La CIA distribue les décorations

Capture d’écran 2017-02-13 à 12.42.57.png

L’espion en chef Mike Pompeo a remis la médaille d’honneur « George Tenet » de la CIA au Prince Mohammed bin Naif Abdulaziz Al-Saud pour sa contribution à la lutte anti-terroriste. On n’est pas le 1er Avril, ce n’est pas une blague … ni une fausse nouvelle. Pour les curieux Tenet fut directeur de la CIA de 1997 à 2004.

Sans commentaire.

Mort suspecte d’un grand journaliste allemand. L’affaire promptement enterrée …

Capture d’écran 2017-01-20 à 20.32.07.png

Je n’ai pas vu d’infos au sujet de la mort suspecte du Docteur Udo Ulfkotte à l’âge de 56 ans le 14 janvier 2017 ni dans les head-lines du Figaro ou du Point (je ne lis plus les articles de cette presse vendue à la CIA) ni dans les lignes du quotidien en ligne Les Echos et ni, qui plus est et c’est regrettable, dans les lignes de Contrepoints qui aurait pourtant été félicité de rappeler qui est ce journaliste et surtout pourquoi il est mort. D’ailleurs le Guardian et la Tribune de Genève comme les deux principaux quotidiens nationaux espagnols n’ont pas dit un mot de la disparition de ce grand journaliste.

Et pour cause … Ulfkotte était éditeur du grand journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung quand il osa publier un livre intitulé « Bought Journalists », Gekaufte Journalisten et en français Journalistes Vendus, qui lui coûta son travail et très probablement sa vie. Il fut proprement mis à la porte du journal et reçut des menaces de mort pour avoir dénoncé l’emprise de la CIA sur l’ensemble du milieu journalistique européen. La presse européenne, selon Ulfkotte, est un service de propagande de la CIA elle-même au service des grandes firmes américaines. Il leur faut une guerre contre la Russie et pendant des années les journalistes ont été contraints de mentir et de cacher la vérité à leurs lecteurs.

Voici ce qu’il déclarait lors d’une récente interview à Russia Today : « J’ai été journaliste pendant 25 ans et on m’a contraint à mentir, à trahir et ne pas dire la vérité au public. Je bénéficiais du soutien de la CIA, et pourquoi ? Parce que je suis pro-américain. Les médias américains et allemands essaient de pousser l’Europe à la guerre contre la Russie. Ce fut pour moi un point de non-retour, et je me suis levé pour dire haut et fort que j’ai eu tort pendant toutes ces années de manipuler les peuples et d’alimenter cette propagande anti-russe« .

Il ajoute plus loin que « la plupart des journalistes occidentaux travaillent avec le soutien des services secrets. C’est spécialement le cas des médias anglais mais aussi des médias israéliens, français, australiens, néo-zélandais ou taïwanais, bref, de beaucoup de pays« . Ulfkotte a admis dans son livre avoir disséminé sous la contrainte la fausse nouvelle que le Président de la Libye Muammar Khadaffi construisait une usine de production de gaz de combat en 2011, sur ordre de la CIA, ajoutant enfin « j’ai très peur d’une nouvelle guerre en Europe et je ne veux pas d’une telle situation parce qu’une guerre n’apparait pas spontanément, elle est décidée par des gens qui y trouvent un intérêt, supportés par les politiciens et malheureusement les journalistes. Nous avons trahi nos lecteurs ! Nous vivons dans une république bananière (l’Allemagne) et non dans un pays démocratique avec une presse libre« .

Udo Ulfkotte est mort en silence … pour avoir trahi la cause du Deep State américain en dénonçant les risques de guerre imminente entre l’Europe et la Russie. Il faut admettre que les bruits de bottes depuis la Norvège et l’Estonie jusqu’à la Bulgarie sont pour le moins inquiétants.

Source et illustration : yournewswire.com

Le professionnalisme des services secrets américains est exemplaire

Capture d’écran 2017-01-10 à 10.27.00.png

Pour tenter d’incriminer la Russie en la personne de Vladimir Poutine dans un monstrueux complot de hacking les services secrets américains – FBI/CIA/NSA – ont fait très fort dans leur soigneuses investigations. Même les Suisses se sont émus de ce remarquable exercice puisque des adresses IP attribuées au Swaziland étaient en réalité localisées dans la Confédération de Guillaume Tell !

Les services américains de sécurité intérieure ont identifié 875 adresses IP dans le monde qui auraient servi à mener les cyberattaques organisées par Moscou. Les adresses citées par les spécialistes de la CIA et de la NSA comme se trouvant au Swaziland, un township sud-africains, correspondent à des utilisateurs helvétiques infectés par le malware Fancy Bears soupçonné par les autorités américaines d’être lié au pouvoir russe. Jamais aucune preuve n’a pu corroborer cette affirmation gratuite et l’erreur des services secrets américains illustre parfaitement leur dilettantisme.

Ce qui est le plus inquiétant dans cette histoire rocambolesque de dangereux mensonge pouvant précipiter l’ensemble de la planète dans le chaos est le crédit apporté par les médias américains et occidentaux aux affirmations fantaisistes de ces services de sécurité américains. La majorité des experts indépendants considèrent que le rapport fourni à la Maison-Blanche est truffé d’inexactitudes et n’apporte aucune preuve concrètes de l’implication de la Russie dans cette comédie qui est devenue une « affaire d’Etat » depuis qu’Obama a expulsé 35 diplomates russes des USA.

N’importe quel journaliste honnête peut se poser de sérieuses questions sur la crédibilité tant de la CIA et de la NSA que du gouvernement américain tout entier !

Source et illustration : RTS

Billet d’humeur géopolitique : Trump, Obama et la CIA

­

Billet d’humeur géopolitique : Trump, Obama et la CIA

La désinformation fait rage et la Suisse, un pays bien connu pour être neutre, a pris avec des pincettes la dépêche de l’AFP ci-dessous. Il s’agit du site Romandie.com (n’importe qui peut le consulter) qui a relaté le pamphlet de l’AFP affirmant « Moscou est derrière … » et non pas « Moscou serait derrière … » comme l’a déploré Romandie.com dont je me permets de saluer ici la probité et qu’il me soit également ici laissé le plaisir de remercier ce site pour sa respectabilité et sa « neutralité ». Voici donc ci-dessous le copié-collé de la dépêche de l’AFP. Je me suis permis de mettre en caractères italiques le commentaire de Romandie.com

Moscou est derrière l’ingérence dans l’élection américaine

(Note de la rédaction : le titre affirmatif de cette dépêche n’engage que l’AFP, en tant que client nous aurions préféré recevoir sur nos serveurs un titre au conditionnel)    

Washington – Les responsables du gouvernement russe sont derrière l’ingérence dans l’élection américaine, maintiennent les services américains de renseignement dans leur témoignage écrit pour une audition au Sénat jeudi matin.

Nous estimons que seuls les plus hauts responsables russes ont pu autoriser les vols et publications de données liées à l’élection américaine, selon ce témoignage qui estime aussi que la Russie a utilisé des techniques et méthodes informatiques pour chercher à influencer l’opinion publique en Europe et en Eurasie.

Dans son témoignage oral, le directeur du renseignement américain James Clapper, qui coordonne les 17 agences d’espionnage américaines, a estimé que la Russie avait clairement pris une position encore plus agressive dans le cyber-domaine, en accroissant ses opérations d’espionnage informatique, faisant fuiter les données recueillies et visant les réseaux d’infrastructures clés.

Les services de renseignement décèlent des activités russes destinées à saper la confiance du public dans les institutions et la confiance dans l’information, les services et les institutions, a-t-il dit.

Le directeur du renseignement américain a par ailleurs indiqué que la Chine continuait à mener avec succès des activités d’espionnage informatique contre des intérêts américains, même si les services de renseignement et les experts privés ont observé une certaine réduction de l’activité chinoise, a déclaré M. Clapper.

Les Etats-Unis avaient tapé du poing sur la table contre les activités de piratage chinoises, engageant en particulier en 2014 des poursuites judiciaires pour piratage informatique et espionnage économique contre cinq responsables militaires chinois.

Durant une visite d’Etat à Washington en septembre 2015, le président chinois Xi Jinping et Barack Obama avaient annoncé un accord de coopération entre Pékin et Washington pour lutter contre les cyber-attaques. (©AFP / 05 janvier 2017 16h29)

Et comme je m’intéresse de très près à la politique américaine car des décisions d’Obama qui sème des clous sur la route de son successeur, il lui reste encore deux semaines pour lui nuire, risquent de réduire à néant le programme de The Donald, je me permets alors d’insérer dans ce billet une autre information, celle-là issue du site de la RTS (radio télévision suisse) et je laisse mes lecteurs juges du renversement de tendance de Donald Trump déjà, semble-t-il, emprisonné par la CIA. Il s’agit d’une information issue de Keystone datée du 6 janvier de cette année. Pour plus de clarté j’ai mis l’ensemble du texte de cette dépêche en italique :

Un sénateur interdit de séjour en Russie à la tête du Renseignement américain

Le choix de Dan Coats doit rassurer ceux qui accusent Donald Trump d’indulgence envers la Russie. [Susan Walsh – Keystone]

Selon plusieurs médias américains, Donald Trump a choisi le nouveau directeur national du Renseignement. Il s’agit de Dan Coats, 73 ans, sénateur républicain sortant de l’Indiana.

Dan Coats est l’un des six sénateurs américains et trois responsables de la Maison Blanche interdits de séjour en Russie par Moscou en 2014, en représailles aux sanctions américaines après l’invasion de la Crimée. A l’époque, le sénateur s’était dit « honoré » d’être ainsi pris pour cible par le Kremlin.

Dan Coats a aussi été ancien ambassadeur en Allemagne de 2001 à 2005, sous l’administration de George W. Bush. Il était membre de la commission du renseignement au Sénat pendant son dernier mandat.

Une nomination sensible

Le directeur du Renseignement, poste créé après les attentats du 11-Septembre, coordonne l’activité des 17 agences de Renseignement américaines, dont la CIA, le FBI ou la NSA.

Cette nomination est très sensible, en pleine polémique sur l’ingérence russe dans l’élection américaine. Ce choix devrait rassurer tous ceux qui soupçonnent une indulgence coupable du président élu envers la Russie de Vladimir Poutine.

L’ingérence russe évoquée devant le Sénat

Le chef du Renseignement américain et celui de la NSA ont à nouveau fait état de l’ingérence russe lors de la campagne présidentielle américaine jeudi lors d’une audition devant le Sénat. James Clapper et l’amiral Michael Rogers sont catégoriques. Selon eux, Moscou a mené une campagne à multiples facettes pour favoriser la victoire de Donald Trump.

Le Kremlin ne se serait pas contenté d’orchestrer le piratage du Parti démocrate et la diffusion de ses emails, mais aurait eu recours à la propagande et à la désinformation.

Il faut donc lire entre les lignes et rapprocher ces informations. Ou bien la CIA et toutes les autres agences de renseignement américaines prennent l’ensemble des autres pays du monde pour des cons (excusez ma prose un peu crue) ou alors nous sommes tous complices – je veux dire les politiciens que nous avons mis au pouvoir à la tête de nos pays respectifs – et nous soutenons donc aveuglément les affirmations du véritable pouvoir qui dirige les USA : la CIA et le complexe industriel de défense et de sécurité américain qui naviguent de concert sur les mêmes eaux. Les USA auront battu en 2016 leur record absolu de vente d’armes en tous genres dans le monde, c’est d’ailleurs à peu près le seul business qui fonctionne bien dans ce pays. Les USA, en dépit du traité de non-prolifération des armes nucléaires, déploient plus de 1000 missiles nucléaires en Europe et en Asie sur le sol de leurs « alliés », aussi divers que le Japon, l’Espagne, la Turquie, l’Allemagne, la Corée du Sud et maintenant la Bulgarie. Ni la Russie, ni la France, ni la Grande-Bretagne et ni la Chine n’ont déployé leurs propres « armes de destruction massive » (pour reprendre les propos de GHW Bush au sujet de l’Irak) hors de leurs pays respectifs, sous-marins lanceurs de missiles non inclus, et cette attitude ouvertement agressive des USA contraire au traité de non-prolifération nucléaire est à déplorer et à dénoncer publiquement.

Pour la CIA, le Pentagone et les industriels américains de l’armement, il faut une cible à abattre et c’est aujourd’hui Moscou avec la Crimée, le vol MH17 et la Syrie et demain ce sera Pékin ! Les implantations militaires chinoise en Mer de Chine du Sud font les stratèges du Pentagone particulièrement nerveux … Voilà l’unique motivation de cette propagande inique reprise comme il se doit par l’AFP, ni plus ni moins une agence de propagande ! Le fait que Trump ait choisi Dan Coats pour chapeauter le renseignement américain semble une manoeuvre, un écran de fumée, pour calmer les ardeurs du clan démocrate et du complexe militaro-industriel et sécuritaire américain. J’ai écrit « semble » et j’espère dire vrai car il en va de l’avenir de l’humanité.

J’ai regardé le « lundi » d’Olivier Delamarche sur BFMTV hier matin et quand il insiste sur le fait qu’il y a plus de 100 millions d’américains qui n’ont que des emplois précaires dont la moitié d’entre eux bénéficient de la soupe populaire pour ne pas mourir de faim (inutile d’imaginer dans quel état se trouvent leurs enfants – 30 millions d’enfants aux USA souffrent de malnutrition) il y a un terreau tout à fait favorable pour faire la guerre et sauver la société américaine du gouffre … Bienvenue dans un monde meilleur Monsieur Trump ! À moins d’être rapidement assassiné comme le fut JFK vous aurez fort à faire pour calmer les ardeurs des seuls industriels américains qui font que l’économie américaine fonctionne encore …

L’Europe ? Un ensemble de pays zombies

Le président sortant américain a encore sévi dans le mensonge en minant la route de son successeur à plusieurs reprises ces derniers jours. Tout prix Nobel de la Paix qu’il est – à sa place je ne serais pas très fier de cette distinction usurpée – il ose encore mentir pour la énième fois, lui qui a baigné dans cette pratique digne d’un régime nazi car en politique, en particulier en ce qui concerne la politique américaine, seul le mensonge est devenu l’alternative pour poursuivre un agenda agressif tous azimuts.

La pratique du mensonge à la Maison-Blanche pour servir les intérêts hégémoniques des USA ne date pas d’hier ni d’avant-hier. Le premier des grossiers mensonges fut l’incident du Golfe du Tonkin (2 et 4 août 1964) monté de toute pièce par les services secrets américains pour justifier, en pleine guerre froide, l’entrée en guerre des USA au Vietnam. Il fut précédé de triste mémoire par le coup d’état organisé en Iran en 1953 pour destituer le premier ministre Mohammad Mosaddegh qui avait été démocratiquement élu à la tête du gouvernement iranien mais qui eut l’audace de nationaliser l’Anglo-iranian Oil Company. Mosaddegh fut remplacé avec l’aide de la CIA et des services secrets anglais par une marionnette d’opérette, le Shah Reza Pahlavi, le roi dynastique d’Iran en quelque sorte, soutenu par les Anglais et les Américains, dont tous les médias occidentaux relatèrent alors sur ordre de la CIA les moindres faits et gestes dans la presse people de l’époque. Ce fut l’une des premières plus grandes magouilles de la CIA de la seconde moitié du XXe siècle. Les résultats de cette très sombre histoire qui aboutit au final au régime religieux d’aujourd’hui alimentent encore le ressentiment des USA à l’égard de l’Iran quand le pays se radicalisa sous l’impulsion du pouvoir religieux car il est difficile de faire amende honorable quand on a soi-même organisé le crime …

En 1970 Salvador Allende fut démocratiquement élu président du Chili. Il adopta une politique qui déplut au plus haut point aux intérêts économiques et politiques américains. Encore une fois la CIA, afin de préserver l’accès aux mines de cuivre chiliennes, fomenta un coup d’état à la suite d’un blocus économique et financier qui mit à mal le pays pour installer une dictature à la solde des USA. Le mensonge organisé par la Maison-Blanche était en l’espèce qu’un régime socialiste était malsain pour le Chili. Dans le pré-carré des Américains, on pourrait encore mentionner le Honduras, le Guatemala, Panama … à quoi bon ? Dans tous les cas les scénarios furent du même genre comme ce fut le cas récemment à Hong-Kong quand la CIA finança des agitateurs dénonçant l’hégémonie de Pékin sur ce territoire au statut spécial dans le seul but de créer une sorte d’abcès pouvant par contagion s’étendre dans toute la Chine.

La stratégie du mensonge s’est accélérée depuis le 11 septembre 2001 avec l’effondrement (organisé à l’avance ?) des tours jumelles du World Trade Center. Les « coupables » étaient tous d’origine saoudienne mais ce fut l’Afghanistan qui fut déclaré responsable des attentats, un mensonge par trop grossier pour préserver les intérêts économiques des USA en Arabie Saoudite. Inutile d’en dire plus ! Puis ce furent les armes de destruction massive – Saddam Hussein disposait-il de milliers de bombes nucléaires ? – qui constituaient une menace pour l’humanité toute entière. Ce fut la guerre d’Irak basée uniquement sur un mensonge comme les canonnières du Golfe du Tonkin … une pure invention de la CIA.

Personne n’ignore, à moins d’être aveuglément un supporter du prix Nobel de la Paix, Barack Obama, que la Maison-Blanche n’a eu de cesse d’abonder dans les mensonges à répétition en ce qui concerne la Libye dirigée par un tyran sanguinaire mangeur d’enfants, la Syrie sous la coupe d’un dictateur n’hésitant pas à exterminer ses propres concitoyens avec des gaz de combat, encore des mensonges, et enfin l’Ukraine à la solde de Moscou, un pays où il était urgent de mettre de l’ordre en organisant un coup d’état et la mise en place d’un gouvernement fasciste (cf Pinochet au Chili) pour que l’armée américaine puisse s’installer impunément près de la frontière russe. Le dernier mensonge américain en date en Ukraine est le vol MH17 suivi de près par l’ « annexion » de la Crimée par la Russie avec les conséquences que personne ne peut ignorer : le retour de la guerre froide et les menaces qui planent sur l’ensemble de l’humanité.

Quid de l’usage de drones dans des théâtres d’opérations militaires importés et créés de toute pièce par la Maison-Blanche, que ce soit en Irak, en Afghanistan, au Yémen, en Somalie, au Soudan ou encore en Syrie ? Obama, qui a encouragé l’usage de drones car ils évitent à l’armée américaine de s’impliquer directement sur le terrain, n’est-il pas un criminel, ces drones ont exterminé des centaines de milliers de civils. Aucune convention internationale interdit l’usage des drones et pour cause toute tentative en ce sens serait contrecarrée par les USA.

Le dernier et le plus grossier des mensonges de la Maison-Blanche est le hacking du processus électoral américain par la Russie. Depuis les révélations par Wikileaks des messages électroniques de Podesta et d’Hillary Clinton (une menteuse notoire) la Russie est accusée directement et frontalement par la CIA. Avec l’assentiment d’Obama qui en a profité pour renforcer les sanctions à l’encontre de la Russie … Cette fois c’est tellement grossier qu’il faut seulement espérer qu’on décernera le prix international du mensonge à Obama, probablement le pire de tous les présidents américains qui aura laissé à la postérité et à l’histoire la plus sombre image de l’Amérique depuis l’extermination systématique des Indiens par les généraux Sherman, Sheridan et consorts ! Et pourtant tous les gouvernements européens continuent à soutenir les USA. Faut-il qu’ils soient devenus de véritables zombies, à commencer par Madame Merkel, servilement suivie par Hollande, mais aussi par Junker et la presque totalité des chefs de gouvernement européens ?

Billet inspiré du blog de Mish Shedlock

Zombie : mort-vivant dans le folklore traditionnel haïtien

Coup d’Etat aux USA ce lundi 19 décembre 2016 ?

Capture d’écran 2016-12-18 à 19.14.31.png

La CIA dirigée par John Brennan (illustration) et le FBI dirigé par James Comey complotent en ce moment même pour tenter de faire en sorte que les Grands Electeurs républicains retournent au dernier moment leur veste et refusent d’investir Donald Trump, considéré maintenant comme un agent de Moscou et un épouvantable fasciste. Il leur reviendra alors la responsabilité de trouver un remplaçant pour le futur président au cas où cet évènement improbable mais pourtant envisageable advenait.

La propagande incessante affirmant jour après jour la responsabilité du Kremlin dans le trucage des votes américains et les révélations au public des e-mails entre autres de Podesta, le directeur de campagne de Clinton, et ceux de cette dernière via Wikileaks a disséminé le doute dans le public et probablement aussi dans l’esprit de certains grands électeurs du camp républicain.

Capture d’écran 2016-12-15 à 20.46.52.png

Il se peut que ce lundi 19 décembre mette au grand jour le rôle particulièrement néfaste de la CIA tant à l’intérieur des USA que dans de nombreux pays dans le monde. Un évènement sans précédent depuis l’affaire du Watergate qui fut orchestrée par cette même CIA et le FBI et conduisit à la destitution de Richard Nixon. Inutile de rappeler l’implication directe de cet organisme dans l’assassinat de John Kennedy après le fiasco de la Baie des Cochons … La CIA, créée par Truman est devenue un monstre ingouvernable habitué aux coups tordus les plus sinistres, aux assassinats, tortures et autres mensonges les plus éhontés qui empoisonnent les relations internationales et la politique domestique américaine.

Sources partielles : consortiumnews.com et Paul Craig Roberts

Les incroyables mensonges de la CIA

Capture d’écran 2016-12-14 à 20.26.50.png

Le recomptage des voix à la suite du scrutin dit présidentiel du 6 novembre dernier aux USA a conduit à un nouveau désastre pour le clan Clinton. Dans l’Etat du Wisconsin, des voix « pour » Trump avaient été oubliées … Dans l’Etat du Michigan ce recomptage, du jamais vu dans l’histoire des USA, a clairement montré qu’au contraire les urnes électorales avaient été truquées au profit d’Hillary. Cette mascarade odieuse a donc pris fin et à n’en pas douter il va y avoir de sérieuses poursuites judiciaires dans quelques mois à l’encontre de ces individus, Hillary et Bill, intimement mêlés dans ce scandale de corruption politique.

Ce n’est pas tout, la rumeur qui avait été mise en avant par les journaux et les médias à la solde du clan Clinton, que ce soit Fox News ou le Washington Post et CNN, à savoir l’interférence de la Russie dans l’organisation de ce scrutin, rumeur émanant de la CIA, risque bien elle aussi d’entrainer de lourds dégâts dans le marigot nauséabond de Washington. Il faut se rendre à l’évidence l’Amérique est l’un des pays les plus corrompus du monde avec la collaboration de toutes les administrations fédérales dont justement la CIA main dans la main des grandes compagnies industrielles de l’armement . À en croire les dernières informations le FBI serait sur le point d’ouvrir une enquête au sujet des agissements plutôt louches de cette agence, ce qui constituerait une première dans le fonctionnement des institutions américaines, mais attendons de voir.

Il faut remonter la filière de cette incroyable mise en scène de la CIA qu’aucun auteur de romans policiers n’aurait pu imaginer et que quelques courageux journalistes d’investigation ont eu le mérite au péril de leur vie de révéler mais il ne faut pas en parler en Occident, surtout pas en Europe, surtout pas en France ni en Belgique et encore moins au Canada, un conglomérat informe de pays esclavagisés par les USA avec l’OTAN et encore une fois la CIA : pour reprendre les propos du Président des Philippines, tous les chefs de gouvernement européens sont des « enfants de putes » …

L’Ukraine est la cour de récréation de la CIA depuis les évènements de Maiden (janvier 2014) à Kiev. Tout y est minutieusement organisé pour discréditer la Russie depuis l’avion malaysien assurant le vol Amsterdam-Kuala Lumpur MH17 abattu par l’armée ukrainienne dans le but de durcir la position des Européens à la suite du vote démocratiquement organisé en Crimée pour réintégrer ce territoire à la Fédération de Russie. La guerre civile conduite par les fascistes mis au pouvoir à Kiev par la CIA pour massacrer systématiquement les habitants russophones du Donbass, guerre financée par les USA et par voie de conséquence par l’Union européenne via l’OTAN, et donc par les contribuables des pays européens, a fait plusieurs centaines de milliers de morts, la plupart innocents, et anéanti le tissu industriel de cette région. Aujourd’hui encore des chefs d’Etat hautement corrompus comme Hollande et Merkel soutiennent le maintien des sanctions économiques contre la Russie alors que de nombreux autres gouvernements européens considèrent qu’il s’agit d’une erreur funeste pour l’économie de leurs pays.

Je disais donc que l’Ukraine est devenue la cour de récréation de la CIA et de plus en plus d’informations naturellement ignorées des médias occidentaux, en France Le Monde, Le Figaro ou encore Le Point et en Espagne El Pais ou El Mundo, mais aussi La Libre Belgique ou La Tribune de Genève, font état de l’origine ukrainienne de ce prétendu hacking à grande échelle qui aurait nui au bon déroulement des élections présidentielles américaines. De quoi s’agit-il au juste ?

Il faut faire quelques rappels en ce qui concerne l’Ukraine. C’est un pays artificiel où tout oppose deux communautés qui doivent depuis la fin de la deuxième guerre mondiale tenter de vivre ensemble. Il y a d’une part les habitants de la partie occidentale de ce pays qui parlent l’ukrainien, une langue proche du polonais, sont catholiques et ont hérité de l’idéologie fasciste (nazie) mise en place par Stepan Bandera au début des années 1940. Dans la partie orientale du pays, la plus industrialisée et la plus riche, la population est majoritairement de religion orthodoxe et russophone. L’industrie du Donbass a toujours maintenu des liens étroits avec la Russie y compris après la chute du mur de Berlin et la désagrégation de l’URSS. Il y a enfin la péninsule de Crimée où s’est toujours trouvée une importante base militaire terrestre et navale russe datant de l’époque de Staline, territoire qui fit toujours partie de la Russie jusqu’à des arrangements stupides de « Monsieur K » qui incorpora à l’Ukraine ce territoire pourtant russe depuis des temps immémoriaux. Les vues stratégiques des USA sur ce petit bout de terre ont provoqué ce que l’on sait, les sanctions économiques à l’encontre de la Russie décidées par l’Union européenne suivant servilement les injonctions de Washington …

Aujourd’hui c’est la CIA qui gouverne en Ukraine et aide le gouvernement fasciste de Kiev a jeter le discrédit sur la Russie, et toutes le occasions sont bonnes à saisir surtout quand il s’agit de protéger les copains corrompus des rives du Potomac dont le clan Clinton et les entreprises de l’armement, beaucoup d’entre elles se trouvant en Virginie toute proche. L’occasion était rêvée pour Obama, agissant au nom du clan Clinton, d’accuser Moscou de hacking des systèmes informatiques électoraux américains. Naturellement c’est la CIA qui lui dictait ses déclarations tonitruantes. Ce n’est pas Moscou qui était à l’origine de cette incroyable mise en scène relevant du plus pur machiavélisme gouvernemental américain. Tout est venu de l’Ukraine ! Et il y a beaucoup à parier que c’est la CIA elle-même qui est à l’origine de ce couac repris par les médias corrompus de l’ensemble des pays occidentaux, cette même CIA qui ose accuser ses propres agissements, tout à fait invraisemblable mais pourtant vrai !

Des journalistes ukrainiens ayant eu vent de ce coup monté ont été interdits d’activité par le régime de Kiev. Pas moins de 4500 personnes se sont vues du jour au lendemain privées de leurs droits civiques et ne peuvent plus exercer leur métier d’information. Au coeur de cette machination organisée par la CIA se trouve une dénommée Alexandra Chalupa, une politicienne de Kiev haute en couleur, fondatrice d’un mouvement politique ultra-nationaliste fasciste prônant la guerre – tout simplement – contre la Russie et qui a alimenté un lobbyisme intense auprès des gouvernements de l’Union européenne pour la mise en place des sanctions économiques à l’encontre de la Russie et fait appel à l’OTAN pour protéger son pays d’une éventuelle attaque russe en obtenant le déploiement de fusées anti-missiles et de radars puissants sur le sol ukrainien. Chalupa, depuis le début de la campagne électorale américaine, était viscéralement opposée à la candidature de Donald Trump en particulier quand ce dernier nomma Paul Manafort, son manager de campagne électorale, ouvertement ouvert à une collaboration avec la Russie. Elle inventa de toute pièce l’information reprise par tous les médias occidentaux (sur ordre de la CIA et de l’OTAN) que Manafort était un « homme de Moscou » …

Il s’ensuivit l’apparition de cette rumeur infondée de hacking et d’interférence électronique de la campagne électorale américaine et du trucage des votes lors de l’élection du 6 décembre dernier, rumeur organisée par Chalupa, très probablement un agent de la CIA bien qu’aucune information crédible ne puisse conforter cette hypothèse. Toujours est-il que depuis le début de l’année 2014 les pays européens dans leur ensemble ont été manipulés par la CIA via l’Ukraine et ses dirigeants fascistes et ça ne date pas de ces fameux évènements de Maiden mais de bien avant. La mouvance fasciste ukrainienne date de la collaboration avec le régime d’Hitler et a été largement utilisée par les services secrets américains tout au long de la « Guerre froide » puis très largement, et alors ouvertement, à la suite de l’effondrement du mur de Berlin.

Si Donald Trump, le prochain président américain, manifestait quelques velléités de vengeance à l’encontre de la CIA, il sera très probablement assassiné (comme le fut JF Kennedy) par cet organisme qui est, somme toute, un état dans l’Etat collaborant étroitement avec l’OTAN et donc imposant ses vues hégémoniques à l’Union européenne et échappe à tout contrôle tant du Sénat que de la Chambre des Représentants. Triste image d’une démocratie supposée être exemplaire pour le monde entier, mais aussi triste constat de la déliquescence de la politique étrangère européenne, en particulier de la France et de l’Allemagne mais aussi des Pays-Bas empêtrés par l’affaire du vol MH17, consternant, tout simplement. The Donald devra prendre soin de lui-même, je lui souhaite longue vie.

Source : eXiledonline.com