France : Le retour de Louis XVI

Capture d’écran 2018-12-31 à 15.36.23.png

Traduction d’un billet du journaliste Martin Sieff paru sur le site strategic-culture.org le 29 décembre 2018. Bonne lecture pour bien commencer l’année : il ne faut jamais oublier l’histoire passée. En caractères italiques en français dans le texte original.

Le Retour de Louis XVI : Emmanuel Macron, Roi de l’Ancien Régime

Il est facile de confondre le jeune et ridicule Président français Emmanuel Macron au Roi de France Louis XVI, libéral et adepte du marché libéral. Les extraordinaires prétentions de Macron à la dignité et à être un roi, loin de l’élever, lui ont ôté toute la crédibilité que les médias traditionnels, serviles, stupides et corrompus tant de l’Europe que des Etats-Unis ont voulu lui attribuer. Loin d’amener la Cinquième République à de nouveaux sommets et réalisations il est déjà tout à fait clair que Le Jeune Macron est en train de la détruire. Le contraste avec le fondateur de cette Cinquième République, le grand et vraiment régalien Charles de Gaulle ne pouvait pas être plus marqué.

Du haut de ses 1,96 mètres De Gaulle dominait son pays de plusieurs manières. Deux fois il fut littéralement le sauveur de la France, d’abord en tant que chef de la résistance française libre contre les Nazis et Président de la France de 1944 à 1946. Puis de retour au pouvoir en 1958 De Gaulle sauva son pays de la désintégration et de la guerre civile. Il mit fin au long et sanglant conflit algérien, il survécut à au moins 6 tentatives d’assassinat et a fait de son pays le plus puissant et le plus prospère d’Europe Occidentale. Il a également défié les USA à plusieurs reprises en critiquant la guerre du Vietnam et établi une relation durable d’amitié et de compréhension mutuelle avec l’Union Soviétique.

Physiquement Macron n’est pas petit de par sa taille de 1,78 mètres mais il agit petitement. Un an seulement après son entrée en fonction il est devenu irréfutable que je jeune Macron se moque de toutes les grandes réalisations de De Gaulle, Le Vieux, y compris la Ve République elle-même. Le jeune Macron, ridiculement, a infligé de nouvelles difficultés ruineuses au peuple français qui a déjà trop longtemps souffert pour satisfaire ses maîtres financiers mondiaux. Il a loyalement prouvé qu’il est le toutou de Washington dans ses décisions mesquines et destructrices d’imposer encore plus de sanctions économiques à la Russie. Loin de soustraire la France à des guerres ruineuses et inutiles dans le monde arabe ou musulman comme Le Grand Charles l’a fait en Algérie, Macron continue de soutenir et de promouvoir avec enthousiasme les interventions désastreuses de l’Occident en Syrie et en Libye.

Le vrai parallèle avec Macron ce n’est pas De Gaulle qui a restauré la richesse, la stabilité, la dignité et la fierté de la France mais Louis XVI, le dernier roi du régime monarchiste mais aussi personnage très internationaliste et libéral. Comme Macron Louis le seizième était un jeune technocrate enthousiaste, arrogant et idiot. Comme Macron il était un révolutionnaire internationaliste et un adepte du libre-échange. Il a soutenu les colonies américaines dans leur révolution réussie contre l’Empire britannique. Comme pour Macron et ses prédécesseurs Sarkozy et Hollande, Louis XVI n’a jamais compris que soutenir des mouvements révolutionnaires à des milliers de kilomètres de son pays pourrait revenir le hanter chez lui. C’est pourtant exactement ce qui est arrivé.

L’effondrement de sociétés ordonnées en Syrie et en Libye a entraîné l’afflux de millions d’immigrants en France et dans d’autres pays européens avec des conséquences sociales désastreuses. Louis XVI a aussi été victime de ce retour de flamme. Le révolutionnaire américain Benjamin Franklin a créé en France des sociétés clandestines qui en moins de dix ans ont renversé le royaume le plus puissant d’Europe. Loin d’être le réactionnaire qui a été qualifié ainsi pendant plus de 200 ans, le Roi Louis faisait partie du club des libéraux et des technocrates à la mode à son époque. Il vénérait en particulier Adam Smith, un économiste britannique partisan du libre échange dont le livre « The Wealth of Nations » (La Richesse des Nations) fut publié en 1776, la même année que celle de la révolution américaine. Dix ans plus tard Louis XVI signa alors le traité de libre-échange d’Eden (1786) avec la Grande-Bretagne voisine.

Comme je l’avais écrit dans ma propre histoire de l’économie en 2012 « That Should Be Still Us » (Ça devrait encore être nous) ce traité s’est avéré être une catastrophe : des produits manufacturés bon marché provenant de l’économie industrialisée britannique plus avancée ont envahi la France tandis que les Britanniques ont maintenu leurs propres barrières douanières pour contrer les importations d’Europe continentale. L’économie française s’est alors effondrée et des millions de personnes se sont retrouvées au chômage et affamées. En trois ans la révolution a éclaté et la monarchie a été renversée.

Louis XVI, comme Macron aujourd’hui, était convaincu que ses théories économiques avancées étaient plus importantes que les petites souffrances du peuple. Il a fallu la Révolution française et la perte de sa couronne puis de sa tête pour qu’il comprenne son erreur. Comme Louis XVI Macron n’a fait preuve d’aucune compréhension ni de sympathie pour les souffrances des gens ordinaires écrasés par sa politique absurde et inutile. Comme le Roi Louis le masque de libéralisme et de compassion de Macron s’est évanoui dès que son propre peuple a osé s’opposer à lui. Comme pour le Roi Louis sa seule réponse est maintenant la répression. Comme pour le Roi Louis il ne lui reste plus aucune idée en tête.

Les « Gilets Jaunes » ne vont pas disparaître. Les Français en ont assez du taux ce chômage réel de 50 % *(voir note), des frontières largement ouvertes à l’immigration, de la réduction des programmes d’assistance sociale et du non-respect des lois et de l’ordre que Macron et l’élite de Bruxelles leur ont imposé. La dernière révolution française n’est pas terminée, elle ne fait que commencer. Macron n’a rien appris de l’histoire, il est condamné à répéter les mêmes erreurs du passé, ce qui précipitera sa chute.

Note. Les statistiques du chômage que ce soit en France ou d’autres pays européens sont extensivement trafiquées. Pour la France officiellement il y a environ 10 % de la population active qui est sans travail. Cette statistique provient des ordinateurs de l’organisme étatique dit Pôle Emploi qui ne comptabilise que les demandeurs d’emploi officiels afin qu’ils disposent d’aides sociales. Il faudrait ajouter à cette statistique officielle toutes les personnes qui ne travaillent pas du tout, du moins officiellement, car ils subsistent gràce à des « petits boulots au noir », ça existe aussi en Espagne, ou bien qui travaillent « à l’essai » pendant 24 jours ouvrés durant un mois et sont gentiment congédiés avec un salaire payé en espèces pour que l’employeur échappe à toute charge sociale, ça existe aussi ici aux Canaries. Enfin il y a tous ces esclaves qui livrent par exemple des pizzas en vélo et reçoivent la prochaine tournée urgente sur leur téléphone portable dont l’abonnement est payé par leur père ou leur mère. En comptant toute cette classe de travailleurs à l’heure, à la journée ou à la semaine pour simplement survivre parce que les employeurs potentiels ne peuvent pas se permettre de payer des charges sociales exorbitantes alors on arrive comme l’écrivait Martin Sieff à près de 50 %. À cette énumération il faudrait ajouter tous ceux que les bobos du XIIIe arrondissement de Paris veulent avec pudeur ignorer : les adolescents et les anciens adolescents qui vivent de toutes sortes de trafics dans les banlieues des grandes villes de France. N’y a-t-il pas là le ferment pour une révolution violente qui pourrait emporter la démocratie française ? L’année 2019 pourrait bien être surprenante pour la France.

Court billet d’humeur politique

n-nkkim-a-20170831-870x580.jpg

Finalement le Général De Gaulle a fait un adepte en la personne du petit-fils du premier dictateur militaire de la Corée du Nord. Si le pays « ermite » dont tout un pan de l’économie est considérée comme délictuelle, nommément l’impression de faux dollars ou la production de toutes sortes de drogues illicites selon certaines sources de renseignement qui n’ont jamais spécifié les débouchés précis à l’export, il survit depuis la fin de la guerre de Corée qui ne fut jamais conclue par un traité de paix. Et c’est là qu’il est intéressant de mentionner l’enrichissement d’uranium ou la purification (c’est beaucoup moins coûteux) de plutonium à des fins militaires. Nul ne sait exactement comment ce pays a pu en arriver à maîtriser une technologie militaire aussi sophistiquée, probablement avec l’aide de la Chine ou encore de la Russie et auparavant du Pakistan mais peut-être bien que des démocraties occidentales « bon chic, bon genre » ont aussi contribué à la mise en place de ces technologies sur le sol nord-coréen.

Toujours est-il que la PRNK dispose, sur le papier du moins comme le montre l’illustration ci-dessus (source KCNA, Korean Central News Agency, agence nord-coréenne d’informations via Japan Times, 29 août 2017), d’une force nucléaire de dissuasion. Osaka, Séoul, Pusan, Tokyo, … d’immenses grands centres urbains et industriels, sont à portée de fusée depuis Pyongyang et malheur à celui qui osera attaquer ce pays : c’était exactement la doctrine de De Gaulle …

La France n’est plus que l’ombre d’elle-même …

 

Le 21 février 1966 le Général De Gaulle prononce un discours d’anthologie décisif qui va réorienter les politiques intérieure et étrangère de la France. Je cite les passages clé de ce discours :

« Des conflits où l’Amérique s’engage dans d’autres parties du monde, comme avant-hier en Corée, hier à Cuba, aujourd’hui au Viêt Nam, risquent de prendre, en vertu de la fameuse escalade, une extension telle qu’il pourrait en sortir une conflagration générale. Dans ce cas, l’Europe, dont la stratégie est, dans l’O.T.A.N., celle de l’Amérique, serait automatiquement impliquée dans la lutte lors même qu’elle ne l’aurait pas voulu ».

« Enfin, la volonté qu’a la France de disposer d’elle-même, volonté sans laquelle elle cesserait bientôt de croire en son propre rôle et de pouvoir être utile aux autres, est incompatible avec une organisation de défense où elle se trouve subordonnée ».
« Au total, il s’agit de rétablir une situation normale de souveraineté, dans laquelle ce qui est français, en fait de sol, de ciel, de mer et de forces, et tout élément étranger qui se trouverait en France, ne relèveront plus que des seules autorités françaises. C’est dire qu’il s’agit là, non point du tout d’une rupture, mais d’une nécessaire adaptation ».
En mars 1966 la France quitte l’OTAN.
En 1995, l’arrivée de Chirac, pourtant gaulliste convaincu, envisage de réintégrer la France dans l’OTAN. Mais la cohabitation avec les Socialistes repoussera cette décision qui ne sera matérialisée qu’en 2008 après le long combat atlantiste de Nicolas Sarkozy qui fait ami-ami avec Georges Bush Junior après son élection à la présidence de la République. C’est le début de la débandade de la politique étrangère française qui retourne sous le giron des néo-cons américains avec l’envoi de troupes en Afghanistan puis les « escalades » qu’on garde toujours en mémoire notamment l’intervention franco-américaine en Libye qu’on peut considérer comme l’un des épisodes les plus sombres de l’histoire récente de la France.
Après Maurice Schuman qui fut ministre des Affaires Etrangères dans le gouverment de Raymond Barre puis Dominique de Villepin qui s’opposa à l’intervention américaine en Irak, la France n’a plus jamais eu de politique étrangère cohérente. Elle a choisi de laisser parler les armes sous la houlette des Américains. C’est un fait indéniable. Qu’avons-nous récolté ? Tout simplement le mépris et la haine des populations de tous les pays où se sont engagé militairement les Français conjointement avec l’OTAN et donc avec les Américains, en particulier au Moyen-Orient et dans des conditions hautement contestables.
Qui porte la responsabilité des attentats terroristes de la semaine dernière à Paris ? Nicolas Sarkozy, pour avoir réintégré l’OTAN. Qui est responsable de la crise économique actuelle en France et en Europe avec les sanctions imposées à la Russie par la Maison-Blanche à la suite des évènements d’Ukraine ? Sarkozy et son successeur Hollande.
Nous n’avons même pas le droit de nous plaindre ou de nous lamenter à propos de ces attentats – et il y en aura d’autres – car nous avons mis au pouvoir depuis des années par nos bulletins de vote des gens incompétents. En bref, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, seul le Général de Gaulle a su, de par son analyse visionnaire de la géopolitique, orienter la France dans une politique étrangère digne et efficace. Depuis, la France n’a fait que dériver dans la médiocrité et la servitude. Nous ne faisons que récolter les fruits sanglants des erreurs de nos politiciens … La France est devenue l’ombre d’elle-même.
http://fresques.ina.fr/de-gaulle/fiche-media/Gaulle00113/conference-de-presse-du-21-fevrier-1966.html

Nouvelles du Japon et d’ailleurs (billet d’humeur politique)

Capture d’écran 2015-05-12 à 20.24.19

Décidément les Japonais se font rouler dans la farine par les Américains et ils ont l’air d’en redemander. Si je voulais faire un jeu de mot je dirais que les Japonais se font rouler dans la farine de riz californien que les Américains leur vendent et qu’ils sont obligés d’acheter alors que ce riz n’est même pas consommé et sert de nourriture pour les poulets ! Cette fois il ne s’agit pas de riz mais des Osprey dont les Japonais ne veulent pas non plus. Qu’il y en ait quelques-uns à Okinawa, passe encore, mais que les Américains les déploient dans la base aérienne de Yokota, située tout près d’un immense parc ultra-fréquenté par les Japonais pratiquement tous les jours de la semaine dans la très proche banlieue ouest de Tokyo, c’est vraiment la preuve que les Yankees n’en ont rien à foutre de ce que pense le public japonais au sujet de cet avion dont un certain nombre d’exemplaires se sont crashé et qui est de surcroit terriblement bruyant.

Shinzo Abe s’est fait dicter la marche à suivre : modifier la Constitution du Japon pour réarmer le pays afin de résister à une éventuelle attaque chinoise. Ben voyons !

Pour l’anecdote le parc en question s’appelle Showa kinen koen, c’est-à-dire le parc en la mémoire de l’ère Showa ou en d’autres termes le parc à la mémoire de l’Empereur du Japon lors de la deuxième guerre mondiale qui a été déclaré innocent par les Américains, of course, on n’offense pas une personne considérée comme un dieu au Japon (encore aujourd’hui) même si on ne s’est pas gêné pour massacrer des millions de militaires et de civils au cours de cette guerre qui fut un bain de sang et une démonstration flagrante de la criminalité des Américains qui ont utilisé des bombes au phosphore pour proprement annihiler le peuple japonais de villes comme Tokyo ou Osaka sans aucun état d’âme et ont ensuite osé humilier l’Empereur Hirohito (Showa) à se prosterner sur un bateau devant l’un des plus grands criminels de guerre de tous les temps, peut-être après Napoléon, le Général Mac Arthur.

La richesse actuelle du Japon tient en grande partie au fait que le pays n’a pas gaspillé d’argent dans une armée délirante d’armements en tous genres depuis la fin de la seconde guerre mondiale et les Japonais sont maintenant viscéralement attachés à cette quasi neutralité de leur pays, d’autant plus qu’ils se sont ramassé deux bombes nucléaires (américaines) sur la gueule, les 6 et 9 août, il y aura soixante-dix ans cette année, bon anniversaire …

Imaginons ce que serait l’état de la France aujourd’hui sans guerre du Vietnam, sans guerre d’Algérie, sans interventions diverses dans le cadre de l’ONU puis sous l’égide de l’OTAN qui n’ont jamais cessé : des centaines si ce n’est des milliers de milliards d’euros partis en fumée et pour quel résultat ? Ce que cherchent à faire les Américains est de coaliser le maximum de pays pour répandre leur hégémonie dans le monde entier y compris dans des pays qui ne veulent pas de leur style de vie décadent et de leur totalitarisme à la Orwell. Mais les Japonais croient encore avoir une dette à payer à dieu sait qui et ils font le gros dos devant les Américains. Le mot « non » n’existe pas dans la langue japonaise. Il est offensant de dire non à quelqu’un et certainement offensant pour les locataires de la Maison-Blanche.

Alors il y aura bientôt une douzaine de ces avions dangereux tout près d’un grand parc et si l’un d’entre eux venait à se crasher au milieu d’une grande pelouse occupée par des centaines de couples paisibles avec leurs enfants ? Mais non, les stratèges américains n’en ont cure, ce sont des détails insignifiants … Pourquoi pas des ogives nucléaires sur le sol japonais ! Le Japon est voisin de la Russie, des deux Corées et accessoirement de la Chine. La Chine compte dix fois plus d’habitants que le Japon et si il lui prenait l’envie d’envahir le Japon il serait impossible de l’en empêcher à moins d’utiliser le feu nucléaire. L’Amérique ne survit que grâce à son agressivité militariste pour donner du pain au complexe militaro-industriel le plus gigantesque que la planète ait jamais connu jusqu’à ce jour. Les Osprey sont fabriqués par Bell Helico, une filiale de Boeing, société qui arrive à tailler des croupières à Airbus uniquement parce que 40 % de son chiffre d’affaire est réalisé avec le Département de la Défense américain. Bonjour l’ambiance.

Merci aux Américains, je ne retournerai jamais dans ce parc et je conseillerai à mon fils de ne surtout pas y emmener jouer mes petits-enfants … Mais puisque je suis en verve il me vient soudain l’idée de remonter un peu dans l’histoire récente de la France. De Gaulle a viré proprement les Américains hors de l’Hexagone et quitté l’OTAN. De mémoire les immenses installations aéroportuaires de Montpellier-Fréjorgues, Beauvais et Chateauroux étaient des bases militaires américaines. Les Américains occupaient la France « collabo ». Je ne sais plus quel con de président français a réintégré la France à l’OTAN, que mes lecteurs me le précisent. Mais cet idiot a succombé aux pressions américaines et il devrait s’en mordre les doigts et le reste, la pire décision qu’ait pu prendre un président français ces 40 dernières années.

De Gaulle, cet immense visionnaire, considérait que l’Europe devrait s’étendre de l’Atlantique à l’Oural sans l’OTAN sinon il n’y aurait pas d’Europe possible. Il avait raison : aujourd’hui l’Europe est asservie par les USA économiquement et politiquement, espionnée, vilipendée, conduite à la guerre sans aucun respect de la démocratie car c’est Washington qui décide … Autant la France que les autres pays européens n’ont eu que ce qu’ils méritaient en reconnaissance de leur veulerie !

Ségolène Royal, réincarnation de Dominique Voynet, en pire, pour le plus grand malheur de la France et des Français !

Sanmen 2 RPV completed 460  (SNPTC)

Alors que la Grande-Bretagne a approché la Chine pour construire sur son sol au moins deux réacteurs nucléaires dont les pièces maîtresses seront manufacturées en Chine par la firme China First Heavy Industries sous licence Westinghouse (voir l’illustration), alors que la Chine a actuellement une vingtaine de réacteurs nucléaires en construction dont le premier EPR de technologie Areva-EDF sur le site de Taishan va probablement monter en puissance avant la fin de l’année 2014 bien avant celui de la Finlande, alors que le Japon envisage de plus en plus sérieusement et autoritairement de faire repartir le plus vite possible au moins 20 réacteurs nucléaires avant la fin de l’année en faisant fi des oppositions locales téléguidées par des ONG non japonaises car les importations d’hydrocarbures, gaz naturel liquéfié compris, sont un immense gouffre financier (112 milliards de dollars pour l’année fiscale 2012-2013), alors enfin que le Danemark a donné son feu vert pour l’exploitation des gigantesques gisements d’uranium (et de lanthanides ou terres rares) du Groenland, ce qui fera chuter à terme le cours de la matière première appelée « yellow cake », la France, minée par le soigneux travail de sape des écologistes emmenés par Greenpeace et le WWF pour ne citer que ceux-là, prend des décisions complètement à contre courant, c’est carrément affligeant pour ne pas dire extrêmement préoccupant pour l’avenir de la France !

Il fallait d’ailleurs s’y attendre puisque, motivé par une démagogie pure et dure, le candidat Hollande avait martelé en 2012 qu’il allait fermer la centrale de Fessenheim et que la part du nucléaire dans le package électrique français descendrait à 50 % à l’horizon 2025. La Miss Royal, mandatée par son ex compagnon après l’éviction de l’ancien faucheur d’OGM promu ministre de l’énergie afin de disposer d’une retraite généreuse pour poursuivre son activisme scandaleux, cette Miss Royal donc, une écologiste embusquée qui ne veut pas annoncer la couleur de ses pensées et de ses opinions, a pourtant dévoilé sa face cachée et c’est quasiment lunaire ! Allusion à la face cachée de la Lune qu’on ne peut pas voir …

Pour Fessenheim, c’est dit et redit malgré les recommandations de l’ASN, les deux réacteurs seront arrêtés (définitivement) en 2016. Manque à gagner pour EDF qui a pourtant reçu l’autorisation de l’ASN d’exploiter ces réacteurs pendant au moins dix années supplémentaires : 38 milliards d’euros, et c’est une estimation a minima ! La Miss Royal en a-t-elle dit un mot ? Silence on tourne, the green show must go on ! Silence aussi à propos du mépris évident et indécent du gouvernement au sujet des avis autorisés de l’ASN … Et c’est un comportement coutumier des socialistes quand ils sont au pouvoir, le mépris total des recommandations de ceux qui maîtrisent le sujet. L’arrêt de Superphénix a été décrété par Jospin et son porte-parole écolo Dominique Voynet dans le plus total mépris des recommandations des autorités compétentes, des traités dûment signés avec les pays collaborant à cette entreprise européenne, cette décision n’a jamais été soumise ni à l’approbation des instances démocratiquement élues telles que l’Assemblée ou le Sénat ni au peuple Français qui était en dernier ressort actionnaire de ce projet pourtant prometteur en termes de production d’énergie à très bas coût puisqu’il s’agissait de « brûler » des déchets. Mais les écologistes étaient passé par là … Coût de l’opération pour satisfaire ces idéologues : 50 milliards d’euros d’aujourd’hui, une paille ! Qui a payé la facture ? Les contribuables comme toujours …

L’autre volet du programme du « Nouveau modèle énergétique » de la France exposé par la Miss Royal stipule qu’en 2025 l’énergie nucléaire ne devra plus représenter que 50 % de la production totale d’électricité, c’est-à-dire, si on prend la peine de décrypter, qu’à production égale d’électricité (63 GWe actuellement) il faudra inévitablement fermer la plupart des 20 plus vieux réacteurs nucléaires de la série des 900 MW, installer au moins 25000 éoliennes de nouvelle génération et prévoir dans le même temps la construction de centrales électriques au gaz pour pallier aux fluctuations imprévisibles de la production éolienne. L’EPR de Flamanville ne va même pas compenser la fermeture des deux tranches de Fessenheim quand il sera couplé au réseau, mais quand ? On n’en sait encore rien, certainement pas en 2016. Les malversations à répétition de Bouygues, maître d’oeuvre du génie civil du chantier de Flamanville, ont retardé le projet de plusieurs années, et quand on sait que cette société a été choisie par le gouvernement, qu’il soit passé ou présent, il n’y a d’ailleurs pas de différence, on est en droit de se poser de sérieuses questions quant à la collusion entre l’Etat et les grandes sociétés de l’ensemble du CAC40 !

L’autre côté de la face cachée du programme défini par le candidat Hollande et repris par son ancienne compagne, la Miss Royal, est une réduction de 40 % des émissions de carbone d’ici 2030. D’abord faire des prévisions à long terme ne ressemble pas vraiment aux mœurs des politiciens qui ne décident en général qu’en fonction des échéances électorales prochaines, alors 16 ans, c’est dans le domaine du rêve et de la masturbation intellectuelle forcenée et compulsive teintée d’idéologie marxisante et écolo. Quant à la réduction de la consommation d’énergie de 50 % d’ici 2050, rebelote et dix de der … Même De Gaulle qui fut pourtant le seul homme politique français visionnaire du XXe siècle se contentait de plans quinquennaux !

Pas en reste dans son délire, la Miss Royal, fortement encouragée par le Président qui fut le père de ses enfants en son temps (même pas PACSés, c’est mieux pour le business et les impôts, cf le patrimoine immobilier de ce faux couple) en a rajouté une grosse couche en déclarant le nez en l’air et avec sa voix de fausset, je suppose, parce que je n’ai pas la télévision chez moi et voir Royal élucubrer en direct m’aurait donné la nausée, qu’il faudra pour atteindre cet objectif convertir 7 millions de véhicules à essence en véhicules électriques, or, et c’est catastrophiquement anti-écologique, il n’y en a que 10000 actuellement en circulation en France. Si on fait le calcul, et je l’ai fait à plusieurs reprises dans mon blog, pour atteindre les objectifs entre parenthèses totalement hors d’atteinte, de réduction des émissions de carbone de la France, c’est aux transports qu’il faut effectivement s’attaquer en tout premier lieu, pas à la petite cuillère comme le prévoit la Miss Royal, mais à la grosse louche ! Il y a en circulation en France, hors la transhumance touristique européenne sur les autoroutes payées par les contribuables mais exploitées pour leur plus grand bien par des compagnies privées (c’était juste une remarque en passant), 35 millions de véhicules. Pour atteindre les objectifs des écologistes de réduction des émissions de carbone, le transport représente en France 60 % de celles-ci, il faut impérativement et d’urgence convertir au minimum 600000 véhicules par an en tout électrique, et pour ce faire il faut produire l’équivalent d’un EPR chaque année en électricité pour recharger les dits véhicules, pour seulement satisfaire l’objectif européen de diminution de 20 % avant 2025. La Miss Royal, pas démagogue pour un sou, veut 40 % en 2030. Si l’on s’arrête sur l’objectif butoir européen de 20 % de diminution des émissions de carbone d’ici 2025, soit 600000 véhicules convertis au tout électrique chaque année, il vaut mieux le répéter pour comprendre l’immensité de cette ineptie, promettant 10000 euros d’aide financière par véhicule, c’est la Miss Royal qui l’a dit, la facture va grossir de 6 milliards d’euros chaque année. Qu’à cela ne tienne, il suffira d’augmenter les taxes sur le kilowattheure, après tout l’essence est bien taxée comme les cigarettes et l’alcool, pourquoi pas aussi l’électricité ?

Le résultat attendu mais que la Miss Royal s’est bien gardé d’annoncer est une paupérisation inévitable de l’ensemble de la population qui devra payer son énergie beaucoup plus chère mais aussi une mise à mal critique de l’industrie et du commerce dans leur ensemble. Ceux qui en profiteront seront les investisseurs dans l’éolien et le solaire, des investisseurs obscurs, le plus souvent étrangers du genre mafias apatrides ou hedge funds, attirés par le profit, maqués avec les politiciens locaux qui disposent à discrétion des pouvoirs de décision qui n’entraveront pas un projet écolo contre un confortable dessous-de-table, comme Bolloré par exemple qui a déjà proposé aux collectivités locales, notamment à Paris, des autobus tout électrique car comme nul ne l’ignore, Vincent Bolloré n’a jamais dissimulé ses affinités socialistes mais aussi sa profonde attirance pour le profit, comme quoi les deux points de vue ne sont pas incompatibles surtout quand ce sont les contribuables qui paient au final.

Les investissements d’EDF et d’Areva dans les énergies renouvelables, ce qui n’est pas leur mission première, sont déjà payés par des taxes sur l’électricité qui vont continuer à inexorablement augmenter. La France va voir le prix de son kilowattheure rattraper celui de l’Allemagne en triplant et ce plan de la Miss Royal, au final, est un arrêt de mort du pays soigneusement programmé par les écologistes dont cette sinistre opportuniste, je parle de la Miss Royal, est une sympathisante inconditionnelle. Pour tenter de ne pas totalement perdre la face dans le ridicule de sa démonstration la Miss Royal a déclaré à la fin de son allocution surréaliste, je cite un journal américain en ligne :

« We will not exit nuclear energy – that is not the decision we are making, » Royal said. « It is thanks to nuclear energy that we can make this energy transition in an unperturbed way. » En français ça donne à peu près :

« Nous ne sortirons pas de l’énergie nucléaire, ce n’est pas la décision que nous prenons. C’est grâce à l’énergie nucléaire que nous pouvons réaliser cette transition énergétique de manière non perturbante ». Je laisse à une intelligence supérieure le soin de comprendre ce dernier propos qui de mon point de vue défie le bon sens car il est totalement abscons. La question est donc, et je la pose aux écologistes d’intelligence exceptionnelle, s’il en existe, pourquoi s’acharner sur la production d’électricité d’origine nucléaire alors que c’est la seule source d’énergie (avec l’hydroélectrique) qui ne produit pas de carbone, qui ne risque pas de perturber le climat futur dans un sens ou dans l’autre et qui est et restera encore longtemps à un prix supportable tant par les consommateurs que par les industriels et les contribuables français (et du monde entier, je pense par exemple à l’Inde et à la Chine) car le parc nucléaire français représente de fait une réelle opportunité pour l’économie de la France. Pour information, selon une récente étude de l’Agence Internationale de l’Energie, les centrales nucléaires françaises produisent un kWh à 1,7 centime d’euros, les éoliennes de nouvelle génération off-shore produisent un kWh à 13 centimes et les panneaux photovoltaïques un kWh à 31 centimes quand il s’agit de grandes « fermes » solaires. Quant au photovoltaïque privé captif, il faut compter environ 1 euro par kWh sans même avoir la possibilité de recharger sa trottinette électrique ni se chauffer, cela va de soi. Il n’y a même pas besoin d’épiloguer …

L’Allemagne vient de se rendre compte que sa transition énergétique téléguidée par les Verts pourrait bien être catastrophique pour son économie, le Danemark, le pays européen où l’électricité est la plus coûteuse est en récession, l’Espagne confrontée à la situation périlleuse de ses banques qui ont tout misé dans les énergies dites renouvelables et doivent faire face à 250 milliards d’euros de créances douteuses liées à ces projets énergétiques babyloniens a décidé de dénoncer les contrats de rachat avantageux de l’électricité dite renouvelable car les compagnies d’électricité sont au bord de l’asphyxie, les Pays-Bas pour les mêmes raisons sont au bord de la récession et enfin l’Italie songe à des investissements presque en urgence dans le nucléaire pour sortir de son marasme économique mais trop tard car le mal est déjà fait, bref, tous ces pays se sont retrouvé au pied du mur car le choix des sources d’énergie alternative est tout simplement intenable économiquement, financièrement et socialement.

Le seul facteur qui puisse favoriser une expansion économique dans quelque pays que ce soit est une énergie bon marché et le passé est là pour le prouver. La crise pétrolière de 1973 qui a vu le prix du pétrole multiplié par 10 l’a confirmé, elle a mis brutalement fin aux 30 Glorieuses !

La Miss Royal n’a même pas mentionné l’opportunité offerte par les potentialités de l’exploitation du gaz naturel des roches mères sur le territoire français, c’est tellement politiquement incorrect qu’il était opportun pour son avenir politique d’éluder la question. Bien au contraire et dans la même optique idéologique le code minier, totalement suranné et inadapté aux réalités présentes a été modifié en catimini pour satisfaire les écologistes afin d’être en ligne avec leurs desseins malthusiens : peut-être que dans cinquante ans, nos petits enfants couverts d’impôts pour rembourser la dette de leurs aïeuls se diront qu’après tout ces écolos avaient raison en préservant les richesses du sous-sol de l’Hexagone, voilà le raisonnement des écolos dont fait partie la Miss Royal mais entre temps, la situation sera devenue tellement critique en raison de l’incurie des politiciens au pouvoir depuis 30 ans en France qu’il ne sera plus possible de trouver une alternative autre que le nucléaire, mais ce sera trop tard, bien trop tard, car la France a déjà décroché en R&D dans ce domaine. Et toute cette gesticulation, c’est tout simplement n’importe quoi car selon les estimations irréfutables de l’administration américaine équivalente du BRGM la France regorge dans son sous-sol de gaz naturel, de quoi subvenir pendant au moins 200 ans à ses besoins : renversant ! Mais la Miss Royal a soigneusement éludé ce point dans son discours, cela aurait été par trop politiquement incorrect, je l’ai déjà dit ! Même chose pour le gigantesque gisement de charbon situé dans la Nièvre, facilement accessible et encore inviolé à ce jour. Selon les estimations du BRGM il y aurait dans la Nièvre autant de charbon de bonne qualité qu’en Pologne, environ 5 milliards de tonnes soit 250 années au rythme actuel de la consommation de charbon en France, ça fait rêver …

Il reste un point important que la Miss Royal a aussi éludé soigneusement car il se serait agi de mettre le doigt là où ça peut faire très mal. Fermer autoritairement 20 réacteurs nucléaires parmi les plus anciens du parc électronucléaire français est une flagrante atteinte au patrimoine industriel français. Comme s’il fallait préparer cette manœuvre, l’Etat français, c’est-à-dire l’ensemble des contribuables, propriétaire d’EDF, envisage très sérieusement de vendre une partie conséquente du capital de l’entreprise. On se demande d’ailleurs si cette décision est la bien venue en annonçant la veille que le parc nucléaire sera à terme tronqué du tiers de ses unités de production, mais bon, la logique des politiciens dépasse le plus souvent l’entendement. Bref, il est évident que la CGT en particulier qui a toujours été respectueusement attachée à l’outil industriel d’EDF et a également toujours oeuvré pour la sécurité des installations, ne l’entendra certainement pas de la même oreille que la Miss Royal. Il serait opportun de rappeler que lorsque De Gaulle a mis en place le programme électronucléaire PWR, abandonnant progressivement la filière graphite-gaz, c’est la main dans la main avec le Parti Communiste Français, alors un parti politique puissant, que cette décision a été prise. Le pays a toujours été fier de cette réalisation unique au monde, à juste titre d’ailleurs. Il est évident qu’il va y avoir une forte opposition syndicale à la fermeture d’une quelconque centrale nucléaire surtout si l’ASN considère que techniquement et sur le plan de la sureté celle-ci peut encore fonctionner 10, 20 ou 30 ans. La CGT connait l’industrie nucléaire de l’intérieur et non pas comme Greenpeace qui se contente d’actions spectaculaires de l’extérieur ou comme le Criirad qui falsifie des résultats scientifiques, cf le césium au sommet du Puy-de-Dôme qui d’après le Criirad provenait de Fukushima. La CGT a au moins gardé une certaine idée ambitieuse de la nation et on ne peut certainement pas le lui reprocher. Je souhaite bon courage à la Miss Royal ! Il se pourrait que ce syndicat saisisse la justice afin de contrer les décisions gouvernementales mais malheureusement il n’existe plus de justice indépendante en France … Comme le dit H16 sur son blog, ce pays est définitivement foutu !

Sources (puisque je mets un point d’honneur à citer mes sources) : Wall Street Journal, divers blogs économiques américains, BRGM et The Guardian. Liens sur ce blog :

https://jacqueshenry.wordpress.com/2013/01/25/fessenheim-et-superphenix-on-prend-les-memes-et-on-recommence/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2014/05/30/la-directive-europeenne-20-20-20-est-une-pure-utopie-la-preuve/

http://jacqueshenry.wordpress.com/2014/05/24/france-fracking-ou-pas-fracking-question-a-1000-milliards-deuros/

Note : Miss en anglais = Mademoiselle

Billet également publié sur mauvaisenouvelle.fr

L’Ukraine : un avenir sombre pour l’Europe

 

J’ai écrit dans mon blog deux petits posts sur la situation en Ukraine (voir les liens) parce que je ne suis pas vraiment dans mes souliers quand j’ose exprimer mon opinion sur un sujet géopolitique qui me dépasse. Les évènements d’Ukraine dépassent d’ailleurs aussi la plupart des analystes, d’une manière générale en Europe et en particulier en France qu’ils soient de gauche ou de droite, d’extrême gauche ou d’extrême droite, c’est dire d’ailleurs à quel point la France se replie sur son polygone à six côtés et ne regarde même plus ce qui se passe au delà de ses frontières, tout simplement parce que la France ne compte plus que pour du beurre mou dans la scène géopolitique et est complètement asservie par les USA comme d’ailleurs le reste de l’Europe.

Cette Europe, emmenée par l’Allemagne avec les USA en sous-main, a voulu faire une OPA sur l’Ukraine pour satisfaire les visées stratégiques américaines mais elle a négligé les attendus historiques et politiques de ce pays qui sont brièvement les suivants : l’ouest du pays est rural et catholique, l’est est industriel et chrétien orthodoxe, l’ouest de l’Ukraine penche pour une fusion avec l’Europe, l’est se sent dans la sphère d’influence russe, l’ouest parle une langue plus proche du polonais que du russe, l’est est russophone. De plus l’Ukraine est le résultat d’un découpage géographique et politique totalement artificiel et inadapté aux réalités du terrain car c’est un pays défini par une longue histoire qui n’a pas toujours été très reluisante.

Ce qui est inquiétant c’est l’attitude de l’Europe, poussée au cul par les Américains pour fomenter des révoltes populaires dans le but de renverser un président « pro-Russie » démocratiquement élu puis financer une campagne électorale bidonnée en plaçant un candidat pro-Occident qui est un épouvantable fasciste traitant les Russes de sous-hommes et qui n’a d’autre mission que de favoriser une guerre civile qui ne mènera à rien parce que la Russie contrôle ce pays avec le gaz, l’énergie et l’industrie d’une manière générale. Que veulent les Américains dans cette histoire sinon faire en sorte que l’Europe souffre d’un approvisionnement aléatoire en gaz naturel afin d’affaiblir son économie, qu’elle se décrédibilise politiquement et diplomatiquement et c’est là la seule et unique préoccupation de la Maison-Blanche, sous couvert d’une action diplomatique susceptible de promouvoir une démocratie dans ce pays.

Le seul homme d’état visionnaire de l’après-guerre fut De Gaulle quand il déclara oui à une Europe de l’Atlantique à l’Oural, sous-entendant un rapprochement de l’Europe avec la Russie. La chute du mur de Berlin est passée par là et l’occasion d’un rapprochement avec la Russie a été perdue surtout parce que les Américains ne voulaient pas en entendre parler.

C’est franchement risible ! De mon modeste point de vue, personne n’a rien compris à cette manœuvre presque grossière des Américains qui n’ont jamais vraiment brillé en politique étrangère, d’ailleurs la diplomatie américaine c’est de la diplomatie par les armes, les dollars et rien d’autre …

Il n’y a qu’à observer ce qui se passe en Irak que les Américains ont abandonné à son sort qu’ils ont largement contribué à créer en éliminant Saddam Hussein parce qu’il ne représentait pas le modèle démocratique américain. Il faut reconnaître que Saddam Hussein avait le mérite de faire régner l’ordre, peut-être par des moyens un peu éloignés de ceux des démocraties occidentales, mais au moins les chiites et les sunnites ne s’entretuaient pas. L’Iran propose ses services pour combattre les fous de dieu sunnites ultra-violents qui prétendent rétablir dans ce pays et dans une partie de la Syrie un ordre inspiré de la plus pure et dure charia à la mode sunnite telle qu’elle est de rigueur en Arabie Saoudite.

Est-ce que quelque part les Américains ont compris la situation irakienne un seul instant depuis le début de la guerre du Golfe ? Que nenni ! Pour l’Ukraine la situation est tout aussi incomprise depuis les abords du Mall de Washington, DC, mais ce qui est certain c’est que l’Union Européenne va laisser un gros paquet de plumes dans cette histoire à commencer par les 4 milliards de dollars de dette de l’Ukraine envers Gasprom et naturellement d’autres et multiples rallonges parce que l’Ukraine est en situation de banqueroute. Vos impôts vont encore augmenter, ça c’est sûr, car il faudra bien payer dans un premier temps pour la dette énergétique de l’Ukraine pour calmer le jeu puisque l’Europe a tout fait pour l’intégrer dans son giron afin de plaire aux Américains, mais ensuite ce sera comme le tonneau des Danaïdes et au final il est bien possible que le château de cartes, pardon de billets d’euros, qu’est l’Union Européenne s’effondre d’un seul coup !

https://jacqueshenry.wordpress.com/2014/03/08/ukraine-qui-a-tort-qui-a-raison/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2014/03/01/billet-dhumeur-politiquement-incorrect-ukraine/

Le Conseil d’Etat a commis un crime de lèse-écologie !

En Juin J940, un certain général a continué à se battre pour la France alors que le pays était tombé entre les mains d’un immonde gouvernement de collaborateurs comprenant des truands, des incapables, des opportunistes, des socialistes et des communistes convaincus que le national-socialisme était la seule idéologie susceptible de sauver l’Europe de la collusion internationale entre la « juiverie », les franc-maçons et les anglo-saxons en suivant Hitler et ses idées de dément syphilitique dépravé qui avait conclu un pacte avec un autre tyran sanguinaire, Staline. Aujourd’hui, on retrouve le même type de combat idéologique émanant d’activistes fortement teintés de communisme dans la pure veine du stalinisme pour prôner un retour à la terre idéale consistant à « promouvoir le développement de l’agriculture biologique, idéalement paysanne et biologique ». Je cite EELV en réaction à la décision du Conseil d’Etat d’annuler l’interdiction de la culture du maïs Bt Mon810. Pétain prônait aussi le retour à la terre à peu près dans les mêmes termes. Relisez vos livres d’histoire ! De même que des normaliens comme Marvel Déat ou des syndicalistes comme René Belin, acquis à la cause nationale-socialiste et ignorant ou feignant d’ignorer les mesures criminogènes prises par le pouvoir de Vichy à l’encontre des Juifs et des franc-maçons, bel exemple de malhonnêteté intellectuelle, de même aujourd’hui on feint d’ignorer pour satisfaire des a priori idéologiques sans fondements scientifiques des évidences que personne, justement ne peut plus ignorer. Les gaz dits « à effet de serre », l’énergie nucléaire, les OGM, les trois arguments contre-informateurs et instrumentalisés par les écologistes crypto-trotskystes et leurs acolytes socialo-marxistes qui en d’autres temps collaboraient avec l’Allemagne nazie. On prend les même et on recommence. D’abord désinformer ou modifier l’information, puis construire une nouvelle information biaisée ou erronée et l’imposer aux foules crédules, c’est la tactique marxiste par excellence. On a désinformé le monde entier à propos du réchauffement climatique et du soit-disant effet de serre du gaz carbonique qui n’a encore jamais été prouvé, mais le mensonge orchestré par des politiciens et des scientifiques au rabais a fait son chemin et le réchauffement climatique est devenu un dogme irréfutable qui justifie tout et n’importe quoi. Pour les plantes transgéniques, exactement le même scénario, on désinforme en mettant en avant le fait que l’introduction d’un gène étranger dans une plante, en l’occurrence le gène de la toxine du Bacillus thuringiensis dans le cas du maïs Bt, est nuisible à l’environnement sans aucun argument scientifique quel qu’il soit, et l’imposture devient réalité incontournable, un fait acquis. Pour le nucléaire, même chose, puisqu’il y a eu des bombes et que ça génère des déchets, c’est dangereux, en tous les cas beaucoup plus dangereux que les centrales à charbon (bel argument) donc il vaut mieux couvrir le sol français de moulins à vent. Le grand tremblement de terre du 11 mars 2011 au Japon y est certes pour quelque chose, mais quand parallèlement on veut combattre les émissions de gaz carbonique et fermer les centrales nucléaires encore susceptibles de fournir de l’électricité pendant 10 années supplémentaires à un prix ridiculement bas et sans émission de gaz à effet de serre puisque c’est la bête noire des écologistes, on a de la peine à saisir la logique et la rhétorique de ces idéologues au rabais. Mais revenons au maïs Bt, je cite, les deux ministres Le Foll et Martin « rappellent l’engagement du gouvernement de maintenir le moratoire sur la mise en culture de semences OGM, afin de prévenir les risques environnementaux et économiques pour les autres cultures et l’apiculture », sic. Ces deux ministres, à l’évidence disent n’importe quoi et sont mus dans leur discours uniquement par leur idéologie, ils font preuve de leur ignorance. Ils ignorent apparemment que le retour d’expérience (près de vingt ans) n’a jamais mis en évidence un quelconque risque pour l’environnement alors que sur des millions d’hectares sont cultivées des plantes type Bt (coton et maïs) avec toute la satisfaction des agriculteurs qui n’utilisent que peu ou pas de pesticides pour ces plantes. En ce qui concerne l’apiculture, c’est pire et leur ignorance est flagrante ! Il n’y a pas de toxine dans le pollen des plantes Bt, peut-être que le ministre de l’agriculture privilégie l’usage de pesticides systémiques dont plus personne n’ignore les effets catastrophiques sur la santé des abeilles. Quant à l’usage des plantes résistantes au Roundup, allez demander à un agriculteur d’arracher dorénavant les mauvaises herbes à la main, il vous rira au nez. De même que les politiciens corrompus du gouvernement de Vichy ignoraient ou feignaient d’ignorer la main sur le cœur les exactions d’Hitler et de Pétain, de même aujourd’hui, les politiciens, corrompus par leur idéologie, ignorent les faits scientifiques de base. De Gaulle a continué le combat, mais qui, en France, aujourd’hui, a la stature d’un De Gaulle pour poursuivre le combat contre ce ramassis d’incapables qui osent prétendre gouverner la France avec comme seul résultat de l’exposer à la risée du monde entier et la précipiter à la ruine ?