Alimentation et santé : rumeurs et mensonges (5)

Heberden-Arthrose.jpg

Dans cette rubrique qui semble attirer quelques réactions véhémentes de certains de mes lecteurs – je ne leur en veux nullement – je rappelle que je n’ai jamais été qu’un modeste biologiste académique ce qui ne m’empêche nullement aujourd’hui de porter un regard critique sur beaucoup de sujets de société. Je ne suis inféodé à aucun mouvement politique ou idéologique ni rémunéré par une quelconque compagnie industrielle ou commerciale. Si dans les pages de mon blog je conteste le réchauffement climatique global d’origine anthropique c’est tout simplement parce qu’il est assis sur des bases scientifiques fausses qui nient les lois fondamentales de la physique. Il s’agit donc d’une imposture planétaire dangereuse que je n’ai jamais cessé de dénoncer. Dans le domaine de la politique, en particulier française, je constate que la notion de démocratie est devenue une fiction. En dehors de la Suisse et peut-être de l’Islande, il n’y a plus de démocraties dans le monde mais seulement des gouvernements à la solde des puissances financières qui contrôlent les informations et les gouvernements se moquent allègrement des citoyens dont ils sont pourtant supposés assurer un certain bien-être, encore que cette notion soit toute relative. Dans le domaine de la santé ou de l’agriculture et aussi du climat, des domaines de choix pour des activistes ignorant tout de la vraie science, on assiste à une inflation de démagogie qui a atteint des niveaux surréalistes. En ce qui concerne l’alimentation l’histoire du gluten est une illustration de la stupidité effrayante des foules qui se laissent manipuler par des espèces de gourous à la Al Gore (ou à la Hulot en France) et ont perdu tout sens critique tant la propagande est organisée pour ternir au quotidien la science et les progrès technologiques qui sont néfastes pour Gaïa, suivez mon regard.

Je voudrais en terminer en répondant collectivement à ceux de mes lecteurs qui ont bien voulu laisser des commentaires sur les sujets abordés dans cette série. Puisque l’on constate une recrudescence de maladies dites infantiles dans le monde, l’utilisation abusive d’antibiotiques prescrits à tort et à travers par des médecins harcelés par des visiteurs médicaux à longueur de journée y est pour une grande part. Ces antibiotiques affaiblissent le système immunitaire et l’enfant n’est plus correctement armé pour se défendre. Je pense que le corps médical porte une grande responsabilité dans cet état sanitaire des enfants (et même de beaucoup d’adultes). Existe-t-il des études scientifiques honnêtes montrant clairement l’effet néfaste des antibiotiques sur l’organisme ? J’en doute, car les intérêts financiers en jeu sont immenses …

Dans le présent billet je parlerai des rhumes, du jeûne thérapeutique ou encore des boissons énergisantes. Bonne lecture …

17. Manger un ice-cream est mauvais si on est enrhumé

Encore une affirmation mensongère qui a été dénoncée dans une étude réalisée par la très sérieuse Mayo Clinic. Il y a même deux affirmations erronées dans cette mise en garde. Les produits lactés provoqueraient une sécrétion abondante de mucus nasal et le froid stimulerait la croissance des virus dans la gorge. La grande majorité des rhumes accompagnés ou non de maux de gorge sont d’origine virale et les produits lactés apportent des calories à l’organisme et un ice-cream présente au contraire quelques pouvoirs analgésiques bienfaiteurs mais le froid ne stimule en aucun cas la croissance des virus au niveau des muqueuses. Quant à la surproduction de mucus nasal supposée provoquée par les produits lactés et/ou le lait, jamais aucune preuve tangible n’a pu établir de relation de cause à effet.

18. Faire craquer les jointures des doigts provoque de l’arthrite

Une étude documentée parue en 2011 dans le Journal of the American Board of Family Medicine a définitivement mis un terme à la croyance consistant à affirmer que faire craquer les articulation des doigts de la main provoquait l’apparition d’arthrite (JABFM, vol. 24(2) 169-174). Au contraire, cette pratique qui peut être compulsive chez certaines personnes, n’a pas d’explication claire mais ne favorise pas, selon cette étude, l’apparition d’arthrite quel que soient l’âge, le sexe, l’origine ethnique ou le temps passé durant lequel les sujets étudiés faisaient craquer leurs jointures. On pourrait être tenté d’extrapoler cette étude aux personnes faisant « craquer » leurs vertèbres cervicales. J’ai cherché dans la littérature scientifique si une étude similaire avait été conduite à ce sujet mais sans succès. (Illustration Wikipedia)

Capture d’écran 2017-06-16 à 20.31.56.png

19. Fièvre : faire la diète, rhume : se nourrir

Il s’agit en quelque sorte d’une maxime qui est déjà mentionnée en 1574 dans le dictionnaire de médecine de John Withals qui notait que « le jeûne est un grand remède contre la fièvre ». La croyance populaire dit que manger quand on a de la fièvre entretient celle-ci puisque les aliments apportent des « calories » à l’organisme. Stricto sensu le terme calorie appliqué à l’alimentation ne signifie pas grand chose et prête plutôt à confusion. Quand on a de la fièvre l’organisme lutte contre les « pyrogènes », des substances d’origine virale ou bactérienne. Or l’organisme a justement besoin d’être alimenté pour entretenir cette lutte. De plus l’organisme sait parfaitement réguler les besoins en énergie en stockant temporairement celle-ci sous forme de glycogène et éventuellement en graisses. Une alimentation équilibrée quand on a de la fièvre est donc recommandée et dans cette situation il faut aussi beaucoup boire pour lutter contre la déshydratation, c’est du moins ce que conseillent les spécialistes en la matière.

Ces observations m’ont interpellé car j’ai souvent observé que mes enfants puis, une génération plus tard, mes petits-enfants choisissaient spontanément de se mettre à la diète quand ils avaient de la fièvre. Ma grand-mère préconisait un bouillon de poule pour combattre la fièvre et si le cas lui paraissait sérieux un grog ou un vin chaud quand j’étais enfant. Il s’agissait surtout d’apport de liquide, ce n’est pas le peu d’alcool qui reste dans un vin chaud qui enivrera un enfant … Enfin les rhumes sont d’origine virale et tout ce que le pharmacien ou votre médecin vous conseillent est inutile : il faut laisser l’organisme construire ses défenses immunitaires et souvent la fièvre est létale pour les virus. Pour ma part quand j’ai un mal de gorge je me gargarise profondément et à la limite de la douleur avec du rhum de Marie-Galante : les virus n’aiment pas beaucoup l’alcool et l’effet est spectaculaire.

20. Les boissons énergétiques sont bonnes pour les sportifs

J’en ai déjà dit un mot sur ce blog et je ne ferai pas de commentaire sur cette affirmation qui n’est que le résultat d’un marketing agressif. Ces boissons contiennent des quantités extravagantes de caféine et de sucres. À consommer avec encore plus de modération que le Pastis …

Sources : Business Insider, Mayo Clinic, Scientific American et lien mentionné dans le texte. Illustrations disponibles publiquement.

Les compléments vitaminiques ? encore une imposture !

 

pills-vitamins-money

Il faut remonter aux années trente pour comprendre la genèse de cette vogue injustifiée et jamais confirmée de l’utilité des compléments vitaminiques pour la santé. Toute cette histoire est partie d’une lubie d’un prix Nobel de chimie qui démontra en 1931, à l’âge de 30 ans, que les liaisons chimiques n’étaient ni purement ioniques ni purement covalentes, mais entre les deux, un concept, l’électronégativité, qui fut confirmé plus tard et qu’Albert Einstein trouvait « trop compliqué pour lui » selon ses propres termes. Il s’agit de Linus Pauling. En 1949, après avoir collaboré avec l’armée américaine pour mettre au point des substituts du sang, Pauling avait orienté ses recherches vers les protéines et en particulier l’hémoglobine. Il publia en 1951 un fameux article sur la structure des protéines, transposant en quelque sorte ses travaux sur les liaisons chimiques à des structures complexes comme les protéines. Pauling fut récompensé pour ces travaux novateurs par le prix Nobel de Chimie en 1953. C’est en grande partie ces travaux de Pauling qui inspirèrent quelques années plus tard Crick et Watson quand ils élucidèrent la structure en double hélice de l’ADN, l’assemblage chimique retrouvé dans les protéines et appelé par Pauling hélice alpha. Tout découlait en fait des tous premiers travaux de Pauling sur l’électro-négativité et sa contre-partie l’électro-positivité permettant in fine ces assemblages en structures spatiales des chaines d’aminoacides dans les protéines ou des quatre bases de l’ADN reliées entre elles par des sucres et des phosphates. Comme beaucoup de prix Nobel, Pauling milita contre la guerre du Viet-Nam, contre la bombe atomique et tellement véhémentement que la Norvège lui décerna le prix Nobel de la Paix en 1962 ! Après, c’est le trou noir, une sorte de fuite en avant basée sur des idées erronées qui n’avaient plus rien à voir avec la science pure et dure dans laquelle il s’était illustré pourtant brillamment, Pauling fut en effet considéré comme l’un des plus grands scientifiques du XXe siècle. En 1966, à l’âge de 65 ans Pauling déclara sans aucunes preuves scientifiques à l’appui qu’en ingérant trois grammes de vitamine C par jour, il pourrait vivre sans encombre encore au moins 25 ans, probablement plus ! C’était un double prix Nobel qui déclarait ça haut et fort et tout le monde le crut, à commencer par les médias comme le Time Magazine. Pauling en rajouta une couche en publiant en 1970 un article sur les effets bénéfiques de la vitamine C sur le traitement du rhume, déclarant qu’en prenant jusqu’à trois grammes de vitamine C par jour quand on avait attrapé un vulgaire rhume, cette maladie serait vite éradiquée de la planète, rien que ça ! Mais c’était un prix Nobel et tout le monde l’a cru, surtout les laboratoires pharmaceutiques qui se sont frotté les mains, suivez mon regard … Pourtant, dès le début des années 40, des médecins avaient déjà conclu que la vitamine C ne présentait aucun effet bénéfique sur le traitement des rhumes et de la grippe. Comment Pauling put ressortir trente années plus tard une telle ineptie, mystère ! Toujours est-il que les ventes de vitamine C explosèrent littéralement tant aux USA qu’en Europe ou au Japon pour le plus grand bonheur des fabricants. Pauling, jouant sur son aura de prix Nobel déclara même que la vitamine C associée à d’autres compléments vitaminiques tels que les vitamines A et E avec du sélénium et le beta-carotène pouvaient repousser l’espérance de vie jusqu’à 125 ans et soigner toutes les maladies sans exception. Malgré le fait que Pauling était membre de l’Académie des Sciences américaine, il proposa un manuscrit sur les effets bénéfiques de ce type de traitement qui fut refusé, une exception rarissime qui ne mit pourtant pas fin aux délires de cet homme vieillissant appuyé par les médias, en particulier Time Magazine et naturellement des laboratoires pharmaceutiques comme Hoffman-Laroche. Malgré les démentis nombreux de la communauté médicale le mouvement était lancé et il perdure encore aujourd’hui car les suppléments vitaminiques assortis d’anti-oxydants et d’oligo-éléments font la fortune des laboratoires pharmaceutiques (25 milliards de dollars de chiffre d’affaire annuel) alors qu’un nombre incalculable d’études n’a jamais prouvé leur effet bénéfique ni sur la santé en général ni sur leur pouvoir curatif quel qu’il soit. Qui plus est, de nombreuses méta-études portant sur des centaines de milliers de personnes ont tendance à prouver exactement le contraire. Juste quelques exemples significatifs : en 1994, le National Cancer Institute (USA) en collaboration avec le Ministère de la Santé finlandais réalisa une étude sur 29000 finnois de plus de 50 ans ayant fumé une grande partie de leur vie et étant pour beaucoup encore des fumeurs, comme votre serviteur qui écrit ces lignes. Ce groupe fut choisi car il présente des risques élevés de cancer et de problèmes cardiaques. Une partie de ce groupe étudié reçut de la vitamine E et du beta-carotène (anti-oxydants supposés bénéfiques contre le cancer et les maladies cardio-vasculaires) en supplément par rapport au groupe de contrôle qui reçut un placebo. Les résultats, contre toute attente furent exactement à l’inverse de ce qu’on attendait, ces deux suppléments vitaminiques favorisaient significativement l’apparition tant de cancers que de troubles cardiovasculaires ! Une étude similaire fut conduite sur 18000 personnes à Seattle qui avaient été en contact avec de l’amiante au cours de leur vie professionnelle, même résultat troublant, l’administration de vitamine E et de beta-carotène accélérait l’apparition du cancer redoutable de la plèvre. Même genre d’études au Danemark en 2004 sur 170000 personnes pour les cancers de l’intestin, même résultats, la mortalité était plutôt augmentée ! Inutile de citer toutes les études et méta-études réalisées, juste une dernière pour la route : en 2011 une équipe de l’Université du Minnesota évalua les effets des suppléments vitaminiques associés à des oligoéléments sur 39000 femmes âgées prenant ou non quotidiennement le cocktail de jouvence préconisé initialement par Linus Pauling (multi-vitamines, magnésium, zinc, cuivre et fer) et encore une fois sans suppléments vitaminiques ces femmes âgées vivaient significativement plus longtemps que celles qui s’astreignaient pour une raison inexpliquée à ces suppléments quotidiennement. Comme quoi il faut être méfiant, surtout quand derrière ces croyances populaires initiées pourtant par un prix Nobel prestigieux et surtout reprises par les médias afin, en quelque sorte de les valider pour la plus grande satisfaction des laboratoires pharmaceutiques, il y a de réels effets pervers nuisibles à la santé ! Et ce genre d’idée fausse perdure puisque le grand public est toujours convaincu que la vitamine C est bénéfique quand on a un rhume ou une grippe. Si Einstein avouait ne pas comprendre l’électro-négativité de Pauling, il avait aussi déclaré que si on veut se faire une idée précise de l’infini, il suffit d’observer la bêtise humaine …

Source et crédit photo : Businessinsider