Les errements de la très technocratique Commission Européenne : l’éclairage domestique

Capture d’écran 2018-09-17 à 10.37.05.png

Après avoir interdit les lampes à filaments incandescents, l’invention de Thomas Edison, l’Union Européenne a récidivé dans le genre en interdisant depuis le premier septembre 2018 les lampes à halogène qui avaient pourtant été promues lors de leur apparition pour économiser de l’énergie. Force est de constater que la Commission Européenne, nid de lobbystes reconnu, veut s’occuper de la vie quotidienne de tous les Européens dans ses moindres détails. Les arguments sont clairs : il faut convertir tous les éclairages en LEDs (Light Emissing Diodes) pour une raison très simple. Les LEDs nécessitent un cinquième de l’énergie consommée par une lampe à halogènes pour une intensité lumineuse équivalente. Or la consommation électrique des ménages et des bâtiments représente dans le monde une empreinte carbone supérieure à celle combinée de tous les bateaux et de tous les avions circulant autour de la planète à un instant t et l’éclairage contribue pour 15 % de cette consommation électrique.

Les LEDs sont des équipements basse-tension et la qualité de l’éclairage dépend de la nature du circuit électronique situé à l’intérieur de l’ampoule ou du tube puisqu’il existe aujourd’hui des tubes-LED qui ressemblent à s’y méprendre au bon vieux « tube néon » à décharge électrique haute tension. Mais il y a un problème avec les LEDs. Comme les lampes fluorescentes à décharge la lumière émise par ces LEDs vacille plus ou moins selon la qualité du circuit électronique fournissant le courant basse-tension d’alimentation. La fréquence de ce scintillement est de 100 Hz et il est inhérent à la qualité du circuit électronique de modulation de la fréquence du courant d’alimentation. En d’autres termes la LEDs émet 100 brefs éclats de lumière par seconde et il est donc invisible car trop rapide mais qu’en est-il au niveau du cerveau qui traite les informations en provenance des yeux ?

De nombreuses personnes étaient indisposées par l’éclairage fluorescent et ressentaient des maux de tête et c’est à la suite de cette constatation que la qualité des ballasts magnétiques des tubes néon a été améliorée pour réduire ce scintillement. Ces ballasts ont été progressivement remplacés après leur interdiction en 1990 par des ballasts électroniques qui réduisent considérablement ce scintillement mais pas totalement. La situation pour les LEDs est à peu près identique mais il existe déjà des éclairages à diodes dont le scintillement est très réduit.

Capture d’écran 2018-09-17 à 10.35.42.png

Comment savoir si les LEDs dont vous avez équipé les lampes de votre maison sont de bonne qualité ? C’et très simple ! Demandez à votre enfant de jouer avec son fidjet – presque tous les enfants en ont au moins un – éclairé par une LED. Si vous voyez que le fidjet tourne dans le sens contraire de celui qui lui a été imprimé, un peu comme les roues d’une diligence dans les films de western qui semblent tourner en sens inverse du déplacement de la diligence, alors la lampe LED scintille trop. Bien que ce scintillement soit imperceptible il peut provoquer des maux de tête et parfois d’autres inconvénients comme par exemple des insomnies. Alors plutôt que d’interdire les lampes à basse consommation d’énergie à halogènes et contenant parfois des traces de mercure, la Commission Européenne ferait oeuvre de protection de la santé des personnes en exigeant un étiquettage spécifiant le niveau de scintillement des lampes à LEDs, l’éclairage des lampes à halogènes étant justement de bien meilleure qualité – comme les lampes classiques à filament incandescent – que celui des LEDs.

Sources et illustrations : The Conversation et The Guardian

La propagande climatique bat son plein !

Capture d’écran 2017-07-19 à 13.02.06.png

Cette photo a fait la une de la presse occidentale et des réseaux sociaux. L’Inde va mettre en service des trains propulsés à l’énergie solaire !!! C’est du grand n’importe quoi … La capture d’écran ci-dessous indique la source : il s’agit du quotidien indien The Hindu et l’article date du 15 juillet 2017. Apparemment le titre a accroché la sagacité des journalistes et des adeptes névrosés des réseaux sociaux (dont je ne fais pas partie) assommés quotidiennement par la propagande « réchauffiste » qui ressort aussi chaque mois en affirmant qu’on vient de vivre le mois le plus chaud depuis la disparition des dinosaures, je veux parler du mois de juin dernier.

En Inde, pays où se trouve le plus grand réseau ferroviaire du monde, en très grande majorité les trains sont tractés avec des motrices diesel. Or dans ces motrices il y a plusieurs moteurs, en général deux moteurs pour la traction, et un ou deux groupes électrogènes pour produire de l’électricité qui alimente l’éclairage et éventuellement des conditionneurs d’air. C’est exactement la même chose dans les avions de ligne qui sont équipés d’un groupe électrogène dans la queue de l’appareil et des bateaux de fret ou de croisière.

Dans le cas des gros porte-containers (j’ai fait la traversée Le Havre-Pointe-à-Pitre sur un de ces bateaux) il y a deux énormes moteurs pour la propulsion et une dizaine de groupes électrogènes car il faut aussi alimenter les centrifugeuses qui clarifient l’huile de lubrification des moteurs de propulsion et les groupes frigorifiques qui refroidissent les containers remplis de denrées périssables. Dans le cas des trains de banlieue de l’agglomération de Delhi, les DEMU (diesel electric multiple unit) vont être équipés de panneaux solaires pour alimenter l’éclairage des wagons, un point c’est tout ! Le titre de l’article de The Hindu est ambigu et toute la presse asservie par les grands groupes financiers internationaux a repris cette information en la déformant car ces mêmes groupes financiers veulent prioritairement profiter de la manne de la « transition énergétique » dont on nous gargarise à longueur de journée. Ce sont en effet des centaines de milliards de dollars bons à prendre chaque année, une véritable ruée vers l’or climatique …

Capture d’écran 2017-07-20 à 09.58.32.png

Il reste cependant à noter que le Ministère des Transports indien prétend pouvoir économiser 21000 litres de fuel par an pour chaque train équipé de ces panneaux solaires « made in PRC ». Il est intéressant de mentionner également que ce Ministère envisage aussi de faire rouler certains trains avec du bio-carburant oubliant à l’évidence que produire des biocarburants dans un pays où tout le monde ne mange pas à sa faim paraît criminel. Mais les écologistes de tous poils n’en sont pas à une aberration près quitte à éventuellement affamer la population pour satisfaire leurs rêves insensés.

Source et illustrations : The Hindu

Les moulins à vent : un faux argument écologiste.

Capture d’écran 2015-05-08 à 16.07.54

Depuis que Samsung a annoncé à grand renfort de publicité la construction d’une usine géante de semi-conducteurs, toutes sortes de questions se sont posé sur l’opportunité et le bien-fondé d’un tel projet. Or il se trouve que Samsung (Corée), déjà le second fabricant de LEDs derrière Nichia (Japon), veut prendre le contrôle mondial des LEDs car la première activité de cette usine géante sera la production des chips utilisées pour la fabrication des LEDs. Osram (Allemagne), Philips (Pays-Bas) et General Electric (USA) ont vu progressivement leur secteur éclairage en perte de vitesse à tel point que ces deux dernières sociétés vont tout simplement abandonner ce secteur. Il est donc tout à fait compréhensible que Samsung veuille se positionner dans ce secteur comme leader mondial pour s’accaparer le marché d’Osram.

Que s’est-il passé dans le secteur de l’éclairage ces cinquante dernières années, tout simplement une évolution ou plutôt une révolution quand les LEDs ont été mises au point pour émettre de la lumière blanche trichromatique, certes un peu blafarde et crue, mais extrêmement avantageuse en terme de consommation d’énergie :

Capture d’écran 2015-05-08 à 16.06.04

L’éclairage consomme dans le monde entre 20 et 30 % de l’électricité produite et émet environ 6 % des « gaz à effet de serre ». J’ai bien mentionné entre guillemets ces gaz car mes lecteurs savent très bien que je ne crois pas à cette histoire d’effet de serre. Si on remplaçait tous les éclairages existants par des LEDs la consommation d’énergie électrique correspondante serait réduite de 40 % soit une économie de 100 milliards de dollars chaque année et en termes d’émission de carbone cela correspondrait à celle des trois quarts de tous les véhicules automobiles circulant aux USA ! Attention, ces données sont valables pour les USA. Autant dire que la contribution de l’éolien et du solaire apparaît dérisoire par comparaison : 6,5 et 2,5 % à l’horizon 2020 pour ce qui concerne encore les USA. Cette estimation est sensiblement identique pour la plupart des pays de l’OCDE selon une étude réalisée par la société Philips en 2013. Les LEDs mettent en jeu un semi-conducteur qui convertit directement l’électricité en photons, alors que la lampe à incandescence comme son nom l’indique utilise l’électricité pour chauffer un filament et l’éclairage fluorescent résulte d’une excitation d’un gaz par passage d’un courant à haut voltage. Cette même technologie des LEDs a permis de s’affranchir des écrans d’ordinateurs ou de télévisions encombrants et énergivores. La durée de vie des LEDs de nouvelle génération (Nichia, Samsung, MLS Electronics) est estimée à 20 ans alors que les lampes dites à basse énergie qui contiennent du mercure ont une durée de vie de au mieux cinq années.

L’abandon progressif des lampes à incandescence en Europe et au Japon, puis en Russie, en Chine et au Brésil notamment, a précipité les problèmes économiques d’Osram, Continental, General Electric ou Philips qui étaient assis sur la rente de situation des lampes à incandescence d’une durée de vie de deux ans en moyenne.

La conversion généralisée vers les LEDs va se précipiter, leur prix a baissé de 20 % en 2014 bien qu’elles soient encore dix fois plus coûteuses que les lampes à incandescence ou à halogènes. Comme il faut trois ans pour amortir ce surcoût, selon une étude de l’Institut McKinsey (voir le lien en fin de billet) il est d’ors et déjà rentable de remplacer les lampes à faible consommation en énergie par des LEDs. Les écologistes, jamais en reste dans leurs actions idéologiquement orientées vers une diminution drastique consommation de toute forme d’énergie, ont de facto obtenu l’interdiction des lampes compactes à faible consommation car elles contiennent du mercure et sont donc nocives pour l’environnement. À ce sujet il est très révélateur de constater que le Tea Party Nord-Américain s’est opposé en vain aux décisions prises par le législateur sous la pression des mouvements écologistes. Cette orientation a justement précipité la débâcle économique des activités éclairage de Philips, Siemens et General Electric.

On comprend donc parfaitement que Samsung se lance dans un investissement de l’ordre de 8 milliards de dollars pour une usine géante de production de semi-conducteurs sans mentionner explicitement qu’une grande partie de la production de cette usine sera consacrée aux LEDs. Finalement les économies d’énergie électrique réalisables en généralisant l’usage des LEDs rendent dérisoires les investissements pharaoniques dans les énergies renouvelables à grands renforts d’impôts et taxes diverses. Le mélange des genres que pratiquent les écologistes est révélateur de leur double langage car ils n’exposent qu’un aspect de leur idéologie surannée tout en dissimulant la vérité des faits qui sont en désaccord avec leurs thèses malthusiennes. Analysée globalement, cette histoire de CO2, de changement climatique et de consommation d’énergie est un faux problème. C’est peut-être la raison pour laquelle on a décerné le Prix Nobel de physique 2014 aux trois scientifiques japonais qui ont découvert les LEDs: Shuji Nakamura, Isamu Akasaki et Hiroshi Amano. Ils ont par leur invention très largement contribué au bien-être futur de l’humanité …

Source : Bloomberg

http://www.mckinsey.com/~/media/mckinsey/dotcom/client_service/automotive%20and%20assembly/lighting_the_way_perspectives_on_global_lighting_market_2012.ashx )