Fessenheim : la preuve du désastre politique français

C’est un article du site Causeur qui m’a conduit à prendre mon clavier à défaut de plume pour écrire ce petit billet. Il est fait mention dans l’article cité (lien en fin de billet) de la capacité de nuisance des écologistes qui sont arrivés à faire condamner l’Etat français pour ne pas avoir respecté ses engagements de réduction d’émissions de carbone tout en ayant préalablement exigé la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. Cette fermeture a provoqué l’émission d’au moins 10 millions de tonnes de carbone et l’Etat a été condamné pour ne pas avoir limité de 15 millions de tonnes ces émissions entre 2015 et 2018, c’est-à-dire avant la fermeture de la centrale de Fessenheim. Cécile Duflot, aujourd’hui directrice d’Oxfam-France, fait donc perdurer son pouvoir de nuisance. Elle n’est certainement pas idiote et par conséquent elle doit savoir que les moulins à vent installés à grands frais sur le sol français doivent être obligatoirement adossés à des centrales électriques à gaz qui sont très facilement mises en fonctionnement et pilotables pour diminuer l’imprévisibilité de la production électrique par les moulins à vent. Nonobstant le fait qu’elle a encouragé sinon exigé l’installation de moulins à vent en France elle savait que cette opération induirait une émission de carbone inévitable pour ces raisons. Madame Duflot, comme d’ailleurs Hulot sont des personnes incapables de raisonner. Seule compte leur idéologie.

En ce qui concerne maintenant la centrale nucléaire de Fessenheim, EDF a certainement pris la précaution de ne rien toucher. Le combustible extrait de la cuve des réacteurs est toujours dans les piscines de désactivation et il suffira d’un ordre du prochain gouvernement pour remettre en fonctionnement cette usine surtout si l’Europe est plongée cet hiver dans un black-out prolongé. J’avoue que j’en suis arrivé au point de souhaiter qu’un tel événement survienne pour que les politiciens prennent conscience de leur incapacité à gouverner (et donc prévoir) et que les peuples découvrent qu’ils sont bernés par leurs dirigeants. Supposons que cet hiver 2021-2022 ressemble à ceux de 1956 ou de 1962 alors un black-out généralisé à toute l’Europe sera inévitable. Je suggère à mes lecteur de relire l’article de ce blog à ce sujet : https://jacqueshenry.wordpress.com/2019/10/22/petite-histoire-pas-du-tout-fictive-un-black-out-generalise-en-europe-occidentale/ qui décrit les conséquences catastrophiques d’une telle situation, récit que je n’ai pas inventé puisqu’il provenait d’une étude très sérieuse de l’armée suisse.

Je voudrais rappeler à mes lecteurs que les conditions météorologiques des hivers 1956 et 1962 furent similaires : anticyclone sur toute l’Europe, sans vent ni soleil, températures en plaine inférieures à -20°C, circulation des trains et des tramways arrêtée car les aiguillages étaient bloqués par le froid, de nombreuses rivières prises par les glaces, arbres fruitiers dont les oliviers dans le sud de la France ou les abricotiers gelés, des dizaines de milliers de canalisations d’eau endommagées … Je ne voudrais pas être un corbeau de mauvaise augure (cf. l’article de Causeur) mais j’ai vécu ces deux hivers et je m’en souviens parfaitement.

Note. Les années 1950 et 1960 coïncident avec une faiblesse inter-cycle de l’activité solaire. Le présent cycle solaire #25 sera plus faible que le cycle #24 et il n’est pas inconcevable que les prochains hivers deviennent de plus en plus rigoureux.

Greenpeace, c’est quoi ? Une entreprise opaque et mafieuse !

Avant d’écrire ce billet je me suis entretenu en vidéo avec mon fils qui habite et travaille à Tokyo et il a une vue très critique (et je partage son avis) sur l’ensemble des mouvements écologistes, en particulier au Japon depuis la catastrophe de Fukushima-Daiichi. Pour lui tous les mouvements écologistes sont téléguidés par Greenpeace, une organisation opaque, d’origine américaine mais maintenant basée à Amsterdam (pour quelle raison?) après avoir connu des déboires financiers aux USA pour le moins obscurs. Quelques minutes plus tard, décalage horaire aidant, je continuais à faire ma revue de presse quotidienne et je suis tombé par hasard, peut-être en cliquant malencontreusement sur le Huffington Post version française, relayé par le Monde.fr, qui n’est pas ma tasse de thé (pas Le Monde, le Huffington Post). Et que lis-je ? « Greenpeace demande à Cécile Duflot l’interdiction du chauffage électrique » , je n’invente rien, c’est vrai, d’ailleurs quand je parle d’un quelconque sujet dans mon blog, je n’invente rien, je vérifie mes sources, je tente d’analyser avec un peu de recul et parfois de l’humour ce que je lis ou écoute et j’utilise le mieux possible mes connaissances d’ancien scientifique, cela va de soi. Je laisse le lien pour les incrédules :

http://www.huffingtonpost.fr/2013/01/25/greenpeace-demande-interdiction-chauffage-electrique-france_n_2550345.html?utm_hp_ref=tw

Qui finance Greenpeace, personne ne le sait, et quels sont les buts ultimes de Greenpeace, et là la remarque de mon fils était sans appel. Greenpeace n’a jamais réagi aux USA contre les OGM alors qu’ils sont interdits de séjour en Europe après lelurs interventions médiatiques véhémentes. Greenpeace n’a jamais protesté contre le fracking aux USA, alors que les mouvements écologistes européens et notamment français ont obtenu l’interdiction du fracking, une monstruosité économique que beaucoup de personnalités de premier plan contestent puisque le gouvernement actuel, pour satisfaire les écolos, a interdit le fracking en France, jusqu’à nouvel ordre. Greenpeace téléguide en sous-main les écologistes locaux (dont EELV un ramassis d’incompétents arrivistes et mercantiles dont Cohn-Bendit s’est désolidarisé) pour demander la fermeture de centrales nucléaires tant en Allemagne qu’en Suisse, en Belgique qu’en France (cas de Fessenheim) ou encore en organisant toujours en sous-main des manifestations médiatisées contre le transport de matières radioactives et enfin, pour se donner une bonne image de marque qui n’est qu’un vernis grossier, Greenpeace s’intéresse aussi à la sur-pêche du thon rouge et la disparition des batraciens de l’Amazonie.

Qui est Greenpeace et qui sont tous les mouvements écologistes associés ? C’est un mouvement sectaire et terroriste au sens littéral du terme : oui, on peut dire les choses comme ça, car en effet Greenpeace sème la terreur. Mais Greenpeace n’aurait-il pas aussi comme dessein d’affaiblir l’Europe en favorisant des obstructions systématiques à tout progrès scientifique ou technique européen ? Pour atteindre ce but inavoué de destruction et de terreur Greenpeace excelle dans l’art de la désinformation si facile en faisant un copié-collé (ou un coupé-collé) de rapports scientifiques pourtant irréfutables qui deviennent des brûlots pour apeurer les foules après avoir été naturellement repris par la presse papier ou télévisée puisque Greenpeace fait partie du paysage médiatique et ne s’en prive pas. Tant qu’on ne connaîtra pas les sources de financement de cette organisation sectaire, opaque et mafieuse, on ne pourra rien affirmer. Qui est derrière Greenpeace ? La CIA, Exxon Mobile, Shell ou pourquoi pas Gasprom (cette histoire de chauffage électrique n’est-elle pas lourde de sous-entendus ?). Ou des banques d’affaire du genre Goldman-Sachs téléguidées par le gouvernement américain qui a tout intérêt à ce que l’Union européenne s’effondre et que l’Allemagne, alliée des USA, retrouve son hégémonie sur le continent européen. On peut tout imaginer, puisque curieusement Greenpeace n’a jamais protesté contre l’exploitation à ciel ouvert et à grande échelle de la lignite en Allemagne pour produire de l’électricité malgré la pollution insupportable conséquente… Bizarre, étrange et pour le moins troublant si on tente de faire des rapprochements improbables comme je l’ai fait à propos du gaz de schiste américain, le détroit d’Ormuz et les velléités territoriales de la Chine sur les îles Senkaku (voir un précédent billet de mon blog)… Que va faire Duflot qui a lourdement contribué à la décision de Hollande de fermer le CPN de Fessenheim ? Si elle fait voter une loi (encore une) pour interdire ou plutôt taxer les chauffages électriques on aura tout compris. Duflot est un sous-marin de Greenpeace, elle fait partie de cette secte mafieuse et destructrice qui mine l’Europe. Et le paysan du Larzac, Bové pour ne pas le nommer ? Serait-il devenu lucide et a-t-il enfin compris qu’il s’était engagé dans une mauvaise cause en fauchant des maïs OGM comme Lynas l’a reconnu (voir un de mes précédents billets) ? Silence radio ! C’est surréaliste et affligeant.

Note : CPN = centre de production nucléaire