Mensonges de la FED sur l’inflation, sanctions contre la Russie et Nouvel Ordre Mondial

La Réserve fédérale et la plupart des autres banques centrales mondiales mentent sur la façon dont les taux d’intérêt affectent l’inflation. Ce n’est pas une mince affaire, car il est clair que cela est utilisé pour inaugurer une dépression économique mondiale, cette fois bien pire que dans les années 1930, en utilisant la Russie comme bouc émissaire à blâmer, alors que les pouvoirs en place se préparent à pousser le monde dans ce que Joe Biden a récemment appelé « un Nouvel Ordre Mondial ».

Article de F. Willliam Engdahl, consultant en risques stratégiques et conférencier. Engdahl est diplômé en sciences politiques de l’Université de Princeton et un essayiste renommé dans le domaine de l’énergie. Il écrit des articles exclusivement pour le magasine en ligne New Eastern Outlook où cet article a été publié le 28 mars 2022.

J’ai fait valoir à de nombreuses reprises que chaque dépression ou récession économique majeure du siècle dernier, depuis la création de la Réserve fédérale américaine, a été le résultat politique délibéré des actions de la Fed. La situation actuelle est clairement une répétition de cela. Les récentes déclarations et actions de la Fed en matière de lutte contre l’inflation indiquent qu’elle prévoit de provoquer une véritable dépression mondiale dans les prochains mois. Le conflit en Ukraine et le flot insensé de sanctions imposées par les pays de l’OTAN à tout ce qui est russe seront utilisés pour accélérer le processus d’inflation mondiale dans les domaines de la nourriture, de l’énergie et de tout le reste, et permettront de rejeter la faute sur la Russie tandis que la Fed s’en sortira indemne. Suivez les créateurs d’argent.

Si nous examinons les récentes déclarations de la Fed, de loin la banque centrale la plus puissante du monde, indépendamment des prédictions sur la disparition imminente du dollar en tant que monnaie de réserve mondiale, il devient évident qu’elle ment ouvertement. N’oubliez pas que la même Fed a délibérément maintenu les taux d’intérêt à un niveau proche de zéro pendant plus de 14 ans depuis la crise de 2008 pour renflouer Wall Street au détriment de l’économie réelle. Maintenant, ils prétendent qu’ils doivent inverser les taux pour le bien de cette économie. Ils mentent tout simplement.

La fausse courbe de Philips

Ces dernières années, le président turc Erdogan a été sévèrement attaqué pour avoir affirmé que des taux d’intérêt plus élevés de la banque centrale n’étaient pas efficaces pour contrôler la forte inflation en Turquie. Ironiquement, il a raison sur toute la ligne. Il a osé s’attaquer à l’orthodoxie monétaire actuelle, ce dont les marchés financiers l’ont puni en attaquant la lire. La base de la théorie sur les taux d’intérêt et l’inflation actuelle remonte à un article publié en 1958 par A.W. Philips, alors à la London School of Economics. Philips, examinant les données économiques britanniques sur les salaires et l’inflation sur un siècle, a conclu qu’il existait une relation inverse entre les salaires et l’inflation.

En gros, Philips, qui a rassemblé ses données dans ce que l’on appelle aujourd’hui la courbe de Philips, a conclu que l’inflation et le chômage ont une relation inverse. Une inflation plus élevée est associée à un chômage plus faible et vice versa. Pourtant, la corrélation ne prouve pas la causalité, et même les propres économistes de la Fed ont publié des études démontrant l’invalidité de la courbe de Philips. En 2018, l’économiste de Princeton Alan Blinder, ancien vice-président de la Fed, a noté que « la corrélation entre le chômage et les variations de l’inflation est presque nulle… L’inflation a à peine bougé lorsque le chômage a augmenté et diminué ».

Malgré cela, la Réserve fédérale, ainsi que la plupart des banques centrales du monde entier depuis les années 1970, ont utilisé cette notion de courbe de Philips pour justifier la hausse des taux d’intérêt afin de « tuer » l’inflation. Le plus célèbre d’entre eux est le président de la Fed, Paul Volcker, qui, en 1979, a relevé les taux d’intérêt directeurs aux États-Unis (en même temps que la Banque d’Angleterre) de 300% pour les porter à près de 20%, déclenchant ainsi la pire récession américaine depuis les années 1930.

Volcker a imputé l’inflation extrêmement élevée de 1979 à 1982 aux revendications salariales des travailleurs. Il a commodément ignoré la véritable cause de l’inflation mondiale de l’époque, à savoir la flambée des prix du pétrole et des céréales jusqu’aux années 1980, conséquence des actions géopolitiques de David Rockefeller, le patron de Volcker, qui a créé les chocs pétroliers des années 1970. J’en parle abondamment dans mon livre « A Century of War : Anglo-American Oil Politics » (Un siècle de guerre : la politique pétrolière anglo-américaine).

Depuis la brutale opération Volcker sur les taux d’intérêt, la Fed et les autres banques centrales ont pris l’habitude de dire que la hausse de l’inflation doit être « domptée » par une hausse des taux d’intérêt. En fait, ceux qui en profitent sont les principales banques de Wall Street qui détiennent la dette du Trésor américain.

Les causes de l’inflation récente

La cause de la hausse alarmante de l’inflation depuis le verrouillage du COVID en 2020 n’a rien à voir, ou presque, avec la hausse des salaires ou une économie en plein essor. Le relèvement des taux pour créer un « atterrissage en douceur » ou une soi-disant récession légère n’aura pratiquement aucun effet sur l’inflation réelle.

Les prix montent en flèche pour les produits de première nécessité que les familles doivent acheter. Selon une étude de l’économiste américain Mike « Mish » Shedlock, plus de 80% des composantes de l’indice des prix à la consommation américain utilisé pour mesurer officiellement l’inflation est constitué de ce que l’on appelle les « composantes inélastiques ». Cela inclut surtout les coûts du logement, de l’essence, des transports, de l’alimentation, de l’assurance médicale et de l’éducation. La plupart des familles ne sont pas en mesure de réduire sérieusement l’un ou l’autre de ces coûts de vie nécessaires, même si les taux d’intérêt sont plus élevés.

Le coût des denrées alimentaires s’envole avec l’apparition de pénuries mondiales de céréales, d’huile de tournesol et d’engrais, en raison de la hausse vertigineuse du coût du gaz naturel pour fabriquer des engrais azotés. Cette situation existait bien avant le conflit ukrainien. L’élimination des exportations de blé russes et ukrainiennes en raison des sanctions et de la guerre peut réduire jusqu’à 30% l’offre mondiale de céréales. La sécheresse dans le Midwest américain et en Amérique du Sud, ainsi que les fortes inondations en Chine, contribuent à l’explosion des coûts alimentaires. Le gaz naturel est en hausse en raison de l’agenda insensé de l’UE et de Biden sur le thème « zéro carbone », qui vise à éliminer toutes les énergies à base d’hydrocarbures dans les années à venir. Maintenant, à cause des sanctions suicidaires de l’Occident contre la Russie, une source majeure de carburant diesel mondial, la Russie, est éliminée. La Russie est le deuxième plus grand exportateur de pétrole brut au monde après l’Arabie saoudite. Elle est le plus grand exportateur de gaz naturel au monde, principalement vers l’UE.

Sanctions, urée et micropuces

Pour illustrer à quel point l’économie mondiale est devenue interconnectée, la Chine a imposé en octobre 2021 des contrôles sévères sur les exportations d’urée, un composant clé non seulement des engrais, mais aussi d’un additif pour moteur diesel, le DEF ou l’AdBlue, dont la plupart des moteurs diesel modernes ont besoin pour contrôler les émissions d’oxyde d’azote. Sans AdBlue, les moteurs ne fonctionnent pas. Cela menace les camions, les tracteurs agricoles, les moissonneuses, les équipements de construction. L’armée américaine utilise du carburant diesel dans les réservoirs et les camions. Maintenant, avec les sanctions contre la Russie, le deuxième exportateur mondial de diesel raffiné est contraint de se retirer. L’UE importe la moitié de son diesel de Russie. Shell et BP ont averti les acheteurs allemands de problèmes potentiels d’approvisionnement et les prix s’envolent. Cette perte de diesel intervient alors que les stocks de gazole en Europe sont à leur plus bas niveau depuis 2008. Aux États-Unis, selon OilPrice.com, la situation est encore plus grave. Là-bas, les stocks de gazole sont inférieurs de 21% à la moyenne saisonnière des cinq années précédant la pandémie.

Le gaz néon est un sous-produit de la production d’acier. Environ 50% du gaz néon de haute pureté pour les semi-conducteurs, indispensable aux lasers nécessaires à la lithographie pour fabriquer des puces, provient de deux entreprises ukrainiennes, Ingas et Cryoin. Toutes deux s’approvisionnent en néon auprès d’aciéries russes. L’une est basée à Odessa et l’autre à Marioupol. Depuis le début des combats il y a un mois, les deux usines ont fermé. En outre, selon la société californienne TECHCET, « la Russie est une source cruciale de C4F6 que plusieurs fournisseurs américains achètent et purifient pour l’utiliser dans les processus de lithographie avancés pour la production de puces ». De même, la Russie produit environ un tiers de tout le palladium mondial utilisé dans les convertisseurs catalytiques des voitures et dans les capteurs et la mémoire émergente (MRAM).

Oleg Izumrovov, un expert russe en informatique, souligne en outre que la Russie « représente aujourd’hui 80% du marché des substrats en saphir – de fines plaques en pierre artificielle, qui sont utilisées en opto et microélectronique pour construire des couches de divers matériaux, par exemple du silicium. Elles sont utilisées dans tous les processeurs du monde – AMD et Intel ne font pas exception ». Il ajoute : « Notre position est encore plus forte dans la chimie spéciale de la gravure des puces à l’aide de composants ultra-purs. La Russie représente 100% de l’offre mondiale de diverses terres rares utilisées à ces fins ». Sans oublier que la Russie est le deuxième producteur mondial de nickel et d’aluminium.

Alors que Washington ne cesse d’aggraver les sanctions contre la Russie, ce n’est qu’une question de semaines avant que ces liens de la chaîne d’approvisionnement n’aient un impact sur l’inflation mondiale et américaine à un degré jamais vu de mémoire récente. Lors de la réunion de l’OTAN à Bruxelles le 24 mars, Joe Biden a tenté (sans succès pour l’instant) de pousser les États membres de l’UE à sanctionner le pétrole et le gaz russes. Les prix de l’énergie sont déjà en train de grimper en flèche au niveau mondial et Joe Biden a admis à un journaliste que les prix allaient augmenter considérablement pour les denrées alimentaires et l’énergie, en rejetant la faute sur le conflit en Ukraine.

Aucun de ces effets, dont la plupart commencent seulement à se répercuter sur le coût et même la disponibilité des denrées alimentaires et d’autres produits essentiels, ne peut être modifié par une hausse des taux des fonds fédéraux de la Réserve fédérale. Et la Fed le sait. Avec leurs actions, ils jettent littéralement du kérosène sur un feu économique brûlant. Elle soulignera les hausses alarmantes de l’inflation d’ici mai et réitérera son faux « remède », à savoir des taux d’intérêt plus élevés qui risquent de plonger les États-Unis et le reste du monde dans une dépression mondiale qui fera paraître les années 1930 bénignes. Nous pouvons nous attendre à ce que l’on parle beaucoup de l’introduction d’une monnaie numérique de banque centrale pour remplacer le dollar à ce moment-là. Bienvenue dans la Grande Réinitialisation de Davos.

Aline de Diéguez : Du Gangstérisme à la Truanderie

Article paru sur le site planetes360

1- Comment le dollar est devenu une puissante arme de domination politique après 1971

Pratiquement tout le monde admet que le système monétaire international basé sur le dollar américain vit ses derniers jours. Surfant sur le prestige d’une victoire militaire en Europe, les accords de Bretton Woods signés en juillet 1944 entre quarante quatre pays – et officiellement destinés à remettre sur pied la machinerie du système monétaire international – organisaient, en réalité, la naissance de l’empire américain et celle d’un nouveau culte du veau d’or, en faisant du dollar la seule monnaie mondiale de référence. De plus, conformément à la logique de tous les empires et à leur volonté de domination mondiale, ces « accords » créaient dans la foulée les puissants appendices de la suprématie financière de l’empire sur le monde – le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD), plus connue sous le nom de Banque mondiale.

Cependant, à la faveur, si je puis dire, de la cuisante défaite militaire de son armée au Vietnam et du poids financier insupportable que cette guerre avait imposée  à un pays qui n’était plus en mesure de garantir la convertibilité du dollar en or, le Président des USA de l’époque, Richard Nixon, avait annoncé, le 15 août 1971, la « suspension provisoire » de cette obligation de convertibilité sur laquelle reposaient la crédibilité et la sincérité des accords de 1944. Pour donner le change, Richard Nixon jugea bon de préciser que cette décision avait été prise « en pleine collaboration avec le Fond monétaire international (FMI) et ceux qui font du commerce avec nous« , alors que cette décision avait été prise dans le plus grand secret par les dirigeants américains. Et il avait ajouté ces paroles ailées : « Nous allons faire pression pour qu’interviennent les réformes nécessaires, en vue de la mise en place urgente d’un nouveau système monétaire international ».

Or, non seulement rien n’a été commencé, pour l’excellente raison que c’est sur eux-mêmes que les États-Unis auraient dû faire « pression« , puisqu’ils sont les seuls obstacles aux réformes du système monétaire. Le « provisoire » est devenu définitif. De plus, ils ont, bien au contraire, utilisé tous les subtertuges et tous les moyens dilatoires en leur pouvoir afin d’empêcher que la réforme ait lieu.

Leur comportement est compréhensible dans la mesure où ils défendent férocement leurs intérêts. Ils ont grassement profité de la forfaiture du coup d’État monétaire de Richard Nixon, qui leur assurait une domination financière, commerciale et même psychologique sur le reste du monde et ils n’ont jamais eu la moindre intention d’apporter quelque changement que ce soit à un système aussi profitable à leurs intérêts. En effet, à partir du 15 août 1971, tous les autres États de la planète se sont trouvés suspendus à leurs décisions nationales. Pendant que la monnaie de l’empire flottait au gré des choix politiques et économiques de leurs dirigeants, ils pouvaient se permettre d’accroître leur dette en toute impunité. L’augmentation exponentielle de leur endettement et la dévalorisation de leur monnaie par rapport à l’or se trouvaient en quelque sorte neutralisées par les dommages collatéraux et l’incertitude permanente que les yoyos du dollar créaient chez leurs concurrents.

« Le dollar est peut-être notre devise, mais c’est votre problème », avait asséné cyniquement en 1973 le secrétaire du trésor américain, John Connally, aux Européens médusés. On ne pouvait mieux résumer la situation.

Ce nouveau mécanisme a contraint le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM) à se transformer en gigantesques usines à gaz monétaires, afin de donner l’illusion d’un minimum d’honnêteté dans les transactions entre les États et entre les particuliers. Il a fait le bonheur des banquiers et autres spécialistes des jeux boursiers, lesquels ont pu se livrer avec la délectation dont on mesure les résultats dans leurs bilans à l’heure actuelle, à des paris et à des jeux sur les parités des monnaies qui relèvent plutôt du casino que de l’économie. Hedge funds, Private equities, Subprimes, Monolines, Assets under management (AUM), Credit default swaps (CDS), Collaterised debt obligation (CDO)effets de levier se sont mis à danser une farandole endiablée dans nos cervelles pétrifiées.

On remarquera la complicité demeurée sans failles du FMI avec le pouvoir politique américain qui avait présidé à sa création en 1944. En effet, dans les statuts du Fonds il est expressément interdit aux pays qui en sont membres, de lier leur devise à l’or, donc de créer une monnaie fixe et stable. La seule référence admise était le dollar.

Lorsqu’en 1992, la Suisse a voulu devenir membre du FMI, elle a dû modifier une Constitution qui prévoyait que la devise nationale devait être couverte à 40% par l’or. Or, quand le dollar s’est mis à flotter et que le flottement de toutes les autres monnaies est devenu la norme universelle, ce fut le point de départ de la financiarisation d’une économie qui changeait de nature et qui s’est envolée dans la moyenne région de l’air qu’évoquait Descartes. La rupture entre l’économie réelle, celle qui fait la richesse et la prospérité des nations, et une économie virtuelle de parieurs et de joueurs fut consommée.

L’extrême complication du système a permis toutes les fraudes, tous les abus et a donné lieu à des valses de milliards de dollars ou d’euros qui ne correspondaient à aucun enrichissement réel des nations. Certes, en tant que Français nous avons été indignés par le racket de près de neuf milliards que les États-Unis ont extorqués à la BNP. Mais quand la BNP a payé rubis sur l’ongle, nous nous sommes interrogés, stupéfaits : où, quand et par quel mécanisme cette banque a-t-elle gagné autant d’argent ? Il a été dit qu’il s’agissait de « fonds propres ». Comment les a-t-elle acquis ? Avec les frais qu’elle a l’audace de ponctionner sur les petits dépôts de ses clients ?

Pendant que les milliards gagnés ou perdus au jeu de la bourse s’accumulent dans les bilans des banques, les peuples deviennent de plus en plus pauvres.

En 2011, le président Vladimir Poutine pouvait déjà  déclarer que « les États-Unis vivent en parasites de l’économie mondiale avec leur monopole du dollar« . Et il ajoutait : « Ils vivent au-dessus de leurs moyens et transfèrent une partie du poids de leurs problèmes sur l’économie mondiale ».

La monnaie est un moyen de domination et une arme politique très efficace. Grâce à la mise en place de leur système d’espionnage planétaire et l’ajout léonin de l’extension de leur législation intérieure au reste de la planète, les États-Unis contrôlaient tous les échanges commerciaux. Ils se permettaient de « sanctionner » telle ou telle entreprise ou nation qui s’avisait de ne pas respecter leurs oukazes politico-commerciaux.

Les neuf milliards de dollars escroqués à la BNP évoqués ci-dessus en sont un exemple spectaculaire. Mais d’autres sociétés ou États ont subi la même « punition » qui enrichit à peu de frais le budget américain. De plus, personne n’oublie les « sanctions » politiques édictées contre les États récalcitrants  – notamment l’Iran ou la Russie – auxquelles la troupe acéphale des vassaux européens a emboîté le pas sur ordre exprès du maître d’outre-Atlantique, malgré les ravages que les contre-sanctions russes occasionnent à leurs économies et alors qu’elles sont indolores au donneur d’ordre d’outre-Atlantique.

Augmentée d’année en année, la dette américaine est devenue une gigantesque pyramide de Ponzi de dettes qui ne seront jamais remboursées, d’autant plus que, de grand pays industriel à la fin de la deuxième guerre mondiale, l’Amérique a si bien délocalisé ses entreprises afin de profiter de la main-d’œuvre bon marché des pays du tiers monde que les États-Unis sont devenus un empire militaire prédateur, qui consacre plus de la moitié de son budget à nourrir le Pentagone. Le premier État qui vendra massivement les bons du trésor imprimés par le veau d’or américain – donc ses reconnaissances de dette – sera peut-être remboursé, mais il déclenchera un cataclysme financier dont on a peine à se représenter l’intensité et les ravages économiques et sociaux qu’il induira.

2- Vive les DTS (Droits de tirage spéciaux)
Il se dit, dans les milieux « informés », qu’existent depuis des années des négociations secrètes dirigées par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque des Règlements internationaux (BRI) sise à Bâle, afin de préparer un nouveau système monétaire international à partir de l’actuel DTS.

DTS, quesaco ? Des Droits de tirage spéciaux. Mais les trois mots font question. Quels droits ? À quelles conditions s’opèrent les tirages ? Qui peut « tirer » ? S’il existe des tirages « spéciaux », quid de ceux qui seraient « normaux » ? Si le DTS a vocation à devenir une nouvelle monnaie, comme certains l’imaginent, il est important de savoir de quoi on parle. Comme le disait l’éminence grise du président Woodrow Wilson, Edward Mandell HOUSE La chose la plus difficile au monde est de suivre à la trace n’importe quelle idée jusqu’à sa source ». Or, la source des DTS se trouve au FMI. Je vais donc essayer de présenter le plus simplement possible la manière dont il a été procédé à l’accouchement de ces fameux DTS, de leur rôle actuel et de celui, imprévisible, que l’avenir est censé leur assurer.

Quelques mots sur le fonctionnement du FMI, inventeur du DTS.

Créé dans la foulée des accords de Bretton Wood de 1944, qui établissait la domination monétaire américaine sur le monde, le FMI est une sorte de club auquel peuvent adhérer les États qui répondent aux statuts de l’organisation, moyennant paiement d’une cotisation. Cette cotisation est calculée selon des critères complexes, qui tiennent compte de la richesse présente et potentielle de l’État candidat, de la qualité de sa gestion, de ses ressources naturelles, de l’importance de sa population, de son désir d’adhérer à l’idéologie libérale, de son respect de « droits de l’homme », etc. On comprend qu’il faille deux gigantesques  gratte-ciel pour loger le personnel affecté à ces travaux !

En échange, comme dans tous les clubs huppés, les membres jouissent de certains avantages. En l’espèce, ce sont des possibilités de refinancement, évaluées en fonction du montant de la cotisation que les membres se sont engagés à verser à cet organisme. Ils bénéficient alors de « droits de tirage normaux« , calculés à cinq fois le quart du montant de leur cotisation et appelés quotas.

Les cent quatre-vingt neuf États membres du FMI peuvent s’enorgueillir de participer au projet grandiose, exposé sur le site du FMI, et qui consiste à promouvoir la coopération monétaire internationale, à faciliter l’expansion et la croissance équilibrées du commerce mondial, à promouvoir la stabilité des échanges, à aider à établir un système multilatéral de paiements, à mettre (généreusement) leurs ressources (mais moyennant des garanties adéquates souvent léonines) à la disposition (momentanée) des pays confrontés à des difficultés de trésorerie – donc à des pays pauvres dont les cotisations sont insuffisantes pour jouir de quotas suffisants afin de couvrir leurs besoin en matière de refinancement.

C’est précisément aux États dont les quotas sont trop faibles, en raison de la faiblesse de leurs cotisations, que sont réservés les fameux « droits de tirage spéciaux » (DTS). En réalité, ils ne sont rien d’autre qu’une forme de dette à l’égard du FMI ou d’un autre État membre, mais toujours accompagnée de l’obligations politique de libéraliser leur économie conformément aux lois du marché. Mais, augmentée d’un intérêt composé, la dette initiale finit, au fil du temps, par grossir d’une manière telle qu’elle affaiblit sur la durée les États prétendument « bénéficiaires » plutôt qu’elle ne les sauve. Lorsque tel ou tel État se vante d’avoir « annulé la dette » d’un pays pauvre, il s’agit, en général, de l’annulation totale ou partielle des intérêts, le principal ayant été remboursé depuis belle lurette.

Les droits de tirage spéciaux (DTS)

La création des DTS par le FMI date de 1969. C’était le temps heureux de la stabilité du système monétaire avec l’or comme monnaie internationale de référence et du dollar convertible en or. Comme l’or est en grande partie phagocyté par la bijouterie et certaines industries de pointe, la quantité d’or disponible afin d’assurer la stabilité d’échanges commerciaux en forte expansion était devenue insuffisante. C’est ainsi qu’a été créée une sorte de monnaie fictive internationale, qui n’en est pas vraiment une, plutôt une « unité de compte », exclusivement échangeable entre banques centrales et, à l’origine, fondée sur le seul dollar. Aucun particulier, aucune société n’ont jamais détenu ou échangé de DTS. À l’origine, un DTS était équivalent à une once d’or et valait 35 $.

Note. J’ai mis en ligne sur mon blog cet article pour bien préciser que je suis un complotiste souhaitant la chute du système dollar. Et comme pour insister je souhaite également la chute de l’euro.

L’Empire américain s’auto-détruit. Mais personne ne pensait que ça arriverait si vite

Souvent, les empires suivent le cours d’une tragédie grecque, provoquant précisément le destin qu’ils cherchaient à éviter. C’est certainement le cas de l’empire américain, qui se démantèle dans un mouvement en slow-motion, mais pas si slow qu’on pourrait le penser.

L’hypothèse de base des prévisions économiques et diplomatiques, c’est que chaque pays agit en fonction de son propre intérêt. Mais un tel raisonnement n’est d’aucune utilité dans le monde actuel. Ainsi, les observateurs de tout l’éventail politique utilisent des expressions telles que « se tirer une balle dans le pied » pour décrire la confrontation diplomatique des États-Unis avec la Russie et leurs alliés.

Pendant plus d’une génération, les diplomates américains les plus éminents ont tiré la sonnette d’alarme sur ce qu’ils pensaient être la menace extérieure ultime, à savoir une alliance entre la Russie et la Chine qui dominerait l’Eurasie. Or, les sanctions économiques et la confrontation militaire imposées par l’Amérique ont rapproché ces deux pays et en poussent d’autres dans leur naissante orbite eurasienne.

La puissance économique et financière américaine était censée empêcher la réalisation de ce destin. [En 1971, les États-Unis ont mis fin aux accords de Bretton Woods qui garantissait la convertibilité du dollar en or]. Au cours du demi-siècle qui a suivi la disparition de l’or, les banques centrales du monde ont fonctionné à partir de l’étalon dollar. Elles détenaient ainsi leurs réserves monétaires internationales sous forme de titres du Trésor US, de dépôts bancaires US et d’actions ou obligations US. Le standard établi à partir des bons du Trésor a permis à l’Amérique de financer ses dépenses militaires à l’étranger, mais aussi de prendre le contrôle des investissements dans d’autres pays simplement en créant des reconnaissances de dettes en dollars. Pour les États-Unis, les déficits de la balance des paiements terminent donc sous forme de réserves dans les banques centrales des pays en excédent de paiements. Les débiteurs du Sud, eux, ont besoin de dollars pour payer leurs obligataires et commercer avec l’extérieur.  

Ce privilège monétaire – le seigneuriage du dollar – a permis à la diplomatie américaine d’imposer des politiques néolibérales au reste du monde, sans devoir trop recourir à la force militaire, sauf pour s’emparer du pétrole du Proche-Orient.

La récente escalade des sanctions américaines a bloqué le commerce et les investissements de l’Europe, de l’Asie et d’autres pays avec la Russie, l’Iran et la Chine. Pour les alliés des États-Unis, l’impact a été énorme sur les coûts d’opportunité – les coûts des opportunités manquées. De plus, le gouvernement US a récemment confisqué l’or et les réserves étrangères du Venezuela, de l’Afghanistan et maintenant de la Russie (1). Il a également saisi de manière ciblée les comptes bancaires de riches étrangers – sans doute dans l’espoir de gagner leur cœur et leur esprit, tout en récupérant l’argent de leurs comptes séquestrés. Tout cela a mis fin à l’idée que les avoirs en dollars, ou ceux en livres sterling ou en euros dans les satellites de l’Otan, sont un refuge d’investissement sûr lorsque les conditions économiques mondiales deviennent chancelantes.

Je suis donc quelque peu désabusé par la vitesse à laquelle ce système financier centré sur les États-Unis s’est dédollarisé en l’espace d’un an ou deux. Dans mon livre Super Imperialism, le thème principal portait sur la façon dont, au cours des cinquante dernières années, l’étalon des bons du Trésor US avait canalisé l’épargne étrangère vers les marchés financiers et les banques américaines, permettant ainsi à la Diplomatie du Dollar de s’en sortir. Je pensais que la dédollarisation serait menée par la Chine et la Russie pour qu’elles prennent le contrôle de leurs économies et ainsi éviter le type de polarisation financière qui débouche sur des politiques d’austérité aux États-Unis (2). Mais ce sont les autorités américaines elles-mêmes qui poussent les Russes et les Chinois à surmonter les hésitations qu’ils avaient à se dédollariser.

Je m’attendais à ce que la fin de l’économie impériale dollarisée soit provoquée par la rupture avec d’autres pays. Mais ce n’est pas ce qui s’est passé. Les diplomates américains ont choisi de mettre eux-mêmes fin à la dollarisation internationale, tout en aidant la Russie à se doter de ses propres moyens de production pour une agriculture et une industrie autonomes. En fait, ce processus de fracture mondiale est en cours depuis quelques années déjà. Il a commencé avec les sanctions qui empêchaient les alliés des États-Unis au sein de l’Otan ainsi que d’autres satellites économiques de commercer avec la Russie. Pour la Russie, ces sanctions ont eu le même effet que des tarifs douaniers protecteurs.

La Russie était restée trop fascinée par l’idéologie du marché libre pour prendre des mesures visant à protéger sa propre agriculture ou son industrie. Les États-Unis lui ont apporté l’aide dont elle avait besoin en lui imposant, par le biais de sanctions, l’autosuffisance intérieure. Lorsque les États baltes ont perdu le marché russe du fromage et d’autres produits agricoles, la Russie a rapidement créé son propre secteur fromager et laitier – tout en devenant le premier exportateur mondial de céréales.

La Russie découvre (ou est sur le point de découvrir) qu’elle n’a pas besoin de dollars américains pour garantir le taux de change du rouble. Sa banque centrale peut créer les roubles nécessaires pour payer les salaires nationaux et soutenir la formation de capital. Finalement, les confiscations américaines pourraient donc amener la Russie à mettre un terme à la philosophie monétaire néolibérale, comme le préconise depuis longtemps Sergei Glaziev, fervent partisan de la MMT [Théorie Monétaire Moderne].

La même dynamique qui sape les ostensibles objectifs des États-Unis s’est manifestée à travers les sanctions US contre les principaux milliardaires russes. La thérapie de choc néolibérale et les privatisations des années 1990 n’ont laissé aux kleptocrates russes qu’un seul moyen d’encaisser les actifs qu’ils avaient arrachés au domaine public: incorporer leurs recettes et vendre leurs actions à Londres et à New York. L’épargne nationale ayant été anéantie, les conseillers américains avaient persuadé la banque centrale russe de ne pas créer sa propre monnaie en roubles.

Le résultat, c’est que le patrimoine national russe en pétrole, gaz et minéraux n’a pas été utilisé pour financer une rationalisation de l’industrie et du logement en Russie. Au lieu d’être investis dans la création de nouveaux moyens de production russes, les revenus de la privatisation ont été dépensés par les nouveaux riches dans l’immobilier britannique de luxe, les yachts et d’autres actifs de la fuite mondiale de capitaux. Mais la prise en otage des avoirs russes en dollars, en livres sterling et en euro a fait de la City de Londres un lieu trop risqué pour y conserver des actifs. En imposant des sanctions aux Russes les plus riches et les plus proches de Poutine, les responsables américains espéraient les inciter à s’opposer à une rupture avec l’Occident et dans la foulée, à en faire de serviables agents d’influence de l’Otan. Sauf que pour les milliardaires russes, leur propre pays commence à apparaître comme une place plus sure.

Depuis plusieurs décennies, la Réserve fédérale et le Trésor se sont battus pour empêcher l’or de retrouver son rôle dans les réserves internationales. Mais comment l’Inde et l’Arabie saoudite vont-elles considérer leurs avoirs en dollars alors que Biden et Blinken tentent de les forcer à suivre l’ »ordre fondé sur des règles » des États-Unis plutôt que leur propre intérêt national ? Les récents diktats des États-Unis ne leur laissent guère d’autre choix que de commencer à protéger leur propre autonomie politique. Comment? En convertissant leurs avoirs en dollars et en euros en or, un actif qui écarte tout risque politique d’être pris en otage par les exigences de plus en plus coûteuses et perturbatrices des États-Unis.

Après le blocage des réserves étrangères de la Russie et la chute du taux de change du rouble, la diplomatie américaine a soumis l’Europe de manière abjecte en demandant à ses gouvernements de pousser leurs entreprises à se débarrasser de leurs actifs russes pour quelques centimes seulement par dollar. Pire, Blackstone, Goldman Sachs et d’autres investisseurs américains se sont empressés d’acheter ce dont Shell Oil et d’autres sociétés étrangères se débarrassaient.

Personne ne pensait que l’ordre mondial d’après-guerre (1945-2020) céderait aussi rapidement. Un ordre économique international véritablement nouveau est en train d’émerger, même si l’on ne sait pas encore exactement quelle forme il prendra. En confrontation avec la Russie, la stratégie des États-Unis et de l’Otan visant à « exciter l’ours » a désormais dépassé le seuil de la masse critique. Il ne s’agit plus seulement de l’Ukraine qui est le déclencheur, un catalyseur pour éloigner une grande partie du monde de l’orbite des États-Unis et de l’Otan.

La prochaine épreuve de force pourrait avoir lieu en Europe même. Des politiciens nationalistes pourraient chercher à s’affranchir de la mainmise excessive des États-Unis sur leurs alliés européens et autres, Washington tentant vainement de les maintenir dans la dépendance du commerce et des investissements basés aux États-Unis. Le prix de leur obéissance sans faille est lourd: une inflation des coûts pour leur industrie et un renon de leurs politiques électorales démocratiques pour pouvoir se subordonner aux proconsuls US de l’Otan.

Ces conséquences ne peuvent pas vraiment être considérées comme « involontaires ». Trop d’observateurs ont indiqué exactement ce qui allait se passer – à commencer par le président Poutine et le ministre des Affaires étrangères Lavrov. Ils avaient expliqué quelle serait leur réponse si l’Otan insistait pour les acculer dans un coin tout en attaquant les russophones d’Ukraine orientale et en déplaçant des armes lourdes vers la frontière occidentale de la Russie. Les conséquences étaient prévues. Les néoconservateurs qui contrôlent la politique étrangère des États-Unis s’en fichaient tout simplement. Reconnaître les préoccupations du président russe faisait de vous un Putinversteher [quelqu’un qui comprend Poutine].

Les responsables européens ne se sont pas gênés pour faire part au monde entier de leurs inquiétudes quant au fait que Donald Trump était fou et qu’il allait chambouler la diplomatie internationale. Mais ils semblent avoir été pris de court par la résurgence, au sein de l’administration Biden, de la haine viscérale envers la Russie manifestée par le secrétaire d’État Blinken et Victoria Nuland-Kagan. Le mode d’expression et les manières de Trump étaient peut-être grossiers, mais le gang des néocons américains a des obsessions de confrontation beaucoup plus menaçantes à l’échelle mondiale. Pour eux, il s’agissait de savoir quelle réalité sortirait victorieuse : la « réalité » qu’ils croyaient pouvoir fabriquer, ou la réalité économique hors du contrôle des États-Unis.

Ce que les pays étrangers n’ont pas fait par eux-mêmes – en remplaçant le FMI, la Banque mondiale et les autres instruments de la diplomatie US – les politiciens américains les obligent à le faire. Les pays d’Europe, du Proche-Orient et du Sud pourraient prendre leurs distances en fonction de leurs propres intérêts économiques à long terme. Mais c’est l’Amérique qui les pousse à le faire, comme elle l’a fait avec la Russie et la Chine. De plus en plus de politiciens cherchent à obtenir le soutien de leurs électeurs en leur demandant s’ils ne seraient pas mieux servis par de nouveaux accords monétaires destinés à remplacer le commerce en dollars, les investissements en dollars et même le service de la dette étrangère en dollars.

La compression des prix de l’énergie et des denrées alimentaires frappe particulièrement durement les pays du Sud. Elle coïncide avec leurs propres problèmes liés au Covid-19 et à l’imminence de l’échéance du service de la dette dollarisée. Quelque chose doit céder. Combien de temps ces pays vont-ils imposer l’austérité pour payer les détenteurs étrangers d’obligations ?

Comment les économies américaine et européenne s’en sortiront-elles avec les sanctions qu’elles ont imposées au gaz et au pétrole russes, au cobalt, à l’aluminium, au palladium et à d’autres matériaux de base ? Les diplomates américains ont dressé une liste de matières premières dont leur économie a désespérément besoin et qui sont donc exemptées des sanctions commerciales. M. Poutine dispose ainsi d’une liste pratique de leviers de pression qu’il peut utiliser pour remodeler la diplomatie mondiale et, ce faisant, aider les pays européens et les autres à se libérer du rideau de fer que l’Amérique a imposé pour enfermer ses satellites dans la dépendance des fournitures américaines à prix élevé.

Mais la rupture définitive avec l’aventurisme de l’OTAN doit venir des États-Unis mêmes. À l’approche des élections de mi-mandat de cette année, les politiciens trouveront un terrain fertile en montrant aux électeurs américains que l’inflation des prix induite par l’essence et l’énergie est un sous-produit politique de l’administration Biden qui bloque les exportations de pétrole et de gaz russes. Le gaz est nécessaire non seulement pour le chauffage et la production d’énergie, mais aussi pour fabriquer des engrais, dont il y a déjà une pénurie mondiale. Cette situation est exacerbée par le blocage des exportations de céréales russes et ukrainiennes, ce qui fait monter en flèche les prix des denrées alimentaires aux États-Unis et en Europe.

On observe déjà un décalage interpellant entre la vision réaliste du secteur financier et celle promue par les médias dominants de l’Otan. Ce lundi 7 mars par exemple, les marchés boursiers européens ont plongé à l’ouverture, tandis que le pétrole Brent grimpait à 130 dollars le baril. Dans Today, le JT matinal de la BBC, le député conservateur Alan Duncan, négociant en pétrole, a tiré la sonnette d’alarme: la perspective d’un quasi-doublement des prix du gaz naturel menaçait de faillite les entreprises qui se sont engagées à fournir à l’Europe du gaz aux anciens tarifs. Mais revenant à ses infos militaires « Deux minutes de haine », la BBC n’a cessé d’applaudir les courageux combattants ukrainiens et les politiciens de l’Otan qui réclament davantage de soutien militaire. À New York, l’indice Dow Jones a plongé de 650 points, et l’or a grimpé à plus de 2 000 dollars l’once – reflétant l’opinion du secteur financier sur la façon dont le jeu des États-Unis est susceptible de se dérouler. Les prix du nickel ont augmenté encore plus: 40 %.

Tenter de forcer la Russie à répondre militairement et à ainsi faire mauvaise figure aux yeux du reste du monde s’avère être un coup monté. L’objectif était simplement de démontrer la nécessité pour l’Europe de contribuer davantage à l’Otan, d’acheter plus de matériel militaire américain et de s’enfermer plus encore dans une dépendance commerciale et monétaire vis-à-vis des États-Unis. Mais l’instabilité qui en résulte a pour effet de faire passer les États-Unis pour une menace aussi grande que la Russie.

Article de Michael Hudson paru sur le site Investig’action le 11 mars 2022. Hudson, professeur d’économie à l’Université du Missouri à Kansas City, est conseiller du groupe de réforme de la Lettonie.

La guerre des monnaies (suite)

Dans un billet précédent je dissertais de l’antagonisme entre la Chine et les USA. J’ai omis quelques remarques que l’opinion a tendance à amalgamer ou ignorer. D’abord les revendications territoriales de la Chine concernant Taïwan n’aboutiront jamais à un conflit armé entre les USA et la Chine. Il existe en effet un accord non écrit entre les 5 puissances dotées officiellement de l’arme nucléaire dont le fondement est de ne pas utiliser l’arme nucléaire en cas de conflit entre ces 5 puissances. Israël, le Pakistan, l’Inde et la Corée du Nord ne font pas partie de ce club. Personne ne connait l’état de leur armement ni celui des vecteurs qu’ils peuvent déployer pour tenter d’anéantir à distance un ennemi. Les 5 pays « nucléarisés » disposent d’un arsenal suffisant et opérationnel à tout moment pour détruire une grande partie de la Terre. Ils ne s’affronteront donc jamais directement tout simplement car ils ne savent pas qui sortira gagnant d’un tel conflit si tant est qu’il y aura un survivant. En conséquence les USA n’entreront jamais en conflit armé direct avec la Chine au sujet de Taïwan. Ces deux pays n’ont aucun intérêt à voir cette île détruite par des bombardements pour satisfaire une revendication territoriale, pour l’un, et une position stratégique pour l’autre. Taïwan possède un atout majeur, son entreprise TSMC. Il faudra au moins dix ans pour que l’usine TSMC-bis en construction sur le sol américain soit opérationnelle et la Chine ne sera opérationnelle dans cette technologie qu’en 2030 au plus tôt avec une résolution légèrement inférieure à 10 nanomètres alors que TSMC a déjà atteint 4 nanomètres. En d’autres termes un circuit produit par TSMC aujourd’hui sera, dans dix ans, toujours plus performant (d’un facteur 2) à la meilleure technologie que pourra atteindre la Chine.

L’autre point qui obligera en quelque sorte la Chine à modérer ses velléités d’annexion de Taïwan est la proximité de l’immense installation militaire terrestre et maritime américaine d’Okinawa au sud de Kyushu au Japon qui se trouve à 20 minutes de vol d’un F-16 (ou d’un F-35 s’il est en état de vol). Le Japon n’est pas exclu de la stratégie américaine car des entreprises nippones spécialisées mondialement dans les matériaux composites travaillent activement dans le cadre d’un contrat avec Raytheon et Lockheed-Martin pour la mise au point d’un chasseur et d’un bombardier super-furtifs. De toutes les façons un conflit armé entre la Chine et les USA serait destructeur sans même l’usage d’un quelconque armement nucléaire et les Américains auraient beaucoup à perdre. L’industrie américaine est en effet incapable de produire à domicile ce qu’elle importe de Chine. Avant d’envisager un conflit armé avec la Chine il faudra en premier lieu « ré-industrialiser » le pays. Or un tel processus durera plus de dix ans.

Le dernier point à considérer dans cette guerre des monnaies qui voit le jour est l’attitude de la Russie, l’Union européenne étant considérée dans ce jeu stratégique comme une quantité négligeable. Si les Américains étaient de fins politiciens, ce qui est loin d’être le cas, ils devraient d’abord se rapprocher de la Russie plutôt que de l’Australie ! La Russie est préoccupée par les visées économiques de la Chine sur la Sibérie. La « route de la soie » ferroviaire qui emprunte le territoire russe sur des milliers de kilomètres constitue un sujet de réflexion pour le Kremlin. Plutôt que de laisser croiser des navires de guerre à proximité de la péninsule de Crimée les Américains seraient bien avisés de renouer des relations de bonne entente avec la Russie. En décidant avec l’Europe de sanctions contre la Russie les Américains ont anéanti toute crédibilité au sujet de leur stratégie d’encerclement maritime de la Chine car il faudrait aussi que la Chine soit « encerclée » par la terre, comprenez la Russie. Mais les Américains sont trop fiers d’eux-mêmes pour reconnaître qu’ils ont fait une grave erreur stratégique dans leur attitude vis-à-vis de la Russie. Sans le soutien de la Russie les USA ne pourront jamais maîtriser les projets de dé-dollarisation de la Chine. Et un tel soutien relève de l’hypothèse puisque Moscou est également en faveur d’un abandon du dollar pour les échanges internationaux.

La conclusion est évidente : à terme le leadership américain disparaîtra avec le dollar, en d’autres termes la « globalisation adossées au roi dollar » puis l’Union européenne s’effondrera, c’est inévitable, et un nouvel équilibre s’établira avec une Chine plus modérée, confrontée elle aussi à des problèmes démographiques sérieux et qui s’occupera plus de ce qui se passe à l’intérieur du pays car le parti dominant redoute tout mouvement populaire de mécontentement comme celui qui enfle avec la possible faillite d’Evergrande car d’autres promoteurs immobiliers pourraient suivre. Le colosse chinois a des pieds d’argile et les responsables politiques en sont conscients. Ils savent que tant les Américains que les Européens ne peuvent se passer des produits « made in PRC » et cette situation durera encore longtemps car les Chinois ont une autre notion du temps que les Occidentaux.

La guerre des monnaies ne fait que commencer

Lorsque le Président Saddam Hussein envisagea de vendre son pétrole aux Européens et d’être payé en retour en euros les Etats-Unis trouvèrent un stratagème honteux pour leur déclarer la guerre. Souvenez-vous de la fiole brandie par Donald Rumsfeld aux Nations-Unies pour justifier cette entrée en guerre, la preuve que l’Irak disposait d’armes de destruction massive. Bis repetita placent lorsque le commandeur Khadaffi fit la même proposition aux Européens, les Anglais et les Français servirent de bras armé aux Américains pour détruire, au sens littéral du terme, la Libye. Le Président américain aurait pu ouvertement mettre en garde tous les pays producteurs d’hydrocarbures (liquides ou gazeux) contre toute tentative d’abandon du dollar US dans leurs transactions, la situation aurait été plus claire pour tout le monde, y compris pour la Russie qui subit des sanctions de la part des Etats-Unis, accompagnés de manière honteuse par l’Union européenne. On a prétendu dans les chancelleries que ces sanctions avaient pour but de punir la Russie pour son annexion de la péninsule de Crimée. C’était un prétexte car la Russie avait aussi proposé aux Européens de payer le gaz qu’ils importaient en euros. Naturellement les Européens, les laquais des USA, n’avaient pas donné suite à cette proposition du Kremlin et ils s’en mordront les doigts … dans un proche avenir.

Il se trouve que le gouvernement central de la Chine a autorisé la bourse de Shanghaï a ouvrir une cotation du pétrole et du gaz en yuan, en yuan convertibles en or qui plus est. Ceci a été rendu possible après avoir mis de l’ordre à Hong-Kong dans le but d’évincer la City de Londres dans le cours des projets chinois. Des accords de swap ont été conclus avec divers pays de la région, Viet-Nam, Thaïlande, Indonésie et, fait notoire, le Japon. De plus la Chine est sur le point de finaliser un système de transactions équivalent au SWIFT qui est entièrement contrôlé par les Américains, et de ce système les Chinois n’en veulent plus et ils ont bien raison.

Devant ces faits il est donc facile de comprendre la nervosité des Américains et le ralliement de la Grande-Bretagne au projet d’encerclement de la Chine par la mer (cf. l’affaire des sous-marins) révèle également l’humiliation de ce pays qui n’a presque plus de pouvoir de contrôle sur la place financière d’Hong-Kong. Les Américains ont toujours considéré que l’Océan Pacifique était leur « mare nostrum » au sens romain du terme depuis la fin de la guerre hispano-américaine de la fin du XIXe siècle. Avant Pearl Harbor les américains mettaient en place un blocus maritime du Japon. Ce fut d’ailleurs la raison principale du bombardement du port de Honolulu. Les Américains alimentent donc le projet de blocus maritime de la Chine. L’Australie, un pays gouverné par des imbéciles, a réduit voire annulé toutes ses exportations de charbon, de bauxite, de minerai de fer, de bétail ou encore de sucre en direction de la Chine, la Chine étant en effet son principal client en 2020. Ce pays a par conséquent perdu près de 20 % de son produit intérieur brut avec ces restrictions. Faut-il être idiot pour choisir une allégeance inconditionnelle à un pays, les USA, dont la fourberie est maintenant avérée en dépit du fait que l’économie de son propre pays, l’Australie, est mise en danger.

Finalement ce n’est pas la montée en puissance de la Chine qui inquiète les Etats-Unis mais bien la « dédollarisation » de ses échanges avec des pays tiers. Enfin la convertibilité du yuan en or est humiliante pour les Américains qui ne peuvent que constater que la valeur de leur billet vert est en chute libre par rapport à l’or. Les Américains ne pourront pas éternellement manipuler le cours de ce métal et alors le billet vert ne vaudra plus rien. La Chine est le premier producteur d’or du monde et le premier client des raffineries suisses tant pour l’or extrait sur son sol que pour l’or qualité joaillerie sur lequel les acheteurs chinois font main-basse dans le monde entier. Il y a lieu de se réjouir car les Américains vont un jour ou l’autre payer leur désinvolture et la suprématie du dollar sur les marchés mondiaux ainsi que les iniques pratiques d’extraterritorialité mises en place ne sont plus qu’une affaire de mois ou d’années. Pour plus d’informations à ce sujet l’excellente présentation de Charles Gave devant la Banque Cantonale de Genève est hautement instructive : https://www.youtube.com/watch?v=-olDIuigOUA

Pour ce 15 août 1971 merci Monsieur Nixon !

Réflexions personnelles. Depuis le 15 août 1971 le dollar n’est plus adossé à l’or sur décision du Président américain Richard Nixon. Que s’est-il passé depuis ? Les Américains n’ont jamais cessé d’inonder l’ensemble des économies mondiales de dollars dévalués. La mise en place du système SWIFT, l’emprise impérialiste des Etats-Unis sur l’Europe via l’OTAN et sur la Corée, le Japon, Taïwan et les Philippines, pays dont l’armée américaine profite encore aujourd’hui de l’implantation d’installations militaires, certaines d’entre elles nucléarisées, avec un droit de regard sur le fonctionnement économique et social de ces pays alors la décision de Nixon prend une toute autre signification. Il s’agit de la construction de l’hégémonie américaine sur tout le monde occidental en incluant les pays d’Asie libérés ou vaincus à la fin de la deuxième guerre mondiale cités ci-dessus. J’allais oublier la Thaïlande où plusieurs installations militaires américaines sont encore pleinement opérationnelles. L’Américain moyen de l’Arkansas ou du Minnesota n’a pas ressenti d’effet de ce bouleversement de la politique monétaire américaine dans sa vie quotidienne, son billet vert est resté le même mais depuis lors tous les pays, autres que les USA, se sont retrouvés contraints d’utiliser le dollar US dans toutes leurs transactions trans-nationales. Les institutions financières américaines ont ensuite été pratiquement contraintes d’internationaliser leurs activités et je pense ici, dès la mise en place par les Etats-Unis à la fin des années 1980 des systèmes de communication adéquats, aux systèmes de cartes de crédit largement dominés par les Américains, comme par exemple VISA, MASTERCARD et AMEX, et pourquoi ? Afin que les USA puissent contrôler toutes les transactions commerciales de quelque volume que ce soit dans tous les pays et en temps réel. Les progrès de l’informatique et la mondialisation du réseau de communication ont accéléré ce processus d’emprise totale des Etats-Unis sur l’ensemble des pays du monde.

La décision de Nixon avec ses conséquences fut dissimulée par des événements conjoncturels. Dès 1965 De Gaulle avait exigé de l’or en contrepartie des dollars accumulés par la Banque de France (à cette époque la balance commerciale français était positive !). La Bank of England osa la même manœuvre en 1970, ce qui fit réagir la FED et cette décision de Nixon fut ainsi expliquée : ou bien le dollar restait adossé à l’or et les réserves d’or de la FED allaient s’évaporer rapidement ou bien la parité dollar/or de 35$/once était annulée. Mais cette décision cachait le grand dessein impérialiste américain que les financiers de la City de Londres pressentaient. Le monde se trouvait alors en pleine « guerre froide » et personne n’osa réagir. La chute du mur de Berlin, pour faire un raccourci historique, rebattit les cartes géopolitiques et au fil des années les émergences de la Chine et de la Russie et l’enlisement bureaucratique de l’Europe (voulue et souhaitée par les USA) ont fait le reste. Note. Je rappelle que les principales cartes de crédit américaines, majoritairement VISA, traitent aujourd’hui plus de 100000 transactions par seconde 24/24 heures.

Aujourd’hui, 50 ans après la décision de Nixon, deux pays et non des moindres ont choisi d’adosser leur monnaie (sur le marché international mais pas chez eux) sur l’or. Il s’agit de la Russie et de la Chine qui ont compris l’entourloupe américaine et ne cessent d’augmenter leurs réserves d’or. Pourquoi donc avoir fait ce choix puisque l’or est qualifié de « relique barbare » ? Tout simplement pour permettre au rouble et au yuan d’acquérir une certaine crédibilité sur les marchés mondiaux et dans le même temps parce que n’importe quelle personne censée sait que l’or est une valeur immuable car ce métal est rare depuis des temps immémoriaux. Le dollar a perdu 85 % de sa valeur par rapport à l’or, pour l’euro c’est presque pire encore et c’est d’ailleurs l’une des principales raisons de la quasi absence de l’euro dans les transactions internationales car les réserves de la BCE ne sont que du papier sans valeur intrinsèque. Pourquoi les Américains cherchent par tous les moyens à attaquer la Chine et la Russie sur le plan psychologique en colportant des fausses nouvelles, Navalny par ci, coronavirus par là, tout simplement parce que l’administration américaine sait que les jours du dollar sont comptés. La véritable inondation du monde entier de monnaie américaine dévaluée a ouvert la porte à toutes sortes d’excentricités boursières et permis l’édification de fortunes obscènes tout en appauvrissant les populations. Des spéculations sur les matières premières, l’énergie, les services (dont les services hospitaliers comme on a pu le constater lors de la pandémie coronavirale), et des conflits fomentés par les Etats-Unis dans des pays qui ne les concernent pas au nom de la démocratie, tout cela a contribué à ternir l’image des USA mais surtout du dollar qui est la monnaie parallèle du Pakistan au Pérou et de l’Afrique du sud à l’Egypte, affaiblissant de ce fait les économies des pays qui, naïvement, croyaient que le dollar allait être leur sauveur. Qu’on se souvienne ici de l’Argentine, bon élève de Washington, devenue un pays de seconde zone par la seule volonté de la Maison-Blanche. Très peu de pays ont osé se rebeller contre les Etats-Unis mais la France est une exception avec De Gaulle qui osa mettre tous les GIs dehors et rompre avec l’OTAN puis de Villepin qui vota au nom de la France contre l’intervention américaine en Irak. La France a d’ailleurs payé très cher cette intervention mais détailler cet épisode m’entrainerait trop loin.

La carte économique du monde se redessine mais qu’en est-il dans ce nouveau paysage du Japon, toujours considéré comme la troisième économie mondiale ? Par de nombreux aspects le Japon reste toujours un Etat vassal des Etats-Unis. Priée par l’administration américaine de souscrire aux emprunts américains, la BoJ est censée rétrocéder ses dollars contre des T-bonds auprès de la FED, et de ce fait le Japon est l’un des premiers créanciers des USA avec paradoxalement la Chine qui croule également sous les dollars et les T-bonds. Le Japon accueille sur son territoire une quinzaine d’installations militaires américaines et ce pays est également contraint pour des raisons qui m’échappent toujours d’acheter des denrées alimentaires américaines que les Japonais ne consomment pas comme par exemple du riz. Dire que le Japon est une démocratie, c’est exact, mais c’est aussi un pays qui ne peut pas faire ce qu’il veut car les Américains veillent. Par exemple le Japon a été contraint d’acheter des thérapies géniques américaines pour combattre le SARS-CoV-2 avec interdiction d’acheter le vaccin chinois qui, lui, est un vrai vaccin au sens traditionnel du terme, conséquence 900 morts depuis le début de la campagne toute récente de vaccination. Mais pour ce qui concerne les investissements à l’étranger du Japon compte tenu de sa balance commerciale pléthoriquement excédentaire les Etats-Unis n’exercent pas trop leur droit de regard sauf s’il s’agit de pays ennemis des Etats-Unis.

Après 50 ans combien de temps encore l’hégémonie du dollar et les lois extraterritoriales américaines qui y sont liées, un sommet de la mauvaise foi et des manigances américaines dignes des plus grand criminels des années 1930 à Chicago, pourront-elles perdurer ? Pas très longtemps selon mon humble avis. Et ceci pour de multiples raisons mais je me contenterai de faire mention ici de seulement les deux principales arnaques créées par la FED suivie ensuite par diverses banques centrales depuis la crise de 2008. Cette crise révéla, à la faveur de l’argent facile créé par les banques centrales, la mystification des organismes bancaires créant des produits financiers artificiels pour réaliser le maximum de profits mais l’édifice s’est effondré et le problème central de cette crise financière n’a jamais été résolu alors qu’il était issu des banques américaines et tous les pays de l’OCDE ont payé pour les exactions des banques américaines. La deuxième raison est l’apparition des taux d’intérêts négatifs qui défient la logique la plus élémentaire, une situation jamais vécue dans l’histoire de l’humanité depuis que la notion de monnaie existe. Il n’y a pas de doute ce système ne pourra pas survivre à une nouvelle crise inévitable.

Quelle sera l’allumette qui enflammera et réduira en cendres le système financier mondial piloté par Wall Street ? Une crise financière mondiale infiniment plus profonde que celles de 2008 ou encore des dot.com et y compris de 1929. Le dollar ne survivra pas à une telle crise. On ne connait pas qui ou quoi mettra le feu à cette allumette, peut-être un non-évènement demain matin ou dans un mois, mais certainement au cours des douze prochains mois. Les temps vont donc être difficiles mais le seul espoir sera de balayer l’hégémonie du dollar et de dire merci à Nixon qui aura finalement favorisé la mort de l’impérialisme monétaire américain et de l’impérialisme américain tout court.

Si on relit l’histoire, celle qui n’a pas été réécrite par les politiciens, les deux dernières guerres mondiales ont eu pour origine des problèmes monétaires. La première guerre mondiale vit son origine dans la suppression de la parité franc français/or, si je me souviens bien, et la deuxième guerre mondiale, du moins en Europe, eut pour origine le traité de Versailles qui provoqua une hyper-inflation en Allemagne et la montée du nazisme. Alors aujourd’hui si cette crise financière aboutit à une guerre, celle-ci conduira inévitablement à une disparition de toute vie sur la Terre, les trois principaux protagonistes de cette future crise, les Etats-Unis, la Russie et la Chine étant des puissances nucléaires. En pensant protéger les réserves d’or des Etats-Unis vous avez aussi préparé la ruine du système dollar, Merci Monsieur Nixon …

Depuis 75 ans le dilemme américain c’est le dollar

Capture d’écran 2019-07-25 à 16.24.00.png

En lisant une interview de Paul Craig Roberts, à l’occasion du 75e anniversaire de la signature des accords de Bretton Woods, et qui fut l’un des principaux conseillers économiques de Donald Reagan, j’ai compris quel était le problème des Etats-Unis d’Amérique, un problème sans solution dans lequel tous les pays occidentaux sont plongés. Ce problème est le maintien de la puissance impériale américaine. Cette puissance est, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, basée sur deux pivots, le dollar et l’OTAN. L’OTAN qui n’a plus lieu d’être en théorie ne sert qu’à asservir l’Europe mais le dollar est le principal fondement de la suprématie américaine sur le monde entier.

Le billet vert fut, après la deuxième guerre mondiale, institué comme la monnaie de référence – et de réserve pour les banques – dans toutes les transactions commerciales. La demande en dollars n’a donc jamais cessé d’augmenter et pourtant il était adossé à l’or, mais la disponibilité en or physique est par essence limitée. En 1971 Richard Nixon, d’un trait de plume, rompit le contrat tacite de Bretton Woods qui liait le dollar à l’or et avait conféré au billet vert le statut de monnaie de référence mondiale. Depuis lors les pays ont accumulé des dollars en commerçant avec les USA et en commerçant entre eux en libellant leurs transactions en dollars. Naturellement, et n’importe quel économiste avisé aurait pu le prédire, le dollar perdit donc sa valeur de 35 dollars l’once (avant 1971) pour ne devoir aujourd’hui qu’environ 1400 dollars pour une once. Ce n’est pas l’or qui s’est renchéri mais le dollar qui s’est dévalué.

Ce qui a maintenu le statut de référence du dollar dans le monde est que la plupart des pays occidentaux ont cru bon de « coller » leur monnaie au dollar après sa déconnexion avec l’or. Ces pays ont donc également choisi la perte de valeur de leur monnaie, c’est paradoxal mais pourtant vrai !

La majorité des principales monnaies dans le monde, livre sterling, yen, euro, et dans une certaine mesure le yuan, sont maintenues par les banques centrales dans un étroit intervalle de change avec le dollar. Ceci évite d’exposer les économies de ces pays à ce que l’on pourrait appeler des risques de change dans les transactions commerciales. Après la crise des sub-primes américaine de 2008, une crise domestique exportée par les banques américaines qui ont inondé les marchés de titres sans valeur mais supposés à haut rendement dans le but de maintenir la dépendance des autres pays au dollar, la réserve fédérale américaine n’a pas eu d’autre choix que de renflouer ses propres banques en créant de la monnaie à partir de rien. La conséquence perverse de cet état de fait a conduit les banques centrales des autres pays, Europe, Grande-Bretagne et Japon, à également créer de la monnaie « papier », ne mâchons pas les mots, pour aider leurs banques à se refinancer puisqu’elles avaient toutes été piégées par l’escroquerie américaine des sub-primes.

En d’autres termes les USA ont exporté leur fraude dans l’ensemble des pays occidentaux et ont fait payer à ces derniers un lourd tribut, tout simplement parce que le dollar est resté la monnaie de référence internationale. Pour les grands argentiers américains le problème de l’or n’avait pas perdu de son actualité depuis 1971 et c’est toujours le cas aujourd’hui. Il ne faut surtout pas que la valeur de l’or, libellée en dollars, ne monte trop haut. Comme la disponibilité en métal jaune est limitée, la réserve fédérale américaine a autorisé les transactions sur l’or non plus physique, mais papier, une autre escroquerie organisée par l’administration américaine à l’échelle mondiale, escroquerie pire encore que celle des sub-primes. Il s’agit du marché des « futures » sur l’or, le Comex Gold Futures, qui autorise les acteurs de ce marché à vendre jusqu’à 60 fois une once d’or. Dès lors le prix de l’or, théorique naturellement, reste relativement stable alors qu’en réalité, avec ce système frauduleux il aurait du atteindre si la loi basique de l’offre et de la demande n’était pas détournée une valeur d’environ 85500 dollars pour une once ! Faites vous-même le calcul 1425 x 60 = l’escroquerie américaine.

Pourquoi est-ce une escroquerie organisée par la FED et naturellement par l’administration américaine ? Tout simplement parce que les « futures » sur l’or, contrairement au marché des actions ou des obligations ne doit pas nécessairement être adossé sur une contre-partie physique : les positions « short » sur l’or n’exigent pas que la transaction soit « physique », l’administration américaine a réalisé là la plus incroyable escroquerie de tous les temps, la dématérialisation de l’or. L’or est devenu du papier au même titre que le dollar, l’euro ou encore le yen, sans valeur aucune, du moins aux yeux des Américains. Par voie de conséquence toutes les monnaies occidentales sont profondément surévaluées artificiellement par rapport à l’or. La conséquence est naturellement une perte du pouvoir d’achat tant du dollar sur son marché domestique qu’également au niveau international, chute qui entraine aussi toutes les autres monnaies liées au billet vert. Cette situation semblerait être paradoxale pour l’homme de la rue puisqu’il n’a pas encore ressenti les effets pervers de l’inflation, conséquence normale d’une perte de valeur de la monnaie. Que ce dernier se détrompe car il ne voit que le bout de son doigt quand son banquier lui montre la lune, c’est-à-dire, revenons sur Terre, le prix de son chariot de courses au supermarché. Ce prix est aussi manipulé au détriment de la qualité des produits proposés à la vente, mais le consommateur ne s’en rend pas encore compte. Cette qualité suit la dégradation de celle de la monnaie !

Un autre facteur de fragilisation de la suprématie du dollar réside dans la mise en oeuvre de l’extraterritorialité de la loi américaine s’appliquant à l’usage qui est fait du dollar hors du territoire américain. Toute entreprise non américaine côtée à la bourse de New-York, toute entreprise non américaine utilisant le système SWIFT de paiement en dollar US est tenue de se conformer à la législation américaine. Il s’agit d’un corollaire à la domination du dollar comme monnaie d’échange mondiale. Si les USA ont utilisé cet outil terrifiant pour faire respecter leurs prises de position politique à l’égard de certains pays il bafoue tous les traités internationaux. Cette attitude peut être comparée à de la piraterie : au XVIIIe siècle les pirates rançonnaient les navires marchands pour renflouer le Trésor britannique …

Cette extraterritorialité des lois américaines est le signe évident d’une fin de règne du dollar qui va s’accélérer dans les prochaines années avec la « dédollarisation » des économies de nombreux pays, à commencer par la Chine et la Russie. Le fait que ces pays, suivis – et c’est significatif – par l’Inde, le Qatar ou encore la Turquie, mettent en place des mécanismes de swap entre leurs monnaies nationales, va inexorablement affaiblir le dollar, d’autant plus rapidement que ces mêmes pays achètent tout l’or disponible sur les marchés afin d’adosser leurs transactions sur le métal jaune. Dès lors la suprématie du dollar s’effondrera et l’or, cette monnaie « primitive », retrouvera son statut d’étalon international.

Comme l’a déclaré récemment le Ministre des finances français Bruno Le Maire : « L’organisation de Bretton Woods telle qu’on la connait a atteint ses limites. À moins d’être capables de réinventer un nouveau Bretton Woods, les Nouvelles Routes de la Soie pourraient devenir le nouvel ordre mondial. Alors les standards de gouvernance chinois, les aides de l’Etat, l’accès aux contrats gouvernementaux, la gestion de la propriété intellectuelle … pourraient devenir les nouvelles règles globales« .

Il faut ajouter pour conclure ce billet que le vice-ministre des affaires étrangères de Russie Sergeï Ryabkov a enjoint il y a quelques jours les pays « non-alignés » à adhérer à l’initiative INSTEX, pleinement opérationnelle depuis quelques jours seulement. L’INSTEX est une chambre de compensation, alternative au SWIFT, initialement créée pour faciliter les échanges commerciaux entre l’Europe et l’Iran, pays étranglé par les sanctions américaines unilatéralement décidées par la Maison-Blanche. Cet organisme siège à Paris et ses trois actionnaires créateurs, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, sont en théorie ouverts à l’adhésion d’autres pays. Si Monsieur Ryabkov a fait cette déclaration, cela veut signifier que Moscou est prêt à collaborer avec les autres pays signataires du traité de contrôle des activités nucléaires de l’Iran et le mécanisme INSTEX pourrait être la porte ouverte à une dédollarisation accélérée de l’économie mondiale. Il reste à espérer que le Président français et le nouveau locataire du 10 Downing Street oeuvreront dans ce sens mais ce n’est pas tout à fait acquis.

Le projet hégémonique des Nations-Unies, donc des USA

En mai 2000, Kofi Annan, secrétaire général des Nations-Unies déclarait : « Depuis la mise en place de l’ONU, plus de 500 conventions multilatérales ont été conclues et prises dans leur ensemble celles-ci forment une assise légale pour l’établissement d’un monde meilleur ». Il existe une multitude de « filiales » de l’ONU qui ont toutes pour but d’émettre des recommandations de bonne gouvernance comme par exemple le Bureau International du travail, l’OMS (organisation mondiale de la santé), la FAO (food and agriculture organization), ou encore l’IPCC en ce qui concerne le climat. Cette « filiale » particulière de l’ONU est par définition un organisme politique puisqu’il regroupe des représentants des gouvernements de tous les membres de l’ONU. Et pour une bonne acceptation de ses décisions cet organisme, tel un travesti, a revêtu les apparences – uniquement les apparences – de la science.

Capture d’écran 2019-02-05 à 13.58.56.png

Les officiels de l’ONU ont donc délibérément décidé, dans le cas du climat, d’utiliser la science, une aubaine créée de toutes pièces, pour faire progresser leur agenda qui est, soyons clairvoyants, tout sauf défenseur de la liberté. Le monde moderne a besoin d’énergie pour fonctionner, beaucoup d’énergie. Toute action tentant de réduire, restreindre ou limiter notre consommation d’énergie réduit, limite et restreint d’autant nos choix quotidiens qui sont où et comment vivre, travailler, étudier, voyager. En tant que personne résidant dans un pays libre au XXIe siècle, je ne suis pas prêt à accepter que les Nations-Unies me dictent comment vivre, me loger, me nourrir et travailler. Les Nations-Unies n’ont aucune autorité sur ma propre personne.

Il faudra travailler durement pour changer cette attitude des Nations-Unies. Par exemple au mois de décembre dernier les Accords de Marrakech sur les migrations globales ont été clairement mis en place pour reconnaître que les migrants avaient plus d’importance que les libertés fondamentales des personnes citoyennes de leur pays. Voilà ce que désire l’ONU dans le monde selon elle. Et l’ONU a tout fait pour que les médias politiquement corrects couvrent l’évènement dans un sens favorable au risque de perdre leur liberté d’expression. Et c’est ainsi que ces médias occultent par tous les moyens le combat entre les individus qui croient encore à la démocratie et ceux qui approuvent et encouragent la gouvernance mondiale. La gouvernance mondiale se met en place progressivement à la faveur d’un réseau de plus en plus dense de recommandations onusiennes qui empiètent sur nos libertés.

Ces conventions multilatérales dont parlait Kofi Annan ont pour seul but d’imposer des normes onusiennes dans tous les pays au mépris des décisions et des jugements des citoyens et de leurs représentants démocratiquement élus.

https://youtu.be/j459Rlp6k3Q

Nos traditions, nos lois et nos constitutions seront tout simplement mises au panier et accords après accords le « cadre juridique global » que mentionnait Annan sera mis en place et amenuisera lentement nos libertés. Annan était convaincu que « le monde meilleur » auquel il faisait allusion serait bénéfique à l’humanité. Il le serait effectivement si nous tous préférons être traités comme des enfants plutôt que des adultes en charge de notre propre destinée, en d’autres termes si nous acceptons que les officiels de l’ONU sont moralement et intellectuellement nos supérieurs. C’est sous l’impulsion de l’ONU que les juridictions transnationales ont établi des décisions légales qui rendent progressivement les juridictions nationales inopérantes. C’est pour cette raison que l’ONU fait pression sur les juges et dans le contexte de l’affaire du climat c’est exactement ce qui se passe. Si nous prenons conscience du danger que représente la gouvernance mondiale il faudra alors retirer notre pays de la plupart des accords et directives que l’ONU a mis en place depuis sa création. L’ONU n’est plus un organisme de maintien de la paix mais un organisme totalitaire.

Source : adapté d’un billet de Donna Laframboise

Commentaire. Les institutions de Bruxelles qui pilotent l’évolution de l’Union Européenne ont adopté l’agenda de l’ONU à l’échelle de l’Europe et c’est petit à petit, sans possibilité de retour en arrière, que la Commission européenne, constituée de personnalités non élues comme les représentants des pays aux Nations-Unies et encore moins les membres du Conseil de sécurité, institue un état supra-national en Europe. Comme personne ne l’ignore l’Union européenne est le vassal des USA au niveau de la défense avec l’OTAN, au niveau de la monnaie avec le dollar qui constitue encore 60 % des échanges commerciaux entre la zone euro et les pays hors zone euro, cette devise restant d’ailleurs au troisième rang mondial après le dollar et le yuan alors que l’Union européenne, prise dans son ensemble, est la première puissance économique dans le monde. On ne peut que constater que les USA ont délibérément freiné l’ascension de l’euro sur le plan des échanges commerciaux mondiaux, bien entendu dans son propre intérêt renforcé par l’extra-territorialité de ses lois.

L’Europe constitue pour l’ONU une sorte de laboratoire, le modèle à l’échelle européenne du processus de main-mise d’une administration supra-nationale – ce qu’est de facto la Commission de Bruxelles – pour poursuivre la gouvernance mondiale téléguidée par Washington tout en soutenant les dissensions entre les Etats européens afin d’éviter une montée en puissance économique et monétaire de l’Union pour préserver, cela va de soi, la suprématie du dollar. Ce n’est pas un hasard si le FMI, la Banque Mondiale et l’ONU se trouvent sur le territoire américain et sont sous le contrôle de Washington, quoiqu’on en dise béatement. Ce n’est pas un hasard non plus si les USA contrôlent le système GPS, internet et le système Swift de paiement international, et enfin ce n’est pas un hasard si les USA ont les moyens techniques largement utilisés pour espionner n’importe qui, n’importe où dans le monde car le contrôle du WEB est entre les mains de la NSA avec la complaisance assumée de Google, Facebook et des autres firmes américaines impliquées dans les technologies de l’information. Toutes les parlottes des politiciens européens me paraissent n’être que du théâtre de mauvaise qualité. Au sein de l’Union européenne il est regrettable de constater que la France, avec son Président adoubé par le Club de Bilderberg, le World Economic Forum (Davos) et les grandes banques supranationales dont la banque Rothschild est à l’avant-garde de cette mise en place d’un état totalitaire à l’échelle nationale qui préfigure ce nouvel ordre mondiale car on ne peut que constater que le « pays des droits de l’homme » a renié depuis bien longtemps ses principes de gouvernance au profit du pouvoir financier. Il reste sur le plan mondial que la Chine, d’ailleurs de concert avec la Russie et quelques autres entités nationales, restera un pays opposé à ce projet même s’il doit leur en coûter une guerre contre les USA.

La situation économique mondiale est en pleine mutation

Les gesticulations de Donald Trump au sujet du fameux mur à 5 milliards de dollars pour prévenir l’immigration « latino » n’est qu’un enfumage qui dissimule un malaise beaucoup plus profond des USA, de son intelligentsia aussi appelée le « marigot », et d’une grande partie de la corporation de juristes et autres avocats d’affaires de Manhatan ou de Washington sans oublier l’ultra-puissant complexe militaro-industriel. Trump, l’homme d’affaires aux 1000 procès se moque de tout cela. Il est pragmatique car pour lui il s’agit avant tout du redécoupage géo-économique qui se recentre sur l’Asie sous l’impulsion de la Chine consistant à dédollariser l’économie de cette région. Alors que le Forum de Davos va sévir la semaine prochaine, il n’y aura que très peu d’observateurs chinois ou russes, paut-être aucun (je ne suis pas introduit dans ce milieu mafieux) mais il sera question à part le climat de cette emprise du yuan sur l’économie de l’Asie et le rapprochement entre la Russie et la Chine.

Trump a dit qu’il n’irait pas à Davos non plus ! Et pour cause, il n’a rien à y faire puisqu’il fait désormais cavalier seul sur la scène économique internationale, sa seule préoccupation étant cet abandon du dollar par la Russie, la Chine et bientôt l’Inde, l’Indonésie, le Pakistan et d’autres pays qui suivront inéluctablement comme le Vietnam et peut-être bien le Japon qui a déjà mis en place il y a plus de 3 ans des accords de swap yen-yuan pour « huiler » les échanges commerciaux sino-nippons. C’est la seule raison justifiant ce que les médias appellent la guerre économique entre la Chine et les USA mise en place par Donald Trump, c’est le dernier sursaut impérialiste américain. Il n’y en a pas d’autre et la partie est perdue d’avance au profit de la Chine.

Pour les initiés internationaux, l’affaiblissement du rôle du dollar au niveau mondial signifie que l’une des armes américaines de domination du monde est également affaiblie et c’est pour eux très fâcheux !

Ce que Trump a réussi à faire en deux ans est le rapprochement entre la Russie et la Chine. Le centre économique mondial s’est déplacé et les bourses de Shangaï, Shenzen et Hong-Kong vont dominer le marché financier de la région qui sera en peu de mois totalement dédollarisé. Certes cette période de transition va conduire à un ralentissement économique – il faudra s’adapter à la nouvelle situation – mais il sera passager et la croissance resurgira alors mais certainement pas en Amérique du Nord et encore moins en Europe. Les USA, selon le souhait de Donald Trump, se replieront encore plus sur eux-mêmes et continueront à vivre péniblement malgré le malaise social grandissant. La puissance économique devenue zombie qu’est l’Europe sera celle qui subira de plein fouet cette nouvelle donne géo-économique, prisonnière de l’euro et de la Commission de Bruxelles qui décidément est incapable de détecter le bouleversement qui se met en place.

Ce n’était qu’une brève réflexion qui n’engage que moi-même …

Les sanctions économiques contre l’Iran pourraient affaiblir le dollar.

Capture d’écran 2018-09-21 à 21.36.19.png

Article de Nick Cunningham paru sur le site Oilprice.com

Entre parenthèses et en italique figurent des notes ajoutées par votre serviteur.

Les douloureuses sanctions infligées à l’Iran constituent à l’évidence la démonstration du but final du Trésor américain : mettre à genoux les autres Etats du monde en suivant la ligne de la politique américaine de ne plus importer de pétrole depuis l’Iran en dépit d’une désapprobation largement répandue. Nous n’en sommes qu’au début du premier chapitre d’une longue histoire qui pourrait aboutir à la fin de la suprématie du dollar US. Le rôle international prépondérant du billet vert dans le système financier international est la seule raison permettant aux USA d’empêcher la plupart des pays du monde d’acheter du pétrole à l’Iran. Le marché international du pétrole s’effectue en dollars ainsi que beaucoup d’autres marchés internationaux. Plus de 88 % des échanges internationaux sont libellés en dollars !

De plus la plupart des grandes multinationales ont inévitablement des liens avec l’économie américaine et ainsi, en face du choix de commercer avec l’Iran ou de se voir coupées du système financier américain et du marché américain, le choix est évident. Ceci signifie que même si les gouvernements des pays européens, par exemple, choisissaient d’opter pour une politique d’importation du pétrole iranien, la domination américaine sur le système financier international leur laisserait en réalité peu de latitude pour en faire ainsi. Les politiciens européens ont tenté de trouver un moyen de maintenir des relations commerciales avec l’Iran dans le cadre des accords sur la question nucléaire de 2015 que l’Iran respecte toujours (selon les inspections inopinées de l’Agence internationale de l’énergie atomique) mais cela ne vaut pas du tout dire que les raffineurs européens qui sont des entreprises privées courront le risque d’être sanctionnés par les USA en continuant à importer du pétrole d’Iran. Dans les faits ils ont déjà drastiquement diminué depuis plus d’un mois leurs importations.

Il semble que la suprématie du dollar est incontournable.

Mais ce n’est pas encore la fin de l’histoire. Pour différentes raisons l’administration Trump est en train de menacer le dollar même si cela ne paraît pas encore évident. Après tout le dollar s’est renchéri par rapport à bien d’autres devises ces derniers mois (essentiellement par rapport aux devises nationales de pays émergents, depuis l’Argentine à la Malaisie en passant par la Turquie et l’Afrique du Sud ou encore l’Algérie et la Tunisie, une bonne vingtaine de pays), la croissance du produit intérieur brut américain a été supérieure à celle de bien d’autres pays (selon les statistiques US officielles à considérer avec précaution) et nombre de pays et d’organisations se sont ralliés aux décisions de sanctions américaines notoirement dirigées à l’encontre de la Russie, du Vénézuela et de l’Iran. Pourtant la politique extérieure « America First » avec sa guerre commerciale et ses tarifs douaniers arbitraires, les tensions trans-atlantiques et d’autres rivalités géopolitiques sont des facteurs qui pourraient bien déchoir le dollar de son perchoir dominateur.

Selon certains analystes c’est pourtant l’usage généralisé de sanctions qui apparait comme étant le facteur le plus dommageable finalement à la suprématie mondiale du dollar. Et c’est justement et en particulier le cas en ce qui concerne l’Iran. Dans le cas de l’Iran les Etats-Unis portent un préjudice à ces sanctions en tant qu’argument de politique intérieure américaine comme l’a écrit Kelsey Davenport, un analyste de l’association du contrôle des armes, dans les lignes du Washington Post au mois d’août dernier : « les USA ont placé trop d’Etats entre l’enclume et le marteau ».

Le Président de la Commission européenne Jean-Claude Junker a déclaré il y a quelques jours que le statu de l’euro devrait être élevé au statut de monnaie de réserve (au niveau mondial) pour casser la suprématie du dollar sur l’Europe. Junker a insisté sur le fait que l’Europe paie 80 % de ses importations de produits pétroliers en dollars alors qu’elle n’importe même pas 2 % de ses besoins en ces produits depuis les USA :  » il n’y a aucune logique à ce que l’Europe paie ses importations de produits pétroliers en dollars et non pas en euros » a dit un diplomate reprenant les propos de Junker. En effet la plupart des importations européennes énergétiques proviennent de Russie et du Moyen-Orient. Il semble évident du point de vue du système financier international sous influence des Américains que n’importe quel raffineur européen qui veut importer du pétrole d’Iran, d’Irak ou de Russie doit payer ces importations en dollars et doit dès lors se plier aux exigences de Washington même si aucune entité financière américaine est impliquée dans ces transactions commerciales.

Naturellement tant que les intérêts européens étaient alignés sur ceux de Washington cet arrangement fonctionnait parfaitement. Mais les intérêts au sujet du financement de l’OTAN, par exemple, ou la décision américaine de se retirer des accords sur le climat de Paris mais surtout de se retirer également des accords sur le nucléaire iranien, ces intérêts divergent à l’évidence. Dans ces conditions les exigences de l’administration Trump de réduire à zéro les importations européennes de pétrole depuis l’Iran est la goutte qui a fait déborder le vase. Certains diplomates à Bruxelles prônent tout simplement une désolidarisation de l’Europe vis-à-vis des accords commerciaux avec les USA toujours en cours de négociation.

L’incapacité totale des Européens de contrer les décisions américaines et la domination du dollar a conduit certains d’entre eux à imaginer des solutions alternatives. Certains ont proposé la mise en place d’un système de paiement alternatif au système international (contrôlé par les USA), d’autres ont suggéré de payer le pétrole iranien en euros. Au mois d’août la Commission européenne a même décidé d’une aide financière de 18 millions d’euros à l’Iran. Plus récemment la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne travaillent sur la mise en place d’un véhicule financier spécial pour aider l’Iran à contourner les sanctions américaines et permettre à ce pays de continuer à exporter son pétrole vers l’Europe. Selon le quotidien allemand Der Spiegel ce « véhicule » court-circuiterait les moyens de paiement traditionnels contrôlés par les les USA.

Pour beaucoup de raisons un tel système ne verra probablement jamais le jour ou aura un impact très limité. Il faudra par exemple que les compagnies privées acceptent d’adhérer à ce système et il y a pour l’instant très peu d’évidence que les raffineurs européens soient tentés de prendre un tel risque. Par ailleurs tenter d’élever le statut de l’euro pour le rendre égal à celui du dollar est une entreprise qui se compte en années. Malgré tout, les efforts croissants pour donner à l’euro plus d’importance dans les transactions internationales et pas seulement pour le pétrole ainsi que beaucoup d’autres initiatives pour affaiblir l’influence de Washington sur la finance internationale pourraient bien un de ces jours miner la domination mondiale du billet vert. Et pendant ce temps-là, plus tôt cette année et pour des raisons qui lui sont propres, la Chine a ouvert un marché des contrats à terme sur le pétrole libellés en yuans à la bourse de Shanghaï. Cette initiative a pour but de renforcer le rôle du yuan mais aussi de réduire les risques de parité monétaire et d’une manière plus globale de renforcer le rôle de la Chine dans les échanges commerciaux internationaux aux dépens du dollar.

La toute-puissance du dollar est toujours d’actualité mais l’usage de sanctions agressives par l’administration Trump bien illustrées par tolérance zéro vis-à-vis de l’Iran pourrait bien miner cette toute-puissance à terme si de plus en plus de pays commencent à chercher des alternatives.