Comment je me suis fait stériliser !

Je suis tombé, plutôt mes yeux sont tombés, en regardant l’écran de mon Mac Book, sur cet article :

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/comment-je-me-suis-fait-steriliser_1220728.html

Et ce qui m’a surpris est que la contraception doit être le fait des femmes et non des hommes, mais pourquoi cette position sexiste et sans fondements ? La contraception masculine définitive, la vasectomie, consiste en une intervention bénigne sous anésthésie locale et sédation légère. La contraception féminine définitive requiert une intervention plus lourde à moins d’opter pour la méthode Essure pourtant déconseillée par le corps médical alors que cette technique sans anesthésie ni coup de scalpel a fait ses preuves depuis plus de dix ans. Certes, c’est une avancée, mais alors que 2 % des femmes décident d’une contraception définitive, seules 0,05 % des hommes font le même choix, probablement convaincus que tout geste chirurgical altérant leur intégrité génitale pourrait aussi altérer leur intégrité fonctionnelle. Or c’est tout le contraire ! La vasectomie ne présente qu’un seul inconvénient, la barbe pousse légèrement plus vite ! Pour le reste, ce n’est que du bonheur, à commencer par ses partenaires. Et je vais expliciter en commentaire de cet article de l’Express en ligne ma propre expérience. Il y a 20 ans, j’élevais seul mes trois enfants après un divorce et une de mes amies, qui fréquentait ma chambre à coucher devenue vacante, se retrouva enceinte de mes œuvres. Je n’avais pas l’intention de repartir de la case départ, déjà très occupé par mes trois enfants et je décidais d’une sorte de transaction qui me parut tout à fait équilibrée : ma stérilisation contre un avortement. Ce qui fut fait, c’est-à-dire que je respectais mes engagements mais pour la partie adverse, si l’on peut dire, l’avortement fut nécessaire compte tenu de la présence d’un fibrome qui aurait pu, sans intervention chirurgicale, conduire à un désastre tant pour la future mère que naturellement pour le fœtus. Bref, je survécus plutôt bien à la vasectomie qui présente beaucoup de bons côtés pour un homme décidé dans une situation particulière à ne plus être en état de procréer. Outre le fait que la barbe pousse plus vite, je me suis d’ailleurs laissé aller à ne plus me raser qu’épisodiquement, la virilité est sensiblement exacerbée, ce qui fait le bonheur non dissimulé de ses partenaires et cela s’explique très aisément quand on considère que le plaisir masculin n’est qu’une affaire de plomberie, du genre baignoire qui se vide ou lavabo qui perd. Je m’explique : les testicules produisent en permanence un fluide qui doit être mélangé au cours de l’acte sexuel à une sécrétion provenant de la prostate. Le mélange se fait dans les vésicules séminales qui une fois pleines à rabord vont vouloir se vider, provoquant l’orgasme suivi immédiatement d’éjaculation. Pour un homme lambda, ce processus peut prendre quelques secondes ou quelques minutes, au mieux une dizaine de minutes, pour le plus expérimenté d’entre nous. Mais pour celui qui s’est lui-même contraint à une vasectomie, après une tentative de dissuasion du médecin, le même processus peut demander plusieurs dizaines de minutes d’une sorte de préparation, on pourrait dire de maturation, pour la plus grande satisfaction de sa partenaire. Je suppose que mes lecteurs se feront une idée de la situation que j’évoque par mes présents propos puisqu’une évocation plus détaillée de celle-ci est hors de mon propos.

Toute cette prose pour encourager les hommes plutot que les femmes à procéder à une stérilisation définitive qui ne présente pour eux que des avantages (et aussi des avantages par voie de conséquence pour leurs partenaires, comme je viens de le suggérer). En conclusion, pourquoi toujours les femmes ? Les hommes peuvent aussi s’assumer !!!