Crise climatique : pas de réchauffement en vue !

Crise climatique : pas de réchauffement en vue !

Il y a quelques jours je citais l’anecdote des aloès en fleur au mois de septembre (voir le lien) et personne n’était obligé de croire les vieux dictons relatifs au temps qu’il fera selon les observations de la nature. Lorsque j’étais enfant et que le temps était inhabituellement chaud – ou froid – la populace disait : « c’est à cause de la bombe ! ». Aujourd’hui cette même populace, soigneusement endoctrinée par les politiciens et tous les parasites qui n’ont qu’un projet, s’en mettre plein les poches avec cette histoire de changement climatique, dit béatement « c’est à cause du carbone ». Le reporter des airs, devenu ministre d’Etat français de l’économie du serpent qui se mord la queue, en rajoute et c’est tout juste si on ne commence pas à endoctriner les enfants dès l’école maternelle à propos du changement du climat qui se fait attendre depuis près de 20 ans. Bref, les typhons, cyclones et autres ouragans font la une des journaux et des informations télévisées et c’est encore le carbone qui est incriminé.

Et pourtant cette année 2017-2018 est très particulière car l’Océan Pacifique n’est ni en mode Nino ni en mode Nina, phénomène qui a si on peut dire déréglé le climat de l’Atlantique Nord et les météorologistes connaissent maintenant très bien ce processus pourtant incroyablement complexe d’ouragans dans la région de la Caraïbe quand l’Océan Pacifique est « au repos ». Pour en revenir aux aloès en fleur le site de prévisions meteociel (voir le lien) semble confirmer le dicton des « vieux » Canariens : l’hiver 2017-2018 va être très rude en Europe et y compris dans l’archipel des Canaries !

Capture d’écran 2017-09-17 à 11.07.40.png

 

Capture d’écran 2017-09-17 à 11.13.59.png

 

Capture d’écran 2017-09-17 à 11.14.27.png

 

Capture d’écran 2017-09-17 à 11.15.45.png

Quelques précisions pour comprendre la signification de ces illustrations : il s’agit des anomalies de températures à 1500 mètres d’altitude (850 hPa) par rapport à une moyenne calculée sur les 50 dernières années. Cet hiver particulièrement rude à venir pourrait très bien provoquer le black-out redouté en raison de la profonde désorganisation des réseaux électriques européens provoquée par les énergies dites renouvelables (pour diminuer les émissions de carbone), en particulier en Allemagne. À vos lampes à pétrole, vos bottes fourrées de peau d’ours blanc (avant qu’ils ne disparaissent) et vos gants de soie sous des moufles épaisses en peau de lapin des neiges …

Lien sur ce blog : https://jacqueshenry.wordpress.com/2017/09/08/conges-electroniques-et-changement-climatique/

Illustrations : simulations datant du 16 septembre 2017 et réactualisées régulièrement toutes les 6 heures.

Source : http://www.meteociel.fr/modeles/cfsme_cartes.php

COP21 : James Hansen en rajoute une (bonne ?) couche

Hansen JC 460.jpg

James Hansen ne se départit pas de l’idéologie du réchauffement global qu’il a échafaudé il y a maintenant une vingtaine d’années en théorisant l’effet de serre à la suite de ses travaux concernant l’atmosphère de Vénus. Au cours d’une conférence de presse dans le cadre de la COP21 cet escroc en chef déclara doctement :

« Ils est absolument certain à 100 % que nous avons créé une situation extrêmement dangereuse et dire qu’il ne faut pas utiliser tous les moyens dont on dispose pour résoudre ce problème est complètement fou. L’énergie nucléaire, en particulier celle de quatrième génération, présente un immense potentiel pour fournir une grande part de la solution ». Il a ajouté que « On ne peut pas sortir les peuples de la pauvreté sans énergie. Si on promeut une énergie sans carbone dans les pays en développement on résoudra le problème du climat mais les énergies renouvelables comme l’éolien ou le photovoltaïque limitées par définition en raison de leur intermittence devront être adossées à l’énergie nucléaire ».

Pour une fois, on ne peut pas contredire Hansen sur ce point car son argumentation est d’une logique lapidaire. Ses arguments ont été repris et étayés par Tom Wigley (voir les notes) qui a déclaré qu’il fallait mettre de côté les idéologies et les idées préconçues et définir une stratégie énergétique honnête et équilibrée dans laquelle le nucléaire devra être inclus. Ken Caldeira, pourtant il n’y a pas très longtemps farouche opposant à l’énergie nucléaire, a reconnu que cette source d’énergie était la seule capable de satisfaire la civilisation moderne à l’échelle requise et sans émissions de carbone. Enfin, Kerry Emanuel, spécialiste des vents de par son métier, a insisté sur le fait que l’énergie éolienne devait impérativement être couplée à l’énergie nucléaire pour éviter les catastrophes potentielles des réseaux de transport de l’électricité.

Il est intéressant de rappeler ici que seule la France est capable de moduler la puissance disponible des réacteurs nucléaires de type 900 MWe comme ceux du centre de production de Fessenheim. Il est naturellement évident que dans une stratégie énergétique incluant des sources intermittentes, il sera nécessaire de développer des technologies de stockage peu coûteuses comme le pompage d’eau dans des lacs artificiels ou naturels en altitude mais également de moduler la puissance des réacteurs nucléaires existants ou en projet. La centrale de Fessenheim dont la mort et le démantèlement ont été idéologiquement décidés pourrait avantageusement jouer un rôle dans la redéfinition du paysage énergétique français. Allez expliquer ça à Mademoiselle Royal …

Notes : James Hansen, ancien directeur de l’Institut Goddard d’études spatiales de la NASA est maintenant professeur à l’Institut de la Terre de la Columbia University. Tom Wigley est un spécialiste du climat à l’Université d’Adélaïde en Australie et un fervent promoteur de la théorie du réchauffement global. Ken Caldeira est spécialiste de l’atmosphère et sévit à la Carnegie Institution for Sciences et Kerry Emanuel est professeur de météorologie et des sciences de l’atmosphère au MIT. Il pourrait être considéré comme un électron libre puisqu’il a déclaré ne pas avoir d’opinion précise sur le réchauffement global tant redouté.

Source : Nuclear News