Elections françaises : comme le marigot de Washington, en pire !

Pendant que la presse tente de relancer le feuilleton Fillon, c’est un tonnerre de silence qui a accueilli la révélation, ce week-end, du scandale Macron-Servier. Le laboratoire commercialisant le Mediator et très reconnu pour ses techniques occultes de lobbying, s’avère être l’inspirateur principal du volet « santé » du programme d’Emmanuel Macron, via un « expert » grassement rémunéré.

 Hasard ou conséquence, le leader d’En Marche plaidait quelques jours plus tôt pour mieux rembourser les médicaments vendus par… les laboratoires Servier ! Heureusement, aucun journaliste n’a eu l’indélicatesse de demander à Emmanuel Macron si Servier faisait partie de la fameuse liste gardée secrète de ses généreux donateurs. Un cas d’école de la collusion entre les labos pharmaceutiques, les politiques et les médias.

 Ce ne sont ni les valeureux enquêteurs du Canard, ni les fins limiers deMédiapart, ni même les expérimentés journalistes du Monde qui ont dévoilé le pot aux roses, mais le docteur Irène Frachon. Connue du grand public pour avoir révélé le scandale du Mediator, et décorée par l’association Anticor du Prix éthique du Lanceur d’alerte citoyen, Irène Frachon a tiqué en relevant que le « représentant santé » (et principal inspirateur de son programme en la matière), Jean-Jacques Mourad, était en fait rémunéré par les Laboratoires Servier, pour des montants qui pourraient avoisiner le million d’euros pour la seule année 2016.

 Ce conflit d’intérêt caractérisé avait déjà été signalé durant le week-end parFormindep (Association Pour une Information Médicale Indépendante), une association non partisane et reconnue. Mais la presse n’avait pas daigné relever les faits avant l’intervention d’Irène Frachon, qui a du elle-même aller vérifier les bases de données du Ministère de la santé qui répertorient les versements effectués par les laboratoires.

 Oui mais voilà, Jean-Jacques Mourad est aussi le frère de Bernard Mourad, l’un des piliers de la campagne d’Emmanuel Macron. C’est lui qui pilote pour Xavier Niel et Patrick Drahi les plus grands dossiers des médias qui appartiennent à ces deux patrons (soutiens eux aussi de Macron) : Le Monde, Libération, l’Express, BFM TV, RMC

 Bref, un scandale de conflit d’intérêt sans équivalent par le passé, mais dont on risque d’assez peu entendre parler.

Docteur Olivier BRUN – pédiatre 38 rue du Bon Pasteur 69001 – Lyon

Antidépresseurs : addendum

La méta-analyse dont j’ai relaté les résultats a pu être réalisée à la suite du Freedom of Information Act (FOIA) voté par le Congrès américain en 1996 qui rend accessible tous les résultats d’essais cliniques auprès de l’administration américaine en charge de délivrer les autorisations de mise sur le marché (FDA). Les quatre antidépresseurs mentionnés ont été autorisés entre 1987 et 1999 de la classe des inhibiteurs de la réabsorption de la sérotonine. Le Prozac par exemple a été présenté à la FDA en 1977, sa commercialisation débuta en 1987 et le brevet de la matière active (Fluoxetine) est dans le domaine public depuis 2001. La totalité des documents issus des études cliniques du Prozac sont disponibles depuis 2007 que ces études aient été favorables ou non aux effets attendus du produit. Il faut rappeler que le Prozac est l’un des antidépresseurs les plus populaires dans le monde malgré l’effet clinique peu différent du placebo dans le cas du traitement des dépressions dites légères, ce qui justement représente la majorité des prescriptions. L’open data, dont j’ai déjà parlé dans ce blog, est également de règle aujourd’hui en Grande-Bretagne et dans les pays scandinaves ainsi qu’au Japon, mais quid de la France ? Apparemment il y a un blocage au niveau du Parlement et du Sénat. Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi il y a blocage politique en France car on touche là le vrai problème des conflits d’intérêt, bon nombre de députés et de sénateurs étant par ailleurs médecins ou pharmaciens, quelle que soit leur couleur politique. On comprend dès lors facilement que l’information du public et en premier lieu des scientifiques soit bridée à dessein.