Le sombre tableau de l’économie française vu par un profane (que je suis).

N’étant pas économiste je sais tout de même faire des additions, des soustractions et des règles de trois, ce qu’apparemment les hauts fonctionnaires français ne savent pas ou n’ont jamais été capables de faire. En 2019 l’Agence France Trésor, qui est en charge d’émettre des obligations d’Etat françaises sur les marchés pour rembourser les obligations arrivées à maturité et également pour payer les intérêts des obligations en cours, aura besoin de collecter 236,6 milliards d’euros pour en quelque sorte financer le train de vie de l’Etat à hauteur de 106,4 milliards, le montant brut du déficit budgétaire de la France. Tous les chiffres avancés par le gouvernement français sont faux puisque ce déficit budgétaire français atteint en réalité 4,5 % du PIB. Le service de la dette, qui a atteint à la fin de l’année passée 2322,3 milliards d’euros (voir notes), coûte 41,9 milliards d’intérêts, donc à un taux moyen de 1,8 %. Il reste alors 106,4 – 41,9 = 64,5 milliards d’euros pour soutenir l’économie française. En considérant que la dette a atteint 100 % du PIB fin 2018 ces 64,5 milliards représentent 2,77 % du PIB mais comme je le mentionnais ci-dessus ce chiffre est faux.

Les prévisions de l’Agence France Trésor ont été réalisées en tablant sur une croissance de 2,3 % or ces prévisions de croissance de l’économie française viennent d’être revues à la baisse à 1,5 % au lieu des 2,3 % prévus. En conséquence la France est déjà entrée en récession à moins qu’elle n’emprunte sur les marchés un supplément d’au moins 20 milliards d’euros pour atteindre cette modeste croissance de 1,5 % puisque les recettes fiscales seront impactées d’une baisse de 0,8 %. Un élève de sixième est capable de faire ce calcul mais apparemment le Ministre de l’économie en est incapable. Il faut donc s’attendre à une augmentation globale des impôts égale au montant du « manque à gagner » de l’Etat en raison de cette baisse de la croissance.

Mais qui dit impôts supplémentaires dit baisse du pouvoir d’achat des ménages, donc baisse de la TVA, la principale source de revenus de l’Etat. Le gouvernement français se trouve ainsi dans une impasse économique et fiscale totale mais il ne voudra jamais l’admettre. En raison de la situation sociale actuelle de la France il n’est pas du tout acquis que les investisseurs se précipiteront pour acheter de la dette française : 236 milliards ou pire 256 milliards c’est beaucoup ! Il ne reste donc plus d’autre choix au patron de Bercy (ministère des finances français) que de proposer des intérêts substantiellement supérieurs aux 1,8 % mentionnés ci-dessus. Conclusion il ne restera plus d’autre choix à la France, deuxième économie européenne, que de faire défaut sur une partie de sa dette au cas où l’Agence France Trésor ne puisse pas atteindre ses objectifs. L’année 2019 débute donc très sombrement pour la France car la récession va s’accélérer inévitablement entrainant une dégradation du climat social également inévitable.

Notes. Les données présentées ici (hors mes calculs personnels) ont été trouvées sur le site La Chronique Agora. À cette dette maintenant supérieure au PIB il faudrait en toute logique ajouter les « hors-bilan », invention comptable scélérate d’Alain Juppé, qui comprend les dettes de toutes les communautés territoriales, des hôpitaux, des entreprises d’Etat (EDF, SNCF, RATP, etc), ainsi que des dettes des caisses de retraite des agents de l’Etat. Quand François Fillon a osé déclarer que la France était en faillite il a aussitôt été mis à mort par les médias qui soutenaient le candidat Macron … Il y a donc bien quelques chose de monstrueux à cacher aux Français : la dette globale de la Nation France dépasse largement 4 fois son PIB !

Ce qui ressort de ces quelques lignes est que l’Etat français s’endette pour soutenir la croissance française. C’est encore une fois un calcul stupide de la part de ces inspecteurs des finances et énarques pour la plupart puisque pour atteindre 1,8 % de croissance la France emprunte en euros l’équivalent de 3,64 % du PIB, ((64,5 + 20)/2322) x 100 en d’autres termes la France emprunte 2 euros pour 1 euro de croissance du PIB et je reconnais que mon calcul est optimiste. Le Ministre de l’économie est-il capable de faire un tel calcul ? On peut en douter. N’importe quelle entreprise ayant choisi cette stratégie ferait faillite dans les 6 mois.

Pour les obsédés de la dette japonaise comme certains analystes économiques français le sont, il faut rappeler ici mais je ne nommerai personne, que les « hors-bilan » à la Juppé n’existent pas au Japon. La dette japonaise est détenue par les Japonais à hauteur de 95 % environ (banques, institutions financières, fonds de pension,etc … résidents) et elle vient d’être de facto effacée par la fusion entre la BoJ et le Trésor japonais. La grosse différence entre le Japon et la France mais aussi bien d’autres pays de la zone euro est que le Japon « bat sa monnaie » alors que les pays européens sont prisonniers de l’euro. Donc c’est leur mort économique assurée, que ce soit l’Italie, l’Espagne, le Portugal ou même à la limite l’Allemagne compte tenu de la santé défaillante de ses principales banques privées … Et la chute de la maison France ne saurait tarder.