Hollande et Macron se font la bise à la soirée du Crif

Capture d’écran 2017-02-22 à 23.24.44.png

Dans cette série de billets un peu (beaucoup) polémistes à propos de la campagne électorale écoeurante, abjecte, qui se déroule au fil des jours en France je ne peux que constater que Macron n’est qu’un pion manipulé par la haute finance internationale et le poulain désigné par le capitaine de pédalo mais tout de même grand capitaliste, alias ex-amant de Valérie, père d’une série de bâtards avec Ségolène et Anne, toujours amant de Julie … on ne sait pas trop, la réincarnation des histoires de cul de la royauté au XVIIe siècle. Lors de la soirée du Crif de ce 22 février 2017 naturellement et sans surprise aucune relatée par Bloomberg.TV il a fait la bise à Emmanuel :

Capture d’écran 2017-02-22 à 23.07.42.png

Ça veut tout dire. Mais quand j’ai appris que Bayrou avait rallié le clan Macron après Ségolène et Corinne j’ai finalement compris qu’en France c’était devenu du grand n’importe quoi. J’en ai eu carrément la nausée.

Surtout que mes lecteurs ne considèrent pas que je sois un anti-sémite viscéral, bien au contraire. J’ai compté parmi mes amis intimes des porteurs de kippa, j’ai été invité à des mariages à la grande synagogue de Lyon quai Tilsitt, j’ai compté parmi mes maîtresses des Judith, des Sarah, des Meriam et bien d’autres, non seulement je n’ai pas honte de le dire mais je me félicite qu’au lit j’aie pu constater qu’il n’est plus question de race ou de religion. Nous sommes tous des êtres humains.

Cependant constater que BFMTV fasse en quelque sorte de la publicité pour Emmanuel Macron à une soirée du Crif me semble tout simplement déplacé car en France le pouvoir et les églises – quelles qu’elles soient – sont séparées depuis 1901 si ma mémoire est exacte. Les religions n’ont rien à voir avec la politique et il n’est donc pas surprenant qu’Emmanuel Macron ait ôté sa kippa pour faire la bise à Hollande. C’est donc bien son ex-employeur banquier et le futur ex-président qui le soutiennent, cela ne fait plus l’ombre d’un doute …