lui donner raison.

Source : ZeroHedge

Un coup de chapeau à Emmanuel Todd

Capture d’écran 2019-01-11 à 21.12.55.png

La première interview d’Aude Lancelin après avoir été limogée de l’Obs a été d’accueillir Emmanuel Todd sur le plateau de sa chaine de télévision Le Media et j’ai « récolté » dans le cours de cet interview quelques pépites qui préfiguraient ce qui devait arriver, la révolte des Gilets jaunes, sans qu’Emmanuel Todd en ait – le 19 février 2018 – eu vraiment conscience. Il faut dire pour comprendre la signification de ce billet, je dirai à la gloire d’Emmanuel Todd, que celui-ci a osé prévoir la chute du bloc soviétique en 1976 alors qu’il était jeune doctorant à l’Université de Cambridge. Son ouvrage lui valut d’acerbes critiques mais suscita aussi la curiosité en particulier de la CIA. Je me trouvais à l’époque en Californie, à UCLA, et mon patron de recherche m’avait déclaré que jamais les Etats-Unis n’abandonneraient Berlin et que cet affrontement entre ce que l’on appelait alors les « deux blocs » était somme tout salutaire pour la paix mondiale.

Bref, Todd eut un trait de génie et il a ensuite prévu les « printemps arabes » en raison de l’alphabétisation croissante des populations de ces pays comme la Tunisie ou l’Egypte et il a continué dans cette veine de visionnaire en prédisant la chute de l’Empire américain dont on ne peut que constater la déliquescence tant au niveau de la situation de l’emploi (90 millions de personnes en âge de travailler et survivant avec quelques petits « boulots » payés à l’heure le plus souvent au « black ») ou l’augmentation de la criminalité et du nombre de décès par overdose d’héroïne ou de fentanyl (20000 morts chaque année) et ces stastistiques pour un essayiste qui a travaillé durant de nombreuses années dans le meilleur centre mondial d’études démographiques (l’INED) ne trompent pas.

Pour Todd la démocratie c’est voter pour la mise en place d’un gouvernement attentif aux souhaits des citoyens. Or à l’évidence ce n’était pas le cas pour lui en février 2018. Todd ajoutait avec ironie que si voter c’est mettre en place des politiques attentifs aux besoins des citoyens, alors la Russie est un pays plus démocratique que l’Europe ! Quand Aude Lancelin l’a « branché » sur les classes supérieures dirigeantes Todd a réagi en déclarant (je cite) qu’il fallait qu’il y ait un vrai débat avec les forces contestataires au sujet de l’origine du mal économique et social français. Pour Todd Macron ne comprend pas la situation économique dans laquelle se trouve la France de par son appartenance à la zone euro. C’était en février 2018 et Todd pressentait sans en avoir réellement conscience que le malaise social allait se manifester dans la rue et les ronds-points.

À propos de ronds-points il faut rappeler que le moindre de ces monuments routiers coûte au bas mot au moins 1 million d’euros s’il n’est pas décoré par un structure métallique repoussante qui alors augmente significativement son coût mais a rempli les poches d’un pseudo-artiste ami du maire ou du conseiller général du coin. C’est l’Europe festive, solidaire et résolument attachée à la sécurité routière. Mais aujourd’hui les ronds-points servent de lieux de rassemblement contestataire car les automobilistes en ont assez de servir de vache-à-lait pour le gouvernement. Ici dans l’archipel des Canaries il y a aussi des ronds-points, Europe oblige ! Et ce que Todd a souligné est un fait indéniable. Les États « cigales », France, Italie, Espagne, Portugal et Grèce, aux yeux de l’Allemagne et des Pays-Bas, ne respectent pas les engagements du traité de Lisbonne. Mais ces pays sont prisonniers des règles de Bruxelles et de la banque centrale européenne. Alors, selon ces directives, il faut encore plus imposer le peuple, la majorité, pour réduire les déficits et se conformer aux règles des traités qui ont été signés par des représentants que ce même peuple a élu.

Il n’est pas difficile de comprendre qu’il y a comme une odeur de guerre civile qui se profile en France, mouvement qui pourrait bien faire tache d’huile dans les pays catégorisés « cigales » par l’Allemagne mais aussi en Belgique qui est également un pays dont la pression fiscale est insupportable pour les habitants. Aux dernières nouvelles l’économie allemande s’effondre pour diverses raisons. L’ami américain a imposé aux Allemands les sanctions à l’encontre de la Russie puis de l’Iran. Un désastre pour l’économie allemande. De plus la politique énergétique qu’a choisi l’Allemagne va la conduire au désastre, c’est très clair. Alors les petits retraités allemands qui paient l’énergie électrique deux fois plus cher qu’en France, par exemple, pourraient bien se rebeller aussi … Comme a coûtume de le dire H16 en conclusion de ses billets relatifs à la France « ce pays est foutu », il devrait aussi élargir sa vision à l’Europe et comme l’a aussi prédit Emmanuel Todd « l’Europe est foutue » …

https://www.youtube.com/watch?v=nWsqj6PVIUA

Nouvelles du Japon : le paiement en cash

Capture d’écran 2018-11-02 à 21.43.41.png

Comme a coûtume de le souligner Emmanuel Todd le Japon et l’Allemagne sont deux pays très semblables du point de vue de leur structure sociologique, une observation provenant de l’analyse des structures familiales de ces deux pays. Mais il y a d’autres similitudes tout aussi surprenantes. D’abord la syntaxe de la langue japonaise, le verbe en fin de phrase, est très proche de la syntaxe de la langue allemande. De plus les kanji sont souvent des ensembles d’idéogrammes parfois complexe et de même la langue allemande associe des mots qui peuvent atteindre une longueur démesurée. Dans la vie quotidienne les Japonais et les Allemands se rejoignent aussi sur un point particulier : ils préfèrent régler leurs menues dépenses quotidiennes avec de la monnaie papier ou métal et rechignent souvent à utiliser une carte de paiement ou de crédit. J’ignore comment les Allemands gèrent une petite épargne mais au Japon c’est presque une habitude que d’avoir un peu de billets de banques à la maison dans un coin inattendu.

Au contraire du Japon dans la majorité des pays voisins, Corée, Chine ou encore Vietnam et Thaïlande, les consommateurs paient leur taxi, leur restaurant et leurs emplètes avec leur smartphone. Au Japon on paie en cash avec des billets de 1000, 5000 ou 10000 yens qui semblent tous sortir directement de l’imprimerie de la BoJ. Une petite start-up de Tokyo a décidé de s’infiltrer dans ce mode de paiement avec un smartphone dans la mesure où tous les Japonais en possèdent un, il suffit de prendre le train ou le métro pour s’en rendre compte. En effet rares sont les passagers qui, s’ils ne dorment pas, lisent un livre ou le journal dans les transports en commun, sont tous rivés sur leur téléphone pour jouer, lire leurs messages ou en envoyer ou encore recevoir l’alerte pour un tremblement de terre.

Cette start-up est arrivée à convaincre la plus importante compagnie de taxis de Tokyo, la Nihon Kotsu, la chaine de magasins de proximité Lawson et quelques autres sociétés d’introduire le mode de paiement QR-code. Je précise à mes lecteurs que les trajets sur le tramway de ma ville, Santa Cruz de Tenerife, peuvent être payés à l’aide d’un smartphone depuis plusieurs années à l’aide de ce système QR-code.

Au Japon il existe un concurrent direct d’Amazon, Rakuten Inc., qui gère sa propre banque, ses propres cartes de crédit et la start-up dont il est question ici, Origami Inc. vient d’approcher Rakuten pour que ses clients adoptent ce mode de paiement. D’autres sociétés comme Line Corp dont l’application d’envoi de messages instantanés est utilisée par près de la moitié de la population japonaise ou encore Yahoo Japan allié à SoftBank, le géant de la télécom japonaise sont intéressés par la technologie développée par Origami.

Avec l’application d’Origami non seulement le mode de paiement sera facilité mais les consommateurs pourront être directement sollicités sur leur téléphone, ce qui est à l’évidence la finalité de cette start-up. Il est intéressant de rappeler ici que le QR-code (Quick Response code) a été inventé par Toyota en 1990 pour « tracer » les pièces des automobiles plus facilement et quand il y a 20 ans les Japonais ont opté pour le système de paiement des trains et des métros à l’aide de cartes sans contact (Suica ou Pasmo) le choix parut évident : la technologie de communications en champ restreint qui existe dans tous les distributeurs de billets et surtout dans un pays où si on perd son porte-feuille on le retrouve rapidement au poste de police proche intact et contenant exactement le cash qui s’y trouvait. J’en sais quelque chose puisque j’ai perdu un jour – à la fête d’automne dans un sanctuaire shinto – mon porte-feuille que j’ai retrouvé le lendemain au poste de police. Au Japon seulement 20 % de la population utilise un mode de paiement sans cash alors qu’en Chine 60 % et en Corée 90 % de la population a choisi le paiement électronique sans contact y compris avec les QR-codes. Ce sont pas moins de 100000 magasins de détail que la société Origami convoite, le QR-code ne nécessitant aucun investissement supplémentaire contrairement au paiement sans contact. Toyota est naturellement derrière ce projet qui pourrait révolutionner les habitudes des Japonais et il est aussi soutenu financièrement par les organismes financiers tels que JCB, Saison Card, Sumitomo Mitsui ou encore Union Pay qui toutes mettent des cartes de paiement à la disposition des consommateurs.

Mais le Japon est le pays par excellence de la tradition. Il existe dans tous les foyers japonais un téléphone avec fax (qui est très rarement utilisé aujourd’hui) et l’habitude du paiement cash profondément ancrée dans les esprits deviendra peut-être plus rapidement qu’on ne le pense obsolète car une application smartphone a quelque chose de ludique. Les réseaux de distribution ont bien compris que ce type de paiement QR-code leur permettra aussi de cibler la clientèle sur leur smartphone. Attendons d’assister à cette évolution.

Source : Bloomberg, illustration Origami’s QR-code payment service

Note à l’intention de mes fidèles lecteurs. Une semaine sans connexion internet m’a fait découvrir que finalement on pouvait aussi très bien vivre au quotidien sans le web. Je n’ai pas suivi l’évolution des cours de la bourse (à titre documentaire je le précise) ni de la politique, ni de la science en général. De véritables vacances « électroniques » pour aller aider une de mes nièces à déménager. Je souhaite à tous mes lecteurs de s’offrir de tels moments, y compris sans téléphone portable, dont je trouve l’invasion dans la vie quotidienne vraiment inquiétante. Je précise que ce billet avait été rédigé avant de prendre mes « vacances électroniques ».

L’Europe s’en est allée : Adresse d’Emmanuel Todd à l’Allemagne

Copié-collé de la traduction d’un entretien publié par le Spiegel le 4 août dernier trouvé sur le blog de Xipetotec (site Mediapart)

SPIEGEL : Monsieur Todd, en 1976, vous avez prédit la fin de la domination soviétique dans votre livre La chute finale basé sur des analyses démographiques et sociales. Le pronostic audacieux de l’époque vous a fait connaître internationalement d’un seul coup. Croyez-vous à la dissolution de l’Union européenne aujourd’hui ?

Todd : L’Europe est dans un état lamentable : déchirée, divisée, malheureuse. Ses élites dirigeantes sont prises dans un sentiment d’impuissance. Ce que nous vivons maintenant me rend très triste. Mais ça ne me surprend pas du tout. C’était prévisible. De plus, c’était inévitable.

SPIEGEL : Pourquoi ? Après la guerre froide et la division de l’Europe, l’Union européenne, qui ne cesse de s’étendre et de devenir plus attrayante, a semblé grandir dans l’unité pendant longtemps, jusqu’à devenir une union politique à part entière.

Todd : J’adopte une vision anthropologique de l’histoire. Institutionnaliser un certain degré de coopération entre les nations européennes était un objectif à la fois ambitieux et raisonnable. Mais en tant que spécialiste des structures familiales et donc des systèmes moraux, des modes de vie, je ne me suis jamais abandonné à l’idée romantique selon laquelle les Européens seraient tous culturellement équivalents et que l’Europe pourrait devenir une zone homogène. L’UE devient victime de sa propre sacralisation et se surestime excessivement.

SPIEGEL : Où et quand détectez-vous la rupture ?

Todd : En fait, depuis 1992, lorsque le projet d’union monétaire a pris forme et que l’idée d’unifier finalement le continent par le biais de la monnaie est apparue. Je me suis dit que l’Europe était mal partie. Car dès lors, la métaphysique européenne s’opposait à la réalité du monde.

SPIEGEL : Dès le début, il y a eu peu d’objections à l’euro. Il s’agissait principalement de technocrates et d’économistes.

Todd : Je pense qu’ils visaient au-delà de l’essence – même s’ils n’avaient pas tort. Contrairement aux hypothèses marxistes, le cours de l’histoire ne peut être réduit au développement économique. Certains changements cruciaux se produisent dans des couches plus profondes de la vie sociale. L’Europe risque de se désintégrer à nouveau dans ses différentes parties parce que la politique et l’économie politique, en tant qu’idéologie dominante, n’a pas voulu tenir compte de la diversité du continent. Ils ont dit aux Français d’être comme les Allemands. Mais ils ne le peuvent pas, même s’ils le veulent. Les Allemands se sont vu refuser le droit d’être Allemands. On a nié que l’Allemagne travaille plus efficacement que la France et qu’elle est capable d’efforts collectifs considérables. Il a été immédiatement nié que beaucoup moins d’enfants naissent en Allemagne. De telles particularités et des particularités similaires peuvent être trouvées dans tous les pays à des fins pratiques. L’idéologie européenne a prévalu sur l’empirisme. L’UE s’est engagée dans une impasse de déni de la réalité.

SPIEGEL : A Paris comme à Berlin sont lancés des Mantra contre la crise : plus d’Europe, plus de communautarisation, plus de courage pour aller de l’avant. Que suggérez-vous ?

Todd : Il n’est pas possible de comprendre le malaise sur le continent européen si nous restons piégés dans les deux principes les plus importants qui se trouvaient au début du processus de construction européenne : la croyance en la primauté de l’économie prétendument dominante et l’hypothèse d’un développement commun des nations vers une société de consommation unifiée. Dans un monde où l’économie aurait été le moteur de l’histoire et où les pays auraient adapté leurs performances économiques du Nord au Sud et de l’Ouest à l’Est du continent, le projet aurait été un succès. Mais notre monde est différent.

SPIEGEL : Elle a également été couronnée de succès pendant des décennies, l’harmonisation des conditions de vie a progressé. Pourquoi l’adaptation politique et culturelle n’a-t-elle pas suivi ?

Todd : La théorie de la convergence a fonctionné aussi longtemps que l’Europe de l’Ouest a d’abord comblé le fossé économique avec les États-Unis, puis espéré intégrer l’Europe de l’Est. Entre-temps, la tendance s’est inversée. La marche vers l’inégalité se poursuit, sous l’impulsion de la doctrine du libre-échange et de la mondialisation. Le libre-échange ne crée pas automatiquement plus de prospérité pour tous, mais oblige les pays industrialisés à une concurrence acharnée, ce qui mène finalement à une guerre économique et commerciale, comme nous devons maintenant en faire l’expérience. En Europe, l’union monétaire exacerbe une fois de plus de façon dramatique les effets du libre-échange : tout le monde doit participer à la même course, mais avec des handicaps différents.

SPIEGEL : Pour l’Allemagne, la poursuite de l’existence de l’Union européenne est devenue depuis longtemps une raison d’État. Aucun homme politique allemand ne veut qu’on dise qu’il est un trouble-fête européen.

Todd : Je ne le nie pas. On m’a souvent accusé d’être Antiallemand. Je ne le suis pas. Au contraire, j’admire beaucoup l’Allemagne. Mais ce dont nous avons besoin en Europe, c’est d’une Allemagne lucide et consciente de son rôle. L’Allemagne n’est pas la seule responsable de la transformation kafkaïenne de l’UE. Mais sa propre pesanteur est ici un facteur important, car l’Allemagne est orientée vers des valeurs universelles qu’elle nie en même temps et qui, par conséquent, déploient leurs effets sans scrupule et sans inhibition.

SPIEGEL : Comment ? Nous avons plutôt l’impression que l’Allemagne doit être incitée à assumer ses responsabilités.

Todd : Je suis français, mais contrairement à mes concitoyens, en tant que scientifique, je ne suis pas guidé par le postulat d’un homme universel abstrait qui est l’héritage de la Révolution française. L’homme est universel, mais il vit dans des systèmes familiaux, sociaux et religieux différents qui déterminent son existence concrète. Chaque système, chaque culture représente une solution possible à l’insécurité de l’existence humaine, et chacun a des avantages et des inconvénients. L’économie doit être comprise comme une superstructure consciente, mais sa conception dépend de processus inconscients et subconscients. L’abstraction universaliste a eu des conséquences désastreuses pour l’Europe. L’Allemagne est obligée de s’identifier à un Occident abstrait qui défend le dogme de l’individualisme et croit en des lois et des recettes économiques universellement valables.

SPIEGEL : Avec tout le respect que je vous dois, n’est-ce pas vous qui fuyez dans la métaphysique ou, pire encore, dans la mystique nationale ? Vous cherchez un être allemand ou l’âme allemande qui isole le pays du reste de l’Europe et du monde ?

Todd : Le dogmatisme, la démesure et l’hybris sont très allemands, du moins du point de vue des autres. C’est précisément ce que l’Europe a connu à nouveau pendant la crise migratoire et le comportement aventureux de Mme Merkel. L’augmentation soudaine de l’importance de l’Allemagne en Europe et dans le monde, qui n’était pas le résultat d’un projet conscient, mais plutôt la conséquence inévitable de la réunification et de l’efficacité économique, a mis en avant un pays qui ne se considérait plus comme le chef de file de l’Union européenne. L’Allemagne a été aveuglée simultanément par deux idées abstraites : l’universalisme économique américain et l’universalisme politique français. Mais tout ce qu’elle a pu proposer à ses partenaires européens dans la crise financière, ce sont ses propres mesures économiques, qui incarnent un ordre social autoritaire et inégalitaire avec une forte intégration de l’individu.

SPIEGEL : Ce qui n’est pas forcément une erreur.

Todd : Mais elles ne peuvent pas être appliquées dogmatiquement. En Italie et en Grèce l' »économie sociale de marché à l’allemande » n’a aucun sens. En France, le terme « ordolibéralisme » est associé à une politique économique allemande répressive et est maintenant aussi négatif que le mot « ultra », ou encore « néolibéralisme. » Tenter d’imposer sur les autres fondements anthropologiques de ces pays un concept économique abouti en Allemagne ne peut qu’accroître les différences entre les nations.

SPIEGEL : Vous n’avez certainement pas oublié que l’union monétaire n’était pas le résultat d’une perfide ruse de guerre allemande.

Todd : C’est absolument clair, c’était une tentative totalement inadaptée des socialistes français sous le président François Mitterrand de construire un rempart contre la domination économique des Allemands. Il aurait été préférable pour tout le monde que l’Allemagne ait envisagé une perspective raisonnable pour les différentes nations sous une forme modérée et assumé un rôle de leadership flexible qui aurait pris en compte les différences anthropologiques et culturelles sur le continent. Établir la même norme juridique et économique pour tous, d’un point de vue moral, c’est certes impeccable, mais en pratique cela conduit à un cauchemar pour tous.

SPIEGEL : Personne ne veut niveler l’Europe, surtout pas la Chancelière. Sa rhétorique politique n’évoque pas seulement l’unité, mais aussi la diversité de l’Europe. Et le fait que les sociétés sont différentes dans leurs valeurs et leurs formes organisationnelles est un truisme. Pourquoi sommes-nous néanmoins confrontés à une spirale d’aliénation et de ressentiment croissants ?

Todd : Parce que l’universalisme du taux de profit exige que la diversité anthropologique du monde soit ignorée. L’économisme exige une vision uniforme des sociétés. Mais lorsque ces sociétés sont mises en concurrence les unes avec les autres, contraintes de s’adapter et menacées de désintégration, elles finissent par se replier sur elles-mêmes d’une manière ou d’une autre.

SPIEGEL : La mondialisation comme moyen de lutte contre le nationalisme précède un virage dialectique ?

Todd : Le stress économique en Europe signifie que les Italiens deviennent plus italiens, les Anglais plus anglais, les Français plus français et les Allemands plus allemands. Ils se souviennent naturellement de leurs valeurs et particularités originales. Trop avancé, le libre-échange favorise la xénophobie universelle, le libéralisme sans barrières et le particularisme national. Le retrait dans les frontières, combiné à un effondrement soudain, est présenté à l’Europe et au monde d’une manière effrayante par l’image du président américain Donald Trump.

SPIEGEL : Une idée aussi diffuse que la nature nationale d’un peuple ne peut être comprise scientifiquement. Quelles structures profondes et objectivement vérifiables maintiennent les différences entre les nations en Europe, même si tout le monde s’efforce de mener une bonne vie dans la prospérité ?

Todd : Bien sûr, l’identité nationale ne doit pas être réduite à son caractère populaire. Mais depuis l’âge de pierre, différents systèmes familiaux se sont développés et se sont répandus à travers l’histoire de l’humanité, qui, à ce jour, ont une influence profonde sur les mentalités, les valeurs, la morale, les coutumes et donc le comportement. Ils sont beaucoup plus anciens que les religions qui interagissent avec eux d’une manière complexe, parce que chaque religion a quelque chose à dire sur la sexualité, la reproduction, la relation de l’homme et de la femme. Dans un sens, la famille et la religion forment l’inconnu des sociétés, tandis que l’économie et la politique ont lieu à la surface de l’histoire, dans le domaine de la conscience. La nation n’est que la forme actuelle tardive de l’intégration humaine dans un groupe sans lequel la vie de l’Homo sapiens depuis la nuit des temps, depuis les chasseurs et les cueilleurs itinérants, est inconcevable.

SPIEGEL : Les systèmes familiaux modernes ne sont-ils pas partout les mêmes, l’influence de la religion n’est-elle pas en déclin partout en Europe ?

Todd : Certes, mais sans que les politiciens en soient conscients, les structures familiales – selon le pays – libéral ou autoritaire, individualiste ou social, égalitaire ou inégalitaire – engendrent à leur tour des valeurs politiques, des idéologies, des succès éducatifs et du dynamisme économique. Je ne sous-estime pas l’économie, il y a une logique de marché. Mais nous ne devons pas oublier que l’être humain n’agit pas dans le vide, mais qu’il est doté de capacités et poursuit des objectifs fixés par la famille, la religion et l’éducation. Dans ses profondeurs, la vie sociale va au-delà de la simple intégration dans un système économique. L’appartenance nationale est une constante structurelle dont nous devons rester conscients du mode d’action au lieu de fantasmer sur sa disparition possible, ce rêve ultime des élites de la globalisation.

Capture d’écran 2018-09-22 à 17.04.38.png

En rouge, famille souche ; en bleu, famille nucléaire et égalitaire, mais nucléaire absolue en Angleterre ; en rose, famille communautaire.

(notez que la carte n’inclut pas l’Est de l’Ukraine, qui est communautaire)


SPIEGEL : Dans la révolte populiste, le national revient de l’inconscient avec un pouvoir perturbateur ?

Todd : Nous avons peur parce que l’économie politique réalise le tour de force de répandre une fausse conscience qui ignore ou déclare obsolète les couches profondes de la vie sociale. La première priorité est déclarée secondaire, la cause et l’effet sont inversés. Je prétends que cette fausse conscience est la plus prononcée en Allemagne, parce que depuis la monstruosité du national-socialisme, elle a peur de ses idiosyncrasies. Mais elle ne peut pas se changer. La montée de l’Alternative pour l’Allemagne [parti AfD] me semble également être l’aboutissement d’un long processus de répression et de déni continu de la réalité et d’oubli de l’histoire par les élites.

SPIEGEL : Il y a de bonnes raisons de se méfier des orientations allemandes particulières. Quelle est la prétendue particularité anthropologique ou même l’altérité de l’Allemagne ?

Todd : L’Allemagne est spéciale, mais en aucun cas unique. Il est important que le monde germanophone ne soit historiquement pas plus le territoire de la famille d’origine que celui de la famille nucléaire, celui des Etats-Unis, de l’Angleterre et de certaines parties de la France. La famille nucléaire pure se compose d’un couple marié et de leurs enfants, qui quittent la maison de leurs parents à l’âge adulte et établissent à leur tour des ménages indépendants par leur mariage. Ce type de famille, qui couvre tous les pays anglo-américains et domine le Bassin parisien en France, est essentiellement libéral, individualiste, féministe et égalitaire. La famille souche préfère le fils, généralement le fils aîné, qui hérite de la plupart des biens familiaux. Ce type peut être attribué au Japon, à la Corée, à l’Allemagne, à la Catalogne, mais aussi au sud-ouest de la France. Cela vous interroge-t-il ?

SPIEGEL : Pensez-vous que les sociétés familiales souche posent un problème dans les temps modernes ? Peut-on en déduire des valeurs telles que la liberté et l’égalité en termes de hiérarchie et d’inégalité ? Le point commun des générations sous un même toit et l’inégalité de traitement dans le droit successoral ne se retrouvent plus guère dans les sociétés urbaines modernes.

Todd : Des valeurs telles que l’autorité, la hiérarchie, l’inégalité, la discipline, la classification de l’individu dans le groupe familial ont étrangement survécu au déclin des grands ménages ruraux, où elles étaient clairement reconnaissables. Tout comme en Europe, après la disparition des pratiques religieuses, un zombie-catholicisme et un zombie-protestantisme survivent encore. En tout état de cause, deux phénomènes peuvent être observés au début du troisième millénaire : les nations dans lesquelles la famille était autrefois souche se caractérisent par un dynamisme économique et technologique constant, tandis que d’autre part elles vivent une crise démographique profonde conduisant au vieillissement de la société et à une pénurie de main-d’œuvre qualifiée.

SPIEGEL : Depuis les Lumières, l’image de soi de l’Occident est basée sur l’idée d’un individu autonome qui décide et agit librement sans contraintes extérieures. Voulez-vous sérieusement attribuer les crises actuelles au contraste entre une entreprise familiale sur la base de la famille souche et celle des zones aux structures familiales égalitaires ?

Todd : L’identification culturelle et philosophique à l’idéal de liberté est elle-même déterminée. La continuation subliminale des valeurs de la tribu et de la famille nucléaire menace de briser l’unité du « monde occidental ». Après 1945, elle avait émergé davantage de la victoire militaire des Etats-Unis que de toute convergence culturelle. Le fait que, dans de nombreux pays européens, les valeurs d’autorité et d’inégalité reviennent, donne au continent un visage nouveau et en même temps ancien. La démocratie libérale est sur le point de se transformer en un concept creux, dépourvu de ses valeurs fondamentales qui étaient la souveraineté populaire, l’égalité des peuples et leur droit au bonheur. Sans l’hypothèse d’un retour de l’anthropologiquement réprimé, de l’inconscient familial, cette transformation et la montée de la « démocratie illibérale » ne peut être comprise. L’autoritarisme d’origine familiale, souvent renforcé par l’héritage religieux, domine les sociétés européennes locales et ramène la carte politico-idéologique à celle de l’Entre-deux-guerres.

SPIEGEL : L’Allemagne a relativement bien résisté pendant longtemps à la tournure antilibérale des démocraties. Pourquoi s’est-elle développée de plus en plus en Europe contre sa volonté, pour devenir un modèle ?

Todd : La culture autoritaire et collective en Allemagne a permis le gel des salaires et une politique de désinflation compétitive, pour assurer la compétitivité des entreprises, qui est essentiellement nationaliste dans son orientation. Là encore, je constate que toute activité économique a un fondement anthropologique. Le développement d’un énorme excédent commercial dans un pays où le taux de natalité des citoyens est de 1,46 n’est pas en train de façonner un avenir raisonnable ! Les politiciens allemands passent beaucoup de temps à négocier des détails mineurs, mais ils ont du mal à trouver une ligne commune, un projet commun. Vous pouvez penser ce que vous voulez de Donald Trump, il a raison sur un point : il a identifié la Chine et l’Allemagne comme des ennemis dans la guerre économique mondiale.

SPIEGEL : Alors l’Allemagne n’a qu’un seul bon et fiable ami à nos côtés – La France ?

Todd : Trump a créé les conditions pour un saut de l’Europe vers l’inconnu. Le fait que les États-Unis se détournent de l’Europe, l’hostilité ouverte de Trump à l’égard de l’UE, peut inciter l’Allemagne et la France à se sentir pleinement justifiés en tant que dirigeants d’une Europe émancipée, avec tous les risques qu’une telle attitude comporterait. Le danger de l’orgueil, combiné à la peur de la liberté, nous ferait revenir pleinement à l’histoire allemande et européenne.

SPIEGEL : (Pour l’instant, on dirait plutôt qu’Emmanuel Macron voudrait emmener Angela Merkel à la chasse).

Todd : Pour moi, Macron est issu d’une élite française petite-bourgeoise qui agit de manière particulièrement irresponsable parce qu’elle n’a plus de réel pouvoir de décision en matière économique et géopolitique et compense son impuissance dans la pratique par l’intransigeance théorique.

SPIEGEL : Par exemple ?

Todd : L’attitude rigide de la France à l’égard du Brexit pourrait mettre l’Allemagne en conflit avec la Grande-Bretagne. Il incomberait à la chancelière de permettre aux Britanniques de quitter l’UE en douceur. La position tout aussi intransigeante de la France dans le différend douanier et commercial de l’UE avec les États-Unis pourrait nuire gravement à l’ensemble de l’Europe, et en particulier à l’Allemagne. En tant que plus grand pays exportateur, l’Allemagne a beaucoup plus à perdre que la France.

SPIEGEL : vous appelez maintenant l’Allemagne à se méfier de la France ?

Todd : Le rationalisme français, l’obsession française de l’uniformité administrative qui domine également la Commission de Bruxelles, empêche une réflexion raisonnable sur des solutions pragmatiques à la crise européenne. Il serait urgent de mettre en place un leadership européen souple et flexible qui tiendrait mieux compte des réalités de nos diverses sociétés.

SPIEGEL : Êtes-vous en train de dire que ce serait une erreur de supposer qu’avec la France comme partenaire, l’Allemagne est du bon côté de l’histoire ?


Todd : En tout cas, les Allemands se trompent s’ils pensent que la France représente la démocratie libérale. Ce n’est pas le cas. En France, les partis politiques, sans lesquels il n’y a pas de choix entre des alternatives, sont implosés. La bureaucratie et la fonction publique sont devenues indépendantes. C’est dans cet esprit que Macron agit. Il fait entrer la France dans une nouvelle phase autoritaire de son histoire et suit le style monarchique de Louis XIV ou le style bonapartiste des deux Napoléons. Dans sa forme actuelle, la France est un mauvais exemple pour l’Allemagne, un exemple beaucoup plus dangereux que Viktor Orbán en Hongrie, parce que la France se présente dans la splendeur historique d’une nation qui aurait apporté une contribution décisive à l’invention de la démocratie libérale. C’est un canular intellectuel. Le bon partenaire critique, démocratique et libéral pour l’Allemagne serait la Grande-Bretagne, même et surtout après le Brexit. La France et Macron, qui est actuellement le seul et le plus loyal allié de l’Allemagne, pourrait s’avérer être son esprit maléfique en fin de compte. Ne dites pas que je ne vous aurai pas prévenu.

SPIEGEL : Monsieur Todd, nous tenons à vous remercier.