Les lettres d’amour c’est désuet, maintenant on tweete …

Capture d’écran 2019-03-02 à 16.46.09.png

Imaginons un monde sans télévision. Pour occuper nos loisirs nous aurions le choix entre la lecture, le jardinage et des travaux manuels de détente (liste non exhaustive). Par exemple la tapisserie est un excellent passe-temps comme les modèles réduits. J’ai pour ma part choisi, puisque je n’ai pas de télévision, la sculpture, en réalité le moulage. C’est relativement facile et peu coûteux. Internet a aussi envahi nos vies quotidiennes et nous n’écrivons plus : nous envoyons des messages en laissant des traces sur Facebook ou Twitter, je dis des traces car ce n’est pas vraiment de l’écriture. Je fais des efforts pour rédiger des billets sur mon blog en une prose si possible correcte sans être constellée de fautes d’orthographe ou de syntaxe déplorables. Oh ! je fais encore des fautes qui m’échappent à la relecture, j’ai toujours été brouillé par les accords de participe passé !

Pour revenir à Facebook (Fakebook) et Twitter, des inventions d’escrocs et de menteurs, ces deux outils, si on peut dire les choses ainsi, sont plus nocifs pour l’humanité que n’importe quelle autre maladie infectieuse. On n’écrit plus aujourd’hui, on tweete. Si j’envoyais une lettre d’amour dans un style très poétique à une femme aujourd’hui – et je sais que j’en suis encore capable – elle ne comprendrait pas mes propos parce qu’elle a probablement perdu l’habitude de lire plus de 150 caractères. Et pourtant quoi de plus beau qu’une belle lettre d’amour dans laquelle on entre dans la profondeur des sentiments et des émotions, écrite d’une main hésitante et un peu fébrile. Autrefois quand il y avait le feu dans une maison l’occupante sauvait d’abord les lettres d’amour que lui avaient envoyé ses amants, le reste n’avait pas d’importance …

John Keats, mondialement connu pour ses poèmes, était aussi un écrivain immense dans toutes les lettres d’amour qu’il écrivit à l’élue de son coeur, Fanny Brawne, et chacune de ses lettres était aussi un poème.

Qui aujourd’hui à l’ère des impulsions lumineuses circulant dans des fibres de verre à la vitesse de la lumière ira dans un papeterie acheter une enveloppe et du beau papier pour écrire une lettre d’amour. Et pourtant n’y a-t-il pas plus belle preuve d’amour …

Inspiré d’un article paru sur le site Takimag. Illustrations Fanny Brawne .

Lecture et écriture : globalement nouveau !

 

Capture d’écran 2014-04-10 à 09.34.07

Il n’y a pas si longtemps que le cerveau humain s’est adapté à l’écriture et par conséquent à la lecture. Les premiers alphabets remontent à peine à 1500 années avant notre ère si on considère que les hiéroglyphes égyptiens n’étaient pas en soi un alphabet mais un ensemble de pictogrammes, un peu comme les caractères chinois qui signifient en eux-mêmes une idée ou un concept, l’alphabet et l’écriture sont donc des phénomènes récents en termes d’évolution. Le premier véritable alphabet comprenant des voyelles apparut en Grèce et dérive du linéaire B de l’époque mycénienne. Il fallut attendre l’invention de l’imprimerie pour que le cerveau humain s’adapte réellement à la lecture car nous ne possédons pas de dispositions naturelles pour cet exercice cérébral, aussi curieux que cela puisse paraître.

Notre cerveau est équipé génétiquement pour gérer l’odorat, l’ouïe et la vue mais décrypter un texte fait appel à une adaptation récente, quelques milliers d’années, ce n’est rien en terme d’évolution. Le support papier existe toujours mais va progressivement être détrôné par toutes sortes d’équipements modernes comme les tablettes, les téléphones portables et les ordinateurs. Et c’est une nouvelle période d’adaptation de notre cerveau qui se dessine. Les spécialistes des sciences cognitives l’affirment, notre cerveau subit aujourd’hui une pression adaptative violente devant l’incroyable densité d’informations que nous offre en continu internet. Les yeux ne fonctionnent plus comme sur une page de papier quand ils sont fixés sur un écran d’ordinateur ou une tablette. Le regard effleure les mots mais ne transmet pas nécessairement toutes les informations au cerveau et on développe en quelque sorte un cerveau digital qui devient progressivement capable de faire un tri visuel rapide alors que depuis l’apparition de l’écriture notre cerveau n’a pas du tout été habitué à ce type d’exercice. Par conséquent les personnes (comme votre serviteur) qui passent plusieurs heures par jours devant l’écran de leur ordinateur et « naviguent » avec quelques doigts d’une information à une autre, souvent entourées de publicité (il faut bien que Google, les journaux en ligne et Facebook vivent), doivent faire un réel effort pour se reconvertir le temps d’une promenade dans un parc à la lecture de Marcel Proust ou d’Henry James dans une belle édition papier. Ces spécialistes des sciences cognitives se sont aperçu que l’addiction à l’ordinateur et à son écran, maintenant tactile pour les derniers modèles, a complètement perturbé les circuits neuronaux qui venaient à peine de s’adapter à l’écriture. La lecture en profondeur de Proust avec ses paragraphes d’une demi-page constitue presque un test permettant de reconnaître cette dégradation de la perception des caractères imprimés mais aussi de la transmission de ces informations au cerveau qui a perdu la capacité de la lecture en profondeur. Ce qui apparaît dans une étude réalisée à l’American University est la perte de la perception de la syntaxe et de la construction logique des phrases. L’arrivée de Tweeter a aggravé la situation avec la disparition de toute notion de syntaxe mais également de l’orthographe car ces messages courts nécessitent par essence une rédaction elliptique dénuée de toute notion d’orthographe et encore moins de syntaxe.

Les problèmes qui apparaissent avec ces supports de lecture et d’écriture ne concernent pour l’instant que les adultes qui se sont reconverti par obligation ou par choix personnel mais ce sont les enfants en âge d’apprendre à lire et écrire qui sont également les premiers concernés. Le cerveau des adultes reste « bilatéral » en ce sens qu’il est adapté à la lecture « papier » et que l’écran d’un ordinateur ne constitue pas un problème insurmontable. Mais l’enfant qui vient de déchiffrer l’alphabet et en est qu’au tout début de l’appréhension de la notion de phonèmes, un exercice parfois ardu, si ce dernier est déjà coutumier de l’usage des équipements électroniques variés, il lui sera beaucoup plus difficile de maîtriser cette adaptation qui est pourtant inévitable. C’est pourquoi le passage d’un mode de lecture « papier » à un mode « écran » n’est pas aussi simple qu’on peut le croire.

Je discutais il y a quelques jours avec une enseignante et je lui recommandais d’enseigner à ses élèves la saisie des textes avec les dix doigts sans regarder le clavier de l’ordinateur. Cette suggestion est en droite ligne avec l’usage de l’informatique et d’internet. Le regard devient fusionnel avec l’écran et les doigts ne sont plus qu’un élément de transmission de la pensée qui fonctionnent automatiquement. Mes lecteurs doivent penser que si j’étais incapable d’écrire sans regarder le clavier de mon Mac Book, je ne pourrais pas être aussi productif. Mais il y a bien longtemps que je me suis reconverti aux nouvelles technologies ! J’ai tout simplement appris à écrire à la machine sans regarder le clavier au début des années soixante et j’avoue que ce petit plus est très appréciable …

A vos claviers et vos écrans tactiles !

Inspiré d’un article paru dans le Washington Post