Brève. La grande crise monétaire mondiale en gestation ?

Ce n’est probablement pas par là que le gigantesque collapsus de l’édifice financier mondiale était attendu. Il y a quelques jours, curieusement, je relatais l’engouement incroyable des citoyens chinois pour les cryptomonnaies, une sorte de drogue qui représentait du rêve. Quelques jours plus tard la Banque Centrale chinoise a interdit toute transaction commerciale libellée en cryptomonnaies mais elle a également admis que les Chinois pouvaient continuer à s’amuser avec ces dernières un peu comme s’ils jouaient à la loterie sans jamais gagner le gros lot. Comme toutes les banques centrales des Etats voir échapper à son contrôle une monnaie, pilier du pouvoir d’un pays, la banque centrale de la Chine a ainsi décidé de créer son crypto-yuan. Il n’en fallait pas plus pour que le cryptocosme de ces monnaies virtuelles soit lourdement pénalisé, information entrainant une chute brutale de toutes ces valeurs pas vraiment « liquides ».

Les répercussions sur les marchés ont été immédiates et souvent surprenantes. Tous les « futurs » sur les matières premières ont chuté et les cours de ces dernières ont baissé. Le S&P500 qui avait chuté ces derniers jours a repris de la vigueur entrainé par les « technologiques ». Cette volatilité mondiale des marchés ne peut pas être expliquée par le simple fait que la banque centrale chinoise a décidé d’introduire un crypto-yuan. Ce serait dissimuler la profonde inquiétude des marchés mondiaux devant le spectre de l’inflation qui devient de plus en plus visible. C’était prévisible. L’administration américaine a inondé son pays avec de l’ « helicopter-money » sans comprendre que cet afflux immense de liquidités allait se répandre sur tous les marchés mondiaux. Le dollar est toujours la monnaie de référence pour toutes les transactions mondiales. Cette abondance de billets verts a pour effet de déstabiliser les marchés devenus sans repères car les taux d’intérêts sont proches de zéro dans la plupart des pays occidentaux. Un ou deux points d’inflation et la conflagration sera générale alors les traders tentent de réaliser encore quelques maigres profits de plus en plus illusoires.

En conclusion cette décision de la banque centrale chinoise n’est pas une très bonne nouvelle. Cependant une crise financière généralisée pourrait survenir pour n’importe quel petit grain de sable …

Cryptomonnaies : pourquoi la Chine encourage-t-elle cet engouement ?

La Chine avec sa population stabilisée à 1,39 milliards d’individus voudrait paraître le bon élèves de l’énergie propre à l’horizon 2050. C’est pourquoi le développement du programme électro-nucléaire est classé prioritaire. Après avoir sorti de la pauvreté cinq cent millions de personnes, plus que la population de l’Union européenne, en moins de 20 ans l’augmentation du niveau de vie de ce pays va inexorablement avoir pour conséquence une augmentation de la consommation d’énergie. Cette tendance va s’accélérer avec la production massive de véhicules électriques.

Mais, contrairement à ce que l’on pourrait croire en Occident, il existe un autre secteur de consommation d’énergie qui devrait préoccuper le gouvernement chinois, il s’agit des cryptomonnaies. En Europe et aux USA on croit que les cryptomonnaies ont été créées par les Occidentaux et sont utilisés par eux seuls. C’est loin d’être le cas. Le premier à avoir imaginer ce que l’on appelle maintenant la « blockchain » est un cryptographiste appelé David Chaum au début des années 1980. Il faudra près de 30 ans pour que les progrès de l’informatique permettent une concrétisation du concept de chaine de documents contenus dans un bloc d’informations crypté et certifié par un code unique, transférable et considéré comme une valeur liquide. C’est à peu près ce que j’ai compris de la « blockchain. C’est Satoshi Nakamoto qui a dans les faits introduit la blockchain en 2008 mais on ne sait pas s’il s’agit d’un individu ni même s’il s’agit d’un Japonais.

Bref, la blockchain est devenue un véritable sport national en Chine, une sorte d’échappatoire à la main-mise de l’Etat central sur les individus, une bouffée d’oxygène idéologique. L’essor des cryptomonnaies chinoises est devenu tel qu’il représente aujourd’hui plus de 65 % de toutes les transactions cryptées du monde. Tout le monde parle en Occident du Bitcoin mais c’est un nain par rapport au Poolin, la cryptomonnaie la plus populaire de Chine suivie par AntPool, une émanation lointaine d’Alibaba, le plus grand groupe de commerce digital du monde fondé par Jack Ma maintenant en délicatesse avec le pouvoir central chinois pour abus de position dominante sur le marché digital. Les tribulations à la limite de la légalité d’un Elon Musk au sujet du BitCoin semblent alors totalement ridicules et tous les commentaires des analystes financiers le sont encore plus !

Curieusement ce même pouvoir central chinois laisse le champ libre aux cryptomonnaies dans ce pays pourtant dominé par le parti communiste. Il ressort que les cryptomonnaies sont devenues en Chine le nouvel opium dont les citoyens ont besoin pour vivre un quotidien le plus souvent morne et répétitif. Si un de moi-milliard de personnes ont été sorties de la pauvreté en un temps record, les estimations révèlent qu’un demi-milliard de personnes utilisent quotidiennement des cryptomonnaies aujourd’hui en Chine. Mais il y a un problème : la consommation d’électricité nécessaire pour le mining, en d’autres termes la mise en place de transactions cryptées. Aujourd’hui la blockChain consomme plus d’électricité en Chine que toute l’Italie, soit 300 TWh par an ! Qu’à cela ne tienne, la Chine construit des centrales électriques brûlant du charbon en attendant que les quelques 20 réacteurs nucléaires en cours de construction soient opérationnels, car il y a une urgence pour maintenir la population dans le calme …