Yemen et Ukraine : où est la différence ?

Il y a toujours un conflit armé dont plus personne ne parle et que les Occidentaux appellent pudiquement « la guerre du Yemen ». La France, troisième vendeur d’armements au monde, a fourni des armements tels que des canons autotractés à l’Arabie saoudite supposés, selon le contrat passé avec la famille Saoud, n’être utilisés que pour défendre le pays. Dans la réalité ces canons sont pointés vers les villes du Yemen et tuent des civils sans que qui que ce soit s’en émeuve. Les populations meurent de faim et de maladie et tout le monde s’en moque y compris la grande figure de l’humanitarisme français, je veux parler du pseudo-philosophe en chemise blanche que tous mes lecteurs reconnaîtront. La France encore une fois a vendu des armes à l’Ukraine. Il s’agit aussi de pièces d’artillerie utilisées pour tuer les populations civiles, si possible en plus grand nombre possible.

Contrairement au Yemen il y a des sous-sols dans les immeubles d’habitation de la région de Donetsk et de la ville elle-même. Les habitants vivent comme des rats dans ces sous-sols depuis huit ans car ces bombardements n’ont jamais cessé depuis que le Président Porochenko a déclaré haut et fort qu’il fallait exterminer ces sales slaves jusqu’au dernier.

Voilà la vraie guerre d’Ukraine et comme pour celle du Yemen c’est un marché juteux pour l’une des rares industries françaises encore fonctionnelles. Donc Macron est complice des criminels de guerre de Kiev mais l’argent n’a pas d’odeur d’autant plus que ces armements sont payés grâce à l’aide de l’Union européenne à l’Ukraine, en d’autres termes avec les impôts des contribuables européens. Ces impôts ne servent pas à construire des ponts ou aider les agriculteurs européens mais à détruire des quartiers de Donetsk et tuer des innocents. Voilà où en sont arrivés l’Union européenne et la France et si quelqu’un est fier de faire partie de cette colonie américaine va-t-en guerre, ce n’est pas mon cas.

Il existe donc un parallèle entre le Yemen et l’Ukraine. Ce sont deux marchés pour les industriels de l’armement et ces deux pays sont des alibis pour l’Europe occidentale et les USA afin de contrer dans le premier cas l’influence de l’Iran qui soutient les rebelles yéménites et dans l’autre le soutien de la Russie pour sauver des vies slaves russophones de l’est de l’Ukraine persécutées et assassinées par le régime de Kiev depuis 8 ans. Je veux bien qu’un faux philosophe raconte n’importe quoi et que tous les téléspectateurs français ébahis boivent ses paroles mais il serait beaucoup plus objectif de suivre les articles et les reportages de la journaliste française Christelle Néant, d’Anne-Laure Bonnel et d’autres personnes courageuses qui relatent des faits et non les fantasmes de ce triste individu ou la propagande anti-russe constante qui inonde tous les médias européens.

Les drones et les crimes contre l’humanité

Capture d’écran 2015-10-19 à 12.17.45

J’ai séjourné quelques semaines à Palau, n’y allez pas, il fait très chaud et vous êtes condamné à manger des saloperies american-style servies par des Chinois ou des Philippins immigrés réduits à l’état de sous-hommes car les citoyens de cet état artificiel sont tous des fonctionnaires ou des employés de l’US Army. Je suis arrivé à Palau au milieu de la nuit et en suis reparti également au milieu de la nuit car il n’y a pas de liaisons aériennes assurées durant la journée en provenance de ou vers Manille ou Incheon, les deux destinations ou liens aériens vers ou de Palau avec Guam naturellement. La raison en est évidente et c’est un Philippin qui me l’indiqua, l’aérodrome de Palau est l’une des écoles de pilotage des drones de l’armée américaine. Ça laisse rêveur et effectivement j’ai vu de mes propres yeux ces engins silencieux, recouverts d’une sorte de peau indétectable par les radars, survoler la principale ville de Palau en plein jour sans que qui que ce soit s’en émeuve car la location de l’aérodrome par l’armée américaine est probablement la principale source de revenus de ce minuscule pays totalement surréaliste et artificiel.

Les drones sont des armes de destruction massive qui n’ont jamais été reconnues par les conventions internationales et les Américains les utilisent depuis des années en toute impunité. Barak Obama, prix Nobel de la Paix, faut-il le rappeler, est complice de l’assassinat de centaines de milliers de personnes, essentiellement des civils, organisé selon des sources fournies par la CIA, drones télécommandés à distance depuis des centres de commandement situés en Oklahoma, au Nevada ou dans le Missouri. Des centaines de civils sont assassinés presque chaque jour par ces drones en Afghanistan, au Yémen, en Somalie, en Syrie, dans les zones tribales du Pakistan, dans l’Hindu Kush, en Érythrée et bientôt peut-être à notre porte parce que nous manifesterons notre désapprobation au sujet de ces assassinats massifs ordonnés par un prix Nobel de la Paix …

Tout est organisé par la CIA qui a mis en place des agents grassement payés dans tous les pays considérés comme stratégiques pour les USA, que ce soit pour le pétrole, l’uranium, le molybdène ou plus prosaïquement l’opium en ce qui concerne l’Afghanistan. La CIA est en réalité un état dans l’état aux USA, son pouvoir de décision échappe à la Maison-Blanche et le Pentagone n’est qu’une marionnette dans cette stratégie destructrice criminelle. Si des « civils » périssent il s’agit de « bavures » regrettables. Le récent bombardement délibéré d’un hôpital de Médecins sans Frontières par un drone américain (ou un obus, on ne sait pas trop) en est une illustration étonnamment évidente. Qui plus est des chars américains sont venus ensuite sur le site pour « nettoyer » les preuves accablantes de leur méfait sur le terrain ! Que dire de plus sinon que le gouvernement américain devrait être poursuivi pour crimes contre l’humanité sans remonter aussi loin que la guerre du Vietnam et l’usage intensif d’agent orange. Les Américains et leurs gouvernement successifs se sont arrogé le droit de gouverner le monde dans le plus total irrespect des lois et conventions internationales. C’est scandaleux ! Et le soutien des gouvernements européens aux agissement criminels des Américains est tout aussi scandaleux …

Inspiré d’un billet de Paul Craig Roberts conduisant au site theintercept.com, illustration drone Predator (source : Wired.com)

Note : j’ai rédigé ce billet dimanche 18 octobre 2015 bien avant d’avoir lu l’édito de H16 sur Contrepoints du 19 octobre. J’en ai personnellement fait part à H16. Que personne ne m’accuse donc de plagiat, les informations fournies par theintercept sont disponibles sur la toile depuis le 15 octobre 2015.

Chronique du Japon

bieber-21

J’ai visité le sanctuaire shinto Yasukuni il y a quelques années car il fait partie des beaux sanctuaires de Tokyo. Il se situe dans un endroit aéré d’où on a une vue sur la ville assez agréable et le dépouillement est presque austère contrairement aux temples bouddhistes dont j’ai eu une indigestion à Bangkok. Ce sanctuaire conserve les mannes des guerriers japonais qui ont, avec patriotisme défendu leur pays, comme les grognards de Napoléon ont défendu les intérêts de l’Empire et comme les GI ont protégé la bannière étoilée. On ne va pas refaire l’histoire, c’es inutile. Toutes les guerres engendrent leurs lots d’atrocité et ce n’est pas parce que le vainqueur de la deuxième guerre mondiale, nommément les USA, a organisé un procès et condamné des militaires japonais pour crimes contre l’humanité et des Allemands pour le même genre de crime qu’il faut soixante-neuf ans après ces évènements particulièrement sombres pour l’ensemble de l’humanité remuer la merde.

Les politiciens japonais se rendent traditionnellement dans ce sanctuaire et cette démarche n’a strictement rien de politique et n’est nullement la conséquence d’un renouveau nationaliste ou militariste, c’est une tradition, point à la ligne. Le Président de la République française va se prosterner trois fois par an sur la tombe du soldat inconnu sous l’Arc de triomphe, l’emblème en plein cœur de Paris des exactions multiples des armées françaises dans toute l’Europe. Allez-y, retrouvez les noms des victoires des armées de voyous qui combattaient pour la grandeur de la France et qui ont massacré jusqu’au dernier vivant des villages et des villes entières depuis l’Espagne jusqu’à la Russie. Quand les Américains, après avoir incendié Tokyo, plus de 400000 morts, et largué deux bombes nucléaires sur le sud, se sont refait une bonne conscience en condamnant pour crime de guerre quelques soldats japonais, puisqu’ils étaient vainqueurs ils avaient raison et n’étaient pas eux-mêmes des criminels. Ben voyons !

Combien de villages coréens puis vietnamiens ont été anéantis au napalm et au phosphore par ces valeureux guerriers aux mains blanches ? Les Américains criminels de guerre ? Bien sûr que non, il ne faudrait tout de même pas inverser les rôles. Toutes les guerres sont par essence criminelles, j’aimerais bien que quelqu’un me prouve le contraire. Les rois très catholiques espagnols avaient les mains couvertes de sang, ont-ils été condamnés pour crimes de guerre ? Bien sûr que non, ils violaient les femmes, exterminaient les enfants et suppliciaient les adultes au nom de la religion. Les Américains ont massacré dans des conditions effroyables des populations partout dans le monde au nom de la démocratie et de la liberté. Ils étaient en guerre contre le Japon et ils ont commis les pires atrocités contre les Japonais lors de la reconquête du Pacifique. Ils étaient vainqueurs donc blanchis. Les Américains criminels de guerre ? Vous voulez rire !

Alors, qu’on arrête d’être faux-culs, les Chinois et les Coréens en premier lieu et que les Américains reconnaissent que eux aussi sont des criminels de guerre, que les Russes reconnaissent que Staline était un criminel, que les chinois reconnaissent que Mao était aussi un criminel, et que le sanctuaire Yasukuni ne soit plus qu’un lieu de recueillement au même titre que l’Arc de Triomphe à Paris, le cimetière d’Arlington près de Washington et bien d’autres monuments commémoratifs des atrocités sans nom que l’humanité est capable de commettre sans état d’âme.

Photo de Justin Bieber via Business Insider