La courbe de température de la politique française.

Quand François Hollande est sorti vainqueur des primaires socialistes, les CDS adossés aux emprunts français n’ont cessé de croître pour se calmer à l’occasion des deux LTRO en décembre et février dernier pour remonter quand il est devenu comme acquis que Nicolas Sarkozy ne serait pas réélu.
Tous les commentateurs outre-Manche et outre-Atlantique, on pourrait aussi dire aussi outre-hexagone, s’accordent pour déclarer sans ambage que le réel danger pour l’Europe n’est plus la Grèce, le Portugal ou l’Irlande, trois pays sous tutelle du FMI, ni l’Espagne ou encore l’Italie, malgré les taux presque extravagants auxquels ces deux derniers pays doivent se plier pour lever timidement quelques milliards d’euros sur les marchés, mais la France de la hollandie qui est en train de détruire l’épine dorsale de l’Europe à savoir l’entente franco-allemande.

En quelques semaines, le nouveau président et son gouvernement n’ont eu de cesse d’envoyer des signaux négatifs allant à l’encontre de ce que font tous les autres pays européens (retraites, embauche de nouveaux fonctionnaires, salaire minimum, prime de rentrée scolaire, révision des barêmes d’imposition avec rétroactivité, …) et cerise sur le gâteau à la crème hollandaise une démagogie incroyable voulant faire croire aux voisins outre-Alpes et outre-Pyrénées qu’il était tout à fait possible de concilier croissance, pression fiscale accrue et réduction des déficits. C’est un mélange qui ne peut pas prendre forme et Hollande le sait très bien !
Question : pourquoi le Président Hollande continue à se mentir à lui-même ?

Espagne, banques régionales espagnoles, CDS, chute des bourses et moral des ménages américains : à n’y rien comprendre

C’est à n’y rien comprendre !

Je lis le Monde (édition électronique de ce soir vendredi) et j’accroche sur un titre « Les bourses européennes en forte baisse, pénalisées par la chute du moral des ménages américains ». Comme à mon habitude, je vais sur des sites américains pour vérifier la véracité de l’article du Monde et oh ! stupeur, j’apprend que ce même vendredi 13, bien connu des Espagnols joueurs dans l’âme qui sont prêts à parier aussi bien pour les oreilles des taureaux que pour les couilles du toréador, la banque d’Espagne a massivement emprunté auprès de la Banque Centrale Européenne pour financer les banques régionales qui sont toutes dans le rouge très sombre.
A n’y rien comprendre !
En réalité la chute des bourses européennes qui avait déjà frémi lors de l’émission d’obligations espagnoles au début de la semaine plutôt mal terminée s’est reproduite aujourd’hui avec des taux à 10 ans maintenant proches de la limite insoutenable de 5,93 % avec des CDS passant de 476 à 505 points de base !
C’est suffisant pour décrire l’angoisse qui va submerger toute la zone euro dans les prochains jours parce que l’Espagne c’est loin, très loin d’être comparable à la Grèce ou même au Portugal.
Qui plus est, l’Espagne a emprunté 316 milliards d’euros en mars après avoir emprunté 170 milliards de ces mêmes euros en février. Donc, les bourses n’ont pas chuté sévèrement ce vendredi 13 à cause de la chute du moral des ménages américains comme le prétend le Monde, mais bien parce que la frayeur est en train de s’emparer des investisseurs sur le marché des obligations espagnoles.
A qui le tour maintenant ?
Rendez-vous le lendemain du deuxième tour des élections présidentielles françaises, ça risque bien de faire très mal !!!

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/04/13/chute-de-confiance-des-menages-americains-les-bourses-europeennes-en-forte-baisse_1685440_3234.html