Les drogues les plus dangereuses ne sont pas celles que l’on croit …

Capture d’écran 2016-12-22 à 09.33.54.png

La revue The Lancet a publié il y a quelques mois un article classant les diverses drogues licites et illicites selon leur degré de dangerosité pour l’utilisateur et également pour son entourage. L’alcool arrive en première place suivi de l’héroïne et le tabac est confortablement installé à la sixième position. Il s’agit d’un classement prenant en compte l’effet direct sur l’individu mais également celui parfois dévastateur sur l’entourage de ce dernier. Pour l’alcool les accidents de la route, la dégradation de la santé et les scènes de ménage ont été pris en compte dans ce classement. Mais qu’en est-il exactement de la dépendance aux drogues ? Et là c’est un peu la surprise selon cette étude !

Capture d’écran 2016-12-27 à 17.14.53.png

On trouve champion de la dépendance l’héroïne malgré son effet dévastateur par over-doses. Il faut en effet à peine plus de 5 fois la dose que s’injecte un héroïnomane pour en mourir. Or cette dépendance entraine l’utilisateur dans une spirale dangereuse et morbide car il lui faut toujours plus de drogue pour atteindre la satisfaction recherchée. Pour mémoire le marché mondial de l’héroïne est évalué à 80 milliards de dollars par an, ça laisse rêveur.

La deuxième drogue pour laquelle la dépendance apparaît rapidement est la cocaïne qui comme l’héroïne maintient le taux de sérotonine cérébrale à son maximum quoique un peu moins efficace que cette dernière drogue. Marché mondial de la cocaïne : 100 milliards de dollars par an, ça laisse aussi rêveur.

La nicotine arrive en confortable troisième place en ce qui concerne la dépendance. En 2002 (dernières statistiques disponibles) il y avait plus d’un milliard de fumeurs sur Terre, quelle quantité de CO2 et de microparticules délétères pour le climat rejetés dans l’atmosphère ! L’OMS considère qu’en 2030 plus de 8 millions de personnes passeront de vie à trépas pour avoir fumé durant leur vie. Comme l’héroïne et la cocaïne la nicotine augmente le taux de sérotonine dans le cerveau mais à peine dix fois moins que l’héroïne.

Viennent en quatrième place les barbituriques mais ces drogues qui à faible dose procurent une certaine euphorie ont été remplacés par d’autres produits de synthèse. De plus les barbituriques ne sont pas facilement accessibles sur le marché sous-terrain des drogues.

Capture d’écran 2016-12-27 à 17.14.26.png

Vient enfin l’alcool qui selon les doses peut être aussi efficace que l’héroïne pour augmenter le taux de sérotonine cérébral. Selon l’étude du Lancet une personne sur cinq ayant consommé de l’alcool devient dépendante et l’OMS estime qu’il y a plus de 2 milliards de consommateurs réguliers de boissons alcoolisées dans le monde. À consommer, donc, avec modération … Café, alcool et nicotine sont donc les drogues les plus couramment utilisées dans le monde.

Source et illustration : Lancet