Yemen et Ukraine : où est la différence ?

Il y a toujours un conflit armé dont plus personne ne parle et que les Occidentaux appellent pudiquement « la guerre du Yemen ». La France, troisième vendeur d’armements au monde, a fourni des armements tels que des canons autotractés à l’Arabie saoudite supposés, selon le contrat passé avec la famille Saoud, n’être utilisés que pour défendre le pays. Dans la réalité ces canons sont pointés vers les villes du Yemen et tuent des civils sans que qui que ce soit s’en émeuve. Les populations meurent de faim et de maladie et tout le monde s’en moque y compris la grande figure de l’humanitarisme français, je veux parler du pseudo-philosophe en chemise blanche que tous mes lecteurs reconnaîtront. La France encore une fois a vendu des armes à l’Ukraine. Il s’agit aussi de pièces d’artillerie utilisées pour tuer les populations civiles, si possible en plus grand nombre possible.

Contrairement au Yemen il y a des sous-sols dans les immeubles d’habitation de la région de Donetsk et de la ville elle-même. Les habitants vivent comme des rats dans ces sous-sols depuis huit ans car ces bombardements n’ont jamais cessé depuis que le Président Porochenko a déclaré haut et fort qu’il fallait exterminer ces sales slaves jusqu’au dernier.

Voilà la vraie guerre d’Ukraine et comme pour celle du Yemen c’est un marché juteux pour l’une des rares industries françaises encore fonctionnelles. Donc Macron est complice des criminels de guerre de Kiev mais l’argent n’a pas d’odeur d’autant plus que ces armements sont payés grâce à l’aide de l’Union européenne à l’Ukraine, en d’autres termes avec les impôts des contribuables européens. Ces impôts ne servent pas à construire des ponts ou aider les agriculteurs européens mais à détruire des quartiers de Donetsk et tuer des innocents. Voilà où en sont arrivés l’Union européenne et la France et si quelqu’un est fier de faire partie de cette colonie américaine va-t-en guerre, ce n’est pas mon cas.

Il existe donc un parallèle entre le Yemen et l’Ukraine. Ce sont deux marchés pour les industriels de l’armement et ces deux pays sont des alibis pour l’Europe occidentale et les USA afin de contrer dans le premier cas l’influence de l’Iran qui soutient les rebelles yéménites et dans l’autre le soutien de la Russie pour sauver des vies slaves russophones de l’est de l’Ukraine persécutées et assassinées par le régime de Kiev depuis 8 ans. Je veux bien qu’un faux philosophe raconte n’importe quoi et que tous les téléspectateurs français ébahis boivent ses paroles mais il serait beaucoup plus objectif de suivre les articles et les reportages de la journaliste française Christelle Néant, d’Anne-Laure Bonnel et d’autres personnes courageuses qui relatent des faits et non les fantasmes de ce triste individu ou la propagande anti-russe constante qui inonde tous les médias européens.

Jusqu’où oseront-ils mentir ?

Je regarde le site Donbass Insider de Christelle Néant et quelques autres sources d’information au sujet du conflit ukrainien. Les sites d’information francophones du Maghreb dénoncent les mensonges répétés des Occidentaux, c’est dire à quel point l’exaspération est présente partout. Seuls les petits caniches européens, la Corée, le Japon, le Canada et l’Australie soutiennent les mensonges de Biden, de Johnson, et de Von der Leyen, emportés par la réthorique du président ukrainien notoirement cocaïnomane qui continue ses shows comme s’il était sur un plateau télé. Et tout le monde le croit ! Plus de 2500 néo-nazis et leurs instructeurs occidentaux ont été faits prisonniers, comparaîtront devant un tribunal et la plupart seront déportés dans un camp en Sibérie afin qu’ils réfléchissent sur la portée de leurs actes. C’est très bien ainsi. Si vous voulez tout savoir sur l’opération spéciale russe en Ukraine russophone je vous invite à voir dans son intégralité l’exposé de Jacques Baud, un fin connaisseur de la situation présente à l’est de l’Europe et dont voici le lien : https://www.youtube.com/watch?v=G11HqBqtkj8&ab_channel=DialogueFranco-Russe . On ne peut pas accuser Jacques Baud d’être pro-russe car il expose des faits incontestables. Aujourd’hui l’armée russe encercle des personnels de l’armée ukrainienne ainsi que des membres des commandos nazi d’Azov équipés et entrainés par l’Occident alors que il y a 80 ans ces mêmes Occidentaux combattaient le régime nazi allemand. Cette attitude surprenante n’a pas l’air de gêner les Européens ni surtout Ursula ou Macron. À croire que ces deux sinistres personnages sont devenus des sympathisants de l’idéologie nazie. J’ai de la peine à le croire.

Jacques Baud, dans la dernière partie de son exposé, fait un rappel instructif de l’historique de la Crimée depuis la chute de l’URSS et pour les personnes encore dubitatives son propos est très instructif. Mais tant les Américains que les Européens veulent toujours ignorer l’histoire et pour arriver à leur fin ils mentent, ils inventent des scenarii qui sont de la pure fiction. Après la prise de contrôle de la ville de Mariupol et de l’usine Azovstal la situation est devenue inattendue pour les Occidentaux : les combattants de l’armée ukrainienne, à court de munitions, de carburant et de nourriture car les voies de communication et les dépôts d’armes et de carburant à l’arrière du front ont été systématiquement détruits par l’armée de l’air russe, eh bien ces combattants se rendent aux forces militaires des républiques du Donbass appuyées par l’armée russe. Ils sont respectés selon la Convention de Genève et convoyés vers des camps de rétention où ils sont convenablement traités. Le plus extraordinaire mensonge dans ce registre est le refus de la Croix Rouge d’intervenir dans cette suite d’évènements car les rapports qui remonteraient alors au niveau des dirigeants occidentaux pourraient bien être accablants pour eux : une terrible dénonciation de leurs mensonges … À lire aussi ces textes :https://www.algeriepatriotique.com/2022/05/21/la-chute-dazovstal-tournant-majeur-dans-la-guerre-en-ukraine/ et https://www.algeriepatriotique.com/2022/05/25/la-guerre-dalgerie-plane-sur-larmee-francaise-engagee-de-force-en-ukraine/