L’AFP organe de propagande de Greenpeace, la preuve est là !

Quand l’AFP mentionne l’énergie nucléaire au Japon, je sourcille, je m’émeus, je finis par m’énerver. L’AFP, l’Agence France Propagande, a placé des pions dans le monde entier, pas des bénévoles mais des personnes bien rémunérées qui envoient pour justifier leurs émoluments un torchon par jour parfois plusieurs à condition qu’ils soient conforme aux directives du ministère de la propagande étatique qui n’existe pas officiellement mais dicte aux média main-stream et aux agences de presse ce qu’il faut raconter et ce qu’il ne faut pas raconter (on se croirait encore sous le régime de Pétain). Et quand j’ai lu cette dépêche que j’insère ici, j’ai tout de suite subodoré qu’il s’agissait de « Poupée » agissant de concert avec Janick Magne, deux activistes notoires de Greenpeace au Japon :

Japon: un nouveau réacteur nucléaire jugé apte à redémarrer

Tokyo – Le gendarme japonais des installations atomiques a jugé mercredi un réacteur supplémentaire techniquement apte à redémarrer, nouvelle étape d’un long processus dans un Archipel privé depuis près de deux ans d’énergie nucléaire.

L’unité 3 de la centrale d’Ikata, située en bord de mer dans la préfecture d’Ehime, sur l’île de Shikoku (sud-ouest), devrait donc obtenir sous peu le certificat de sûreté, après une consultation publique.

L’autorité de régulation a estimé que le réacteur répondait correctement aux risques de situation critique découlant notamment d’une catastrophe naturelle (séisme, tsunami, éruption volcanique), en vertu de normes plus sévères instaurées après l’accident de Fukushima en mars 2011.

Une décision aussitôt fustigée par les militants antinucléaires. L’autorité ignore les preuves scientifiques et les risques majeurs de tremblement de terre dans son obstination à relancer une industrie paralysée, a réagi Kazue Suzuki, de l’organisation Greenpeace-Japon.

Les leçons du désastre de Fukushima n’ont pas été retenues. C’est inacceptable pour les habitants du Japon et cela fait courir aux résidents des risques inutiles, s’est-elle indignée.

Seulement deux autres couples de réacteurs – Sendai 1 et 2 (sud-ouest), et Takahama 3 et 4 (ouest) – ont obtenu pour l’heure ce sésame, précieux mais insuffisant pour garantir un redémarrage.

Cette instance se borne en effet à émettre un avis technique. Il revient ensuite aux dirigeants politiques locaux et nationaux de donner le feu vert définitif.

La justice, saisie par des citoyens antinucléaires, peut aussi s’en mêler. Elle a ainsi bloqué la relance des réacteurs de Takahama, jugeant que les conditions n’étaient pas réunies sur le volet parasismique.

Il paraît donc probable que seuls ceux de Sendai, qui ont déjà obtenu l’approbation des élus locaux, seront remis en service d’ici la fin de l’année.

Fervent partisan de l’atome, le gouvernement du conservateur Shinzo Abe plaide depuis deux ans pour que tous les réacteurs jugés sûrs par l’autorité nucléaires soient relancés, arguant que l’économie nippone a besoin de cette énergie. 

Le Japon espère même tirer un cinquième de son électricité du nucléaire à horizon 2030, un objectif cependant jugé irréaliste par Greenpeace. 

Actuellement, plus aucun des 48 réacteurs de l’archipel – sans compter les six condamnés de la centrale Fukushima Daiichi – ne fonctionne par mesure de précaution, et cinq d’entre eux doivent être démantelés.

Si, selon tous les sondages, la majorité des citoyens japonais sont opposés à l’énergie nucléaire, la mobilisation contre leur relance s’est notablement affaiblie après un pic atteint dans les mois suivant le drame de Fukushima, au grand dam des organisations écologiques.

(©AFP / 20 mai 2015 11h06)

Il n’y a pas de doute, nous vivons dans un monde pourri où la désinformation et la propagande pour ne pas dire le mensonge priment sur la vérité. On se croirait revenu aux heures sombres d’un nazisme ou d’un totalitarisme qui ne veulent pas dire leur nom. Les écologistes sont des semeurs de terreur, ils agissent pour paupériser l’ensemble de la planète, ils ont infiltré toutes les couches sociales, toutes les strates politiques depuis les Nations-Unies jusqu’ la plus petite municipalité de campagne profonde, ils fustigent les entreprises non « écolo-compatibles », ils agissent par le chantage, la menace, la dénonciation calomnieuse, ils sont contre tous les progrès technologiques, quels qu’ils soient (sauf les moulins à vent et les panneaux solaires, les chars à bœufs et la triandine pour bêcher les champs de blé), ce sont des terroristes, il faut interdire ces gens, ces organisations subversives, pendant combien d’années continuerons-nous à accepter d’être culpabilisés et indument taxés par les conséquences des agissements et des diktats de ces rêveurs ?

Karin Nishimura dite « Poupée » est correspondante permanente de l’AFP et de l’hebdomadaire Le Point au Japon et engagée politiquement auprès d’EELV et Greenpeace. Poupée est une complice de Janick Magne, également politicienne engagée écolo résidant au Japon depuis plus de 30 ans. On a affaire à du beau monde ! Merci pour l’information émanant d’activistes qui ne savent même pas comment fonctionne une centrale nucléaire et qui se permettent de commenter tendancieusement les évènements sans tenir un instant compte du surcoût (plus de 100 % en trois ans) de l’énergie que tous les citoyens du pays (je parle du Japon) paient chaque jour et qui constitue un handicap pour l’économie en général ! Mais ça les écolos s’en moquent, ils veulent qu’on en revienne à l’âge de pierre et qu’on vive à nouveau dans des grottes comme nos lointains ancêtres à Altamira ou à Lascaux …

Note : Ayant réalisé un copié-collé de la dépêche de l’AFP, mon ordinateur ne s’est pas trompé, ça ne fait pas deux ans que le Japon est privé d’énergie nucléaire mais quatre ans : Poupée, revoyez votre copie avant de l’envoyer partout dans le monde ! Il est inutile de rappeler que l’AFP est également gangrenée de l’intérieur par des syndicalistes gauchistes qui ne se privent pas pour censurer ou délibérément modifier toute information contraire à leur idéologie, comme le journal Le Monde le fait depuis de nombreuses années …

Transition énergétique ? Il y a d’autres priorités !

Projet franco-allemand de transition énergétique: Jadot (EELV) consterné par la France

PARIS – Le député européen Yannick Jadot (EELV) s’est dit surpris et consterné mardi d’apprendre par les négociateurs allemands qu’à la veille du conseil des ministres franco-allemand, avec au programme la transition énergétique, la France refuse la proposition d’un objectif ambitieux et contraignant sur le sujet.

Alors que se finalisent les négociations du texte franco-allemand, les Français systématiquement refusent la proposition allemande d’un objectif ambitieux et contraignant sur les énergies renouvelables, a déclaré à l’AFP Yannick Jadot.

Je suis extrêmement surpris et consterné d’apprendre que la France ne soutient pas un objectif ambitieux et contraignant sur les énergies renouvelable. Cela est une très mauvaise nouvelle pour l’Europe et de mauvaise augure pour la transition énergétique en France, a ajouté le député européen d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV).

Le 16e conseil des ministres franco-allemand se tient mercredi à l’Elysée avec au programme la défense, l’énergie et la fiscalité, notamment. 

Un des points saillants de ce conseil sera l’Airbus de l’énergie, évoqué à la mi-janvier par le président Hollande qui imaginait alors une grande entreprise franco-allemande pour la transition énergétique. 

Mais plutôt qu’une grande entreprise commune, on parle désormais à Paris d’une simple plateforme de partenariats industriels et technologiques autour des réseaux, des énergies renouvelables ou du stockage de l’électricité. 

Le rôle de l’Etat se bornera à identifier des axes stratégiques de coopération entre industriels, instituts de recherche et institutions financières.


(©AFP / 18 février 2014 16h33)

L’AFP ne peut pas nier ses prises de position systématiques en faveur des écologistes, à tel point que des informations reprises par Reuters, Associated Press ou Bloomberg sont tout simplement occultées à dessein. C’est bien le rôle d’une agence de presse à la botte d’un régime politique qui ressemble de plus en plus à la Russie stalinienne. Où est la liberté d’accès à l’information ? Tout simplement bafouée comme le faisait remarquer Reporters sans Frontière pas plus tard qu’hier. En termes de liberté d’expression, la France est bien mal placée, le pays des Droits de l’Homme n’est plus que la caricature de lui-même.

Bref, ce communiqué de l’AFP est là pour le démontrer encore une fois, si c’était encore nécessaire. L’AFP ignore tout simplement que les Allemands ont exprimé leur refus pour tout projet de coopération dans le vaste salmigondis que sont les énergies dites renouvelables étant entendu qu’ils ont de facto dénoncé le protocole de Kyoto en empuantissant l’atmosphère de l’Europe avec leur lignite sans que leurs « verts » aient osé bouger le petit doigt, ces mêmes verts qui s’opposent à toute implantation de lignes THT du nord vers le sud du pays pour transporter l’éventuelle énergie électrique fournie quand il y a du vent par les milliers d’éoliennes installées à grands frais aux alentours de la Mer du Nord. Ces mêmes verts s’opposent à tout redémarrage du programme électro-nucléaire quitte à mettre sérieusement en danger l’avenir énergétique de l’Allemagne et donc l’ensemble de son économie.

Hollande a constaté que les caisses de l’Etat français sont vides et que les énergies renouvelables ne sont plus une priorité et s’il fait un gros appel du coude aux industriels allemands pour soutenir le programme français d’énergies renouvelables il essuiera un refus catégorique, d’ailleurs les électriciens allemands ont déjà manifesté leur désapprobation. Il serait opportun pour lui de surtout ne rien demander en ce sens à Madame Merkel demain à l’Elysée quoiqu’en pensent les illuminés d’EELV. Hollande devrait s’inspirer de Madame Merkel et s’affranchir du soutien des verts tant dans le gouvernement qu’au Sénat car s’il prenait une telle décision, de toutes les façons une opposition au Sénat ne serait pas de grande importance sinon pour retrouver un semblant de démocratie en France.

AREVA et l’écologie : mort de rire …

Revue de presse vespérale instructive.

 

Areva La Hague espère passer du fioul au bois en 2017

BEAUMONT-HAGUE (France) – L’usine de retraitement de déchets nucléaires Areva de Beaumont-Hague (Manche) espère passer en 2017 d’une production d’énergie au fioul, à une production d’énergie avec des chaudières au bois, a-t-on appris mardi auprès de la société.
( … )

Le projet prévoit l’installation de trois chaudières à bois de 21,5 MW, alimentées par 150.000 tonnes de bois par an. Cela lui permettrait, estime l’usine, d’économiser 30% de sa facture énergétique (qui est de 10 millions d’euros par an environ) et de ne plus produire 55.000 tonnes de CO2 par an comme l’usine le fait actuellement avec ses chaudières au fioul. Les 20 camions prévus par jour pour alimenter l’usine en bois produiraient 5.000 tonnes de CO2 par an, selon Areva. ( … )

Lors de cette CLI (Commission Locale d’Information), réunissant élus locaux et dirigeants d’Areva, la conseillère régionale EELV Clara Osadtchy s’est inquiétée de la pollution de l’air qu’entraînerait un passage du fioul au bois de ce site. La combustion du bois ne produit pas de CO2, contrairement au fioul, mais elle émet des particules fines cancérigènes à l’origine de pics de pollution. Or, selon Mme Osadtchy, l’usine est déjà le deuxième plus gros émetteur de particules fines de la région.

( … )

(©AFP / 19 novembre 2013 18h56)

On reste ému aux larmes devant le grand pas écolo-compatible que vient de franchir AREVA, l’une des bêtes noires des écologistes, surtout quand on sait en outre qu’AREVA jette déjà des centaines de millions d’euros dans le vent en participant financièrement à la mise en place de moulins à vent dans la région du Cotentin. Quand on lit cette dépêche d’agence on croit avoir des visions ou détecter des erreurs typographiques inconscientes. Cent cinquante mille tonnes de bois par an, mais dans quelles forêts va-t-on les trouver ?

Si on lit bien, les camions transportant le bois produiraient à eux seuls 5000 tonnes de CO2 par an, à moins que j’aie mal lu ou compris le contenu de la dépêche. Plus loin, on peut lire « La combustion du bois ne produit pas de CO2 ». Il faut réfléchir pour comprendre que puisque le bois piège au préalable du CO2, quand on le brûle il ne produit pas de ce vilain gaz reconnu par la communauté scientifique comme présentant des propriétés d’effet « dit » de serre. Ce n’est donc que du bonheur ! Certes, le bilan « carbone » serait nul en brûlant du bois dans une chaudière industrielle, mais la conseillère EELV oublie d’inclure dans son raisonnement à l’emporte pièce que les végétaux produisent également du CO2 la nuit et que par exemple couper la totalité de la forêt amazonienne ne changerait pas significativement son bilan global « gaz à effet de serre » car si cette forêt devenue inexistante ne fixe plus de carbone, elle n’en produit plus la nuit et surtout elle ne produit plus de méthane provenant de la fermentation des détritus végétaux. Mais ça, les écolos ne veulent pas en parler, parce ce n’est pas politiquement correct. La conseillère, satisfaite du destin écolo-compatible de la destruction promise à des centaines d’hectares de forêt, s’émeut tout de même des risques de pollution par les particules fines cancérigènes qui polluent très fortement l’air de l’Hexagone …

Pour désinformer même l’AFP met son grain de sel, pardon, de poussière.

Noël Mamère quitte les écolos mais pas le Palais Bourbon

Noël Mamère quitte EELV, grand bien lui fasse ! Il pourrait aussi démissionner de son mandat de député car après tout ce n’est qu’un pur démagogue qui sous prétexte que c’était écolo de forniquer avec le même sexe, il a célébré des mariages homosexuels bien avant la stupide loi du mariage pour tous qui a tant remué les esprits sans aucune utilité. Re-visionnez « Apocalypse Now », les écrans de fumée sont utilisés pour cacher l’horreur ou la désolation et les écolos participent à la diversion orchestrée par le gouvernement socialo-marxiste afin que les Français soient anesthésiés et ne se rendent pas compte que le pays va à la ruine avec leur aide, naturellement, puisqu’ils participent au gouvernement et qu’ils pondent des lois totalement absurdes pour accélérer cette chute. Ils seront donc complices de la terrible crise que va traverser la France dans les prochains mois car ce n’est pas l’indice Markit global composite de 50,2 qui signifie que l’activité va reprendre en France car les British semblent ignorer que le pays s’endort au mois d’août et que l’activité reprend à une vitesse légèrement supérieure en septembre conduisant à cet indice très légèrement plus haut que 50. Et ça, le père Mamère n’y peut rien … ce ne sont pas des commandes de moulins à vent qui redonneront de la vigueur à l’économie, encore moins la fermeture de Fessenheim et encore moins les lois Duflot qui ont immédiatement eu pour effet de provoquer une chute de la construction de logements neufs de 25 % et on ne voit pas comment il pourrait y avoir une amélioration dans les prochains mois avec un recul concomitant du volume de l’épargne sur le livret A. Normal, des centaines de milliers d’épargnants vont devoir piocher dans leur bas de laine (le livret A) pour arriver péniblement à payer leurs impôts. Mais ça Mamère n’en parle pas, il s’en moque, il fait partie des nantis avec son salaire confortable de député. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il ne claque pas la porte du Palais Bourbon, c’est tellement facile à comprendre que je me demande pourquoi je l’ai écrit ! Quelle mascarade, comme dit H16 ce pays est foutu …

EELV : une grenouille verte décérébrée !

EELV juge le projet de centrale au gaz en Bretagne de moins en moins justifié

BREST – Le projet controversé de centrale électrique au gaz à Landivisiau (Finistère) apparaît de moins en moins justifié, alors que plusieurs projets similaires sont abandonnés en France et que des centrales, tout juste inaugurées, sont arrêtées, a assuré vendredi Europe Ecologie – Les Verts (EELV) Bretagne.

Aujourd’hui en France, pour éviter les surproductions d’électricité, plusieurs projets de centrale au gaz sont abandonnés, d’autres centrales, tout juste inaugurées, sont arrêtées, indique le parti écologiste dans un communiqué, citant le cas de la centrale flambant neuve de Montoir-en-Bretagne (Loire-Atlantique).

GDFSuez devait annoncer jeudi à ses salariés un projet d’arrêt partiel ou de mise sous cocon de trois de ses quatre centrales à gaz en France.

Ces arrêts interviennent alors que le marché européen de l’électricité souffre actuellement de surcapacités.

Les centrales au gaz sont particulièrement à la peine, souffrant de la double concurrence de l’électricité d’origine renouvelable injectée prioritairement dans le réseau et du renouveau du charbon, dont le prix a baissé en Europe du fait d’importations américaines bon marché.

L’allemand Eon a ainsi récemment abandonné un projet de nouvelle centrale au gaz à Hornaing (Nord).

Ces annonces ne peuvent qu’interroger encore un peu plus l’utilité de construire une centrale à Landivisiau, indique EELV Bretagne, pour qui la réduction des consommations et la mise en oeuvre progressive des énergies renouvelables permettent de se passer de nouvelles unités de production de ce type à partir d’énergies fossiles. 

Le projet de centrale gaz de Landivisiau apparaît de moins en moins justifié et il est encore temps de l’abandonner, estime le parti.

Le groupe Poweo Direct Energie prévoit d’exploiter une centrale au gaz à Landivisiau en consortium avec l’allemand Siemens. D’un coût de 400 millions d’euros, cette centrale à cycle combiné au gaz de 400 MW devrait être mise en service à l’hiver 2016-2017.

La Bretagne ne produit aujourd’hui que de 8 à 10% de l’énergie électrique qu’elle consomme.




(©AFP / 12 avril 2013 20h03)
EELV continue de répandre son fiel idéologique à tel point que ça ressemble à un réflexe médullaire, un peu comme on fait se contracter la patte d’une grenouille décérébrée ou dont on a coupé tout simplement la tête par une petite décharge électrique. Les écolos en sont là, ils sont décérébrés. Dès qu’on leur parle d’électricité, ils s’agitent en tous sens et donnent de la voix. Quand on leur parle de kérosène, c’est la même chose ! Ils ne savent même pas qu’un Airbus A380 consomme moins d’un litre de carburant par 100 km/passager. Ils devraient pourtant en rester rêveurs … Mais non, ils continuent à se battre contre le projet d’aéroport de Nantes pour l’opportunité duquel, d’ailleurs, je n’ai pas d’opinion, et ils se battent contre les travaux réclamés par l’ASN pour la consolidation de la dalle du bâtiment réacteur de l’unité 1 de Fessenheim qui sont sur le point d’être réalisés par EDF et ils s’insurgent sur le projet de la centrale au gaz (près de 60 % de rendement énergétique, tout de même!) prévue à Landivisiau pour bien démontrer l’incohérence de leur attitude purement idéologique aux forts relents de gauchisme suranné.  Savent-ils ce qu’est un rendement dans un cycle combiné de turbine à gaz ? J’en doute. Ce dont je ne doute pas c’est qu’ils sont incapables de comprendre la précarité des apports énergétiques de l’éolien et du solaire, en particulier en Bretagne où les taux de charge de ces énergies encore très insuffisantes, s’il fallait produire toute l’énergie électrique dont cette région a besoin sont à peine supérieurs à 15 %. Mais savent-ils ce qu’est un taux de charge ? Pourquoi ne pas couper tous les arbres des quelques forêts armoricaines qui restent autour des élevages de porcs, pourquoi ne pas valoriser le lisier de ces mêmes porcs ? Au point où les écolos en sont dans leurs délires c’est devenu tout simplement comique. J’ajouterai pour terminer ce commentaire d’une simple dépêche d’agence tombée hier que la catastrophique situation économique actuelle (et à venir) de la France interdit toute remise en cause du programme énergétique poursuivi tant d’EDF que par GDF-Suez. Mais les écolos sont pour la récession et le changement vers la misère généralisée, c’est bien évident !

Greenpeace s’ingère dans les affaires de l’Etat !

 

« Pour tenir sa promesse, François Hollande doit acter la fermeture d’au moins 20 réacteurs à horizon 2020« , souligne dans un communiqué Sophia Majnoni, chargée de campagne nucléaire pour Greenpeace, en référence à l’engagement du président de la République de baisser la part du nucléaire de 75 à 50 % d’ici à 2025 dans la production d’électricité. « Fermer uniquement Fessenheim est une manoeuvre politique. Cela ne nous permet pas d’atteindre l’objectif présidentiel, mais surtout d’autres centrales sont aussi dangereuses« , ajoute-t-elle.

Signé Greenpeace pour les caractère en gras (tiré d’un article du Point.fr)

On remarque à l’évidence que Greenpeace, une association terroriste (étymologiquement : qui sème la terreur), de droit néerlandais après avoir été américaine mais avoir eu des déboires avec le fisc américain, se mêle de politique intérieure française, et de quel droit s’ingère-t-elle dans la politique énergétique française ? Parce qu’elle pilote EELV, un ramassis d’ignorants plus soucieux de se remplir les poches avec des rémunérations de ministres (d’opérette) ou de députés, voire de sénateurs (c’est encore pire) que par exemple de la santé des Français qui respirent dans les villes un air hautement vicié et chargé de particules cancérigènes, un article du Figaro le rappelait encore hier ! Non, pour plaire aux femelles écolos et au sénateur Placé, Greenpeace s’arroge ce droit d’interférer avec le gouvernement français qui aura déjà beaucoup de mal à respecter ses engagements politiciens et démagogiques de revenir à 50 % de la part électro-nucléaire dans le package énergétique* de la France. Mais Greenpeace ne donne aucune indication sur la manière d’y arriver en 2020 sans aggraver la facture énergétique de la France, déjà dépendante de la Russie et de l’Algérie pour le gaz naturel, en ne nuisant pas à l’esthétique du paysage littoral français avec l’implantation de forêts d’éoliennes et en ne défigurant pas les hauteurs du Lubéron ou des Alpilles avec l’installation de fermes photovoltaïques et enfin sans que la France soit obligée de quitter le protocole de Kyoto. Un nouveau comité Théodule (couteux naturellement) est mis en place pour discutailler de l’avenir énergétique de la France, et il en est de même au niveau européen, mais retranchée dans sa tour d’ivoire et considérant qu’elle détient la science infuse, Greenpeace refuse de siéger dans ces comités. On comprend donc bien par cette attitude les contradictions dans lesquelles cette association de malfaiteurs se débat elle-même. Mais avant de reconnaître ses erreurs de jugement, il faudra une génération et un ou deux autres chocs pétroliers …

Je reprends les termes de Greenpeace :

« La catastrophe de Fukushima est venue nous rappeler qu’il faut se préparer à un accident majeur même si ce n’est pas le scénario le plus probable« .

J’aime bien ce « même si … » qui veut bien dire que Greenpeace ne sait pas de quoi elle parle. Naturellement qu’il n’y aura pas de séisme de magnitude 9 en France, mais il pourrait aussi y avoir une chute de météorite comme en Russie il y a peu de temps. Pourtant, Greenpeace se base sur des arguments aussi improbables que la chute d’une météorite, c’est dire le niveau de démagogie de ces gens(foutres) qui ignorent aussi que le niveau de sécurité des unités de Fesseinheim compte parmi les meilleurs du parc nucléaire français.

Et aussi : « Pour tenir sa promesse, François Hollande doit acter la fermeture d’au moins 20 réacteurs à horizon 2020« . Mais comme le Président n’arrivera déjà pas à tenir ses promesses économiques (chômage, réduction des déficits et de la dette, réduction du trou de la sécurité sociale, et j’en passe) il pourra encore moins tenir les dites promesses en fermant purement et simplement 20 réacteurs. Il suffit d’observer le déficit de la balance commerciale du Japon, du jamais vu depuis 50 ans, qui est une conséquence directe de la fermeture du parc électronucléaire à la suite du séisme du 11 mars 2011 et de ses conséquences. La France (et François Hollande) a-t-elle aussi besoin d’une aggravation substantielle de son déficit commercial déjà catastrophique ? Peut-être que Greenpeace a réponse à tout !

*Package énergétique : Le nucléaire représente environ 80 % de l’énergie électrique produite en France, certes, mais seulement environ 42 % de l’ensemble de l’énergie primaire consommée en France et dans les DOM : on est donc déjà en dessous des 50 % que réclament les écolos et qu’a inconsidérément promis Hollande candidat. Il s’agit donc d’un faux débat purement politique.

 

 

 

 

Christine Lagarde sous-marin du sénateur Placé et des ministres Batho et Duflot ?

Au dernier forum de Davos, madame Lagarde, la chef du FMI, avant c’était DSK, s’est brusquement convertie à l’écologie pure et dure en déclarant, je cite :

« Ainsi, nous avons besoin de croissance, mais aussi de croissance verte qui respecte la durabilité environnementale. Une bonne écologie c’est une bonne économie. C’est une raison importante pour déterminer un prix juste pour le carbone et aussi pour cesser les subventions consacrées aux énergies fossiles. »

 

Déjà il faut se tenir aux poignées et aux barres pour ne pas chavirer dans un délire d’hilarité car Madame Lagarde parle d’un coté de croissance, ce que Hollande cherche désespérément, mais veut aussi remettre en cause les subventions (occultes) accordées aux grandes compagnies pétrolières pour maintenir un prix du pétrole et du gaz naturel et surtout des produits raffinés aussi bas que possible tout en permettant aux spéculateurs de faire quelques profits (voir mon billet du 20 juillet 2012) : https://jacqueshenry.wordpress.com/2012/07/20/petrole-prix-manipules-la-grosse-arnaque-planetaire-libor-hedge-funds-speculation/

et celui-ci sur les produits raffinés du 20 janvier 2012 : https://jacqueshenry.wordpress.com/2012/01/20/petrole-gaz-charbon/ 

et dans ce dernier cas, c’est la récession assurée si les produits raffinés sont commercialisés à leur juste prix disons pour faire court et réaliste 3 euros le litre d’essence. Madame Lagarde ne comprend donc pas très bien la situation et là je suis modéré dans mes propos.

Je continue à citer Madame Lagarde :

« A moins d’agir rapidement les générations futures seront roties, transformées en toasts, frites et grillées. »

Là ça fait un peu beaucoup d’imagination parcequ’avant d’être roties (les générations futures), toute vie terrestre aura pratiquement disparu de la planète.

Mais on rêve tout de même en lisant ce genre de propos de la bouche de Madame Lagarde et non pas d’un quelconque dirigeant de Greenpeace ou d’un(une) élu(e) d’EELV du genre Placé, l’homme aux mégots de cigarette ou Batho, l’ahurie anti-Fessenheim et anti-feux de cheminée. A n’en pas douter un seul instant, le board des directeurs du FMI est inflitré par Greenpeace ou le lobby pétrolier ou les deux en même temps, ce qui ne m’étonnerait pas outre mesure, pour tenir de tels propos totalement stupides. Encore une conséquence néfaste des fausses prévisions alarmistes et tonitruantes du GIEC, ce « machin » inutile, comme l’aurait certainement qualifié le Général De Gaulle, lui qui a impulsé en visionnaire l’énergie nucléaire civile française.

Source : theglobeandmail.com et Contrepoints