Billet d’humeur politique

 

À qui profite la chute spectaculaire du brut ? Voilà une question qui agite les neurones de bien des journalistes mais personne ne trouve de réponse satisfaisante. Le Brent à 59 dollars n’arrange pas les affaires des frackers nord-américains et encore moins les chercheurs d’or noir en eaux profondes. La récession économique généralisée peut être une explication mais l’économie européenne tirera en partie son épingle du jeu puisque l’euro n’a pas autant chuté par rapport au dollar que le baril de pétrole. L’Arabie Saoudite se moque de cette situation puisqu’elle brûle plus de la moitié du pétrole qu’elle pompe pour ses besoins domestiques … Restent donc les trois bêtes noires des USA : l’Iran, la Russie et le Vénézuela qui sont les première victimes de cette chute du prix du pétrole. On pourrait aussi mentionner l’ « Etat Islamique » qui tire une grande partie de ses revenus du marché occulte du pétrole depuis les gisements tant irakiens que syriens qu’il a mis sous sa coupe.

La réponse à la question n’ayant pas de réponse claire, on peut alors se demander si cette situation n’est pas tout simplement orchestrée par les Américains avec l’appui des Saoudiens pour satisfaire leur dessein d’hégémonie mondiale …