L’Élite Mondialiste admet ouvertement son projet de contrôle de la population mondiale … pour lutter contre le réchauffement climatique. C’est un mauvais signe …

Capture d’écran 2019-11-24 à 15.16.07.png

L’eugénisme et le contrôle des naissances sont les préoccupations favorites depuis une longue date des élites financières. Au début du XXe siècle la Rockefeller Foundation et le Carnegie Institute étaient profondément impliqués dans la promotion des lois eugéniques aux Etats-Unis. Des lois imposées par ces deux organismes conduisirent à la stérilisation forcée de plus de 60000 citoyens américains dans des États comme la Californie et à des licences de mariage refusées ou annulées. Les programmes eugénistes aux États-Unis n’étaient seulement qu’un test à petite échelle car les Rockefeller ont ensuite transmis leur expérience à l’Allemagne hitlérienne et sous le Troisième Reich, au cours des années 1930 et jusqu’à la fin de la guerre, un véritable programme en vraie grandeur du contrôle de la population reposant sur l’eugénisme a été mis en place.

Les objectifs de réduction de la population étaient fondés sur des critères ethniques mais aussi sur l’ « intelligence mentale » et le statut économique. Le Carnegie Institute a même créé un « Eugenic Records Office » en 1904 sous le nom de Cold Spring Harbor Laboratory (voir les liens en fin de billet). La mission de cet institut consistait à collecter les données génétiques de millions d’Américains et de leurs familles dans le but de contrôler leur nombre et d’éliminer certains traits ethniques de la population américaine. Lorsque fut rendu public le programme de contrôle de la population américaine après les révélations de ce qu’avait réalisé le régime nazi à la fin de la seconde guerre mondiale, l’administration américaine effaça soigneusement toute trace de ce programme. Le seul mot « eugénisme » a alors été pris en horreur et tous les efforts des élites pour le promouvoir en tant que science légitime ont été ruinés sans que, pour autant, ces élites abandonnent leur idéologie si précieuse à leurs yeux.

À la fin des années 1960 et au cours des années 1970 les discours mondialistes ont connu un retour en force. Le Club de Rome a été créé avec la bienveillance affichée des Nations-Unies et de groupes scientifiques connexes. La réduction de la population mondiale constituait un élément important du programme du Club de Rome. En 1972, un groupe de « scientifiques » mandatés par l’ONU a publié un document intitulé « The Limits of Growth » (Les limites de la croissance) qui préconisait très clairement de réduire considérablement la population humaine au nom de la préservation de l’environnement. L’objectif décrit dans ce document était directement lié à un autre programme, celui de l’institution d’un gouvernement mondial capable de gérer et de mettre en oeuvre des contrôles de population à grande échelle.

Pour justifier ce programme obsessionnel d’eugénisme les élites ont trouvé un prétexte redoutablement efficace pour mettre en oeuvre leur agenda : le réchauffement du climat d’origine humaine. Au début des années 1990 le Club de Rome a publié un ouvrage intitulé « The First Global Revolution » (La première révolution mondiale). Dans ce document il est dit :

« En recherchant un ennemi commun contre lequel nous pouvons nous unir et agir, nous avons eu l’idée que la pollution, la menace du réchauffement planétaire, les pénuries d’eau, la famine, etc .., conviendraient. Dans leur totalité et leurs interactions, ces divers phénomènes constituent une menace commune à laquelle nous devons tous faire face. Mais en désignant ces dangers comme des ennemis nous tombons dans le piège dont nous avons déjà averti les lecteurs : à savoir prendre les symptômes pour des causes. Tous ces dangers sont provoqués par l’intervention humaine dans les processus naturels et ce n’est donc que par le changement des attitudes et des comportements qu’il est possible de les vaincre. Le véritable ennemi est alors l’humanité toute entière« .

Cette proposition est clarifiée dans le Chapitre 5 du livre intitulé « The Vacuum » (Le vide) qui expose les arguments justifiant la mise en place d’un gouvernement mondial. Et c’est tout à fait clair : un ennemi commun doit être évoqué afin de tromper l’humanité pour qu’elle s’unisse sous une seule bannière, et les élites considèrent que la catastrophe écologique – provoquée par l’humanité elle-même – est le meilleur facteur de motivation possible. Il est aussi décrit dans ce chapitre la parfaite raison d’être du contrôle de la population : l’humanité est son propre ennemi. Par conséquent l’humanité, en tant qu’espèce (animale) doit être surveillée de manière stricte et sa prolifération doit être limitée.

Les agendas du Club de Rome et de l’ONU ont toujours été intimement liés. Dans les années 1990, au moment de la publication de « The First Global Revolution« , le Secrétaire général adjoint des Nations-Unies, Robert Muller, publiait son manifeste qui est maintenant rassemblé sur le site Web appelé « Good morning world » (http://goodmorningworld.org/G1/Home.html). Muller soutient que la gouvernance mondiale doit être réalisée en utilisant l’idée de « protéger la Terre » et le respect de l’environnement comme des composants clés. Par crainte de l’Apocalypse le public pourrait être facilement convaincu d’accepter ce gouvernement mondial comme la « nounou » indispensable pour empêcher l’ensemble de la société de se détruire elle-même. Dans un article intitulé « Proper Earth Government : A Framework and Ways to Create it » (Le gouvernement pour la Terre : un cadre et les moyens de le créer), Robert Muller explique comment le changement climatique pourrait être utilisé pour convaincre les masses de la nécessité d’une gouvernance mondiale. L’introduction d’une « nouvelle religion mondiale » (sic) et le contrôle de la population font partie intégrante de ce plan.

Dès lors il n’est pas surprenant que l’ONU ait mis en place le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC ou IPCC) et que ce groupe, ainsi que ses ramifications, figurent désormais au premier rang des arguments en faveur de la réduction de la population. Alors que nous approchons de la fin de l’Agenda 2030 des Nations-Unies qui appelle à un changement radical de la production de pétrole et d’autres sources d’énergie à grande échelle vers une production d’énergies renouvelables à petite échelle, il ne reste plus que 10 ans aux mondialistes pour atteindre leur objectif s’ils désirent respecter l’agenda de l’ONU. Ceci impliquerait un changement violent dans la société humaine et en particulier dans la plupart des pays industrialisés.

La conséquence évidente est que la population humaine devrait être réduite de façon spectaculaire pour pouvoir survivre avec la seule production énergétique des énergies renouvelables. Un désastre aux proportions inimaginables devrait bientôt se produire pour que les mondialistes puissent ensuite passer à la prochaine décennie et ils utiliseront la peur qui en résulterait pour convaincre la population – si elle veut survivre – que la gouvernance mondiale est nécessaire. Sans crise aggressive (provoquée à dessein) et sans changement radical la plupart des gens ne pourraient pas survivre sans suivre le programme de l’ONU. Ils devront donc s’y plier, dans le seul désir de préserver leur vie. Même de nombreux « gauchistes », une fois exposés à la véritable nature du contrôle des émissions de carbone et de la réduction de la population mondiale, pourraient avoir des doutes s’ils réalisent qu’ils seraient eux-mêmes menacés.

La clé pour comprendre les motivations des gens qui préconisent le contrôle ou la réduction de la population est que ces personnes supposent qu’elles seront les survivantes et les héritières de la Planète après ce grand nettoyage. Ils n’imaginent jamais qu’eux-mêmes pourraient disparaître. En 2019 la propagande a pleinement oeuvré pour conditionner soigneusement le public afin d’accepter que le changement climatique créé par l’homme est réel et la sur-population en est la cause première et donc la source du problème. Récemment un groupe de scientifiques financés par le « Worthy Garden Club » a revendiqué 11000 signatures pour affirmer qu’il était nécessaire de réduire la population pour sauver la Terre du réchauffement global. La déclaration cite toujours la même propagande – pourtant largement démentie – de l’IPCC et de l’ONU sur les changements climatiques comme étant les raisons pour lesquelles la Terre est au bord de la destruction. Le fait est que les climatologues à la solde des Nations-Unies ont été souvent pris sur le fait de manipulations de leurs propres données pour bien montrer des résultats conformes au réchauffement planétaire. Ils ont même récemment été surpris en ajustant à nouveau des données truquées il y a 20 ans afin de les faire correspondre plus étroitement à l’agenda de l’ONU (voir un récent billet de ce blog sur la réapparition de la crosse de hockey).

Le « Worthy Garden Club » est une association étrangement stérile, il n’existe aucunes informations relatives à ses membres ni à ses pourvoyeurs de fonds. Cependant les medias main-stream ont très vite repris les déclarations des « 11000 scientifiques » et les ont tout aussi rapidement reliées aux positions de l’ONU et de l’IPCC. La problématique du contrôle des naissances est un thème sans cesse abordé en ce moment dans le cadre de la campagne électorale américaine. Bernie Sanders prône le contrôle des naissances dans les pays pauvres. Elizabeth Warren promeut l’avortement en déclarant qu’il n’y a pas plus de risques que de se faire enlever les amygdales. Elle a aussi toujours soutenu l’agenda de contrôle du carbone de l’ONU, elle qui a fréquenté dans les années 1980 le Centre de Recherche sur la Population de l’Université du Texas et enfin le mouvement Green New Deal apporte son soutien inconditionnel aux thèses du Worthy Garden Club relatives au contrôle de la population.

C’est bien la première fois que l’on constate une telle utilisation aussi évidente de l’argument d’une réduction de la population dans les medias et ça laisse à penser qu’une réelle tendance mortifère se dessine. Pendant des années l’opinion a été alertée du seul fait que les mondialistes finiraient par dévoiler leurs intentions criminelles. C’est chose faite, ils admettent ouvertement leur agenda : le plan pour réduire drastiquement la population mondiale est maintenant d’ « actualité ».

Étrangement il a rarement été fait mention que la population mondiale est déjà en déclin (cf. un prochain billet sur ce blog), en particulier dans les pays occidentaux. Loin de risquer d’exploser au delà de la capacité de la Terre, cette capacité de la Terre étant une notion contestable sur bien des points, les gens font à peine assez d’enfants pour maintenir la population à un niveau stable. Il semble que cet agenda mondialiste soit déjà la réalité sans qu’aucune mesure coercitive n’ait encore été décidée. Avec la désintégration économique artificiellement provoquée par les nouveaux choix énergétiques la population se réduit déjà lentement. Mais ce déclin pourrait ne pas suffir aux mondialistes. Combien de personnes les mondialistes envisagent d’exterminer pour voir leurs aspirations utopiques réalisées ? Ted Turner, mondialiste qui s’assume ouvertement, a déclaré à « We Are Change » (Nous somme le changement) que la population mondiale devrait passer de 7 à 2 milliards d’individus.

Au delà de l’horreur de l’eugénisme le principal problème est de déterminer à qui on coupera la tête, qui prendra ces décisions, qui décidera combien d’enfants vous serez autorisé à avoir ? Qui décidera si vous avez droit à des ressources pour produire et gagner votre vie ? Qui décidera si l’économie mondiale est capable ou non d’assumer pleinement la population, et à quel niveau ? Qui prendra la décision d’exterminer des milliards d’êtres humains ?

Comme l’histoire l’a toujours montré par le passé ce sont toujours les élites qui finissent par décider du sort de millions d’êtres humains. Depuis les programmes de stérilisation de la Fondation Rockefeller aux Etats-Unis dans les années 1900 jusqu’à l’ONU aujourd’hui, les mondialistes, véritables adeptes du culte de la mort, cherchent désespérément à expliquer pourquoi ils devraient autoriser ou refuser la vie humaine sur la base de mensonges tels que le réchauffement climatique d’origine humaine. Ils ne croient pas en la menace de ce changement climatique puisque ce sont eux qui ont fabriqué ce mensonge. Alors quelle est la véritable motivation derrière tout celà ?

Une population réduite entièrement dépendante de sources d’énergie (renouvelable) limitées serait beaucoup plus facile à dominer. Mais il y a une autre théorie : ce sont des psychopathes à la recherche d’un moyen socialement justifiable pour exterminer le plus de gens possible. Et pourquoi : tout simplement parce qu’ils aiment ça …

Article de Brandon Smith paru sur le site alt-market. com . Liens.

https://www.sfgate.com/opinion/article/Eugenics-and-the-Nazis-the-California-2549771.php

https://library.cshl.edu/special-collections/eugenics

https://www.cshl.edu

https://archive.org/details/TheFirstGlobalRevolution/page/n85

https://search.archives.un.org/uploads/r/united-nations-archives/5/9/0/5900c127687eb20ba587e17b8906da66c533a663f68fe5a41c980232fb656d30/S-1100-0004-21-00003.pdf

https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-11-05/scientists-call-for-population-control-in-mass-climate-alarm

https://www.foxnews.com/science/federal-scientist-cooked-climate-change-books-ahead-of-obama-presentation-whistle-blower-charges

https://www.forbes.com/sites/joelkotkin/2017/02/01/death-spiral-demographics-the-countries-shrinking-the-fastest/#438a456ab83c

Bref ommentaire. Belle démonstration de l’imposture climatique dans laquelle le monde entier baigne aujourd’hui et du comment nous en sommes arrivés là. Le titre de cet article est révélateur : on sait maintenant ce qui nous attend à cause du réchauffement climatique d’origine humaine, la plus grande imposture qu’ait jamais connu l’espèce humaine !

Prochain billet vendredi 29 novembre (je vais me ressourcer au Japon).

Les racines génocidaires du « New Deal » vert : limiter la croissance et … libérer Prométhée.

Capture d’écran 2019-08-01 à 22.52.30.png

Traduction d’un article de Matthew Ehret paru le 31 juillet 2019 sur le site Oriental Review. M. Ehret est un journaliste et conférencier canadien. Il a créé la Canadian Patriot Review et il est cofondateur de la Rising Tide Foundation. Les inserts en italique et entre parenthèses sont de mon fait.

Le Prince Charles vient de donner au monde 18 mois pour sauver la planète (tout le monde sait que le Prince Charles est un spécialiste du climat). Au cours des dernières années, le Prince Charles et son père, parmi d’autres aristocrates consanguins d’Europe, ont manifesté un incroyable intérêt pour la sécurité de la Terre contre les machines émettrices de pollution qui consomment avec avidité et se reproduisent sans limite tout en n’ayant aucune considération pour Gaïa, notre mère à tous. Ces derniers mois la prise de conscience de cet état de fait a pris la forme d’un « Green New Deal » promu aux USA par la représentante démocrate Alexandria Ocasio-Cortez et le sénateur Bernie Sanders (illustration). Une campagne à l’intention des enfants approuvée par le Pape François et dirigée par Greta Thunberg s’est répandue en Europe et en Amérique du Nord tandis qu’un club de milliardaires dirigé par Al Gore et George Soros finance le mouvement « Sunrise » pour lutter contre le réchauffement climatique.

Cette passion déclarée pour sauver la planète est-elle authentique ? Ces oligarques et milliardaires se soucient-ils vraiment du « Green New Deal » autant que les médias bienveillants le prétendent … ou bien y a-t-il quelques chose de beaucoup plus sombre en jeu ? Pour répondre à ces questions il faut d’abord examiner rapidement ce qu’est le « Green New Deal », d’où il vient et ce que ses concepteurs ont déclaré vouloir réaliser avec sa mise en oeuvre.

Comme son nom l’indique le « Green New Deal » est un vaste programme politique qui tire son nom du « New Deal » initial de 1932 promulgué sous la direction du Président Franklin Roosevelt. Il s’agissait à l’origine d’un programme de réforme bancaire et de construction d’infrastructures massif afin de guérir les Etats-Unis des blessures profondes provoquées par quatre années de grande dépression. Alors que le « Green New Deal » de 2019 propose également de réviser en profondeur les règles de la finance et la planification d’infrastructures sa similitude avec le New Deal de Roosevelt s’arrête là. Le New Deal de Roosevelt était motivé par des projets qui allaient augmenter les capacités de production de la nation dans son ensemble grâce à des investissements dans des projets hydroélectriques, des couloirs de transport, la Tennessee Valley Authority et des milliers d’autres projets d’infrastructure. Le « Green New Deal », a contrario, cherche à réduire la puissance du travail et réduire le niveau de vie des citoyens en investissant dans des infrastructures vertes à croissance zéro. Si la vraie nature de ce « Green New Deal » était explicitée personne ne boirait cette potion amère.

Comme les Présidents Poutine et Trump l’ont souligné à diverses reprises, non seulement il n’a jamais été prouvé que le CO2 d’origine humaine entraînait des variations climatiques, mais il est apparu clairement que, depuis 1998, la tendance au réchauffement qui prévalait depuis 1938 a fait une étrange pause. Tandis que la teneur en CO2 augmentait sans cesse des scientifiques ont alerté le monde sur le fait que l’on était sur le point d’entrer dans un âge glaciaire. Ce simple fait met en évidence l’embarrassante réalité selon laquelle l’augmentation des teneur en CO2 a toujours par le passé suivi des épisodes de réchauffement et jamais l’inverse, ce qui a tendance à prouver que ce « gaz à effet de serre » est effectivement affecté par le réchauffement du climat, probablement par des facteurs d’origine spatiale, comme l’a souligné à plusieurs reprises le Président Poutine. Encore plus surprenant encore pour certains, des études récemment publiées par la NASA ont montré que la biomasse mondiale avait augmenté de 10 % ces dernières années, en grande partie en raison des politiques de croissance économique de la Chine et de l’Inde. Après tout, on a observé que les plantes poussaient beaucoup mieux lorsqu’elles étaient nourries par des niveaux accrus de dioxyde de carbone.

Quelle est l’origine de ce « Green New Deal » ?

Comment autant de scientifiques respectables auteurs de travaux de grande valeur et autant de politiciens ont-ils pu supposer qu’une telle erreur était pourtant la vérité à tel point qu’une refonte totale de la société doit être envisagée ? Cela ne s’est évidemment pas produit du jour au lendemain, mais la pression actuelle pour transformer notre monde entier en le confrontant à la « réalité » devenue incontestable du réchauffement planétaire provoqué par l’homme trouve ses origines dans le mouvement néo-malthusien des années 1968-1972. Dans ce court intervalle de temps qui connut les assassinats de grands leaders politiques comme John F. Kennedy, Enrico Mattei, Martin Luther King et Bob Kennedy et la mort de Charles de Gaulle, le vide que laissa ces disparitions fut vite comblé par l’établissement sur la scène politique de lâches et de parasites. Il y eut un changement de paradigme vers le conservationnisme rejetant l’éthique de la croissance industrielle qui définissait la civilisation occidentale jusqu’à présent. Ce réveil malthusien répondait au défi lancé par le président de la société eugénique et fondateur de l’UNESCO Julian Huxley (illustration,frère d’Aldous) qui écrivit en 1946 :

Capture d’écran 2019-08-01 à 17.35.16.png

« L’unification politique dans un gouvernement mondial sera nécessaire même si toute politique eugénique radicale sera politiquement et psychologiquement impossible pendant de nombreuses années, il importera que l’UNESCO veille à ce que ce problème eugénique soit examiné avec le plus grand soin et que l’esprit du public soit informé des problèmes en jeu, de sorte que ce qui est maintenant impensable puisse au moins devenir pensable. »

Naturellement, à peine un an après que le monde eut pris conscience des horreurs de l’eugénisme nazi Huxley et ses associés parmi l’élite anglo-américaine qui finança Hitler eurent un grand travail à réaliser pour redorer l’image de l’eugénisme et le reformuler sous un autre nom.

1001 Nature Trust et le Club de Rome

En 1968 fut fondée une organisation connue sous le nom de Club de Rome sous la direction de deux misanthropes Aurelio Peccei et Sir Alexander King. Rapidement cette organisation (on dirait aujourd’hui un « think-tank ») prit rapidement de l’ampleur dans le monde anglo-saxon avec des membres comptant divers idéologues de la communauté politique, économique et scientifique qui ont tous convenu que la meilleure forme de gouvernance de la société était une dictature scientifique. Sir Alexander King a écrit :

« En cherchant un nouvel ennemi pour nous unir, nous avons eu l’idée que la pollution, la menace du réchauffement de la planète, les pénuries d’eau, la famine, etc … iraient de l’avant. Tous ces dangers sont causés par l’intervention humaine. Ce n’est que par le biais de changements d’attitude qu’ils peuvent être surmontés. Le véritable ennemi est donc l’humanité elle-même.« 

Afin de financer ce changement de paradigme le 1001 Nature Trust avait été fondé en 1970 par le Prince Bernhard des Pays-Bas (Bernhardt de Lippe-Biesterfeld, époux de la future reine Juliana), porteur de sa carte de membre du parti nazi et fondateur du Groupe Bilderberg en 1954, qui avait travaillé aux côtés du Prince Philip Mountbatten (époux de la Reine Elizabeth II), son compagnon misanthrope, et de Sir Julian Huxley pour créer quelques années auparavant le World Wildlife Fund (WWF). Le plan était très simple : chacun des 1001 membres fondateurs a versé 10000 dollars dans la fiducie qui a ensuite été dirigée vers le changement de paradigme vert. Parmi les autres membres importants du Club 1001 on compte des têtes couronnées royales et princières, des milliardaires et des sociopathes technocratiques qui ne souhaitaient rien d’autre que gérer ce « Nouveau Monde » hautement prometteur financièrement en tant que membres « alpha ». Beaucoup d’entre eux firent ensuite partie du Club de Rome dont le Canadien Maurice Strong qui est ensuite devenu vice-président du WWF sous la présidence du Prince Philip en remplaçant un autre vice-président du WWF, Louis Mortimer Bloomfield. Bloomfield était membre du Club 1001 et il avait été identifié par le procureur de la Nouvelle-Orleans, Jim Garrison, comme étant l’un des instigateurs de l’assassinat du Président John F. Kennedy, notoirement opposé aux mouvement malthusien.

Le document qui devint ces années-là la véritable bible et le plan directeur de ce nouveau mouvement anti-humaniste et néo-malthusien qui a donné naissance au programme « Green New Deal » d’aujourd’hui s’intitule « Limits of Growth » paru en 1972. Il détient le record du livre sur l’écologie le plus lu, vendu à 30 millions d’exemplaires et traduit en 32 langues. Un article récent célébrant la parution de cet ouvrage déclarait :

« Cet ouvrage a contribué au lancement de la modélisation informatique moderne de l’environnement à l’échelle mondiale. Après la parution de « Limits of Growth » les environnementalistes, scientifiques et décideurs politiques ont de plus en plus pensé aux problèmes écologiques en termes planétaires et comme étant interconnectés de manière dynamique. Il faut relire ce livre, car plus que tout autre il a introduit le concept de changement climatique anthropocentré auprès d’un immense public.« 

Le livre lui-même est le résultat d’une étude réalisée par une équipe de statisticiens du MIT co-signée par Jay Forrester et Dennis Meadows. Comme Alexandria Ocasio-Cortez aujourd’hui, ces jeunes professeurs du MIT n’étaient que des marionnettes en papier manipulées par les plus grands ingénieurs en sciences sociales qui géraient le spectacle en coulisse. Cette étude émanant du MIT n’a même pas été initiée au MIT, elle le fut à Montebellow au Québec en 1971 sous la houlette de Pierre Elliot Trudeau, l’un des « parrains » du Club de Rome, qui a alloué de l’argent des contribuables canadiens à ce projet. Il fut décidé lors d’une réunion rassemblant un réseau de conseillers privés de la fondation Rhodes (qui finance des bourses d’étude) réunis autour d’Alexander King (illustration ci-dessus), Maurice Strong, Maurice Lamontagne (fondateur d’Environnement Canada), Michael Pitfield, fondateur du SCRS, service de renseignement et de sécurité du Canada et le Gouverneur général Roland Michener de financer ce projet. Le projet a ensuite été en partie financé au MIT par la fondation Volkswagen dont le passé soutenu par les nazis aurait dû indisposer certains statisticiens du MIT.

Le malthusianisme en bref.

Les membres du Club de Rome/WWF/Club 1001 se sont surnommés « néo-malthusiens » en référence à l’idéologie popularisée par Thomas Malthus (illustration ci-après). L’essai de Malthus paru en 1799 sur le principe de la population a noté de façon pessimiste que la population humaine s’accroissait de manière géométrique tandis que la production alimentaire augmentait de manière arithmétique, menant inévitablement à un point critique de surpopulation.

malthus-point-of-crisis.jpg

Ce point de crise a été le fondement du concept que les auteurs de « Limits of Growth » ont appelé par la suite la « capacité de charge » (carrying capacity). Bien sûr, plutôt que de permettre à ces « bovins » d’humains de développer leur esprit afin de faire plus de découvertes et d’inventions qui compenseraient ce point critique, Malthus, et plus tard ses héritiers, savaient que l’Empire britannique dont il était un employé n’aurait jamais pu exister si ce pouvoir créatif n’avait pas été libéré. En dépit des faits Malthus a froidement préconisé l’élimination des faibles pour faire de la place aux plus forts. N’étant pas au fait des subtilités de langage utilisées dans l’actualité au XXIe siècle, Malthus est allé jusqu’à proposer que l’on pratique des infanticides :

 » Tous les enfants naissant au delà de ce qui serait nécessaire pour maintenir la population au niveau souhaité doivent nécessairement périr, à moins que les décès des adultes leur laisse une place suffisante … nous devons donc faciliter, au lieu de tenter maladroitement et en vain, les opérations de la nature dans la production de cette mortalité.« 

En reformulant les hypothèses de Malthus dans un système informatique complexe, ces néo-malthusiens ont voulu créer un mouvement d’annulation volontaire fondé sur la honte parmi une génération entière de baby-boomers. Bien sûr, si vous supposez que le progrès technologique est terminé, il apparaîtra certainement qu’un système fermé des ressources limitées et fixes ne peut être géré que par une élite technocratique qui obtient des rendements décroissants à mesure que le monde s’installera dans un « équilibre mathématique » imaginaire de la « durabilité ». Heureusement pour l’humanité la réalité est rarement conformes aux idéaux pessimistes des racistes et des impérialistes.

Sir-Alexander-King.jpg

L’enchainement de Prométhée.

Formé depuis longtemps à Londres et proche collaborateur du premier ministre canadien Pierre Elliot Trudeau, Maurice Lamontagne était membre du Club de Rome et ancien président du conseil privé de ce club. Parmi tous les membres du Club de Rome Lamontagne a été toujours décisif en identifiant le plus grand ennemi de la Terre comme étant la créativité humaine elle-même. Dans ses rapports au Sénat canadien qui réformaient le financement et la planification scientifique canadienne, Lamontagne écrivit :

 » La nature impose des contraintes précises à la technologie elle-même et si l’homme persiste à les ignorer l’effet final de son action à long terme peut être de réduire plutôt que d’accroître le potentiel de la nature en tant que fournisseur de ressources et d’espace habitable … Mais alors une question se pose : comment pouvons-nous arrêter la créativité de l’homme ? « 

Reconnaissant à juste titre que l’envie de découvrir l’inconnu est inhérente à la condition humaine Lamontagne répond à sa propre question en écrivant :

 » Comment pouvons-nous proclamer un moratoire sur la technologie ? Il est impossible de détruire les connaissances existantes, il est impossible de paralyser le désir inné de l’homme d’apprendre, d’inventer et d’innover … En dernière analyse, nous constatons que la technologie n’est qu’un outil créé par l’homme à la recherche de ses aspirations infinies et n’est pas l’élément significatif envahissant le milieu naturel. C’est la croissance matérielle elle-même qui est à l’origine du conflit entre l’homme et la nature. « 

Ainsi donc la créativité et ses fruits du progrès technologique ne sont acceptables que s’ils réduisent le conflit entre l’homme et la nature, selon Lamontagne ! La « mauvaise » technologie, dans sa formulation, a pour effet d’augmenter la croissance matérielle de l’humanité, c’est-à-dire les pouvoirs de productivité. Si en revanche nous promouvons des technologies à faible densité énergétique telles que les éoliennes, les panneaux solaires et les biocarburants, qui entraînent une réduction de la capacité de travail de l’homme alors la technologie peut être définie comme une « bonne chose » selon cette logique tordue. Ce rapport a été repris par un autre membre du Club de Rome, Omond Solandt, qui l’a présenté au Sénat américain. Solandt a initié sa carrière comme conseiller scientifique auprès de Lord Mountbatten (mentor aux penchants pédophiles du Prince Philip) pendant la seconde guerre mondiale puis il a dirigé le Conseil de recherches pour la défense jusqu’en 1957 et il a ensuite intégré le MK Ultra (lien en fin de billet, je conseille à mes lecteurs de lire l’article en français sur MK Ultra) aux côtés du tristement célèbre Ewan Cameron de l’Université McGill au Canada. Solandt a dit de manière sophistiquée que  » il n’est plus nécessaire de faire de la science. Il faut plutôt comprendre, guider et utiliser efficacement la science pour le bien-être de l’humanité « . Ce qui définit « le bien-être de l’humanité » pour un membre promoteur de MK Ultra ne peut que donner des frissons !

En prévision du déchainement de l’ordre post-industriel avec la fluctuation du dollar américain en 1971 et la destruction du système monétaire de Bretton Woods qui incluait au moins un minimum de réglementations des spéculateurs monétaristes, Lamontagne a prescrit que la nouvelle sagesse ne visait plus seulement les découvertes scientifiques dans les domaines médical, atomique et spatial mais une réorientation vers des projets d’ingénierie plus pratiques. Il a aussi proposé de réduire les budgets alloués aux sciences « dures » en élargissant cette notion de science aux sciences humaines, sociales et monétaires. Ces programmes ont progressivement absorbé une grande partie des fonds alloués aux sciences exactes et à la science pure. Dans le premier volume de son rapport Lamontagne a déclaré ceci :

 » La nouvelle sagesse prescrit qu’un effort de recherche et développement supplémentaire soit consacré aux sciences de la vie et aux sciences sociales plutôt qu’aux sciences physiques, aux objectifs économiques et sociaux plutôt qu’à la curiosité et à la découverte. « 

À la défense de Prométhée

Un scientifique canadien de premier plan a rapidement pris position contre cette transformation impulsée par le Club de Rome. Ronald Hayes, Professeur de sciences de l’environnement à l’Université Dalhousie et fonctionnaire canadien, a écrit un livre en 1973 intitulé « L’Enchainement de Prométhée : l’évolution d’une structure de puissance pour la science canadienne  » dans lequel il a identifié Lamontagne comme un serviteur du dieu Zeus décrit par Eschyle dans la célèbre tragédie Prométhée enchaîné. Le drame grec antique racontait l’histoire du demi-dieu Prométhée, puni pendant dix-mille ans pour avoir enseigné à l’humanité, par défi, l’usage du feu que Zeus avait monopolisé pour lui-même. En attaquant l’appel de Lamontagne à déconstruire toute la structure de financement de la science canadienne mise en place entre 1938 et 1971 et à mettre en place un nouveau système technocratique le Professeur Hayes déclara que le principal problème avec l’approche de Lamontagne s’appelait le syndrome égyptien :

 » Si seulement nous pouvions détruire tout ce que les Israéliens ont construit et réduire la Palestine à un désert, tout le monde serait égal et nous pourrions commencer à construire un monde meilleur pour les Arabes. Ainsi Lamontagne veut détruire le conseil national de la recherche, l’organisme qui a lancé et nourri une grande partie de la recherche gouvernementale et abondé les programmes des cycles supérieurs dans les universités. C’est une erreur de l’administration Trudeau dont se fait l’écho Lamontagne. « 

Il n’y a pas de limite à la croissance.

Dix ans après la publication de « Limits of Growth » le candidat à la présidence américaine et fondateur de la Fusion Energy Foundation, Lyndon Larouche (1922-1919) a réagi au mouvement néo-malthusien avec encore plus de force que Hayes. Dans sa première publication en 1982 de son ouvrage « Il n’y a pas de Limite à la Croissance  » Larouche écrivait :

 » Ce n’est pas la croissance de l’industrie qui détruit les forêts du monde. Dans la plupart des cas la cause est un déficit de production industrielle, une mauvaise gestion industrielle de l’écosphère. Au cours des 15 dernières années la plus grande cause et unique de destruction de l’ « écologie » du monde a été la tolérance des politiques réclamées par les soi-disant écologistes, les soi-disant néo-malthusiens du Club de Rome, l’Institut International pour l’Analyse des Systèmes Appliqués, le Fond mondial pour la nature, l’Institut Aspen, la Fondation Ford, la Fondation Rockfeller, le US Sierra Club, etc. Nous n’investissons pas assez d’énergie produite industriellement dans la gestion de l’eau, les produits chimiques, etc, l’agriculture de la biosphère terrestre. Dans le même temps nous utilisons la biomasse comme combustible et d’autres usages traditionnels. Nous devrions plutôt utiliser de l’énergie d’origine nucléaire, utiliser des matériaux modernes fabriqués industriellement à la place du bois d’oeuvre pour la construction de logements, etc. « 

Décrivant l’influence extraordinaire que les limitations de la croissance ont eu sur la consolidation du renouveau néo-malthusien comme facteur dominant dans les cercles politiques occidentaux, Larouche a identifié les erreurs fondamentales qui ne sont que timidement remises en cause par les prises de position de Trump aux USA. Il a déclaré :

 » L’étude elle-même, « Limits of Growth », était particulièrement frauduleuses à deux égards. Premièrement, en essayant de prouver que la société industrielle utilise trop rapidement les ressources naturelles qui restent. Meadows et Forrester ont fortement minimisé les quantités connues de ces ressources. Deuxièmement, plus important encore, Meadows et Forrester ont projeté le taux de consommation des ressources naturelles en utilisant des systèmes d’équations linéaires simultanément. Cette utilisation dans un « modèle » informatique d’équations linéaires intègre l’hypothèse selon laquelle il n’y a aucun progrès technologique dans la société. En fait le progrès technologique, y compris la redéfinition fondamentale de la signification des « ressources naturelles », constitue depuis cinq siècles le trait marquant de la civilisation européenne. Les limites de la croissance dans ce modèle reposaient sur l’hypothèse que de tels progrès technologiques étaient parvenus à un arrêt brutal et absolu. « 

Entropique ou anti-entropique ?

Tout comme Thomas Malthus quelques siècles auparavant les néo-malthusiens se devaient de nier l’existence des progrès technologiques – et de leur origine dans la créativité humaine – comme moyen par lequel les capacités de performance de l’humanité sont modifiées en fonction des découvertes et des inventions. Cette relation de l’humanité avec l’univers qui l’entoure définit absolument notre existence en tant qu’espèce au dessus de toutes les autres créatures de la biosphère. Etant donnée que les capacités de performance des autres espèces vivantes sont définies par l’environnement et par des caractéristiques génétiques, l’être humain peut transcender ces conditions de manière délibérée à condition de pouvoir accéder au meilleur patrimoine culturel et éducatif du passé, à condition d’avoir le désir et la curiosité de porter cet héritage vers des limites toujours plus élevées sans jamais s’attendre à butter sur un équilibre mathématique ou une mort par chaleur entropique, comme le prédisent avec leur pessimisme bon nombre de statisticiens de l’école « Limits to Growth ». Contrairement à cette école, les travaux de Larouche en science de l’économie physique réalisés entre 1952 et 1956 reposaient sur le concept opposé selon lequel la capacité de l’humanité de passer de formes de consommation d’énergie faibles à élevées (c’est-à-dire du bois au charbon, du charbon au pétrole, du pétrole à la fission nucléaire puis à la fusion, etc) permet de transformer sans limite le potentiel économique physique de l’humanité. Des sauts créatifs dans l’inconnu conduisent à de nouvelles découvertes de principes permettant à la densité de la population relative potentielle de l’humanité d’augmenter avec l’amélioration des niveaux de vie, de l’espérance de vie et du potentiel cognitif d’une manière qu’aucun autre animal – ce que les malthusiens souhaitent pourtant nous faire croire – ne peut atteindre. Ce fait même de la vie est la preuve essentielle que non seulement l’humanité mais aussi l’univers n’a aucune limite en ce qui concerne son potentiel de perfectionnabilité constante et donc son essence anti-entropique.

Le Vrai New Deal

Il faut espérer que ces lignes ont démontré que le « Green New Deal » n’est rien d’autre qu’une nouvelle forme d’eugénisme se faisant passer pour une réforme socialement consciente. Le fait est que ce « Green New Deal » n’est pas vert (car un monde recouvert de panneaux solaires accélérerait la désertification de la terre par chauffage) mais il n’y a aucun lien avec le véritable New Deal. Les effets d’un programme visant à réduire les émissions de CO2 à des niveaux « acceptables » conformément à la volonté des Britanniques aujourd’hui n’apporterait rien d’autre que le chaos, la famine et la dépopulation à l’humanité.

bering-straight.jpg

Fort heureusement, le monde aujourd’hui compte près de 8 milliards d’âmes et, en dehors d’une poignée d’oligarques et de technocrates bornés et avides, ce sont tous des esprits qui pourraient volontairement se perfectionner et se déployer pour faire de grandes découvertes dans les domaines de la science et des arts. Le monde dans lequel vivent toutes ces personnes est de plus en plus façonné par le vrai New Deal dans le cadre de l’initiative Routes et Voies commerciales dirigée par la Chine, initiative qui compte maintenant 160 pays et représente le volume financier de plus de 20 plans Marshall. Cette initiative nécessite un retour à une éthique fondée sur l’amour de l’humanité et la conviction de l’utilité des progrès scientifique et technique. Cet esprit a été parfaitement explicité par le Président Xi Jinping qui a déclaré au Dialogue des Civilisations Asiatiques le 15 mai dernier :

 » Pour qu’une civilisation perdure il faut tout faire pour la maintenir en vie et valoriser son patrimoine de génération en génération. Plus important encore une civilisation doit s’adapter à l’évolution de la situation et innover. L’histoire des civilisations du monde nous dit que chaque civilisation doit progresser avec son temps et profiter du meilleur de ce temps pour se développer. Nous devons trouver de nouvelles idées pour donner une impulsion et une inspiration au développement de nos civilisations. Grâce à ces efforts, nous livrerons à nos civilisations des réalisations qui transcenderont dans le temps et l’espace et auront un attrait durable. Pour stimuler l’innovation et la créativité des personnes le meilleur moyen est de mettre en contact les différentes civilisations, de détecter les points forts des autres et d’y faire appel. « 

Le fait que les Présidents Poutine et Xi Jinping aient créé une alliance basée sur la planification à long terme, de grands projets d’infrastructure visant à améliorer les conditions de vie de tous et des progrès à la pointe de la technologie indique que le « grand jeu vert » créé à la suite des disparitions des dirigeants anti-malthusiens dans les années 1960 va enfin se terminer. L’automutilation lente des Etats-Unis a enfin une chance de s’arrêter avec le premier président anti-malthusien élu depuis l’époque Reagan qui était plutôt bien intentionné bien que parfois stupide, il y a 35 ans. Reagan n’avait pas cette alliance russo-chinoise avec laquelle coopérer pendant la guerre froide contrairement à Trump. L’offre faite à l’Amérique de rejoindre l’initiative Belt and Road et un nouveau système de coopération stratégique est sur la table du Président. Reste à savoir comment le Président Trump réagira.

Lire aussi https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_MK-Ultra )

Il y a 50 ans naissait le Club de Rome

Capture d’écran 2018-09-05 à 12.53.04.png

Aurelio Peccei, un industriel italien philanthrope qui avait travaillé dans la firme automobile Fiat puis la société Olivetti, créa en avril 1968 avec Alexander King, un chimiste écossais, le Club de Rome, mettant en avant pour la première fois le concept de « développement durable ». Le Club de Rome existe toujours et est basé à Winterthur en Suisse, le pays de tous les possibles. La problématique de cette assemblée dont le secrétaire général actuel est Graeme Maxton, connu pour son livre « La fin du Progrès », est de prôner le malthusianisme afin de sauvegarder l’humanité. On peut résumer l’idéologie de ce club ainsi. En réalité si les thèses d’un déclin imparable de la qualité des conditions de vie sur la Terre en raison de l’accroissement de la population fait partie de la préoccupation centrale du Club de Rome, le but final est tout autre.

Il est difficilement concevable d’imaginer un instant que les individus sur la planète entière restreindront sans contrainte extérieure leur instinct de procréation. Il s’agit donc pour cette organisation de mettre en place progressivement un gouvernement mondial dont les objectifs seront d’abolir les gouvernements nationaux et d’imposer des règles strictes de bonne conduite afin de restreindre la population. Pour atteindre un tel objectif il faut naturellement que les populations soient réceptives à des injonctions venant d’ « en haut ». L’Eglise chrétienne a remporté un franc succès en persuadant les adeptes qu’il y avait un paradis promis à ceux qui étaient vertueux et un enfer pour les autres. C’est exactement ce type d’attitude qu’adopta tout de suite le Club de Rome.

Dès 1973, avec les ordinateurs de l’époque, des chercheurs du MIT travaillant pour le Club de Rome modélisèrent un sombre avenir pour l’humanité si celle-ci ne réussissait pas à restreindre le nombre des naissances. La vidéo datant de cette année-là et diffusée à la télévision indique que dès 2020 l’humanité sera confrontée à des graves problèmes de survie, de pollution, de ressources alimentaires et qu’en 2040 la situation se sera tellement dégradée que la population mondiale chutera catastrophiquement. Voici le lien pour les anglophones : https://youtu.be/cCxPOqwCr1I. On peut croire ou non à ce type de prévision sur le long terme appelée par son auteur Jay Forrester le programme « World One » mais son but était surtout de terroriser les foules.

Pour imposer « sa loi » à l’humanité toute entière il faut d’abord la préparer psychologiquement et le seul moyen, comme l’a fait l’église chrétienne en son temps, il faut lui faire peur. Comme le disait Christine Lagarde l’humanité dérègle le climat – ce qui reste encore à prouver – et « on va tous griller comme des toasts », c’est ce qu’elle a affirmé : l’image de l’enfer ! Alexander King, alors directeur du Club de Rome, évalua les résultats de ce programme de simulation et en conclut que les grandes corporations devaient imposer un nouvel ordre mondial afin d’achever le but d’ « un développement durable » qui ne dégrade pas les conditions de vie sur la planète Terre. Lors de sa prochaine réunion le Club de Rome formulera les 17 points qui doivent être implémentés rapidement. C’est essentiellement une directive de mise en place d’une gouvernance mondiale sous l’égide des Nations-Unies, du Fond Monétaire international et de la Banque Mondiale. Pour retrouver les détails de ce projet il suffit d’aller sur le site des Nations-Unies et de chercher Sustainable Development Goals.

Monter en épingle le réchauffement climatique d’origine humaine – alors que l’activité humaine joue un rôle négligeable par rapport à l’activité solaire – est du pain béni pour ces globalistes qui veulent imposer leurs lois et leur lubies au monde entier. Le Club de Rome est sponsorisé par les globalistes les plus acharnés au monde. Juste pour situer l’importance qu’ils donnent à cette organisation, citons les membres passés et présent de cette assemblée qui veut s’octroyer des pouvoirs terrifiants pour les démocraties : Al Gore, Mikhail Gorbachev, Bill Clinton, Jimmy Carter, Bill Gates, Ted Turner, George Soros, Tony Blair, Deepak Chopra, Henry Kissinger, Barbara Marx Hubbard, Marianne Williamson, Le Roi Juan Carlos I et la plupart des anciens secrétaires généraux des Nations-Unies ainsi que divers officiels de haut rang. Les bras séculiers déjà présents pour mettre en oeuvre ce projet sont Facebook, Google ou encore Amazon, Microsoft et la majeure partie des médias appartenant à des entités financières transnationales.

Nous entrons donc bien dans une ère nouvelle orwellienne, la dictature mondiale dont le principal acteur sera les USA, inutile de s’en étonner. Pour donner un petit exemple de l’attitude particulièrement significative des Nations-Unies j’ai écrit un billet il y a quelques jours sur la bilharziose. Je conseille à mes lecteurs d’aller sur la page schistosomiasis de Wikipedia en anglais et ils découvriront avec stupeur ceci :

Capture d’écran 2018-09-05 à 16.04.00.png

Ce passage a disparu de la version française ! Il est très facile de comprendre quelle est la politique de l’OMS, organisme onusien, faut-le rappeler, tout simplement de laisser les enfants africains mourir, c’est mieux pour la planète : la bilharziose tue seulement 200000 personnes chaque année, ce n’est pas assez … N’importe quel individu normalement constitué trouve que ce genre de décision émanant d’un organisme international est inique. Mais si on prend la peine de fouiller dans les directives du Club de Rome, force est de retrouver tous les chevaux de bataille des ONGs concernant la lutte contre l’usage des pesticides. C’est un levier pour réduire la population humaine car ne plus faire appel à des molécules chimiques hautement spécifiques dans l’agriculture extensive entrainera inévitablement des famines généralisées, ce que désire finalement le Club de Rome. Un autre point intéressant dont les médias n’ont pas le droit de faire un quelconque commentaire, l’orchestration par le Club de Rome des campagnes anti-vaccins dans le but d’affaiblir les défenses immunitaires des êtres humains afin d’assister à une augmentation de la mortalité généralisée. Ce type d’actions souterraines est largement repris par les médias. Pas étonnant, ces médias appartiennent pour la plupart à des groupes financiers impliqués dans le grand projet du Club de Rome et je le rappelle ici au risque de me répéter.

La supposée raréfaction des ressources en hydrocarbures est aussi une préoccupation de cette insidieuse organisation totalitaire néo-troskyste dont le label trompeur est le néo-libéralisme est un mensonge. Il existe des réserves en charbon et en pétrole partout dans le monde mais leur exploitation est préjudiciable pour la santé du climat. En effet le Club de Rome a largement encouragé la propagande consistant à déclarer que le gaz carbonique était mauvais pour le climat, normal me direz-vous car il s’agit du seul argument dont dispose cette assemblée de complôtistes qui veulent établir une hégémonie dictatoriale sur l’ensemble de l’humanité. J’ai plus de 70 ans et je ne suis pas encore dénué de sens critique mais je suis convaincu que mes petits-enfants vivront des années très sombres. Ils seront les esclaves des grandes compagnies apatrides guidées par les USA, peut-être le seul créneau qui reste aujourd’hui à ce pays pour survivre à moins de catalyser un nouveau conflit mondial meurtrier, ce que désire finalement le Club de Rome pour réduire la population mondiale. Belle perspective …

Inspiré d’un article de Michael Snyder paru sur le site endoftheamericandream.com le 3 septembre 2018 via le site ZeroHedge

Emmanuel Macron et l’idéologie du Club de Rome

Capture d’écran 2017-07-12 à 16.46.26.png

C’est une information un peu réchauffée mais je n’ai pas pu résister à la commenter …

Droit dans ses bottes le monarque Macron a parlé au nom de la France au sujet des problèmes de l’Afrique lors d’une conférence de presse en marge du G20 à Hambourg. Pour lui ces problèmes résident dans le fait que les femmes font trop d’enfants, je cite : « Quand des pays ont encore 7 à 8 enfants par femme, vous pouvez décider d’injecter des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien« . L’URL de la vidéo, sous toute réserve est https://www.facebook.com/first … mais je ne me suis pas connecté à Facebook, ce site mensonger (j’ai pourtant un compte depuis plus de dix ans), pour obtenir l’URL entière. La vidéo a été publiée par FIRST Magazine.

Capture d’écran 2017-07-11 à 20.57.56.png

 

On voit donc que Macron suit scrupuleusement les injonctions du Club de Bilderberg et du Forum de Davos. Il dévoile donc sa face cachée, c’est un pur instrument de la finance mondiale, méprisant comme d’ailleurs tous les énarques, terrorisé à la simple idée d’appliquer son programme électoral (s’il en avait réellement un) pour ne pas provoquer des soulèvements populaires incontrôlables, adoptant la valse hésitation dans ses décisions comme son prédécesseur, un individu aussi exécrable que son ministre d’Etat chéri Hulot.

Capture d’écran 2017-07-11 à 20.57.09.png

Quelle belle paire d’imposteurs ! J’ai fait une capture d’écran de deux commentaires parus sur la toile au sujet de sa conférence de presse controversée. Macron doit être perturbé par son ménage stérile : normal son épouse est ménopausée …

La source d’inspiration de Macron réside probablement dans le document ci-dessous.

Capture d’écran 2017-07-12 à 16.23.51.png