Billet de mauvaise humeur politique, encore un

 

Je « surfe » de moins en moins souvent sur les médias français en ligne mais j’ai été carrément accroché par deux titres du Point de ce soir 20 janvier 2015 que je cite :

« Grèce : Marine Le Pen soutient la gauche radicale » et cette autre perle : « Duflot-Mélanchon : simple flirt ou future alliance ? », allez sur le site du Point vous pourrez vérifier, je n’invente rien. J’avoue que je n’ai même pas lu les deux articles tant leurs titres frisent l’intoxication. Quand on sait que la Grèce va malmener l’Europe entière dès dimanche prochain au soir avec un raz-de-marée en faveur de Syriza. Syriza c’est quoi ? Un rassemblement de gauchistes et d’écolos comme Podemos en Espagne promis au mois de juin prochain à un grand avenir alors que les programmes de ces deux partis rassemblant initialement des mouvements populaires spontanés sont étrangement similaires. Sans leader ces deux mouvements ont été récupérés par les mouvances trotskystes parfaitement exercées à ce genre de stratégie et qui dit trotskyste dit aussi écolo car il n’y a pas de grande différence entre ces mouvements estudiantins de rêveurs et d’idéalistes déjantés totalement déconnectés des réalités du monde moderne.

Et Marine Le Pen abonde dans la bêtise en soutenant Syriza ! Il y a une vraie confusion des genres. Pourquoi ne pas aussi soutenir le rapprochement naturel Mélanchon-Duflot, deux démagogues gauchistes patentés … Entre démagogues on trouve toujours une fibre commune. Quelle triste image de l’évolution du paysage politique européen et français en particulier. Les socialistes qui s’entredéchirent, une droite traditionnelle délitée avec un leader auto-proclamé qui coûte plus de 200000 euros par an aux contribuables, normal qu’il s’agite de nouveau avec tout ce pognon, et qui n’a aucune, vraiment aucune idée nouvelle à proposer sinon défendre les privilèges de la classe politique qui je le rappelle représente une charge annuelle de 15 milliards d’euros pour son fonctionnement … Il est temps qu’une grave crise incontrôlable balaie tous ces bouffons qui se moquent des citoyens laborieux et qu’on les parque dans des camps de travaux forcés pour rembourser ce qu’ils ont escroqué aux contribuables ! Comme dit H16, éditorialiste et blogueur la France est un pays foutu …

Billet d’humeur vespérale (depuis Tokyo)

Je lis le titre d’un article paru dans Atlantico « Cécile Duflot est-elle vraiment moins dangereuse pour le pacte républicain que Manuel Valls ? » et je ne vais pas le lire parce que tout ce qui concerne ces deux ministres m’indiffère au plus haut point. L’un aboie, toutes les occasions lui sont favorables pour aller sur les lieux des crimes, l’autre travaille comme une termite ouvrière qui voudrait détruire tous les immeubles bourgeois des grandes villes de France pour ensuite construire des cages à lapin avec loyer contrôlé par un organisme dont elle n’a pas encore trouvé de nom, mais ça viendra … Mais au fait, le pacte républicain existe-t-il toujours en France ou sommes-nous déjà dans une société collectiviste de type bolchevique ?

J’en ai terminé avec ma mauvaise humeur passagère, juste pour signaler à mes lecteurs qu’après le passage du typhon Paduk à bonne distance de Tokyo, il faisait aujourd’hui un temps merveilleux …

Noël Mamère quitte les écolos mais pas le Palais Bourbon

Noël Mamère quitte EELV, grand bien lui fasse ! Il pourrait aussi démissionner de son mandat de député car après tout ce n’est qu’un pur démagogue qui sous prétexte que c’était écolo de forniquer avec le même sexe, il a célébré des mariages homosexuels bien avant la stupide loi du mariage pour tous qui a tant remué les esprits sans aucune utilité. Re-visionnez « Apocalypse Now », les écrans de fumée sont utilisés pour cacher l’horreur ou la désolation et les écolos participent à la diversion orchestrée par le gouvernement socialo-marxiste afin que les Français soient anesthésiés et ne se rendent pas compte que le pays va à la ruine avec leur aide, naturellement, puisqu’ils participent au gouvernement et qu’ils pondent des lois totalement absurdes pour accélérer cette chute. Ils seront donc complices de la terrible crise que va traverser la France dans les prochains mois car ce n’est pas l’indice Markit global composite de 50,2 qui signifie que l’activité va reprendre en France car les British semblent ignorer que le pays s’endort au mois d’août et que l’activité reprend à une vitesse légèrement supérieure en septembre conduisant à cet indice très légèrement plus haut que 50. Et ça, le père Mamère n’y peut rien … ce ne sont pas des commandes de moulins à vent qui redonneront de la vigueur à l’économie, encore moins la fermeture de Fessenheim et encore moins les lois Duflot qui ont immédiatement eu pour effet de provoquer une chute de la construction de logements neufs de 25 % et on ne voit pas comment il pourrait y avoir une amélioration dans les prochains mois avec un recul concomitant du volume de l’épargne sur le livret A. Normal, des centaines de milliers d’épargnants vont devoir piocher dans leur bas de laine (le livret A) pour arriver péniblement à payer leurs impôts. Mais ça Mamère n’en parle pas, il s’en moque, il fait partie des nantis avec son salaire confortable de député. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il ne claque pas la porte du Palais Bourbon, c’est tellement facile à comprendre que je me demande pourquoi je l’ai écrit ! Quelle mascarade, comme dit H16 ce pays est foutu …

Christine Lagarde sous-marin du sénateur Placé et des ministres Batho et Duflot ?

Au dernier forum de Davos, madame Lagarde, la chef du FMI, avant c’était DSK, s’est brusquement convertie à l’écologie pure et dure en déclarant, je cite :

« Ainsi, nous avons besoin de croissance, mais aussi de croissance verte qui respecte la durabilité environnementale. Une bonne écologie c’est une bonne économie. C’est une raison importante pour déterminer un prix juste pour le carbone et aussi pour cesser les subventions consacrées aux énergies fossiles. »

 

Déjà il faut se tenir aux poignées et aux barres pour ne pas chavirer dans un délire d’hilarité car Madame Lagarde parle d’un coté de croissance, ce que Hollande cherche désespérément, mais veut aussi remettre en cause les subventions (occultes) accordées aux grandes compagnies pétrolières pour maintenir un prix du pétrole et du gaz naturel et surtout des produits raffinés aussi bas que possible tout en permettant aux spéculateurs de faire quelques profits (voir mon billet du 20 juillet 2012) : https://jacqueshenry.wordpress.com/2012/07/20/petrole-prix-manipules-la-grosse-arnaque-planetaire-libor-hedge-funds-speculation/

et celui-ci sur les produits raffinés du 20 janvier 2012 : https://jacqueshenry.wordpress.com/2012/01/20/petrole-gaz-charbon/ 

et dans ce dernier cas, c’est la récession assurée si les produits raffinés sont commercialisés à leur juste prix disons pour faire court et réaliste 3 euros le litre d’essence. Madame Lagarde ne comprend donc pas très bien la situation et là je suis modéré dans mes propos.

Je continue à citer Madame Lagarde :

« A moins d’agir rapidement les générations futures seront roties, transformées en toasts, frites et grillées. »

Là ça fait un peu beaucoup d’imagination parcequ’avant d’être roties (les générations futures), toute vie terrestre aura pratiquement disparu de la planète.

Mais on rêve tout de même en lisant ce genre de propos de la bouche de Madame Lagarde et non pas d’un quelconque dirigeant de Greenpeace ou d’un(une) élu(e) d’EELV du genre Placé, l’homme aux mégots de cigarette ou Batho, l’ahurie anti-Fessenheim et anti-feux de cheminée. A n’en pas douter un seul instant, le board des directeurs du FMI est inflitré par Greenpeace ou le lobby pétrolier ou les deux en même temps, ce qui ne m’étonnerait pas outre mesure, pour tenir de tels propos totalement stupides. Encore une conséquence néfaste des fausses prévisions alarmistes et tonitruantes du GIEC, ce « machin » inutile, comme l’aurait certainement qualifié le Général De Gaulle, lui qui a impulsé en visionnaire l’énergie nucléaire civile française.

Source : theglobeandmail.com et Contrepoints

 

 

Fessenheim et Superphénix : on prend les mêmes et on recommence !

19 juin 1997

Jospin annonce la fermeture de Superphénix

Lionel Jospin, répondant aux exigences des Verts de la Gauche plurielle, annonce la fermeture du surgénérateur Superphénix de Creys-Malville, dans l’Isère. Projet international commencé en 1977 financé essentiellement par EDF et ENEL, Superphénix fut l’objet de tensions et de scandales avant même que sa construction ne soit commencée. Débutant sa production en 1985, il n’atteindra que rarement sa pleine puissance et subira de nombreux disfonctionnements autant techniques qu’administratifs. Après seulement 12 années de fonctionnement laborieux, le surgénérateur n’aura pas été rentabilisé.

 

Source : linternaute.com (dépêche d’agence)

 

On est en 2013 et le gouvernement actuel, allié contre nature avec les écologistes, encore une fois, a décidé pour des raisons purement électoralistes de fermer en 2016 au plus tard le site électronucléaire de Fesseinheim car il serait soit-disant obsolète alors que l’ASN, une administration indépendante tant du gouvernement que de l’exploitant (EDF), a conclu après une expertise minutieuse qui ne peut être mise en doute que cette usine pouvait encore fonctionner une dizaine d’années sans encombre.

L’histoire se répète donc et les socialistes sous la pression des Verts (Voynet avec Jospin, Duflot avec Hollande) prennent des décisions absurdes qui vont encore aggraver le déficit commercial du pays et doper le chômage. Il faudra importer du gaz ou du pétrole pour produire l’équivalent d’environ 1500 MW électriques, la puissance en charge moyenne de Fessenheim. Et, contrairement à ce que prétendent les écologistes qui n’y connaissent décidément rien, la fermeture du site de Fesseinheim ne crééra aucuns emplois immédiats comme ils le prétendent, car avant d’intervenir sur le site, après son arrêt définitif, il faudra attendre au moins trois ans pour que le combustible soit désactivé, puis encore au moins cinq années avant d’envisager le début du démantèlement des organes situés dans le bâtiment réacteur, dont en particulier les auxiliaires de contrôle. Les écologistes se trompent donc deux fois et le gouvernement a mis le rapport de l’ASN dans la déchiqueteuse. C’est complètement ubuesque. Je comprend que la CGT réagisse et je laisse une copie du commentaire laissé sur l’article du figaro.fr ce jour à propos de l’article intitulé « La CGT conteste en justice la fermeture de Fessenheim » :

 

« Je voudrais rappeler que c’est la CGT qui a exigé une amélioration de la sécurité des sites électronucléaires au milieu des années 80 et a par exemple obtenu la robotisation de certaines interventions lors des arrêts de tranche, la redondance des équipements de secours et l’installation de nombreux capteurs en divers points du bâtiment réacteur. Toutes ces améliorations ont débuté justement sur le site de Fessenheim qui fut le précurseur de la série de PWR 900 MWe puisque le premier à être construit sous licence Westinghouse par EDF, la COGEMA et Framatome et les améliorations exigées à Fessenheim par la CGT au niveau de la sécurité mais aussi de bien d’autres aspects ont été répercutées sur tous les autres sites électronucléaires français . Il est donc légitime pour la CGT de mettre en avant la décision de l’ASN qui a autorisé la prolongation en connaissance de cause l’exploitation de ce site. Il est évident que pour des raisons idéologiques techniquement infondées le gouvernement et le chef de l’Etat méprisent la décision indépendante et objective de l’ASN. On croit rêver en apprenant que ce site sera fermé en 2016. Le Japon, durement échaudé par le tsunami du 11 mars 2011 vient de décider le redémarrage des réacteurs jugés sûrs par l’autorité indépendante mise en place récemment. Pourquoi les dirigeants français s’obstinent-ils dans le déni de la réalité sinon pour plaire à une poignée d’écologistes opportunistes ignorants des réalités économiques. »

 

A propos de la fermeture de Superphénix, selon le rapport d’une commission du Sénat qu’on peut lire (voir le lien) il est dit en résumé que la fermeture de Superphénix fut une décision grave car elle fut prise sans concertation (Hollande n’a demandé leur avis qu’aux Verts?) ni avec le Parlement, ni avec l’exploitant, ni les partenaires étrangers, ni les collectivités locales, (au mépris des principes de base de la démocratie, c’est moi qui ajoute ce commentaire). Cette décision fut prise sans fondement autre qu’électoraliste suite à un accord entre le parti politique « Les Verts » et le gouvernement socialiste. La sureté de Superphénix n’ayant jamais été remise en cause et l’argument financier ne pouvant en aucun cas justifier un arrêt prématuré.

Cette désinvolture du gouvernement de l’époque aura coûté près de 10 milliards d’euros à la France en incluant l’électricité fournie gratuitement à ENEL, partenaire de NERSA, pendant quatre années.

Voilà en gros ce que prépare Hollande, pris au piège de ses alliances électoralistes contre nature avec EELV. Hollande, sur les traces de Jospin, refait l’histoire en pire.

C’est de plus en plus désespérant de voir le chef de l’Etat piloter à vue le pays comme un simple capitaine de pédalo qu’il est, en définitive…

archive.wikiwix.com/cache/?url=http://www.senat.fr/rap/l97-4392/l97-439229.html#toc50&title=il%20était%20une%20fois…%20Superphénix