Des tampons au THC pour les douleurs liées aux règles

Capture d’écran 2016-11-23 à 20.02.24.png

L’usage thérapeutique du cannabis est autorisé maintenant dans beaucoup de pays et d’Etats américains hors usage récréatif. Les deux principes actifs du cannabis sont le tétrahydrocannabinol et cannabidiol qui présentent des propriétés analgésiques puissantes reconnues par « la faculté ». L’usage over-the-counter (en vente libre dans les drug-stores) des extraits de cannabis formulés sous diverses formes se répand et le dernier en date est le tampon périodique imprégné de ces deux principes actifs pour adoucir les règles douloureuses mais aussi pour alléger les lombalgies. La préparation existe également sous forme de suppositoires pour les hommes souffrant de ces douleurs lombaires parfois handicapantes.

Selon certaines patientes s’étant confiées à leur gynécologue les tampons au cannabis sont efficaces dès 45 minutes après l’application et leur durée d’action est prolongée en regard des autres médicaments prescrits communément par le corps médical. Il faudra probablement que les Européennes attendent pour accéder à ce genre de traitement car les chiens de garde des grandes compagnies pharmaceutiques sont à l’arrêt ( ! ). Pour l’instant ces tampons ne sont autorisés à la vente qu’en Californie et au Colorado avec une prescription médicale au prix de 44 dollars les 4 tampons. Belle rentabilisation d’une plante qui pousse comme du chiendent …

Source : Foria, foriapleasure.com

L’huile de chanvre revisitée

 La culture du chanvre est toujours interdite aux Etats-Unis en raison de sa teneur en tétrahydro-cannabinol (THC), l’un des principes actifs de la marijuana ou cannabis. Le nom scientifique du chanvre est en effet Cannabis sativa et les variétés cultivées aujourd’hui à des fins industrielles ne contiennent que très peu de THC. Le chanvre est une culture importante en France qui est le deuxième pays producteur du monde après la Chine et une grande partie est utilisée pour la fabrication du papier à cigarette (Bolloré) mais le chanvre grâce aux propriétés de son huile est l’objet de toutes les attentions.

jf-2013-04278q_0003

Les graines de la taille d’un petit-pois sont riches en huile et les tourteaux résultant de l’extraction de l’huile constituent un excellent aliment équilibré y compris pour l’alimentation humaine. Une équipe de biologistes de l’Université de Séville (faculté de pharmacie) dirigée par M.A. Fernandez-Arche a mis en évidence les propriétés bénéfiques de cette huile pour la santé jusque là insoupçonnées ou peut-être simplement oubliées car l’huile de chanvre (vierge) a une tendance particulière à rancir rapidement. Cependant, conservée dans des conditions adéquates, par exemple dans un cubitainer, et au frais, cette huile peut parfaitement être utilisée en cuisine. Le profil en acides gras a montré que l’huile contient des omega-6 (acide linoléique, 55%), des omega-3 (acide linolénique, 16%), de l’acide oléique (saturée) et des traces d’autres acides gras insaturés. Ces acides gras tous bénéfiques pour la santé, à condition naturellement qu’ils ne soient pas oxydés par rancissement, servent en quelque sorte de solvants pour d’autres molécules excellentes pour la santé comme du beta-sitostérol, un précurseur du cholestérol pris en charge par l’organisme, ainsi que d’autres stérols et encore du phytol, du beta-carotène (vitamine A) et du gamma-tocophérol (vitamine E). Le phytol joue un rôle important dans l’homéostase de la peau mais les carences en phytol n’ont jamais été observées puisque cette molécule est relativement abondante dans de nombreux aliments d’origine végétale.

Préparer la sauce de salade avec de l’huile de chanvre, pourquoi pas ?

Dans la même veine si l’on peut parler ainsi, 35 municipalités néerlandaises demandent au gouvernement d’autoriser la culture du cannabis afin de combattre le crime organisé qui contrôle la culture et la vente en gros du cannabis aux quelques 600 coffee shops du pays. Ces mêmes municipalités font état d’un incendie urbain sur 4 occasionné par les cultures du cannabis sous des serres improvisées (source ATS)

Source et illustration : American Chemical Society

Pourquoi ne pas légaliser la marijuana ?

cD1hMWQzNjMzZjJkNWM5Y2U3ZWZiOGQ2OWU5NTQ4YTVjZiZnPTU0MTlmNWJkMjQ2ZGVmYTQyMmVmYTE5MTFhN2FlOGJm

Après l’Uruguay c’est au tour du Colorado et de l’Etat de Washington de légaliser l’achat et l’usage de la marijuana et du cannabis dans des coffee shops à partir du premier janvier 2014. Tout le monde est content, à commencer par les sociétés déjà en place pour faire du business comme Telluride Bud Co qui commercialise du cannabis de qualité contrôlée pour un usage médical et aussi et surtout les fonctionnaires chargés de collecter les taxes pour l’Etat. La marijuana est un puissant analgésique et 19 Etats nord-américains ont légalisé son usage à des fins médicales ce qui a naturellement entrainé une tolérance et fumer un joint n’est plus un acte criminel comme l’était le fait de boire du whisky durant la prohibition.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 2013 la marijuana à usage médical aura représenté un marché de 1,4 milliard de dollars qui est estimé à 2,34 milliards pour 2014. Rien que dans le Colorado qui compte dans ses montagnes à la neige d’une qualité exceptionnelle quelques unes des plus belles stations de ski du monde, 348 licences commerciales ont été accordées y compris pour de toutes petites échoppes qui sont autorisées à vendre jusqu’à 28 grammes d’herbe par personne. Dans l’Etat de Washington pas moins de 3746 candidatures ont été déposées pour 867 licences commerciales. C’est donc terminé, cannabis et marijuana sortent de la clandestinité et vont être la source de nombreux emplois parce qu’il va falloir faire face à la demande du marché et également la source de substantiels revenus fiscaux pour ces Etats.

En Uruguay, la culture de la marijuana à des fins commerciales ne pourra être faite que dans le cadre d’une licence délivrée par les autorités avec naturellement le paiement d’une patente et de taxes sur les ventes. Au niveau consommation, fumer un pétard en pleine rue à Montevideo est déjà toléré depuis de nombreuses années mais c’est la culture et la vente qui seront légalisées le Premier janvier 2014 pour le plus grand bien des finances du pays et également des vendeurs de serres éclairées pour tous les particuliers qui auront obtenu leur licence d’exploitation de l’herbe.

En ce qui concerne l’usage médical de la marijuana, un substitut du cannabis est disponible dans le commerce sous le nom de Marinol dont la matière active est le tétrahydrocannabinol pur. Or la marijuana contient plus de 60 alcaloïdes différents dont le cannabidiol qui prévient les convulsions chez les malades atteints de sclérose en plaques et le cannabichromène, un anti-inflammatoire considéré comme présentant de puissantes propriétés analgésiques recherchées par certaines personnes souffrant de névralgies récurrentes qui préfèrent de très loin fumer un joint pour calmer leurs douleurs.

En France, voir les banlieues devenir des zones touristiques où on pourra aller acheter son herbe en toute légalité dans des petites boutiques ouvertes 24 heures sur 24 relève de l’utopie, et pourtant tout le monde serait gagnant …

Source : Reuters et Associated Press

Légaliser le cannabis ? pourquoi pas !!!

ALERTE – L’Uruguay enfreint les règles internationales en légalisant le cannabis

(©AFP / 11 décembre 2013 17h36)

On ne peut que mieux commenter la décision de l’Uruguay puisque cette dépêche d’agence émanant de l’AFP ne comporte qu’un titre. D’abord de quelles règles internationales s’agit-il ? Je ne suis pas très au fait de ces soi-disant règles mais on peut se demander si elles ne sont pas semblables à celles régissant l’industrie du tabac si elles existent du genre « bonnes pratiques du métier ». Pourquoi la France, entre autres pays européens, qui se désespère de pouvoir un jour régler le problème rampant des zones urbaines à risque (Super Manuel vient de décréter une douzaine de nouvelles zones sensibles en France) dont la principale cause est justement le trafic de cannabis et de marijuana ne prendrait-elle pas un telle décision. ? C’est du « grand n’importe quoi ! » diront les bien-pensants. La prohibition aux USA a vu la criminalité se développer comme on le sait, c’est le même cas de figure pour la marijuana. Légaliser la bheue inciterait tous les écolos à remettre en culture les terrasses abandonnées dans le sud de la France, bien exposées au soleil, qui produiraient une herbe de qualité exceptionnelle, et en plus de les occuper à autre chose qu’à intoxiquer la population avec leurs idées farfelues, cette légalisation leur donnerait enfin une vraie raison de vivre. De plus le gouvernement qui a tant besoin de tunes s’y retrouverait largement en taxant la bheue à 33 %, c’est un produit de luxe ! La criminalité disparaîtrait et tout le monde serait content, les policiers, les consommateurs d’herbe, les producteurs qui pourraient même à la limite non plus importer illégalement du shit, en devenir exportateurs eux-mêmes, et même les fonctionnaires du portique fiscal de Bercy et son patron Moscou-vichy … Bravo l’Uruguay !

Mais je dois rêver.