Qui connaissait les vertus antivirales du plaqueminier alias kaki ?

 

Des biologistes de l’Université d’Hiroshima ont mis en évidence les effets antiviraux spectaculaires des tannins du fruit vert du kaki, un fruit très populaire au Japon qui peut être accommodé de multiples manières et être aussi dégusté à la petite cuillère quand il est presque complètement pourri. Je ne partage pas, et de loin, les gouts culinaires des Japonais, mais me faire manger un kaki pour soigner une bonne grippe me demanderait un gros effort d’auto-persuasion.

Ces chercheurs d’Hiroshima ont testé les extraits de tannins du fruit du kaki sur une multitude de virus mis en contact de cellules humaines en culture et le résultat est bluffant. A des doses qu’on pourrait qualifier d’homéopathiques, en d’autres termes si l’on voulait retrouver les substances introduites dans les essais, ce serait impossible alors que les virus sont tous morts. Parmi les virus étudiés, citons six virus à enveloppe : influenza H3N2, grippe aviaire H5N3, herpes simplex, stomatite vésiculaire, Sendai et Newcastle et six virus sans enveloppe : polio, coxsackie, adenovirus, rotavirus le calicivirus félin et le norovirus de la souris. L’extrait alcoolique de kaki est létal pour tous ces virus alors qu’aucun autre extrait similaire de plantes ou de fruits réputés riches en tannins, acacia, café, thé vert ou des tannins synthétiques genre pyrogallol ciblent, certes, certains de ces virus, mais jamais de manière aussi systématique et infinitésimale (6 log de dilution) que l’extrait de kaki. Manger des kakis protégerait donc des attaques virales, et j’emploie le conditionnel puisque ces études ont été réalisées en laboratoire sur des cultures de cellules et non sur des animaux et a fortiori chez l’homme. Pourtant, il serait intéressant mais extrèmement complexe de réaliser une étude sur des populations de Japonais consommateurs réguliers de kakis, au moins en automne, pour établir une corrélation avec la fréquence d’affections virales. Pourquoi ne pas donner des kakis aux enfants pour prévenir les maladies infantiles virales comme la varicelle, la rubéole ou la scarlatine et même la bonne vieille grippe saisonnière. Est-ce que les Japonais, grands amateurs de thé vert, sont moins sensible à certains virus puisque l’extrait de thé vert est presque aussi efficace que l’extrait de kaki excepté pour le virus de la cocksackie (syndrome bouche-main-pied) et l’adénovirus (dermatoses, pharyngites, pneumonies, conjonctivites) … rien ne le prouve parce qu’aucune étude n’a été entreprise dans ce sens.

 

Note : 1 log de dilution est une dilution au 1/10e, 6 log, au 1 millionnième

Source : PlosOne