CO2 et Covid-19 : les écolos persistent dans leur illusionnisme

Depuis le début du mois de mars 2020 les deux-tiers de l’économie mondiale sont à l’arrêt, plus de 90 % des avions sont cloués au sol, la marine marchande est au point mort et la circulation automobile en Europe a lourdement chuté. Les écologistes politiques se sont félicité de cet état de fait clamant que le taux de CO2 dans l’atmosphère allait lui aussi lourdement chuter puisque l’activité humaine, source de tous les malheurs climatiques, avait elle-même chuté.

Encore une fois ces idéologues dont la propagande n’est adossée que sur des modèles mathématiques hasardeux se sont trompé. Ces modélisations devant prédire quel temps il fera dans 30 ans au dixième de degré près auxquelles ces prétendus cavaliers de l’Apocalypse se réfèrent n’ont rien prédit du tout en ce qui concerne l’évolution de la teneur en CO2. Les derniers relevés d’Avril 2020 infirment leurs hypothèses : le taux de CO2 atmosphérique a continué à augmenter à raison d’environ 2 ppm par an. Depuis 2015 cette augmentation est linéaire avec une petite perturbation au cours de l’année 2016 en raison d’un fort événement El Nino suivi d’une Nina (ENSO, El Nino-South Pacific oscillation) comme le montre le graphique ci-dessous.

Capture d’écran 2020-05-31 à 12.18.27

Il est pratiquement certain que pour les prochains mois il n’y aura aucun changement notable dans cette évolution et il existe une raison à cet état de chose. Les émissions de CO2 dont l’origine est la combustion de pétrole, gaz ou charbon participent pour environ 5 % de tout le CO2 produit sur l’ensemble de la Terre et ces 5 % sont inférieurs à la précision des mesures effectués au sommet du volcan (éteint) Mauna Loa sur l’île de Hawaii, donc on ne verra aucune évolution vers le bas ou vers le haut que l’activité économique reste encore plusieurs mois à l’arrêt ou qu’au contraire est reprenne de plus belle au grand dam de ces écologistes qui prennent leurs désirs pour des réalités. En effet une diminution de ces émissions de CO2 d’origine humaine de 20 % pour les prochains mois ne conduirait qu’à une diminution globale dans l’atmosphère de 0,4 ppm, autant dire rien du tout !

Je rappelle à mes lecteurs que ces « 5 % » dont il est question ont été évalués à partir de la signature isotopique du carbone des combustibles fossiles (rapport C-13/C-12). Le reste, soit 95 %, du bilan global du CO2 atmosphérique est le résultat de l’activité biologique végétale et planctonique et si on assiste toujours à une augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère celle-ci est due au réchauffement des océans au cours de l’optimum climatique moderne qui eut lieu entre 1920 et 1980. Seule l’inertie thermique des océans explique ce phénomène de dégazage océanique. L’activité humaine est négligeable. Et pourtant les écologistes souhaitent ruiner l’économie mondiale pour sauver le climat : on ne peut que constater qu’ils persistent dans leurs erreurs que malheureusement ils ne reconnaîtront jamais.

Source : blog de Roy Spencer, University of Alabama (climateataglance.com)

La honteuse, hideuse, méprisable récupération de la grippe à Covid-19 par les écolos.

Capture d’écran 2020-05-23 à 11.13.50

On assiste en France à un véritable festival de démagogie mis en scène par les écologistes de tous bords avec en premier lieu Nicolas, Delphine, Cédric, Corinne, Yves* et bien d’autres rapaces qui viennent tels des vautours se repaître des cadavres des morts. Les vautours sont des charognards opportunistes exactement comme ce ramassis de crypto-trotskystes dont l’objectif est d’établir un ordre nouveau, un nouveau monde propre sans pollution, sans pétrole, sans voitures, sans avions, sans bateaux, un monde où on baignerait tous dans les fleurs, l’amour et la douceur de vivre.

Pour cette bande d’ahuris il faut maintenant vivre comme au XVIIIe, ne plus utiliser de voiture, ne plus voyager en avion, ne plus brûler de pétrole, ne plus cultiver quoi que ce soit avec des engrais ou des pesticides, ne plus manger de viande, d’ailleurs il n’y a qu’à lire la presse : les abattoirs sont de vrais nids à coronavirus, ne plus utiliser internet ça consomme trop d’électricité, ne plus utiliser d’uranium, et enfin, selon la logique écologiste, ne plus faire d’enfants, donc ne plus faire l’amour que très rarement et laisser les vieillards mourir.

Alors que les rues des grandes villes étaient totalement désertées en raison du confinement généralisé les autorités ont matérialisé avec de la peinture des pistes cyclables pour littéralement entraver la circulation des véhicules automobiles afin de décourager leurs propriétaires de les utiliser. Ils n’auront qu’à acheter des vélos ou des voitures électriques rechargés par des moulins à vent. Ainsi la grippe coronavirale va servir de tremplin pour la mise en place de nouvelles taxes vertes, de nouvelles contraintes, de nouveaux tourments en tous genres qui se surajouteront à la gigantesque débâcle économique qui se profile pour les prochaines semaines. Bienvenue dans un monde meilleur ! C’était le slogan de Rhône-Poulenc, sponsor de Hulot pour ses expéditions en hélicoptère à l’autre bout du monde …

Ces écolos qui pourrissent toutes les couches de la société, depuis la Commission européenne, le Parlement européen, les gouvernements régionaux, les landers, les provinces, les mairies, une multitude d’associations financées à grands frais par les contribuables, attendaient cette occasion inespérée pour imposer leurs lois suicidaires : « le monde d’après », un concept, un nouveau paradigme repris en boucle jusqu’à la nausée par tous les médias sans que qui que ce soit ne formule une objection. Le climat se réchauffe, les glaciers reculent, le niveau des océans monte dangereusement, les coraux meurent, les ours blancs disparaissent, les papillons disparaissent, la pollution tue des millions de personnes, les matières plastiques s’accumulent dans les océans, les biotopes sont détruits, les gens mangent trop de viande, trop de sucre, du sucre qui pourrait être transformé en biocarburant renouvelables, c’est pire que tout.

Ces associations et partis politiques opportunistes qui prétendent sauver la planète et utilisent aujourd’hui l’excuse du coronavirus pour faire valoir leurs théories et leurs solutions à « leur » problème ne se rendent même pas compte qu’ils sont manipulés par les clubs très fermés de Davos et de Bilderberg, des organismes réunissant la haute finance internationale dont le seul but est d’imposer leur loi et leurs objectifs de domination du monde entier. Ces politiciens de basse facture – et je classe Hulot parmi ces derniers – sont trop stupides et trop motivés par leur petite promotion dans la sphère dirigeante locale pour comprendre ne serait-ce qu’une seconde qu’ils sont les marionnettes minables de cette haute finance qui se moque de la vie humaine, des morts, des épidémies et même des guerres car son seul but est le profit et la domination de la planète.

Le gouvernement français semble ignorer les retournements de situation de l’Espagne qui a annulé tout rachat d’ « électricité renouvelable » à des tarifs préférentiels ainsi que toute subventions à ces sources d’énergie dites vertes ainsi que le désastre allemand qui non seulement a diabolisé l’énergie nucléaire mais se rend compte aujourd’hui que finalement les moulins à vent ne sont pas fiables et dans la foulée de l’Espagne a cessé de subventionner ces énergies dites « décarbonées ». Non, pour alimenter l’idéologie écologiste le gouvernement français persiste et signe en clamant que les moulins à vent sont l’avenir. C’est tout simplement obsessionnel !

Quand je pense qu’un économiste éminent comme Gaël Giraud – il a les idées claires contrairement à beaucoup d’autres de ses collègues sur de nombreux sujets relevant de l’économie au sens strict – prône le « verdissement » de l’économie pour favoriser la relance. Mais sur quoi se base-t-il pour mettre en œuvre un tel plan de croissance ? In fine ce sera avec des augmentations monstrueusement foisonnantes de toutes sortes de taxes, de régulations, de lois, de décrets qui au final paralyseront l’économie plutôt que la libérer. Faut-t-il que cet homme soit aussi un servile admirateur de la haute finance apatride qui veut, sans aucun état d’âme, dominer le monde ! Il a été formaté par les climato-alarmistes et il n’a pas consacré la moindre minutes à consulter les milliers d’articles scientifiques qui démolissent la théorie du réchauffement climatique provoqué par le supposé effet de serre du CO2, résidu de la combustion du pétrole et du charbon mais pourtant un aliment indispensable au plancton et à tous les végétaux. Ce monsieur veut bouleverser avec de doctes propos le style de vie de toutes les nations. Il rêve, tout simplement.

J’ai vraiment envie de vomir …

* Yves Cochet est l’inventeur du rachat par EDF de l’électricité produit par intermittence dans les « fermes » de moulins à vent.