Nouvelles du Japon : les petits secrets de la Chuo Line enfin dévoilés

Nouvelles du Japon : les petits secrets de la Chuo Line enfin dévoilés

La Chuo Line est une ligne de chemin de fer partant de la station de Tokyo Central et supposée à sa création de relier Tokyo à Nagoya par l’intérieur (424 km). Elle fut mise en chantier dès 1889 et fut électrifiée dans sa partie urbaine dès 1904, cependant il fallut attendre 1973 pour que la totalité de la ligne Tokyo-Nagoya soit complètement électrifiée. Si cette ligne est presque rectiligne dans la plaine où se trouve l’immense conurbation de Tokyo, au delà de la ville de Hachioji le relief devient montagneux et cette ligne serpente au milieu des forêts. Les conducteurs des trains poursuivant leur route en direction de Nagoya étaient parfois avertis à Hachioji du danger que représentait l’impossibilité de freiner correctement dans les courbes en raison d’une invasion des rails par des centaines de milliers de millepattes au-delà de la station de Tatsuno à 220 kilomètres à l’ouest de Tokyo. Ce qui excita la curiosité des employés de la JR East (la compagnie de chemins de fer dont dépend la Chuo Line) était que ces alertes n’étaient pas communes tous les étés mais qu’il existait une périodicité de 8 ans sur certaines sections de la voie mais cette périodicité de 8 ans était décalée sur d’autres sections. Cette énigme occupa l’attention de certains entomologistes dès les années 1920.

Ce n’est que vers les années 1970 que le Docteur Keiko Niijima de l’administration nationale des forêts basé à Hachioji, une des villes situées à l’ouest de Tokyo sur la Chuo Line à 47 kilomètres de Tokyo Central en bordure des premiers reliefs montagneux, s’intéressa à ces curieuses explosions massives de millepattes sur les voies de la Chuo Line. Les archives incroyablement détaillées (à la japonaise !) relatant les minutieuses observations du Docteur Niijima, aujourd’hui retraité et vivant paisiblement à Suginami (arrondissement de la ville de Tokyo, situé à l’ouest du centre-ville et desservi par 4 stations de la Chuo Line), ont été étudiées et exploitées par les Docteurs Momoka Nii et Jin Yoshimura des Universités de Shizuoka et de Tokyo, campus de Hachioji, pour tenter de trouver une explication satisfaisante de la présence périodique, très exactement de 8 ans pour un site particulier, de ces centaines de milliers de millepattes qui ont toujours préoccupé les conducteurs de train de la Chuo Line dans la partie montagneuse au delà de la ville de Hachioji.

Il s’agit de l’espèce de petits millepattes Parafontaria laminata armigera dont le cycle larvaire complexe dure huit années. Les deux auteurs cités ont concentré leurs études près du Mont Yatsu et d’autres sites alentour où les essence forestières sont principalement des hêtres. L’état larvaire de ces petits arthropodes dans le sol à des profondeurs variant entre 10 et 30 centimètres dure huit ans avec donc huit stades (instar) successifs :

Et lors de l’émergence massive des adultes non seulement ce phénomène peut présenter un danger pour les trains mais également pour les automobilistes puisqu’il s’agit de centaines de milliers d’individus qui vont se livrer aux joies de la reproduction en groupe, les femelles déposant leurs œufs, entre 400 et 1000, à la fin de ces festivités sexuelles pour ensuite mourir. Le cycle de vie de 8 ans de ces millepattes est remarquable par sa régularité et ce sont les seuls insectes ayant un cycle larvaire aussi long avec certaines cigales dont le cycle larvaire, selon les espèces, varie entre 3, 7 et 17 ans.

Source et illustrations : https://doi.org/10.1098/rsos.201399

Lien : https://en.wikipedia.org/wiki/Chūō_Main_Line