L’impact environnemental des animaux de compagnie : un gigantesque scandale !

Big_and_little_dog.jpg

Au Vénézuela et en particulier à Caracas il n’y a pratiquement plus d’animaux de compagnie et les zoos ont été décimés en raison du manque de nourriture. Est-ce, en raison d’une situation économique détériorée, un retour vers la normale du comportement humain ? Car tout de même posséder un chien (ou à l’extrême limite un chat) quand on habite dans un environnement urbain ne relève-t-il pas d’une psychothérapie lourde ? Ici à Santa Cruz de Tenerife (Espagne) dans l’agglomération de 300000 habitants en incluant San Cristobal de la Laguna il y a 40000 chiens et je peux assurer mes lecteurs que l’odeur des rues est proprement pestilentielle car il n’est pas tombé une seule goutte de pluie depuis la mi-avril. Ces charmantes petites bêtes, les amis préférés de madame chien-chien (bien avant ses petits-enfants quand elle en a), urinent et défèquent dans la rue plusieurs fois par jour. Il y a quelques semaines toutes les madames chien-chien de mon quartier ont manifesté avec leur clébard (pas besoin de tambours et de trompettes, leurs aboiement suffisaient largement) pour protester contre l’instauration d’une taxe sur les chiens par le gouvernement local, c’est dire à quel point la nature humaine se détériore profondément …

Aux USA, pays des statistiques en tous genres, il y a 163 millions de chiens et de chats et des curieux du Département de Géographie de l’Université de Los Angeles (UCLA) ont rassemblé toutes les données disponibles relatives aux animaux de compagnie, ils ont réalisé une étude fort intéressante sur l’impact économique et environnemental de ces charmantes petites bêtes (voir le lien en fin de billet) et ils sont allé de surprises en surprises. Premier point, et ici on peut penser aux habitants de Caracas, les animaux de compagnie américains consomment l’équivalent de 20 % des calories alimentaires de l’ensemble de la population dont 33 % sont d’origine animale. La quantité d’excréments de ces adorables petites bêtes représente un tiers de celle de tous les humains américains ! Sans oublier leur urine qui part directement dans les égouts réservés comme dans beaucoup de villes aux eaux de pluie et va directement polluer les rivières, les lacs et la mer puisque ces dites urines, dans la majorité de ces grandes villes, ne passent pas par les stations d’épuration. À eux seuls tous ces chiens et chats dégagent 64 millions de tonnes de CO2 et autres gaz dits à effet de serre chaque année en incluant la fabrication de leurs aliments.

Dans de plus en plus de pays développés posséder un animal de compagnie devient un luxe en raison des taxes, d’une part, mais également du coût de leur nourriture qui ne pourra qu’augmenter car il faudra bien un jour décider à qui sont destinés les produits de l’agriculture et de l’élevage : aux animaux de compagnie ou aux êtres humains ? Si ce billet paraît polémique, je voudrais rassurer mes lecteurs. Les chats sont utilisés pour chasser les souris et les campagnols comme c’était le cas dans ma maison natale rurale mais dans une ville ce ne sont que des animaux de compagnie qui ont pourtant besoin de liberté et d’indépendance, ils sont donc fondamentalement malheureux quand ils sont enfermés dans un appartement. En ce qui concerne les chiens il faut mentionner quelques exceptions pour insister sur le fait que ces animaux doués d’un flair et d’une mémoire exemplaires sont utilisés par les aveugles, les bergers, les pompiers et autres sauveteurs, les douaniers et les chercheurs de truffes. Ces chiens doivent donc être traités à l’évidence avec un statut spécial. Quant aux autres chiens et chats, ce sont plutôt leurs maîtres qu’il faudrait traiter médicalement et fiscalement, surtout quand ils résident dans une ville …

Source : PlosOne, doi : https://doi.org/10.1371/journal.pone.0181301 via WUWT