Les racines génocidaires du « New Deal » vert : limiter la croissance et … libérer Prométhée.

Capture d’écran 2019-08-01 à 22.52.30.png

Traduction d’un article de Matthew Ehret paru le 31 juillet 2019 sur le site Oriental Review. M. Ehret est un journaliste et conférencier canadien. Il a créé la Canadian Patriot Review et il est cofondateur de la Rising Tide Foundation. Les inserts en italique et entre parenthèses sont de mon fait.

Le Prince Charles vient de donner au monde 18 mois pour sauver la planète (tout le monde sait que le Prince Charles est un spécialiste du climat). Au cours des dernières années, le Prince Charles et son père, parmi d’autres aristocrates consanguins d’Europe, ont manifesté un incroyable intérêt pour la sécurité de la Terre contre les machines émettrices de pollution qui consomment avec avidité et se reproduisent sans limite tout en n’ayant aucune considération pour Gaïa, notre mère à tous. Ces derniers mois la prise de conscience de cet état de fait a pris la forme d’un « Green New Deal » promu aux USA par la représentante démocrate Alexandria Ocasio-Cortez et le sénateur Bernie Sanders (illustration). Une campagne à l’intention des enfants approuvée par le Pape François et dirigée par Greta Thunberg s’est répandue en Europe et en Amérique du Nord tandis qu’un club de milliardaires dirigé par Al Gore et George Soros finance le mouvement « Sunrise » pour lutter contre le réchauffement climatique.

Cette passion déclarée pour sauver la planète est-elle authentique ? Ces oligarques et milliardaires se soucient-ils vraiment du « Green New Deal » autant que les médias bienveillants le prétendent … ou bien y a-t-il quelques chose de beaucoup plus sombre en jeu ? Pour répondre à ces questions il faut d’abord examiner rapidement ce qu’est le « Green New Deal », d’où il vient et ce que ses concepteurs ont déclaré vouloir réaliser avec sa mise en oeuvre.

Comme son nom l’indique le « Green New Deal » est un vaste programme politique qui tire son nom du « New Deal » initial de 1932 promulgué sous la direction du Président Franklin Roosevelt. Il s’agissait à l’origine d’un programme de réforme bancaire et de construction d’infrastructures massif afin de guérir les Etats-Unis des blessures profondes provoquées par quatre années de grande dépression. Alors que le « Green New Deal » de 2019 propose également de réviser en profondeur les règles de la finance et la planification d’infrastructures sa similitude avec le New Deal de Roosevelt s’arrête là. Le New Deal de Roosevelt était motivé par des projets qui allaient augmenter les capacités de production de la nation dans son ensemble grâce à des investissements dans des projets hydroélectriques, des couloirs de transport, la Tennessee Valley Authority et des milliers d’autres projets d’infrastructure. Le « Green New Deal », a contrario, cherche à réduire la puissance du travail et réduire le niveau de vie des citoyens en investissant dans des infrastructures vertes à croissance zéro. Si la vraie nature de ce « Green New Deal » était explicitée personne ne boirait cette potion amère.

Comme les Présidents Poutine et Trump l’ont souligné à diverses reprises, non seulement il n’a jamais été prouvé que le CO2 d’origine humaine entraînait des variations climatiques, mais il est apparu clairement que, depuis 1998, la tendance au réchauffement qui prévalait depuis 1938 a fait une étrange pause. Tandis que la teneur en CO2 augmentait sans cesse des scientifiques ont alerté le monde sur le fait que l’on était sur le point d’entrer dans un âge glaciaire. Ce simple fait met en évidence l’embarrassante réalité selon laquelle l’augmentation des teneur en CO2 a toujours par le passé suivi des épisodes de réchauffement et jamais l’inverse, ce qui a tendance à prouver que ce « gaz à effet de serre » est effectivement affecté par le réchauffement du climat, probablement par des facteurs d’origine spatiale, comme l’a souligné à plusieurs reprises le Président Poutine. Encore plus surprenant encore pour certains, des études récemment publiées par la NASA ont montré que la biomasse mondiale avait augmenté de 10 % ces dernières années, en grande partie en raison des politiques de croissance économique de la Chine et de l’Inde. Après tout, on a observé que les plantes poussaient beaucoup mieux lorsqu’elles étaient nourries par des niveaux accrus de dioxyde de carbone.

Quelle est l’origine de ce « Green New Deal » ?

Comment autant de scientifiques respectables auteurs de travaux de grande valeur et autant de politiciens ont-ils pu supposer qu’une telle erreur était pourtant la vérité à tel point qu’une refonte totale de la société doit être envisagée ? Cela ne s’est évidemment pas produit du jour au lendemain, mais la pression actuelle pour transformer notre monde entier en le confrontant à la « réalité » devenue incontestable du réchauffement planétaire provoqué par l’homme trouve ses origines dans le mouvement néo-malthusien des années 1968-1972. Dans ce court intervalle de temps qui connut les assassinats de grands leaders politiques comme John F. Kennedy, Enrico Mattei, Martin Luther King et Bob Kennedy et la mort de Charles de Gaulle, le vide que laissa ces disparitions fut vite comblé par l’établissement sur la scène politique de lâches et de parasites. Il y eut un changement de paradigme vers le conservationnisme rejetant l’éthique de la croissance industrielle qui définissait la civilisation occidentale jusqu’à présent. Ce réveil malthusien répondait au défi lancé par le président de la société eugénique et fondateur de l’UNESCO Julian Huxley (illustration,frère d’Aldous) qui écrivit en 1946 :

Capture d’écran 2019-08-01 à 17.35.16.png

« L’unification politique dans un gouvernement mondial sera nécessaire même si toute politique eugénique radicale sera politiquement et psychologiquement impossible pendant de nombreuses années, il importera que l’UNESCO veille à ce que ce problème eugénique soit examiné avec le plus grand soin et que l’esprit du public soit informé des problèmes en jeu, de sorte que ce qui est maintenant impensable puisse au moins devenir pensable. »

Naturellement, à peine un an après que le monde eut pris conscience des horreurs de l’eugénisme nazi Huxley et ses associés parmi l’élite anglo-américaine qui finança Hitler eurent un grand travail à réaliser pour redorer l’image de l’eugénisme et le reformuler sous un autre nom.

1001 Nature Trust et le Club de Rome

En 1968 fut fondée une organisation connue sous le nom de Club de Rome sous la direction de deux misanthropes Aurelio Peccei et Sir Alexander King. Rapidement cette organisation (on dirait aujourd’hui un « think-tank ») prit rapidement de l’ampleur dans le monde anglo-saxon avec des membres comptant divers idéologues de la communauté politique, économique et scientifique qui ont tous convenu que la meilleure forme de gouvernance de la société était une dictature scientifique. Sir Alexander King a écrit :

« En cherchant un nouvel ennemi pour nous unir, nous avons eu l’idée que la pollution, la menace du réchauffement de la planète, les pénuries d’eau, la famine, etc … iraient de l’avant. Tous ces dangers sont causés par l’intervention humaine. Ce n’est que par le biais de changements d’attitude qu’ils peuvent être surmontés. Le véritable ennemi est donc l’humanité elle-même.« 

Afin de financer ce changement de paradigme le 1001 Nature Trust avait été fondé en 1970 par le Prince Bernhard des Pays-Bas (Bernhardt de Lippe-Biesterfeld, époux de la future reine Juliana), porteur de sa carte de membre du parti nazi et fondateur du Groupe Bilderberg en 1954, qui avait travaillé aux côtés du Prince Philip Mountbatten (époux de la Reine Elizabeth II), son compagnon misanthrope, et de Sir Julian Huxley pour créer quelques années auparavant le World Wildlife Fund (WWF). Le plan était très simple : chacun des 1001 membres fondateurs a versé 10000 dollars dans la fiducie qui a ensuite été dirigée vers le changement de paradigme vert. Parmi les autres membres importants du Club 1001 on compte des têtes couronnées royales et princières, des milliardaires et des sociopathes technocratiques qui ne souhaitaient rien d’autre que gérer ce « Nouveau Monde » hautement prometteur financièrement en tant que membres « alpha ». Beaucoup d’entre eux firent ensuite partie du Club de Rome dont le Canadien Maurice Strong qui est ensuite devenu vice-président du WWF sous la présidence du Prince Philip en remplaçant un autre vice-président du WWF, Louis Mortimer Bloomfield. Bloomfield était membre du Club 1001 et il avait été identifié par le procureur de la Nouvelle-Orleans, Jim Garrison, comme étant l’un des instigateurs de l’assassinat du Président John F. Kennedy, notoirement opposé aux mouvement malthusien.

Le document qui devint ces années-là la véritable bible et le plan directeur de ce nouveau mouvement anti-humaniste et néo-malthusien qui a donné naissance au programme « Green New Deal » d’aujourd’hui s’intitule « Limits of Growth » paru en 1972. Il détient le record du livre sur l’écologie le plus lu, vendu à 30 millions d’exemplaires et traduit en 32 langues. Un article récent célébrant la parution de cet ouvrage déclarait :

« Cet ouvrage a contribué au lancement de la modélisation informatique moderne de l’environnement à l’échelle mondiale. Après la parution de « Limits of Growth » les environnementalistes, scientifiques et décideurs politiques ont de plus en plus pensé aux problèmes écologiques en termes planétaires et comme étant interconnectés de manière dynamique. Il faut relire ce livre, car plus que tout autre il a introduit le concept de changement climatique anthropocentré auprès d’un immense public.« 

Le livre lui-même est le résultat d’une étude réalisée par une équipe de statisticiens du MIT co-signée par Jay Forrester et Dennis Meadows. Comme Alexandria Ocasio-Cortez aujourd’hui, ces jeunes professeurs du MIT n’étaient que des marionnettes en papier manipulées par les plus grands ingénieurs en sciences sociales qui géraient le spectacle en coulisse. Cette étude émanant du MIT n’a même pas été initiée au MIT, elle le fut à Montebellow au Québec en 1971 sous la houlette de Pierre Elliot Trudeau, l’un des « parrains » du Club de Rome, qui a alloué de l’argent des contribuables canadiens à ce projet. Il fut décidé lors d’une réunion rassemblant un réseau de conseillers privés de la fondation Rhodes (qui finance des bourses d’étude) réunis autour d’Alexander King (illustration ci-dessus), Maurice Strong, Maurice Lamontagne (fondateur d’Environnement Canada), Michael Pitfield, fondateur du SCRS, service de renseignement et de sécurité du Canada et le Gouverneur général Roland Michener de financer ce projet. Le projet a ensuite été en partie financé au MIT par la fondation Volkswagen dont le passé soutenu par les nazis aurait dû indisposer certains statisticiens du MIT.

Le malthusianisme en bref.

Les membres du Club de Rome/WWF/Club 1001 se sont surnommés « néo-malthusiens » en référence à l’idéologie popularisée par Thomas Malthus (illustration ci-après). L’essai de Malthus paru en 1799 sur le principe de la population a noté de façon pessimiste que la population humaine s’accroissait de manière géométrique tandis que la production alimentaire augmentait de manière arithmétique, menant inévitablement à un point critique de surpopulation.

malthus-point-of-crisis.jpg

Ce point de crise a été le fondement du concept que les auteurs de « Limits of Growth » ont appelé par la suite la « capacité de charge » (carrying capacity). Bien sûr, plutôt que de permettre à ces « bovins » d’humains de développer leur esprit afin de faire plus de découvertes et d’inventions qui compenseraient ce point critique, Malthus, et plus tard ses héritiers, savaient que l’Empire britannique dont il était un employé n’aurait jamais pu exister si ce pouvoir créatif n’avait pas été libéré. En dépit des faits Malthus a froidement préconisé l’élimination des faibles pour faire de la place aux plus forts. N’étant pas au fait des subtilités de langage utilisées dans l’actualité au XXIe siècle, Malthus est allé jusqu’à proposer que l’on pratique des infanticides :

 » Tous les enfants naissant au delà de ce qui serait nécessaire pour maintenir la population au niveau souhaité doivent nécessairement périr, à moins que les décès des adultes leur laisse une place suffisante … nous devons donc faciliter, au lieu de tenter maladroitement et en vain, les opérations de la nature dans la production de cette mortalité.« 

En reformulant les hypothèses de Malthus dans un système informatique complexe, ces néo-malthusiens ont voulu créer un mouvement d’annulation volontaire fondé sur la honte parmi une génération entière de baby-boomers. Bien sûr, si vous supposez que le progrès technologique est terminé, il apparaîtra certainement qu’un système fermé des ressources limitées et fixes ne peut être géré que par une élite technocratique qui obtient des rendements décroissants à mesure que le monde s’installera dans un « équilibre mathématique » imaginaire de la « durabilité ». Heureusement pour l’humanité la réalité est rarement conformes aux idéaux pessimistes des racistes et des impérialistes.

Sir-Alexander-King.jpg

L’enchainement de Prométhée.

Formé depuis longtemps à Londres et proche collaborateur du premier ministre canadien Pierre Elliot Trudeau, Maurice Lamontagne était membre du Club de Rome et ancien président du conseil privé de ce club. Parmi tous les membres du Club de Rome Lamontagne a été toujours décisif en identifiant le plus grand ennemi de la Terre comme étant la créativité humaine elle-même. Dans ses rapports au Sénat canadien qui réformaient le financement et la planification scientifique canadienne, Lamontagne écrivit :

 » La nature impose des contraintes précises à la technologie elle-même et si l’homme persiste à les ignorer l’effet final de son action à long terme peut être de réduire plutôt que d’accroître le potentiel de la nature en tant que fournisseur de ressources et d’espace habitable … Mais alors une question se pose : comment pouvons-nous arrêter la créativité de l’homme ? « 

Reconnaissant à juste titre que l’envie de découvrir l’inconnu est inhérente à la condition humaine Lamontagne répond à sa propre question en écrivant :

 » Comment pouvons-nous proclamer un moratoire sur la technologie ? Il est impossible de détruire les connaissances existantes, il est impossible de paralyser le désir inné de l’homme d’apprendre, d’inventer et d’innover … En dernière analyse, nous constatons que la technologie n’est qu’un outil créé par l’homme à la recherche de ses aspirations infinies et n’est pas l’élément significatif envahissant le milieu naturel. C’est la croissance matérielle elle-même qui est à l’origine du conflit entre l’homme et la nature. « 

Ainsi donc la créativité et ses fruits du progrès technologique ne sont acceptables que s’ils réduisent le conflit entre l’homme et la nature, selon Lamontagne ! La « mauvaise » technologie, dans sa formulation, a pour effet d’augmenter la croissance matérielle de l’humanité, c’est-à-dire les pouvoirs de productivité. Si en revanche nous promouvons des technologies à faible densité énergétique telles que les éoliennes, les panneaux solaires et les biocarburants, qui entraînent une réduction de la capacité de travail de l’homme alors la technologie peut être définie comme une « bonne chose » selon cette logique tordue. Ce rapport a été repris par un autre membre du Club de Rome, Omond Solandt, qui l’a présenté au Sénat américain. Solandt a initié sa carrière comme conseiller scientifique auprès de Lord Mountbatten (mentor aux penchants pédophiles du Prince Philip) pendant la seconde guerre mondiale puis il a dirigé le Conseil de recherches pour la défense jusqu’en 1957 et il a ensuite intégré le MK Ultra (lien en fin de billet, je conseille à mes lecteurs de lire l’article en français sur MK Ultra) aux côtés du tristement célèbre Ewan Cameron de l’Université McGill au Canada. Solandt a dit de manière sophistiquée que  » il n’est plus nécessaire de faire de la science. Il faut plutôt comprendre, guider et utiliser efficacement la science pour le bien-être de l’humanité « . Ce qui définit « le bien-être de l’humanité » pour un membre promoteur de MK Ultra ne peut que donner des frissons !

En prévision du déchainement de l’ordre post-industriel avec la fluctuation du dollar américain en 1971 et la destruction du système monétaire de Bretton Woods qui incluait au moins un minimum de réglementations des spéculateurs monétaristes, Lamontagne a prescrit que la nouvelle sagesse ne visait plus seulement les découvertes scientifiques dans les domaines médical, atomique et spatial mais une réorientation vers des projets d’ingénierie plus pratiques. Il a aussi proposé de réduire les budgets alloués aux sciences « dures » en élargissant cette notion de science aux sciences humaines, sociales et monétaires. Ces programmes ont progressivement absorbé une grande partie des fonds alloués aux sciences exactes et à la science pure. Dans le premier volume de son rapport Lamontagne a déclaré ceci :

 » La nouvelle sagesse prescrit qu’un effort de recherche et développement supplémentaire soit consacré aux sciences de la vie et aux sciences sociales plutôt qu’aux sciences physiques, aux objectifs économiques et sociaux plutôt qu’à la curiosité et à la découverte. « 

À la défense de Prométhée

Un scientifique canadien de premier plan a rapidement pris position contre cette transformation impulsée par le Club de Rome. Ronald Hayes, Professeur de sciences de l’environnement à l’Université Dalhousie et fonctionnaire canadien, a écrit un livre en 1973 intitulé « L’Enchainement de Prométhée : l’évolution d’une structure de puissance pour la science canadienne  » dans lequel il a identifié Lamontagne comme un serviteur du dieu Zeus décrit par Eschyle dans la célèbre tragédie Prométhée enchaîné. Le drame grec antique racontait l’histoire du demi-dieu Prométhée, puni pendant dix-mille ans pour avoir enseigné à l’humanité, par défi, l’usage du feu que Zeus avait monopolisé pour lui-même. En attaquant l’appel de Lamontagne à déconstruire toute la structure de financement de la science canadienne mise en place entre 1938 et 1971 et à mettre en place un nouveau système technocratique le Professeur Hayes déclara que le principal problème avec l’approche de Lamontagne s’appelait le syndrome égyptien :

 » Si seulement nous pouvions détruire tout ce que les Israéliens ont construit et réduire la Palestine à un désert, tout le monde serait égal et nous pourrions commencer à construire un monde meilleur pour les Arabes. Ainsi Lamontagne veut détruire le conseil national de la recherche, l’organisme qui a lancé et nourri une grande partie de la recherche gouvernementale et abondé les programmes des cycles supérieurs dans les universités. C’est une erreur de l’administration Trudeau dont se fait l’écho Lamontagne. « 

Il n’y a pas de limite à la croissance.

Dix ans après la publication de « Limits of Growth » le candidat à la présidence américaine et fondateur de la Fusion Energy Foundation, Lyndon Larouche (1922-1919) a réagi au mouvement néo-malthusien avec encore plus de force que Hayes. Dans sa première publication en 1982 de son ouvrage « Il n’y a pas de Limite à la Croissance  » Larouche écrivait :

 » Ce n’est pas la croissance de l’industrie qui détruit les forêts du monde. Dans la plupart des cas la cause est un déficit de production industrielle, une mauvaise gestion industrielle de l’écosphère. Au cours des 15 dernières années la plus grande cause et unique de destruction de l’ « écologie » du monde a été la tolérance des politiques réclamées par les soi-disant écologistes, les soi-disant néo-malthusiens du Club de Rome, l’Institut International pour l’Analyse des Systèmes Appliqués, le Fond mondial pour la nature, l’Institut Aspen, la Fondation Ford, la Fondation Rockfeller, le US Sierra Club, etc. Nous n’investissons pas assez d’énergie produite industriellement dans la gestion de l’eau, les produits chimiques, etc, l’agriculture de la biosphère terrestre. Dans le même temps nous utilisons la biomasse comme combustible et d’autres usages traditionnels. Nous devrions plutôt utiliser de l’énergie d’origine nucléaire, utiliser des matériaux modernes fabriqués industriellement à la place du bois d’oeuvre pour la construction de logements, etc. « 

Décrivant l’influence extraordinaire que les limitations de la croissance ont eu sur la consolidation du renouveau néo-malthusien comme facteur dominant dans les cercles politiques occidentaux, Larouche a identifié les erreurs fondamentales qui ne sont que timidement remises en cause par les prises de position de Trump aux USA. Il a déclaré :

 » L’étude elle-même, « Limits of Growth », était particulièrement frauduleuses à deux égards. Premièrement, en essayant de prouver que la société industrielle utilise trop rapidement les ressources naturelles qui restent. Meadows et Forrester ont fortement minimisé les quantités connues de ces ressources. Deuxièmement, plus important encore, Meadows et Forrester ont projeté le taux de consommation des ressources naturelles en utilisant des systèmes d’équations linéaires simultanément. Cette utilisation dans un « modèle » informatique d’équations linéaires intègre l’hypothèse selon laquelle il n’y a aucun progrès technologique dans la société. En fait le progrès technologique, y compris la redéfinition fondamentale de la signification des « ressources naturelles », constitue depuis cinq siècles le trait marquant de la civilisation européenne. Les limites de la croissance dans ce modèle reposaient sur l’hypothèse que de tels progrès technologiques étaient parvenus à un arrêt brutal et absolu. « 

Entropique ou anti-entropique ?

Tout comme Thomas Malthus quelques siècles auparavant les néo-malthusiens se devaient de nier l’existence des progrès technologiques – et de leur origine dans la créativité humaine – comme moyen par lequel les capacités de performance de l’humanité sont modifiées en fonction des découvertes et des inventions. Cette relation de l’humanité avec l’univers qui l’entoure définit absolument notre existence en tant qu’espèce au dessus de toutes les autres créatures de la biosphère. Etant donnée que les capacités de performance des autres espèces vivantes sont définies par l’environnement et par des caractéristiques génétiques, l’être humain peut transcender ces conditions de manière délibérée à condition de pouvoir accéder au meilleur patrimoine culturel et éducatif du passé, à condition d’avoir le désir et la curiosité de porter cet héritage vers des limites toujours plus élevées sans jamais s’attendre à butter sur un équilibre mathématique ou une mort par chaleur entropique, comme le prédisent avec leur pessimisme bon nombre de statisticiens de l’école « Limits to Growth ». Contrairement à cette école, les travaux de Larouche en science de l’économie physique réalisés entre 1952 et 1956 reposaient sur le concept opposé selon lequel la capacité de l’humanité de passer de formes de consommation d’énergie faibles à élevées (c’est-à-dire du bois au charbon, du charbon au pétrole, du pétrole à la fission nucléaire puis à la fusion, etc) permet de transformer sans limite le potentiel économique physique de l’humanité. Des sauts créatifs dans l’inconnu conduisent à de nouvelles découvertes de principes permettant à la densité de la population relative potentielle de l’humanité d’augmenter avec l’amélioration des niveaux de vie, de l’espérance de vie et du potentiel cognitif d’une manière qu’aucun autre animal – ce que les malthusiens souhaitent pourtant nous faire croire – ne peut atteindre. Ce fait même de la vie est la preuve essentielle que non seulement l’humanité mais aussi l’univers n’a aucune limite en ce qui concerne son potentiel de perfectionnabilité constante et donc son essence anti-entropique.

Le Vrai New Deal

Il faut espérer que ces lignes ont démontré que le « Green New Deal » n’est rien d’autre qu’une nouvelle forme d’eugénisme se faisant passer pour une réforme socialement consciente. Le fait est que ce « Green New Deal » n’est pas vert (car un monde recouvert de panneaux solaires accélérerait la désertification de la terre par chauffage) mais il n’y a aucun lien avec le véritable New Deal. Les effets d’un programme visant à réduire les émissions de CO2 à des niveaux « acceptables » conformément à la volonté des Britanniques aujourd’hui n’apporterait rien d’autre que le chaos, la famine et la dépopulation à l’humanité.

bering-straight.jpg

Fort heureusement, le monde aujourd’hui compte près de 8 milliards d’âmes et, en dehors d’une poignée d’oligarques et de technocrates bornés et avides, ce sont tous des esprits qui pourraient volontairement se perfectionner et se déployer pour faire de grandes découvertes dans les domaines de la science et des arts. Le monde dans lequel vivent toutes ces personnes est de plus en plus façonné par le vrai New Deal dans le cadre de l’initiative Routes et Voies commerciales dirigée par la Chine, initiative qui compte maintenant 160 pays et représente le volume financier de plus de 20 plans Marshall. Cette initiative nécessite un retour à une éthique fondée sur l’amour de l’humanité et la conviction de l’utilité des progrès scientifique et technique. Cet esprit a été parfaitement explicité par le Président Xi Jinping qui a déclaré au Dialogue des Civilisations Asiatiques le 15 mai dernier :

 » Pour qu’une civilisation perdure il faut tout faire pour la maintenir en vie et valoriser son patrimoine de génération en génération. Plus important encore une civilisation doit s’adapter à l’évolution de la situation et innover. L’histoire des civilisations du monde nous dit que chaque civilisation doit progresser avec son temps et profiter du meilleur de ce temps pour se développer. Nous devons trouver de nouvelles idées pour donner une impulsion et une inspiration au développement de nos civilisations. Grâce à ces efforts, nous livrerons à nos civilisations des réalisations qui transcenderont dans le temps et l’espace et auront un attrait durable. Pour stimuler l’innovation et la créativité des personnes le meilleur moyen est de mettre en contact les différentes civilisations, de détecter les points forts des autres et d’y faire appel. « 

Le fait que les Présidents Poutine et Xi Jinping aient créé une alliance basée sur la planification à long terme, de grands projets d’infrastructure visant à améliorer les conditions de vie de tous et des progrès à la pointe de la technologie indique que le « grand jeu vert » créé à la suite des disparitions des dirigeants anti-malthusiens dans les années 1960 va enfin se terminer. L’automutilation lente des Etats-Unis a enfin une chance de s’arrêter avec le premier président anti-malthusien élu depuis l’époque Reagan qui était plutôt bien intentionné bien que parfois stupide, il y a 35 ans. Reagan n’avait pas cette alliance russo-chinoise avec laquelle coopérer pendant la guerre froide contrairement à Trump. L’offre faite à l’Amérique de rejoindre l’initiative Belt and Road et un nouveau système de coopération stratégique est sur la table du Président. Reste à savoir comment le Président Trump réagira.

Lire aussi https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_MK-Ultra )

L’Allemagne et la « transition énergétique »

Capture d’écran 2019-03-24 à 19.27.15.png

Lors de la dernière réunion des chefs d’Etat de l’Union européenne, outre le sujet du Brexit il y avait aussi sur la table le dossier « climat ». Le sujet n’a été abordé que très brièvement car la Chancelière de l’Allemagne, l’économie la plus puissante de l’Europe, a tout simplement déclaré qu’il serait impossible de tenir ses engagements de réduction des émissions de CO2 ni en 2020, ni en 2030, ni en 2050. Malgré les sommes pharaoniques déjà investies dans les énergies intermittentes – jusqu’en 2015 déjà plus de 200 milliards d’euros – l’Allemagne n’a pas réussi à réduire ses émissions de CO2. La transition énergétique allemande (Energiewende) n’a pas atteint ses objectifs et pour Madame Merkel il n’est plus approprié de gaspiller de l’argent dans ce domaine. Le doublement ou le triplement du nombre d’éoliennes sur le sol allemand n’y feront rien. Les énergies intermittentes ne sont tout simplement pas adaptées à une économie moderne et dynamique comme celle de l’Allemagne. L’instabilité du réseau électrique va croissant tant au niveau de l’offre – la production – que de la qualité de l’énergie injectée sur le réseau, c’est-à-dire les problèmes quasiment insolubles de fréquence. En effet pour maintenir la stabilité globale du réseau électrique européen interconnecté il faut maintenir une fréquence de 50 Hz et seules les unités de production thermique (nucléaire, charbon ou gaz) permettent d’atteindre cette stabilité.

Comme pour beaucoup d’autres pays de l’est de l’Europe la « transition énergétique » n’est plus considérée que comme un rêve, un délire surréaliste propulsé par les écologistes. Le nord de l’Allemagne ressemble maintenant à une gigantesque ferme éolienne inefficace qui a provoqué d’immenses dommages environnementaux tant pour l’habitat sauvage, hécatombe d’oiseaux migrateurs et nocturnes, chauve-souris en voie de disparition accélérée, anciennes forêts et vieux villages historiques littéralement cernés par des moulins à vent, nuisances sonores et sanitaires, tout ça pour finalement s’apercevoir que c’est un puits financier sans fond et un leurre.

Sur le papier, tel que présenté par les écologistes il faudrait un moulin à vent par km2 du territoire allemand pour atteindre une décarbonisation totale de la production électrique.

Mais deux points essentiels n’ont pas été pris en considération dans ce calcul délirant : la conversion des moteurs thermiques des véhicules automobiles en moteurs électriques, donc le rechargement massif de ces véhicules, et le stockage de l’électricité. Or, ce dernier point relève toujours de la spéculation scientifique et technique hasardeuse. Il n’existe pas de techniques de stockage de l’électricité à grande échelle – à l’échelle de l’économie allemande – aujourd’hui. Toutes les approches actuelles dans le domaine du stockage relèvent de la fiction.

Plus important encore, la transition énergétique mobilise des surfaces au sol irrémédiablement bétonnées, justement des quantités gigantesques de béton, d’acier, de cuivre, de terres rares, de lithium, de cadmium, de matériaux composites en quantités également astronomiques. Aucun de tous ces produits n’est renouvelable et aucun d’eux ne peuvent être extraits, purifiés, pour devenir ensuite de l’énergie éolienne ou solaire sans utilisation massive d’énergie fossile. C’est tout simplement ni écologique ni renouvelable. La conséquence de cette transition énergétique est financée par le peuple qui paie sous forme de taxes son coût exorbitant. La corrélation entre le prix du kWh et la capacité d’énergie intermittente installée est claire :

Capture d’écran 2019-03-25 à 16.27.30.png

L’exemple du Danemark n’a pas frappé l’esprit des partis politiques « verts » allemands, ni l’administration française Macron. Pourtant au cours d’élections dans divers pays européens les partis politiques opposés à la transition énergétique imposée par les accords de Paris (COP21) gagnent des sièges aux parlements nationaux comme lors des dernières élections régionales aux Pays-Bas qui a résulté en 13 sièges au Sénat pour le parti nationaliste climato-sceptique Forum voor Democratie. Les pays du « Club de Visegrad » ont également adopté la même position et force est de constater que l’Allemagne vient de sérieusement mettre à mal cette absurde politique écologiste de transition énergétique en se rapprochant de la Pologne, de la Hongrie et de la République tchèque qui ont tourné le dos aux accords de Paris. Fin de l’histoire ? Peut-être bien …

Sources : blog d’Antony Watts et The Global Warming Policy Forum (thegwpf.com)

Le kérosène dans le collimateur des écolos, une blague grossière !

Capture d’écran 2019-02-26 à 10.19.44.png

Sous la pression des partis écologistes le gouvernement fédéral helvétique envisage de mettre en place une taxe carbone sur les billets d’avion.

Alors faisons les comptes. En 2018 je suis monté à bord de 25 avions différents – je ne suis pourtant qu’un modeste voyageur – pour parcourir 55000 kilomètres. Si j’avais couvert une telle distance avec un véhicule automobile à essence consommant 3,5 litres de carburant pour 100 km j’aurais donc consommé, à peu près, 2000 litres d’essence. Cette même distance couverte par un gros porteur genre Airbus A-330 a nécessité par passager à peu près 400 litres de kérosène donc 4 fois moins de carburant qu’avec une voiture.

Ah ! Mais votre calcul, même approximatif, ne vaut rien, me rétorqueront les écologistes politisés à outrance et prisonniers de leurs dogmes. Les avions volent à 10000 mètres d’altitude et avec les trainées de poussières qu’ils laissent derrière eux ils perturbent le climat. Au sol les automobiles n’ont pas un tel effet sur le climat.

Admettons. Il n’en reste pas moins que les avions émettent 4 fois moins de gaz supposés présenter un effet de serre par kilomètre-passager. Donc le transport aérien (gros porteurs, c’est-à-dire plus de 200 passagers) est plus « écolo » que l’automobile et encore une fois ces écologistes qui veulent tout régenter conformément à leurs idéologies se trompent au sujet des billets d’avion. Oui mais ! diront-ils alors, la consommation de kérosène qualité aviation ne cesse d’augmenter et du coup les gaz à effet de serre augmentent. Encore une erreur grossière : ce kérosène ne représente que 5 % de tous les distillats de pétrole. Avant d’affirmer que les avions ont un immense effet sur le réchauffement climatique et qu’il faut donc taxer les billets d’avion, il est plus prudent de s’informer et de réfléchir avant de parler … Illustration : aéroport de Madrid-Barajas

Transition énergétique à la française. Sans énergie nucléaire une catastrophe annoncée …

Capture d’écran 2018-12-28 à 23.44.48.png

Dans le cadre de la transition énergétique, écologique, festive et solidaire vers laquelle le gouvernement français veut précipiter le pays il y a comme un gros problème qui révèle l’amateurisme de ce gouvernement. Cette transition semble ne concerner que la production d’électricité. Première erreur ! D’abord la France, en termes d’émissions de carbone liées à la production d’électricité, fait figure d’excellent élève mondial puisque plus de 82 % de cette énergie électrique ne rejète aucun gaz délétère pour le climat car elle est d’origine nucléaire. L’électricité ne représente que 23 % de l’ensemble de l’énergie consommée en France. Vouloir focaliser la transition énergétique seulement sur l’électricité est une malhonnêteté et un non-sens écologique et financier qui dissimule le fait que les politiciens lourdement teintés d’écologie politique anti-nucléaire veulent tout simplement démanteler en partie le parc électro-nucléaire français qui est toujours le meilleur du monde et le restera encore longtemps.

Les postes d’utilisation d’énergie provenant des combustibles fossiles se répartissent entre les transports automobiles (33 %), le chauffage des habitations et le secteur tertiaire (45 %), l’industrie (19 %) et une infime partie dans le secteur agricole. Partant de cette constatation le gouvernement a décidé de taxer les carburants dans le cadre de cette transition énergétique ce qui a provoqué un soulèvement populaire tout à fait justifié. Une lourde taxation du gaz et du fuel domestique devrait automatiquement suivre si le gouvernement est logique avec ses idées mais il semble que le peuple est plus cohérent que le gouvernement car taxer ce peuple pour construire des moulins à vent ne plait pas à tout le monde …

Capture d’écran 2018-12-28 à 23.44.12.png

Parallèlement le gouvernement français, dont la créativité écologique est sans limites, promeut la voiture électrique convaincu qu’encore plus de moulins à vent disséminés dans la campagne française profonde permettront d’assurer le rechargement en temps voulu des batteries de ces véhicules électriques. Deuxième erreur ! Ceci est totalement erroné puisqu’il faut une disponibilité en énergie électrique 24/24 heures pour assurer le rechargement des voitures électriques et non pas quelques heures par jour quand il fait un temps venteux. Et pour les panneaux solaires c’est exactement le même cas de figure : les automobiles circulent plus souvent le jour que la nuit et leurs utilisateurs les rechargent la nuit justement quand il n’y a pas de soleil. Ce n’est que du bon sens basique.

J’ai mentionné sur ce blog à plusieurs reprises que les deux tranches 900 MW électriques de Fessenheim étaient juste suffisantes pour recharger les batteries de 400000 véhicules électriques légers soit environ 1,6 % du parc français de véhicules à l’exclusion des camions. À moins de vouloir obliger autoritairement tous les Français à se déplacer à pied ou en bicyclette ou encore à utiliser les transports en commun – quand il y en a – pour supprimer la totalité des émissions de CO2 produites par les véhicules automobiles il faudrait construire 140 tranches nucléaires du type de celles de Fessenheim ou 78 EPR de 1600 MW électriques, pas moins ! Conclusion : qui va oser prendre une telle décision et la rendre acceptable par le public ? Car il faudrait mettre en chantier dès aujourd’hui deux EPR chaque année pour atteindre les objectifs 2050 de réduction des émissions de CO2 fixés par l’Europe. Et pour « électrifier » entièrement le secteur tertiaire et résidentiel gros producteur de carbone, inutile d’imaginer les scénarios …

Pour les énergies électriques dites renouvelables la France a mis la charrue avant les boeufs sans examiner un seul instant ses voisins, l’Allemagne et le Danemark, dont les programmes de « verdissement » de la production électrique sont des catastrophes écologiques, environnementales, économiques et financières. Sur le papier tout est beau avec ces sources d’énergie intermittentes par nature, mais dans la réalité il n’existe pas à l’heure actuelle de technologies de stockage à grande échelle de l’énergie électrique. Il est probable qu’il faudra attendre des dizaines d’années et des centaines de milliards d’euros d’investissements pour espérer mettre en place des technologies de stockage à très grande échelle de l’électricité. Produire de l’hydrogène – c’est nouveau et c’est écolo car ça ne produit que de l’eau – est une autre lubie car cette « filière » consomme plus d’énergie qu’elle n’en restitue en raison des rendements déplorables tant de la production d’hydrogène elle-même que du fonctionnement des piles à combustible.

Il ne reste donc que l’atome et les écologistes ultra-politisés et pilotés par Greenpeace, une organisation génétiquement allergique à l’uranium, doivent se rendre à cette évidence avant qu’il ne soit trop tard.

Il est clair que remplacer tout le parc automobile d’un pays comme la France avec des voitures électriques constitue un véritable challenge car il faudra alimenter les réacteurs nucléaires de la génération actuelle, c’est-à-dire des réacteurs à eau pressurisée (PWR) qui paraîtront dans quelques décennies complètement démodés en regard, par exemple, des réacteurs à haute température refroidis à l’hélium bénéficiant d’un rendement thermique excellent. Mais comme cette technologie n’est encore qu’en cours de développement expérimental la seule alternative reste le PWR qui bénéficie d’une robuste expérience. La France et la Belgique sont les deux pays au monde les plus « nucléarisés » en termes de production électrique mais il faudra aussi se confronter à l’approvisionnement en combustible pour cette filière PWR qui utilise un uranium enrichi en isotope 235 à hauteur de 4 %.

La France peut servir d’exemple pour qu’il soit permis de faire un peu de prospective. Avec 58 réacteurs de diverses puissances allant de 900 MWe (34 tranches), 1300 MWe (20 tranches) et 4 tranches 1450 MWe la France « consomme » chaque année l’équivalent de 8000 tonnes d’uranium naturel dont environ – toujours en équivalent U naturel – 960 tonnes de MOX et 1120 tonnes (toujours en équivalent U naturel) d’uranium ré enrichi dans les installations ultra-modernes George Besse II. La totalité de l’uranium utilisé en France est importée car toutes les mines d’uranium de l’Hexagone ont été fermées. la France n’importe donc que 6000 tonnes d’uranium naturel sous forme de « yellow cake », soit 7000 tonnes d’oxyde U3O8.

Si tous les pays du monde convertissaient leur parc automobile en voitures électriques la planète serait-elle en mesure de fournir tout l’uranium nécessaire ?

Capture d’écran 2018-12-26 à 13.25.38.png

Selon le dernier rapport de la Nuclear Energy Agency conjointement avec l’IAEA (disponible sur le site de la NEA, n° 7413) d’où ces informations proviennent les réserves mondiales d’uranium métal prouvées se situent dans une fourchette comprise entre 12 et 20 millions de tonnes. À cette estimation très incertaine car comme pour le pétrole de nombreux pays dissimulent leurs véritables réserves il faut ajouter les gisements dits non conventionnels comme les phosphates, les gisements profonds et enfin l’eau de mer. J’ai déjà mentionné ce dernier gisement infini sur ce blog. Quant aux dépôts de phosphate il en existe non pas seulement au Maroc, la première réserve mondiale, mais également en Russie, au nord de la Chine ou encore au Chili. Il reste que l’exploitation des gisements d’uranium est assujettie aux cours mondiaux du Yellow cake et si la demande augmentait en raison de « transitions énergétiques » censément pensées et préparées alors les cours du yellow cake augmenteraient et de nombreux gisements déjà identifiés et non exploités deviendraient rentables.

Si on émet des doutes quant à la fiabilité de l’uranium comme énergie du futur il reste aussi les gisements massifs de thorium et enfin la surrégénération qui a été déplorablement abandonnée par la France. Comme son nom l’indique un réacteur à neutrons rapides surrégénérateur produit plus de combustible qu’il n’en consomme. Il s’agit de plutonium et la France, dans le cadre du projet européen NERSA, maîtrisait parfaitement le retraitement du combustible irradié. Ce fut une catastrophe industrielle dont l’ampleur apparaît maintenant avec cette « transition énergétique » dans laquelle la France s’engouffre en mettant à nouveau la charrue devant les boeufs pour se conformer aux diktats des mouvements écologistes.

Capture d’écran 2018-12-26 à 20.55.45.png

Illustrations : page de titre du rapport de la NEA (yellow cake), principaux pays producteurs d’uranium et connaissancedesenergies.org pour le « paysage » énergétique français. Lire aussi les articles de Michel Gay sur le site Contrepoints du 9 septembre 2018 relatif à la durée d’exploitation d’un réacteur nucléaire et du 21 juillet 2018 au sujet du stockage de l’électricité sous forme d’hydrogène entre autres multiples articles sur le sujet de l’énergie de ce même auteur.

Le débat sur l’huile de palme : un faux problème

Capture d’écran 2018-07-22 à 10.01.01.png

Les organisations non-gouvernementales préoccupées par le changement du climat et la préservation de la biodiversité sont obsédées par l’huile de palme. Ils considèrent en effet que ce produit n’est pas « durable ». Il apparaît opportun d’analyser la signification de ce dernier adjectif. L’huile de palme est la première huile végétale utilisée dans le monde tant dans l’industrie agro-alimentaire que dans les secteurs de l’énergie, de la pharmacie ou des cosmétiques. Le palmier à huile est un formidable piège à CO2 : un hectare de palmiers immobilise autant de carbone que 6 hectares de soja. Il faut aussi mentionner que la quantité d’intrants, engrais et pesticides, est inférieure à celle utilisée pour toutes les autres cultures d’oléagineux.

Et pourtant les écologistes considèrent que l’huile de palme n’est pas « durable » car elle est nuisible à l’environnement et au biotope tropical puisqu’il faut faire de la place dans les forêts tropicales humides pour créer de nouvelles plantations de palmiers pour satisfaire une demande sans cesse croissante.

Il faudrait que ces organisations fassent un choix : ou bien elles veulent préserver la biodiversité des forêts tropicales ou bien elles choisissent de favoriser cette culture qui est l’un des meilleurs pièges terrestres pour le CO2 afin de préserver le climat qui est également – au cas où il se réchaufferait un peu trop – délétère pour cette biodiversité.

Toute cette histoire se terminera comme il se doit : par de nouvelles taxes sur l’huile de palme comme il y aura aussi de nouvelles taxes sur les produits pétroliers. Contrairement à ce qu’affirment ces organisations une plantation de palmiers à huile fait vivre les populations locales alors qu’il est évident qu’une forêt inviolée ne fait vivre personne. Toute régulation coercitive relative à cette denrée sera immédiatement préjudiciable à d’autres forêts que celles de l’Indonésie, de Malaisie ou de Papouasie-Nouvelle-Guinée, les principaux producteurs d’huile. Le Brésil devra par exemple accélérer la disparition de la forêt amazonienne pour cultiver du soja. Les organisations non-gouvernementales se sont dotées d’une sorte de bras armé pour faire valoir leurs revendications contradictoires. Il s’agit du RSPO, Round table for Sustainable Palm Oil, mais ces mêmes organisations déplorent le peu d’impact de cet organisme sur la déforestation dans les pays cités plus haut. Le débat n’est donc pas clos et il ne le sera que lorsque des taxes dissuasives sur l’huile de palme entraineront automatiquement une dévastation d’autres forêts dans le monde.

Inspiré d’une dépêche de l’AFP

Le réchauffement climatique d’origine humaine : c’est « has-been »

Capture d’écran 2018-06-11 à 09.36.34.png

Selon le Docteur Steven Hayward, chercheur résident à l’Institute of Governmental Studies de l’Université de Californie à Berkeley l’histoire du réchauffement climatique d’origine est terminée. Hayward ne dit pas qu’il n’y aura pas dans le futur de changement du climat dans un sens ou dans un autre, il ne dit pas non plus que l’influence humaine est négligeable, il indique dans un article paru dans le Wall Street Journal que cette affaire du climat n’est plus une priorité et qu’elle a été déviée de ses intentions premières en ne profitant qu’à quelques scientifiques plus activistes que réels spécialistes et aux chasseurs des rentes que procurent les énergies renouvelables.

Pour preuve de plus en plus de gouvernements nationaux s’éloignent de la marche forcée vers la décarbonisation qui est un leurre coûteux et inatteignable. Il suffit pour comprendre ce retournement de tendance de se reporter aux recommandations de l’accord de Paris qui amalgamaient tout et n’importe quoi. Outre le fait que cet accord n’était par essence nullement contraignant l’action pour le climat devait également concerner l’égalité des genres, l’émancipation des femmes et l’équité intergénérationnelle ainsi que le fumeux concept de « justice climatique » (sic), bien malin qui comprendra ce que signifie ce concept.

Pour Hayward l’ « alarme climatique » c’est comme celle d’une voiture qu’on a tout de suite envie de débrancher et comme tout autre processus politique mis artificiellement en place son déroulement suit 5 phases.

La première étape implique des groupes d’experts et d’activistes qui se sont donné pour mission d’alerter le public au sujet d’un problème préoccupant qui les concerne, surtout eux et non pas ce public auquel ils s’adressent.

L’information est alors reprise très largement par les médias – c’est l’étape « dopamine » – pour alimenter l’émotion et présenter ce problème comme devant être résolu à n’importe quel prix. Les gesticulations onusiennes ont abouti au Protocole de Kyoto qui est totalement surréaliste dans ses objectifs de réduction massive de l’utilisation de combustibles carbonés fossiles.

La suite, c’est comme l’alarme de l’automobile : une lassitude croissante du public. Ce dernier va se préoccuper progressivement d’autres problèmes environnementaux, parfois à juste titre, comme la pollution des rivières et de l’air. Toutes les études du Pew Research Center l’indiquent, les Américains sont beaucoup plus préoccupés par ces aspects que par le changement climatique en dépit du battage médiatique incessant.

Enfin le public s’aperçoit, mais bien trop tard, qu’il a été trompé par le monde politique influencé par les activistes et qu’il doit payer la note. Il ne faut pas prendre les populations pour un ramassis d’idiots, chaque individu finit par comprendre que l’argent public a été détourné pour enrichir une minorité et entretenir financièrement des organisations activistes sans scrupules. La philanthropie climatique a été par exemple entièrement déviée de son but initial. Aux USA plus d’un demi-milliard de dollars d’argent public n’a jamais servi, entre 2011 et 2015, pour financer une quelconque recherche sérieuse sur le climat, tout cet argent a été détourné pour organiser une propagande incessante anti-nucléaire et anti-charbon.

Comme toute cause née et vivant de la politique elle meurt aussi en raison de la politisation outrancière de ses défenseurs qui se sont éloigné progressivement des réalités scientifiques, économiques et sociales par le simple fait qu’ils se sont emprisonné dans leur idéologie utopique.

Inspiré d’un article paru dans le Wall Street Journal et repris sur le site ZeroHedge

Le « Jour de la Terre », l’ « Heure de la Terre » : des gros paquets de dollars … pour le WWF

Capture d’écran 2018-03-17 à 21.11.57.png

En 1969 le Sénateur démocrate du Wisconsin Gaylord Nelson rencontra le représentant (en France on dirait député) Pete McCloskey pour être son co-listier lors des prochaines élections. C’était l’époque des mouvements de protestations contre la guerre du Vietnam et en même temps la prise de conscience qu’il fallait protéger l’environnement. Nelson avait été témoin d’une pollution massive par des hydrocarbures en 1969 le long des côtes près de Santa Barbara en Californie et avec McCloskey ils organisèrent une pétition monstrueuse pour créer le « Jour de la Terre » d’abord en Californie pour sensibiliser le peuple à l’urgence de la protection de l’environnement. Le premier « Jour de la Terre » (le Jour de Mère Nature si on traduit fidèlement l’idée initiale de Nelson) fut célébré le 22 avril 1970 non pas seulement dans l’Etat de Californie mais presque dans le monde entier sous l’impulsion des Nations-Unies. C’était le tout début de la grande arnaque mondiale qui s’en suivit …

Le WWF (World Wildlife Fund) alla encore plus loin en 2007 en créant « l’Heure de la Terre » trois semaines plus tôt que le jour de la Terre, un autre concept pour mobiliser l’opinion publique, concept qui apparut pour la première fois à Sydney. Il s’agissait pour chaque individu de diminuer le plus possible pendant une heure sa consommation d’électricité, la belle affaire. Une affaire d’autant plus belle qu’elle a été créée tout d’abord en Australie entre l’antenne locale du WWF et Fairfax Media Ltd, un conglomérat de médias, presse écrite et stations de radio FM. Un étrange rapprochement entre un organisme mondialement connu pour ses actions de protection de la nature vivant de donations (c’était du moins ce que le public pensait) et un groupe de presse puissant propriétaire d’une multitude de quotidiens et d’hebdomadaires tant en Australie qu’en Nouvelle-Zélande. L’ « Heure de la Terre » est maintenant devenue le plus important évènement mondial de protection de l’environnement, selon ses créateurs.

Mais que cache cet évènement ? Le WWF a des bureaux dans 30 pays et emploie 5000 personnes. En 2010 (dernière statistique économique connue) le budget du WWF était de 750 millions de dollars. Quand le WWF recrute du personnel il agit comme n’importe quelle grande corporation en insérant une annonce dans le très respectable quotidien londonien The Economist. En créant l’Heure de la Terre le WWF n’a fait que du business au sens strict du terme. Le WWF est en effet rien d’autre chose qu’une grande corporation financée par tous les gogos qui se laissent rançonner dans la rue par de gentils démarcheurs payés en dessous du salaire minimum légal alors que Carter Roberts, le CEO (Président directeur général) de la branche américaine de cet organisme, avait perçu pour l’année 2009 (dernière statistique économique connue) la somme rondelette de 455147 dollars, son salaire de base étant de 425000 dollars. Autant dire que l' »Heure de la Terre » ne le concerne pas … Pour être classé aux USA parmi les « Top 1 % » selon Forbes il faut gagner par an au moins 380354 dollars. Ce monsieur qui se targue d’être un farouche défenseur de l’environnement n’a pas de problèmes de fin de mois et il se moque totalement de l’évolution des cours du pétrole ou de la facture de chauffage de sa luxueuse résidence. Ces préoccupations bassement matérielles ne concernent par les « 1 % ». Pour la branche canadienne du WWF, l’opacité des comptes de cette entreprise ne permet que de spéculer sur les salaires de ses employés. Ce qui ressort d’un document de l’administration fiscale fédérale canadienne est que en 2011 (dernière statistique connue) les salaires additionnés des 7 employés du WWF-Canada les mieux payés atteignaient la somme de 1144000 dollars (CD). Le CEO de la branche canadienne du WWF doit par extrapolation sur ces 7 salaires percevoir annuellement (en 2011 toujours) entre 250000 et 300000 dollars et il fait donc bien partie des « 1 % » canadiens. Pour rappel le Premier ministre canadien a un salaire annuel de 157731 dollars. L’ « Heure de la Terre », sponsorisée aussi par Coca-Cola Co, Ikea et bien d’autres corporations y compris des grandes banques, c’est du gros business comme d’ailleurs l’ensemble de ces activités de protection de l’environnement qui semblent être l’oeuvre de bénévoles aux yeux du grand public, ce qui permet de classer le WWF comme financé par le bénévolat et donc d’échapper à l’impôt sur les sociétés dans quelque pays que de soit et en particulier en Suisse puisque le siège social de cette entreprise multinationale se trouve dans ce pays, curieux n’est-il pas ? Comme quoi l’écologie et l’environnement ça peut rapporter très gros !

Source : blog de Donna Laframboise (prochain article WWF et IPCC, un curieux mélange)