Nouvelles du Japon : la gestion des ordures ménagères

Lorsque j’ai vu le reportage de Radio Canada traitant de la gestion des ordures ménagères au Québec (lien en fin de billet) je me suis immédiatement souvenu de la même problématique au Japon. Dans les villes japonaises il y a de larges artères bordées de quartiers accessibles seulement par des rues étroites rarement dessinées en angle droit et parfois sinueuses. C’est une vieille tradition dont le but était de faire en sorte que les brigands s’égarent et qu’ils puissent être faits prisonniers dans de petites impasses où ils pensaient se mettre à l’abri. Les temps ont changé et si des quartiers entiers de Tokyo ont été entièrement détruit par les bombardements américains le dessin des petites rues n’a pas changé. Il est donc impossible à de gros camions de circuler dans un tel dédale de ruelles. Et il n’y a pas d’espace disponible pour que les municipalités puissent installer des bennes à ordure de différentes couleurs pour la collecte des ordures ménagères afin que celles-ci soient vidées par des camions équipés à cet effet. Chaque petit groupe de maisons dans un quartier résidentiel dispose donc d’une sorte de caisse légère pliable qui puisse être recouverte d’un panneau de plastique tissé pour protéger les ordures des gros corbeaux qui vivent de partout dans la grande ville de Tokyo. Il y a également des caisses pliables de différentes couleurs pour que chaque foyer vienne y déposer ses propres rejets.

Dans le quartier où réside mon fils le mardi est réservé aux « brûlables », c’est-à-dire les déchets alimentaires et les matières plastiques non recyclables ainsi que les déchets végétaux. Tous ces déchets doivent se trouver dans des sacs spéciaux achetés dans n’importe quel magasin. Ces sacs sont suffisamment transparents pour que les employés de la ville chargés de la collecte devinent facilement leur contenu.

Le mercredi est le jour des papiers et cartons et des bouteilles en polyéthylène (PET). Ces bouteilles doivent être rincées et l’étiquette détachable enlevée ainsi que le bouchon car ils entrent dans la catégories des matières plastiques non recyclables. Les papiers et cartons doivent être disposés dans la rue après avoir été liés en paquets avec une ficelle elle-même réalisée avec du papier recyclé et dont l’usage est réservé à cet effet. Souvent un camion ne collecte que les cartons car le recyclage des cartons est très prisé et parfaitement organisé dans des petites unités dispersées à la périphérie de Tokyo. Il faut naturellement détacher les rubans de plastique collant des cartons et ces rubans font partie des « brûlables ».

Le jeudi c’est plus compliqué car c’est le jour de la collecte des bouteilles en verre qui ont été rincées auparavant, la collecte des canettes en aluminium également rincées et les sacs de plastique recyclable comme par exemple les emballages alimentaires eux-même fabriqués avec du polyéthylène. Enfin le vendredi est un nouveau jour de « brûlables ». Pour éviter que ces petits camions d’un poids d’à peine plus de 10 tonnes à pleine charge roulant à l’essence ou plus souvent GPL n’effectuent jamais de longs parcours, les centres de collecte sont dispersés dans la périphérie de la ville et dans le vrai centre de Tokyo ces petits camions déversent leur contenu dans des barges qui achemineront ensuite leur chargement vers des centres de retraitement ou d’incinération en empruntant les nombreux canaux et rivières de la ville. Il existe enfin de grosses usines d’incinération situées autour de la baie de Tokyo et de petites unités disséminées dans la banlieue qui toutes produisent de l’électricité et parfois de la vapeur pour le chauffage des édifices publics ou des grands ensembles résidentiels.

Il n’existe pas d’enfouissement des ordures au Japon, c’est interdit, tout ce qui est recyclable est recyclé et tout ce qui n’est pas recyclable est brûlé ce qui est très loin d’être le cas dans les pays occidentaux dont le Canada. Pour l’anecdote les petits camions de ramassage des cartons + papiers sont en compétition pour celui qui collectera le plus de carton et pour les canettes en aluminium c’est un peu le même spectacle auquel il m’est arrivé d’assister. Il est enfin interdit de disposer de rejets domestiques dans des sacs opaques. Ils ne sont pas ramassés et un petit mot doux signale au foyer qui a commis cette entorse au règlement qu’il n’a pas respecté la règle. Pour qu’un tel système fonctionne il faut naturellement une grande discipline et un respect des règles. C’est le cas dans quelques pays d’extrême-orient dont le Japon mais c’est inimaginable dans les pays européens où on trouve dans les bennes situées dans les rues un peu tout et n’importe quoi. Lorsque la collecte est terminée la rue reste parfaitement propre et c’est mieux ainsi car au Japon il n’existe pas de services de voirie excepté dans les quartiers d’affaires du centre de Tokyo ou d’Osaka surtout pour ramasser les feuilles mortes. À ce sujet dans les quartiers résidentiels pavillonnaires chaque riverain de la rue étroite est responsable de la moitié de cette rue qui jouxte sa maison.

Il reste le fameux problème des « encombrants ». Il faut à Tokyo contacter une entreprise pour enlever ces encombrants et cette opération est payante. Ces gros objets ou parfois plus petits comme des accessoires de cuisine dont la réparation est prohibitive sont souvent confiés à des retraités qui, pour arrondir leur petite retraite vont les trier, récupérer les métaux, et s’adresser alors aux services de recyclage dédiés pour le bois, les métaux et les matières plastiques qui constituent ces « encombrants ». Dans certains quartiers résidentiels de la banlieue de Tokyo on se demande parfois si on n’est pas dans un pays sous-développé, et pourtant c’est loin d’être le cas alors que des « vieux » recyclent comme ils peuvent des encombrants. Pour terminer ce billet il faut remarquer que le site de la CIA mentionne que seulement 2,9 % des « ordures » ménagères sont correctement recyclées au Japon, j’émets quelques sérieux doutes car si brûler des rebuts domestiques et également des industries et des bureaux doit être négligé bien qu’il s’agisse de produire de l’énergie ne peut pas figurer dans les statistiques de cet organisme alors, je le répète, j’émets de très sérieux doutes compte tenu de ce que j’ai observé lors de mes nombreux séjours au Japon.

Les Canadiens veulent reconquérir leur liberté …

Et ils ont bien raison. Le leader politique Justin Trudeau, comme son homologue français, déborde de testostérone et dans ces conditions il n’est pas possible de gouverner sereinement un pays. Des « young leaders » adoubés par Klaus Schwab ne devraient jamais diriger un pays. Les conducteurs de poids-lourds canadiens, les « truckers », se sont vu imposer des « pass » sanitaires pour circuler d’un Etat canadien à un autre dans une certaine mesure mais surtout pour franchir la frontière avec les USA. Ils n’ont pas aimé ! Ce samedi 29 janvier 2022 par des températures largement en dessous de zéro ce sont plus de 100000 truckers qui filtrent les ronds-points d’accès aux autoroutes et qui convergent vers Ottawa, la capitale fédérale, une agglomération de près d’un million d’habitants au sud de l’Ontario, pour réclamer leur liberté après deux ans d’oppression, le Canada comme l’Australie ayant pris les mesures les plus strictes au monde pour juguler l’épidémie coronavirale sans grand succès d’ailleurs.

Unanimement la population soutient les truckers. Quand les Européens vont-ils se rebeller, assiéger toutes les capitales, Berlin, Paris, Rome, … et surtout Bruxelles, siège de l’inique commission européenne ? Que tous les « truckers » européens revêtent un gilet jaune et organisent un mouvement massif de protestation ! Il n’y a aucun mouvement politique derrière cette manifestation, une collecte a été organisée pour les soutenir matériellement, elle a réuni plus de 5 millions de dollars, la solidarité du peuple a donc fonctionné. Que les Européens sortent de leur léthargie et refusent en bloc les décisions stupides de leurs gouvernements, ça suffit.

Regardez le petit documentaire, c’est un plaisir … Capture d’écran : « stop aux obligations sanitaires, liberté contre la peur » :

https://rumble.com/vtj4h0-we-are-standing-at-the-battle-line..html

Voir également ceci : https://www.youtube.com/watch?v=Er2mDij2AG8

Brève. Indéniable collusion entre « BigPharma » et les gouvernements

Au Canada la bataille est engagée pour que les gros laboratoires pharmaceutiques élargissent leur clientèle aux enfants âgés de 5 à 11 ans. Le Ministère de la santé canadien a donc commandé une étude à un dénommé James D. Kellner, conseiller du ministre de la santé, pour évaluer le bien-fondé d’une vaccination des enfants. Dans un article vide de sens paru dans le Canadian Medical Association Journal Kellner s’appuie sur des arguments sans aucun caractère factuel pour vivement conseiller, voire promouvoir, la vaccination des enfants pour « les protéger contre le variant delta » : www.cmaj.ca/lookup/doi/10.1503/cmaj.210053 . Dans les notes en fin d’article il apparaît que les auteurs n’ont pas de conflits d’intérêts, c’est clair puisqu’ils travaillent dans un environnement universitaire et sont rétribués par l’Etat fédéral ou les Etats du Saskatchewan ou de l’Alberta.

Pourtant à la fin de ces notes de fin d’article il est précisé que Kellner et son assistant S.B. Freedman ont été financés pour cette étude (qui n’en est pas une stricto sensu) par Pfizer, GlaxoSmithKline, Merck et Moderna alors qu’il déclaraient n’avoir aucun conflit d’intérêts quelques lignes plus haut.

Donc la vaccination des enfants de 5 à 11 ans est une affaire de gros sous et ces deux tristes sires, comme le Ministre de la santé lui-même, sont corrompus. Cette situation canadienne n’est pas unique et les mêmes tractations frauduleuses ont lieu au sein de tous les gouvernements occidentaux. Il est en effet difficile de résister au gigantesque pouvoir financier de ces entreprises pharmaceutiques pour qui la corruption fait partie du quotidien et représente un argument de vente incontournable.

Il y a exactement 1000 ans les « hommes du nord » découvraient l’Amérique

Dans le province canadienne actuelle du Newfoundland des navigateurs européens appelés Vikings ou « Norse », littéralement « les hommes du nord », s’établirent jamais plus longtemps qu’une saison sur un site dit « l’Anse aux Meadows », l’Anse aux prairies. Des fouilles archéologiques ont été effectuées sur ce site qui était à l’époque une forêt de sapins, de thujas et de genévriers. Les conditions climatiques étaient telles qu’au cours des mois d’hiver il n’y avait pas ou très peu de chutes de neige. Ces explorations lointaines eurent lieu au cours de ce qui est connu aujourd’hui comme l’optimum climatique médiéval. Néanmoins le climat régnant à l’Anse aux Meadows à cette époque ne pouvait pas être considéré comme vraiment chaud, plutôt proche des Highlands d’Ecosse mais sans neige en hiver. Le port d’attache de ces explorateurs se trouvait au sud du Groenland, la Terre verte, bien que venant d’Islande après avoir traversé l’Atlantique nord depuis la Scandinavie. Les sagas islandaises décrivent en détail ces diverses explorations mais il n’existe aucune évidence dans ces sagas d’une quelconque date.

Or les techniques modernes d’analyse des cernes des arbres permettent de remonter dans le temps. Il s’agit de la dendrochronologie, une science faisant appel à la spectrographie de masse pour déterminer la teneur en carbone-14 des échantillons ligneux obtenus sur les sites archéologiques. Cette approche expérimentale requiert aujourd’hui d’infimes quantités de matériel et c’est ainsi qu’il est possible de quantifier la teneur en carbone-14 au niveau des cernes individuels. Sur le site de l’Anse aux Meadows un grand nombre d’artéfacts en bois travaillés dans le but de construire des abris à l’aide d’outils en fer dont disposaient les « hommes du nord » ont été soumis à une telle analyse. Dans l’ensemble du monde la dendrochronologie dispose de références extrêmement précises universellement utilisées pour dater les artéfacts archéologiques. Il s’agit dune abondance anormale de carbone-14 pour les années 775 et 993 de l’ère commune. Les cernes des arbres étudiés ont en effet révélé que pour ces deux années la teneur en carbone-14 était supérieure de 1,2 % à la valeur normale attendue. Si un cerne individuellement analysé présente une telle anomalie et que par ailleurs on connait par d’autres « proxys » à peu près à quelle époque l’échantillon d’arbre étudié fut coupé et utilisé, il suffit ensuite de compter les cernes en s’éloignant du cœur de l’arbre pour dater précisément l’âge de l’échantillon.

Ce qui fut fait pour le site canadien de l’Anse aux Meadows en analysant les cernes des branches d’arbre utilisées sur le site en s’éloignant du cœur du bois vers l’écorce. Tous les résultats convergent vers l’année 1021, en d’autres termes les arbres abattus par les « hommes du nord » pour construire des abris l’ont été en 1021, date du cerne le plus proche de l’écorce, c’est-à-dire le tissu appelé liber. Pour rappel en 5730 ans la moitié du carbone-14 disparaît et une surabondance de cet isotope de 1,2 % correspond à environ 100 ans de vie de l’isotope. Il n’y a donc pas d’ambiguïté possible dans la datation.

Certains des épisodes des sagas islandaises datent donc de 1000 ans lorsqu’elle relatent le dernier établissement des explorateurs dont il est fait mention dans ces sagas dites d’Erik le Rouge, le chef des « hommes du nord » établis au sud du Groenland. Il reste une explication à donner à ces teneurs anormales en carbone-14. La seule hypothèse plausible est une forte éruption solaire ayant donc eu lieu en l’an 993 ayant favorisé directement la formation de cet isotope ou indirectement en perturbant le champ magnétique terrestre qui ne peut alors plus dévier le rayonnement cosmique mais cependant de manière transitoire. L’hypothèse de l’explosion d’une supernova a été rejetée puisqu’aucun reste n’a été identifié, du moins pour l’instant.

Source en accès libre : https://doi.org/10.1038/s41586-021-03972-8 Illustration : reconstitution de l’habitat de l’Anse aux Meadows

Histoire d’hélium … un juteux business pour le Canada

L’hélium est un gaz important pour de nombreuses applications mais il y en a trop peu dans l’atmosphère pour qu’il soit techniquement possible de le récupérer. Il existe donc une autre source qui est le gaz naturel. Ce gaz combustible contient entre 2 et 7 % d’hélium avec des traces de néon. Cet hélium est issu de la lente désintégration des éléments radioactifs contenus dans la croute terrestre mais également des plus grandes profondeurs magmatiques. Alors cet hélium, comme le gaz naturel, issu lui d’un lent processus de transformation bactérienne de matières organiques diverses, va être piégé dans des structures géologiques imperméables où il s’accumule comme ce gaz naturel. À l’heure actuelle la plus grande unité au monde de récupération de cet hélium se trouve au Qatar, une usine de la société Air Liquide jouxtant les installations de liquéfaction du gaz naturel de cet émirat. L’hélium y est purifié et stocké sous forme liquide ou sous haute pression pour être ensuite expédié aux clients disséminés dans le monde entier. Les usages de l’hélium sont d’abord les ballons-sonde météorologiques et dans le registre des ballons un usage récréatif pour gonfler les ballons des enfants et dans ce cas il s’agit d’un usage conduisant à une perte du gaz car cet hélium traverse l’enveloppe des ballons et ceux-ci finissent pas se dégonfler. L’autre usage de l’hélium est indispensable pour réaliser certaines soudures d’alliages spéciaux comme par exemple les tubes d’assemblage en Zircaloy du combustible des réacteurs nucléaires. L’une des utilisations à l’état liquide est le refroidissement des bobinages des installations de résonance magnétique nucléaire utilisées en imagerie médicale ainsi que dans d’autres applications industrielles.

Enfin parmi les applications nucléaires la toute récente mise en fonctionnement du premier réacteur nucléaire à très haute température a mis en œuvre de l’hélium comme fluide caloporteur pour refroidir le cœur du réacteur et servir de source de haute température pour toutes sortes d’application dont, dans un avenir proche, la production massive et à bas cout d’hydrogène. L’hélium naturellement présent dans le gaz naturel retenu dans des formations géologiques favorables contient également des traces de l’isotope hélium-3 en quantités infimes, la très grande majorité de ce gaz étant constitué d’hélium-4. Je vais maintenant expliquer quelles sont les applications de cet isotope léger de l’hélium et exposer les sources d’approvisionnement de ce type d’hélium qui présente un intérêt commercial évident.

Inutile de tenter de séparer l’hélium-3 de l’hélium-4 car il représente seulement 0,000137 % de ce dernier. Pourquoi l’hélium-3 présente quelques intérêts. D’abord à l’état liquide il bout à 3,2°K alors que pour l’hélium-4 cette température d’ébullition est de 4,23°K. Cette différence semble ne rien représenter et pourtant l’hélium-3 est promis à un immense avenir dans le développement des ordinateurs quantiques. En ce qui concerne l’imagerie médicale l’hélium-3 qui comme tous les gaz inertes se trouve à l’état atomique et non moléculaire possède un spin de ½ contrairement à l’hélium-4 dont le spin est égal à zéro et cette propriété peut être mise à profit dans la visualisation de certains processus biologiques par résonance magnétique nucléaire. Ce domaine n’est pour l’instant que très peu exploré en raison de la rareté de cet isotope. L’hélium-3 est utilisé pour la détection de neutrons à l’aide de compteurs type Geiger dans les installations portuaires pour déceler les trafics illicites de matières radioactives. Enfin, dans la théorie l’hélium-3 serait un bon candidat pour la fusion nucléaire telle qu’elle est envisagée à un stade industriel dans le prototype ITER. Encore une fois la rareté extrême du lithium-3 n’a pas permis d’inclure ce gaz dans les processus de fusion nucléaire dans le cadre d’un développement industriel de cette technologie.

Tout le problème réside dans la production d’hélium-3 économiquement rentable.

C’est pourquoi le Canada s’intéresse au plus haut point à la production d’hélium-3. Pourquoi le Canada ? Car l’essentiel de la production électrique d’origine nucléaire de ce pays provient de réacteurs de type CANDU dont le fluide de refroidissement est de l’eau lourde, c’est-à-dire de l’eau constituée de deux atomes de deutérium et d’un atome d’oxygène. Lorsque ces atomes de deutérium captent un neutron provenant de la fission du combustible nucléaire il se forme du tritium. Comme les réacteurs CANDU présentent la particularité de ne jamais être arrêtés pour rechargement en combustible puisque ce processus est effectué en continu de l’hélium à l’état gazeux s’accumule et l’installation est régulièrement purgée de ce gaz. Le tritium est radioactif et sa demi-vie est d’environ 12 ans. L’hélium-3 est le produit de l’émission par le tritium d’un électron de très faible énergie et d’un neutrino. La centrale nucléaire de type CANDU de Darlington dans l’Etat de l’Ontario a donc décidé de récupérer cet hélium-3 plutôt que de le rejeter dans l’atmosphère et le conditionner pour les utilisateurs. Avec un prix d’environ 1400 dollars le gramme, environ 7 litres (45 fois plus que l’or en poids), on comprend que les Canadiens s’intéressent de très très à ce marché. L’hélium avec lequel on gonfle les ballons pour les enfants coute un peu plus de 3 dollars le m3 … Pour l’anecdote les millions de m3 d’eau tritiée stockés autour de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi depuis maintenant plus de 10 ans ont produit des centaines de litres d’hélium-3 facilement récupérables dans le gaz se trouvant au dessus de ces réservoirs mais les quantités sont très faibles pour qu’un processus de récupération soit envisageable car les réservoirs de stockage n’ont pas été conçus à cet effet. Et puisque j’ai fait cette diversion le tritium n’est pas dangereux. L’électron émis lors de la désintégration pour produire de l’hélium-3 est moins dangereux que les électrons émis par les vieux téléviseurs à tube cathodique dont plusieurs générations de téléspectateurs se sont gavés sans aucun effet pathologique puisque ces électrons émis par le tritium lors de sa désintégration sont incapables de traverser la couche de peau morte de l’épiderme. Quoiqu’en pense l’opinion internationale toute cette eau faiblement tritiée à Fukushima-Daiichi peut tout simplement être rejetée dans l’océan sans qu’il y ait une quelconque incidence sur la faune alieutique. Bref, les Canadiens ont trouvé un filon en or et c’est tant mieux pour eux …

On ne dit rien aux Canadiens quand ils se font vacciner

Article de John Cunnington, Docteur en médecine, ancien professeur à l’Université McMaster paru sur le site de Donna Laframboise

Au sommet de la hiérarchie médicale se trouve le neurochirurgien. Les neurochirurgiens sont entourés d’une mystique d’omniscience et d’omnipotence. Imaginez donc ma surprise, en tant qu’humble étudiant en médecine, de découvrir que le neurochirurgien principal de notre établissement, Robert Hughes, était poursuivi pour faute professionnelle. En fait, Robert Hughes, à son grand dam, a écrit l’histoire médicale et juridique du Canada sur la question du consentement éclairé.

En 1970, Hughes a effectué une endo-artériectomie carotidienne (nettoyage de l’artère carotide jusqu’au cerveau) sur un homme de 44 ans, John Reibl, qui a ensuite subi un accident vasculaire cérébral qui l’a laissé paralysé d’un côté et incapable de continuer à travailler. Reibl a poursuivi Hughes, affirmant qu’il n’avait pas été informé qu’il pourrait subir un accident vasculaire cérébral à la suite de cette chirurgie élective, et que s’il l’avait su, il aurait retardé l’opération jusqu’à ce qu’il devienne éligible pour une pension de Ford Motor Company moins de deux ans plus tard. Voici le témoignage de Reibl devant la Cour :

Q. Vous a-t-il parlé de ce qui se passerait si vous ne subissiez pas l’opération? R. Oui, il a dit : « C’est à vous de décider si vous voulez l’avoir ou non. Vous pouvez vivre quelques années. Vous pouvez vivre environ 7 ou 10 ans ou plus. Un de ces jours, vous allez tomber sur le nez, et c’est tout. Si vous voulez le faire maintenant vous n’aurez aucun problème plus tard.

Q. Le Dr Hughes a-t-il dit autre chose sur les risques de l’opération ?

R. Il n’a rien dit.

L’affaire Reibl contre Hughes est allée jusqu’à la Cour suprême du Canada et, en 1980, la Cour a énoncé la norme actuelle du consentement éclairé, en particulier que le médecin (ou un autre fournisseur de soins de santé) « doit donner au patient suffisamment d’informations pour qu’un examen objectif, par une personne raisonnable à la place du patient puisse être en mesure de faire un choix éclairé concernant un acte médical ». Le tribunal a défini l’omission de divulguer les risques qui en découlent comme une négligence.

Ainsi, au Canada, pour recevoir un traitement ou une intervention, le patient doit non seulement l’accepter verbalement et signer un formulaire de consentement, mais doit donner un consentement éclairé après s’être fait expliquer les risques. Quarante et un ans après la décision de la Cour suprême, nos gouvernements fédéral et provinciaux se sont engagés dans un programme d’administration à toute la population canadienne de plus de 12 ans, d’un traitement de thérapie génique complètement nouveau, expérimental, non approuvé par la FDA. Cette thérapie, selon les bases de données sur les réactions indésirables aux vaccins des gouvernements américain et européen, est raisonnablement suspectée d’avoir tué des milliers de personnes et causé des blessures graves chez des dizaines de milliers d’autres personnes. Pendant ce temps, les conséquences à long terme de la thérapie sont tout simplement inconnues.

Les Canadiens qui subissent ce traitement obtiennent-ils cette information ? Leur dit-on ce qu’ils doivent savoir pour donner un consentement éclairé ? Un de mes amis a récemment reçu l’injection. Je lui ai demandé s’il était informé de la possibilité d’effets secondaires. Il a dit qu’aucun ne lui a été mentionné !Pour autant que je sache, les Canadiens ne sont pas informés qu’il y a des risques. Lorsqu’ils se présentent au site d’injection, il semble qu’on leur demande de signer un formulaire et de tendre le bras. Ceux qui administrent le traitement ne discutent pas avec eux des avantages et des inconvénients, des risques et des bénéfices de l’injection avant l’administration du « vaccin ». La plupart des Canadiens qui se font vacciner n’ont aucune idée qu’il existe un risque de troubles de la coagulation sanguine, comme une embolie pulmonaire et un accident vasculaire cérébral, de processus immunitaires mettant la vie en danger comme la thrombocytopénie induite par le vaccin, ou que les jeunes qui se font vacciner courent un risque de complication potentiellement mortelle de la myocardite (ils ne sont pas non plus informés que le risque de Covid lui-même est presque négligeable pour les jeunes et en bonne santé). Un tel manque d’information est une violation de la décision de la Cour suprême sur le consentement. Si vous êtes blessé par le vaccin et n’avez pas donné votre consentement éclairé, vous avez des motifs de poursuivre vos autorités sanitaires pour négligence et dommages-intérêts.

Remarque : Il n’incombe pas aux patients de faire leurs propres recherches. Il incombe au fournisseur de soins de santé d’informer les patients des risques afin qu’une personne objective et raisonnable dans la position du patient soit en mesure de faire un choix éclairé. Est-ce que quelqu’un croit vraiment qu’un enfant de 12 à 15 ans est capable de comprendre suffisamment les problèmes complexes liés à la thérapie génique expérimentale pour donner un consentement éclairé ? Attirer des enfants avec de la crème glacée à Toronto ou des adultes avec une loterie dans l’Etat d’Alberta constitue-t-il un consentement éclairé?

Si l’affaire Reibl contre Hughes établit la norme pour les traitements approuvés, quelle devrait alors être la norme pour les traitements non approuvés, pour l’expérimentation sur les humains avec des technologies nouvelles et non testées ? À la suite d’expériences menées par des médecins nazis sur des prisonniers des camps de concentration et les procès de Nuremberg qui ont suivi, cette Cour a formulé dix principes d’éthique de la recherche pour guider l’expérimentation médicale sur les humains. Le premier principe est que « le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel ». Bien que le Code de Nuremberg, créé il y a plus de 70 ans, n’ait pas utilisé le mot « informé », il a utilisé le mot « consentement » et il n’est guère exagéré de conclure que le consentement dont ils parlaient était un « consentement éclairé ». La plupart des Canadiens qui reçoivent ces nouvelles injections de thérapie génique n’ont aucune idée que ces « vaccins » ne sont pas une thérapie approuvée, comme un vaccin contre la grippe, et ils ne savent pas qu’ils sont en fait inscrits à des essais cliniques qui sont toujours en cours.

Nos gouvernements fédéral et provinciaux, premiers ministres, administrateurs de la santé publique et personnel négligent d’administrer les vaccins Covid à des dizaines de millions de Canadiens sans les informer clairement qu’il s’agit d’une thérapie expérimentale, qui pourrait entraîner des événements indésirables graves, y compris des changements de vie, blessures ou la mort, et que les effets secondaires à long terme, par exemple les maladies auto-immunes potentielles, sont encore inconnus. Lorsque les gouvernements utilisent tous les moyens en leur pouvoir, y compris le contrôle des médias et la censure généralisée des voix dissidentes, pour inciter les gens à se faire soigner sans les informer de manière adéquate des risques, ils violent la confiance fondamentale entre le peuple et leur gouvernement.

Lien : https://scc-csc.lexum.com/scc-csc/scc-csc/en/item/2563/index.do

Climat : le fanatisme a encore de beaux jours devant lui.

Capture d’écran 2020-01-08 à 17.38.51.png

Il y a 5 ans (et 2 jours) deux fanatiques musulmans d’origine algérienne massacrèrent de sang froid la direction de Charlie Hebdo et quelques autres personnes qui se trouvaient au mauvais moment et au mauvais endroit ce jour-là. Leur motivation résidait dans le fait que ce journal satirique blasphémait le « prophète ». La liberté de la presse et la liberté d’expression en prirent un sale coup. Mais le fanatisme, au sens général du terme, a-t-il disparu ? Pas vraiment. De nos jours surgit une autre forme de fanatisme, et cette fois il concerne le climat. Mais oui ! C’est vrai et ça se passe au Canada.

Le Winnipeg Free Press, le 6 janvier, la veille de l’anniversaire de la tuerie de Charlie Hebdo, titrait son éditorial : « Time to Silence Voices of Denial », en français il est temps de réduire au silence ceux qui nient [ le changement climatique ]. Dans cet éditorial il est question d’un large consensus de scientifiques affirmant que le changement du climat d’origine humaine est bien réel. Par deux fois le terme « climate change deniers » est employé, ce qui veut dire que quiconque diffère de l’opinion majoritaire est un dépravé moralement toxique, un blasphémateur.

Dans le passé de nombreuses tentatives de prédiction de l’avenir ont échoué en particulier les plus pessimistes mais, selon cet éditorial, si on se hasarde à nier toute cause d’origine humaine au changement climatique on est un individu vil qu’il faut faire taire par tous les moyens. Depuis des années les gouvernements, les médias, les grands dirigeants de banques et d’entreprises, les églises et jusqu’aux enseignants dans les écoles primaires insistent sur le fait qu’il y a une urgence climatique. Les penseurs indépendants (comme votre serviteur) qui mettent en cause cette doctrine nagent à contre courant de cette marée idéologique et l’opinion main-stream considère qu’il est normal qu’ils soient diabolisés.

L’Alberta est particulièrement affecté par les décisions du gouvernement fédéral qui a interdit tout nouvel investissement dans l’extraction du pétrole de schiste provoquant la mise à pied de dizaines de milliers de personnes. Et pourtant l’éditorial de ce journal du Manitoba connait les difficultés de l’Alberta, alors pour justifier la décision du gouvernement fédéral il enfonce le clou en dénonçant l’influence néfaste des « climato-sceptiques », les rendant responsables des vagues de chaleur, des sécheresses, des inondations et des feux qui ravagent le bush australien.
Capture d’écran 2020-01-08 à 18.02.28.png

Le Winnipeg Free Press prétend que c’est assez et qu’il faut faire taire les dénialistes, le fondamentalisme intellectuel est arrivé et il n’y a qu’une seule vérité. Les survivants du massacre de Charlie Hebdo savent très exactement où ce type de fondamentalisme conduit …

Adapté d’un billet de Donna Laframboise, journaliste canadienne. Traduction de l’insert ci-dessus : en 2020 il n’y a plus de place pour les débats au sujet du changement climatique. Il faut des leaders (politiques) pour faire du changement climatique une priorité, mais pour cela il faut cesser les débats en boucle avec les dénialistes alors que le monde est en feu autour de nous tous.

 

Nestlé et la privatisation de l’eau : un problème mondial

Le 14 Novembre 2019 le groupe canadien Wellington Water Watchers a organisé une conférence intitulée « All Eyes on Nestlé » dans la ville de Guelph, Ontario, réunissant des peuples autochtones et des mouvements de citoyens luttant contre les prélèvements d’eau de Nestlé au Canada, aux Etats-Unis, en France et au Brésil. À la suite de cet évènement public, les représentants des organisations concernées se sont réunis pour un atelier d’échange d’informations et de discussions sur d’éventuelles stratégies communes de résistance à cette entreprise géante d’accaparement de l’eau. À partir des expériences et des histoires partagées par des groupes aussi différents que le Collectif Eau-88 de la ville de Vittel en France, Save Our Water d’Elora au Canada ou encore les Michigan Citizens for Water Conservation des Etats-Unis, il est devenu clair qu’il y a un point commun dans tous ces endroits où Nestlé prélève de l’eau pour ses installations d’embouteillage, contrairement à l’affirmation de Nestlé que s’il y a des problèmes il s’agit toujours de problèmes localisés. Dans la réalité le schéma commun mis en place par Nestlé montre par exemple que les quantités d’eau prélevées – pour lesquelles Nestlé ne paie presque rien – font généralement baisser le niveau des eaux souterraines, affectent les écosystèmes et mettent en danger l’approvisionnement en eau des citoyens locaux.

Capture d’écran 2020-01-01 à 11.20.31.png

À Vittel, par exemple, Nestlé et la communauté urbaine prélèvent l’eau dans le même aquifère et les institutions publiques françaises ont reconnu que cette situation mettait en danger cet aquifère car les prélèvements d’eau étaient plus importants que les eaux nécessaires à sa reconstitution naturelle. La solution proposée par les autorités françaises ? Construire une canalisation d’environ 14 kilomètres pour acheminer l’eau d’un autre endroit pour les habitants de la ville de Vittel afin que Nestlé puisse continuer son activité de pompage des eaux souterraines de Vittel sans perturber l’alimentation en eau de la ville de 5200 habitants. Grâce à la résistance du Collectif Eau 88, le projet d’aqueduc a été abandonné et une autre solution doit donc être trouvée pour protéger l’aquifère. Sans l’intervention de ce mouvement citoyen le projet de canalisation aurait été approuvé et financé avec l’argent des contribuables.

Dans le Comté de Wellington au nord-ouest de Toronto, Nestlé Waters Canada a obtenu le permis d’extraire 4,7 millions de litres d’eau par jour dans des puits situés à Hillsburg et Aberfoyle et selon Mike Balkwill de Wellington Water Watchers « la société a demandé le renouvellement de ses permis, tandis qu’elle extrait l’eau sans le consentement des « Six Nations » (voir note en fin de billet) sur le territoire duquel elle opère et malgré l’opposition de plusieurs organisations autochtones ». Et encore une fois grâce à la résistance des Six Nations et d’autres mouvements de citoyens, le moratoire sur les permis de prélèvement d’eau qui devait se terminer le premier Janvier 2020 a été récemment prolongé que jusqu’en octobre 2020. La situation est la même en Floride où, bien que la régie locale de l’eau considère que le système d’alimentation en eau se remet à peine de sa surexploitation, Nestlé souhaite toujours pomper l’eau de Ginnie Springs. Le schéma commun qui se dégage des ces cas et de bien d’autres comme dans l’Etat du Michigan ou dans la petite ville de Sao Lourenço au Brésil, montre également que ce sont toujours les groupes locaux qui défendent l’eau et non les autorités de l’eau ou de l’environnement dépendant de l’État. Au contraire, autre schéma qui se répète dans la plupart des cas, les gouvernements se rangent très souvent du côté de la société Nestlé contre les citoyens.

Pire encore, dans de nombreux endroits Nestlé « fusionne » avec les autorités locales comme dans le Maine (USA) où un directeur de Nestlé faisait partie du conseil d’administration de l’agence de protection de l’eau et de l’environnement de l’État ou à la ville de Vittel où la maire adjointe et conseillère départementale a été poursuivie pour conflit d’intérêt concernant le projet de canalisation. Madame Claudie Pruvost était l’épouse d’un cadre de Nestlé à Vittel, présidente d’une association qui avait été choisie pour soutenir le projet de développement et de gestion de l’eau à la commission local de l’eau que Madame Pruvost présidait. Son procès a été retardé car l’affaire a dû être transférée du tribunal d’Epinal, le plus proche de Vittel, à la ville de Nancy, car la vice-présidente du tribunal d’Epinal est l’épouse du directeur de Nestlé Waters à Vittel !

La stratégie de Nestlé est d’établir des alliances ou des partenariats avec les gouvernements pour se protéger et protéger ses opérations locales d’embouteillage, en particulier dans son pays d’origine, la Suisse, où son image doit être mieux protégée. Récemment l’ancien directeur des affaires publiques de Nestlé, Christian Frutiger, a été nommé vice-directeur de la Direction du développement et de la coopération de la Suisse (DDC) qui est responsable des programmes d’aide au développement où il occupera le poste de responsable du programme Global Water du DDC !

Les dommages écologiques causés par les prises d’eau et les installations d’embouteillage de Nestlé ne sont pas non plus limitées localement. Les bouteilles en PET (poly-éthylène-téréphtalate) sont l’une des principales sources de déchets plastiques dans le monde. Un seul exemple pour donner une idée de l’ampleur de la contribution de Nestlé à ce problème : selon le Wellington Water Watchers, si le gouvernement approuve les permis de Nestlé pour prélever l’eau dans le comté de Wellington destinée à l’embouteillage, l’entreprise produira plus de 3 milliards de bouteilles de 500 ml par an, qui, mises bout à bout, feraient 16 fois le tour de la Terre ! Et cette quantité de plastique ne provient que deux sites du comté de Wellington. Nestlé possède des dizaines de telles installations d’embouteillage dans le monde entier, utilisant d’énormes quantités de combustibles fossiles pour produire des dizaines de milliards de bouteilles en PET chaque année. Si on ajoute à cela le carburant consommé pour transporter toutes ces bouteilles principalement par camion on ne peut que constater l’impact significatif de Nestlé sur l’environnement.

Ces schémas sont intrinsèques aux activités d’embouteillage de Nestlé et au pouvoir économique et politique de cette multinationale géante. Le Canada, les Etats-Unis et la France comptent parmi les sociétés démocratiques les plus riches et les plus traditionnelles de la planète et pourtant les citoyens doivent se battre encore avec beaucoup d’énergie et parfois très longtemps pour atteindre un niveau minimal de protection des eaux souterraines et de surface et des écosystèmes pour préserver l’avenir de leur accès à l’eau, des situations qui devraient, dans une démocratie, être considérées comme acquises et relevant des devoirs de l’Etat. Si Nestlé réussit à avoir les gouvernements de son côté et contre les citoyens dans ces démocraties traditionnelles que sont le Canada, les Etats-Unis et la France, qu’arrive-t-il aux communautés confrontées à l’eau de Nestlé qui s’accapare l’eau dans des sociétés beaucoup moins démocratiques et beaucoup plus vulnérables en Afrique, en Amérique latine ou en Asie ?

Comme l’expliquent dans leur ouvrage classique « Monopoly Capital » Paul A. Baran et Paul M. Sweezy, à notre époque les multinationales sont devenues les principale source de pourvoir économique et politique :

 » Le pouvoir politique est officiellement mis en place par les votes des citoyens et l’argent en est la vraie source : le système politique, en d’autres termes, est de forme démocratique et son contenu est ploutocratique (…) Il suffit de dire que toutes les activités et fonctions publiques qui peuvent être considérées comme constituant les caractéristiques essentielles du système politique – endoctriner par la propagande le public électoral, organiser et maintenir des partis politiques, mener des campagnes électorales – ne peut être réalisé qu’au moyen d’argent, de beaucoup d’argent. Et comme dans le capitalisme monopolistique les grandes sociétés sont la source d’énormes capitaux, elles sont également la principale source de pouvoir politique« .

Dans la réalité, certaines sociétés transnationales réalisent des bénéfices supérieurs au PNB de la grande majorité des pays du monde. Un exemple peut donner une meilleure vision du pouvoir économique et politique de ces sociétés par rapport à d’autres institutions nationales ou internationales. En 2017 Nestlé a dépensé 7,2 milliards de dollars américains uniquement pour des efforts de publicité à l’échelle mondiale. Le budget de l’organisation mondiale de la santé (OMS ou WHO) pour l’exercice 2016-2017 était de 4,38 milliards de dollars. Il est également important de comprendre que la société transnationale moderne est également le digne successeur « naturel » des anciennes puissances coloniales, à la différence que, alors que les anciennes puissances coloniales se concentraient sur l’exploitation des pays du sud, leurs héritiers contemporains, les grandes compagnies transnationales, sont capables d’exploiter aussi les pays du nord lorsque les ressources dont ils ont besoin s’y trouvent comme Paul Sweezy l’a expliqué dans cette citation de « Modern Capitalism and Other Essays » :

 » (…) Il n’y a aucune raison de supposer qu’une entreprise exempterait volontiers les marchés et les sources d’approvisionnement étrangers de son horizon de planification simplement parce qu’ils se trouvent à l’extérieur d’un ensemble particulier de frontières nationales « .

Dans les faits, les communautés du Canada, de la France et des Etats-Unis qui tentent de protéger leurs ressources en eau de Nestlé mènent les mêmes batailles que les communautés du sud du monde ont toujours dû mener pour protéger leurs propres ressources de l’accaparement colonial. Les anciennes puissances coloniales ont utilisé des oligarchies locales soumises à leurs opinions politiques et économiques en tant que dirigeants de leurs colonies qui sont devenues le « modèle de gouvernance » dans la plupart des pays du Sud. Avec le néolibéralisme ce modèle a été exporté vers le Nord du monde où les grandes sociétés transnationales prennent progressivement le pas sur l’espace démocratique et le pouvoir politique, transformant de nombreux endroits du Nord en images miroir des communautés colonisées du Sud du monde. Sous cette nouvelle puissance coloniale les gouvernements des pays du sud comme du nord deviennent des serviteurs volontaires du secteur des entreprises, s’assurant que, malgré les dommages sociaux et environnementaux, les entreprises transnationales ont accès aux ressources dont elles ont besoin.

Cet état de fait crée une ouverture nouvelle importante pour la communication, la solidarité, la compréhension et l’action commune entre les groupes de citoyens qui luttent contre la privatisation de l’eau dans le nord et le sud du monde. La lutte, au sud ou au nord, est la même : garder l’eau aux mains du public sous contrôle démocratique. Et se battre pour l’eau c’est aussi se battre pour nos démocraties en voie de disparition sous la menace du contrôle autoritaire des grandes entreprises transnationales au sud comme au nord. Une nouvelle alliance entre le sud et le nord peut favoriser l’émergence d’un puissant mouvement défiant le secteurs économique de ces entreprises et de leurs serviteurs, le monde politique. Les entreprises, évidemment, riposteront et Nestlé, encore une fois, a déjà acquis une longue expérience fructueuse durant son passé de lutte contre la société civile.

Dans les années 1970, un boycott international a été organisé contre Nestlé en raison de sa promotion de l’alimentation pour bébés au biberon décourageant l’alimentation maternelle au sein, ce qui a provoqué des maladies et de nombreux décès d’enfants dans les pays pauvres du sud. Cette campagne, connue sous le nom « Nestlé tue les bébés » a eu un impact sans précédent sur l’entreprise et porta gravement atteinte à son image. Pour contrer cette campagne Nestlé engagea Raphael Pagan, un officier du renseignement du Département américain de la défense. Pagan avait conseillé les Présidents américains Nixon et Reagan sur les politiques à conduire avec les pays du tiers-monde, ce qui signifie comment combattre les mouvements de libération de ces pays du tiers-monde. En fait, Nixon fut le président américain qui apporta son soutien au général Pinochet lors de son coup d’Etat contre le président élu Salvador Allende au Chili, précipitant ce pays dans une dictature militaire meurtrière qui dura des années. Pagan, reçut un « Life Achievement Award » du président Reagan, le président qui faisait la guerre au gouvernement nicaraguayen sandiniste, tuant et terrorisant des dizaines de milliers de personnes en Amérique centrale. Raphael Pagan a été très efficace dans la lutte contre le boycott international contre Nestlé, essentiellement en concevant une stratégie consistant à diviser les groupes de la société civile qui organisaient la campagne de boycott. Ce partenariat avec le renseignement militaire américain pour lutter contre les organisations de la société civile a remporté un tel succès que Nestlé a par la suite approfondi cette collaboration.

En 2002 Nestlé a embauché John Hedley, un ancien agent du MI6, le renseignement militaire britannique, en tant que chef de la sécurité du groupe. Hedley était, entre autres fonctions, responsable de l’organisation d’une opération dont le but était d’espionner des groupes de la société civile critiques pour Nestlé en Suisse, principalement le groupe ATTAC (voir note en fin de billet). Lorsque cette opération a été dévoilée par un journaliste d’investigation suisse qui l’a dénoncée à la télévision suisse, Nestlé a dû faire face à un procès et a été condamné par la justice suisse. Puis Nestlé a développé ce qui est connu sous le nom de « War room », un centre de communication de haute technologie qui suit en temps réel toute mention faite à Nestlé dans les médias sociaux, afin que l’entreprise puisse réagir rapidement à toute « menace » posée par des personnes physiques.

En 2011, Nestlé a organisé sa conférence annuelle « Créer des Valeurs Partagées » à Washington en partenariat avec le Conseil de l’Atlantique (Atlantic Council), une organisation basée aux Etats-Unis qui rassemble les grandes entreprises, les politiciens et l’armée. Le Conseil de l’Atlantique (ou Conseil Atlantique) est membre de l’OTAN sinon une émanation de cette organisation. La principale table ronde de cette conférence fut organisée par le Président (CEO) de Nestlé Peter Brabeck et le Président du Conseil Atlantique Frederik Kempe. Elle avait pour intitulé : « Création de valeur partagée en Amérique latine, opportunités, obstacles et orientations futures en matière de nutrition, d’eau et de développement rural« .

On peut supposer que ce que ce panel a appelé « obstacles » était – et est toujours – les mouvements de la société civile essayant de garder leurs ressources naturelles, y compris l’eau, entre les mains du public. Lorsqu’elles sont confrontées à ce type de résistance de la société civile des entreprises transnationales comme Nestlé peuvent trouver utile d’avoir l’OTAN à leurs côtés pour aider à « convaincre » les gouvernements rebelles de céder leurs ressources naturelles au profil (et aux profits) du secteur correspondant de ces entreprises mais certainement pas pour le développement de leur pays. Dans ce cadre Nestlé maintient un programme d’embauche d’anciens militaires américains (lien). C’est peut-être juste pour garder des liens étroits avec l’armée américaine car, selon les informations disponibles, Nestlé n’embauche pas d’anciens militaires suisses ou français.

Tous ces exemples sont suffisants pour démontrer que Nestlé a une position de leader mondial pour imposer son contrôle sur les institutions démocratiques de divers pays afin d’avoir accès aux ressources naturelles comme l’eau. Ces exemples montrent également que Nestlé est très en avance dans le développement de stratégies et de partenariats dans le but de contrer la résistance de la société civile. Seuls et unis, du nord au sud, nous pouvons espérer protéger nos ressources en eau de l’accaparement par ces entreprises géantes et protéger nos démocraties du contrôle de ces entreprises, il n’y a pas d’autre moyen.

Traduction d’un article de Franklin Frederick paru sur le site Global Research en 2019.

Lien : https://www.nestleusacareers.com/military/

Notes. Six Nations regroupe six populations autochtones canadiennes, voir https://en.wikipedia.org/wiki/Six_Nations_of_the_Grand_River. Par extension « Six Nations » regroupe les actions de toutes les populations autochtones canadiennes . ATTAC : https://fr.wikipedia.org/wiki/Association_pour_la_taxation_des_transactions_financières_et_pour_l%27action_citoyenne

Ceta : suite … et peut-être fin ?

Capture d’écran 2016-10-30 à 13.47.33.png

Les objections de la Wallonie concernant le Ceta (Canada-EU « Comprehensive and Economic » Trade Agreement, l’abréviation prêtant à confusion) portaient essentiellement sur la mise en place du mécanisme juridique dit « investor-state dispute settlement » (ISDS), en d’autres termes la création d’une cour de justice autorisant les grandes compagnies multinationales à poursuivre devant un tribunal privé les gouvernements signataires de ce traité sous le simple prétexte que les régulations et lois nationales voire européennes peuvent porter préjudice à leurs profits futurs. Il s’agit du côté sombre de ce traité dont les dispositions sont reprises mot pour mot par le projet de traité TTIP et qui figurent également dans le traité TPP, la réplique « trans-pacifique » du TTIP.

Naturellement ce sont les grandes corporations multinationales américaines qui ont exigé la mise en place d’une telle justice alternative entièrement à leur avantage. Curieusement seuls en Europe les Wallons ont soulevé ce problème central du traité, tout le reste n’étant qu’un amalgame de bonnes paroles pour faire avaler cette monstruosité juridique qui pourrait mettre à mal l’ensemble des lois et dispositions mises en place par les gouvernements successifs de tous les pays d’Europe, que ce soient la protection sociale, les services publics, la santé, l’éducation ou encore les diverses régulations européennes activées dans toutes sortes de domaines économiques et financiers. Sans verser dans l’anti-américanisme primaire comme me l’ont fait remarquer certains de mes lecteurs, il est vraiment déplorable qu’aucun politicien de haut rang, je pense aux Premiers Ministres ou aux Présidents, n’ait manifesté une quelconque objection sur ce point précis du traité, à croire qu’ils sont tous déjà réduits à l’état d’esclaves des USA.

On se trouve donc confronté à une rétrogradation des démocraties qui ont choisi (ou vont choisir) leurs nouveaux maîtres, non plus des familles royales qui gouvernaient selon leur bon-vouloir, mais des grandes corporations – le « Deep State » – qui ont exercé leur lobbying puissant afin que ce genre d’arrangement contraire aux constitutions de nombreux pays européens soit mis en place pour leur plus grand profit. Cette démarche effectuée dans le secret a pourtant de quoi alarmer n’importe quel juriste ou économiste européen ou même canadien. C’est ce que viennent de comprendre quelques anciens politiciens de haut niveau au Canada : le juriste Rocco Galati, spécialiste de la constitutionnalité des lois et traités au Canada, à la demande de l’ancien ministre de la défense Paul Hellyer et de Ann Emmett et George Cromwell tous deux membres du comité des réformes économiques et monétaires, a esté devant la Cour Constitutionnelle canadienne au sujet de la non-constitutionnalité du traité Ceta.

Les deux principales raisons évoquées sont le fait que le Parlement canadien n’a pas ratifié ce traité et ensuite parce que le Ceta privilégie les droits des multinationales en regard de la Constitution canadienne et des droits des citoyens. Pour Galati les seuls domaines nationaux qui échappent aux dispositions du Ceta sont la collecte des impôts, la sécurité nationale et l’industrie culturelle, si chère aux politiciens français, est-il nécessaire de le remarquer ici, la fameuse exception culturelle hexagonale. On peut imaginer que les compagnies d’assurance américaines trainent le gouvernement français devant un tribunal ad hoc pour dénoncer le système de protection sociale français qui entrave leur main-mise sur la Sécurité Sociale telle qu’elle existe en France. Elles auront raison et gagneront à coup sûr un procès contre le gouvernement français dont la motivation sera leur « manque à gagner futur » !

Il est nécessaire d’insister sur le fait que l’ISDS s’est déjà mise en place malgré le fait que ce traité Ceta comme le TTIP n’ont pas encore été ratifiés par les Parlements des pays signataires. Il s’agit d’un groupe de 15 avocats d’affaire du Canada, des USA, de France, du Chili, de Suisse, des Pays-Bas, d’Allemagne et de Belgique. Ils ont renommé l’ISDS Investment Court System (ICS) et promu au statut de « juges » trois des leurs rémunérés 3000 dollars par jours opérant en étroite collaboration avec leurs homologues des corporations plaignantes qui sont pudiquement appelées les fondateurs tierce-partie de cette espèce de mafia déjà en place à l’insu des gouvernements et des parlements des pays futurs signataires de ces traités. Comme il n’est pas difficile de l’imaginer il s’agit d’un très gros business, les pénalités infligées aux pays signataires pouvant se compter en dizaines de milliards de dollars ! Ces juristes seront rémunérés au pourcentage comme c’est le cas aux USA et au Canada. Si les négociations relatives au TTIP venaient à échouer, le Ceta permettrait à des milliers de corporations américaines ayant une filiale au Canada de contourner cet échec.

Il ressort de toute cette sombre et opaque négociation que le Canada, déjà manipulé par les Américains dans le cadre du NAFTA, ne servira que de plateforme aux corporations américaines pour opérer une main-mise sur l’ensemble de l’économie européenne. Ces traités font partie de l’agenda hégémonique américain et pourtant tous les dirigeants européens semblent anesthésiés par la propagande du Département d’Etat américain. C’est vraiment révoltant !

Billet inspiré d’un article de Counterpunch

Note : NAFTA : North American Free Trade Agreement, traité de libre-échange mis en place en 1994 comprenant les USA, le Mexique et le Canada.

 

La « grande vérole » revient en force dans les pays développés

Capture d’écran 2016-07-04 à 16.21.05.png

Si la syphilis a été oubliée ces trente dernières années dans les pays dits développés grâce en particulier à la pénicilline c’est tout simplement parce que les cas devenaient de plus en plus rares à tel point que les autorités sanitaires avaient cru que la maladie était pratiquement éradiquée et qu’elle n’était plus que le triste apanage des pays sous-développés. D’ailleurs les médecins généralistes n’arrivaient même plus à distinguer la syphilis d’un simple herpès quand une femme ou un homme constataient qu’ils venaient d’être infectés. Le chancre mou, cette inflammation très localisée et indolore (voir illustration, Wikipedia) était en effet considéré comme une manifestation d’herpès alors que pourtant l’herpès génital est plutôt insupportable voire douloureux. De plus les structures de dépistage devenant de plus en plus rares, le SIDA étant devenu des les esprits une maladie comme une autre qui se traite « facilement », la vigilance consistant en des rapports sexuels protégés s’est progressivement relâchée et il en résulte aujourd’hui une recrudescence spectaculaire de la « grande vérole » dans des pays aussi développés que les USA ou la Suède !

Chancres_on_the_penile_shaft_due_to_a_primary_syphilitic_infection_caused_by_Treponema_pallidum_6803_lores.jpg

Par exemple en Suède le nombre de cas (déclarés) est passé de 10 en 2010 à 51 en 2015, uniquement dans la région du Västa Götaland et essentiellement dans la communauté gay. Mais il s’agit d’une estimation officielle car pas plus de 40 % des personnes atteintes vont consulter leur médecin. Pour l’ensemble de la Suède avec les incertitudes mentionnées ci-dessus le nombre de cas totaux a atteint 244 en 2014, les statistiques officielles pour 2015 n’ayant pas été publiées. Pour la seule ville de Stockholm le nombre de cas est passé en dix ans de 89 à 158.

Au Canada, dans la seule province de l’Alberta, essentiellement à Edmonton, le nombre de cas a été multiplié par 4,5 entre 2011 et 2015 dans la communauté gay, le nombre de femmes concernées par la maladie étant stable sinon en diminution. D’après les spécialistes de la santé et des maladies sexuellement transmissibles il semble que les sites de rencontres anonymes spécialisés qui fourmillent sur Internet favorisent cet état de fait. L’Alberta a été relégué au rang du Kenya ou du Pakistan pour la fréquence de syphilitiques ! (Source : Globalnews.ca). Aux Etats-Unis la situation devient presque alarmante pour diverses raisons. La faillite du système de santé « Obamacare » explique pour une grande part la recrudescence des MSTs en général et de la syphilis en particulier. Le budget attribué seulement au dépistage de ces maladies a été globalement diminué d’un milliard de dollars depuis 2005. La directive du gouvernement fédéral est de faire plus avec moins à tel point que plus de 44000 postes d’infirmiers et de médecins ont été tout simplement supprimés en dix ans. En deuxième lieu une espèce de pudeur malsaine fait que les sujets atteints de syphilis ne vont plus consulter leur médecin ou hésitent à pénétrer dans un centre de dépistage le plus souvent anonyme. Dans le seul Etat de New-York le nombre de « volontaires » pour le dépistage des MSTs est en constante diminution, que ce soit pour les chlamydia, la gonorrhée, le SIDA, l’hépatite C ou la syphilis. Dans un pays où certains Etats ont banni le sexe oral, une décision aussi ridicule que d’interdire la fessée aux enfants (ça se passe en France), quand les politiciens vont-ils interdire l’homosexualité comme au Pakistan ou en Malaisie ? On assiste donc aux USA à une régression morale et sanitaire empreinte d’un puritanisme malsain … Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 2000 seulement 6000 cas de syphilis primaire ont été répertoriés aux USA. En 2014 ce nombre a atteint 20000 avec des cas de syphilis congénitale et d’atteinte oculaire de nouveaux-nés, une situation que des pays en voie de développement sont arrivés à maîtriser comme par exemple à Cuba. Ça laisse rêveur.

Capture d’écran 2016-07-04 à 16.20.00.png

La palme du nombre de cas de syphilis (déclarés) revient au comté de Los Angeles ( http://www.cdc.gov/std/stats14/tables.33.htm ) avec 1204 cas pour 100000 habitants, un record mondial ! Et cela tout simplement par manque d’éducation : les personnes atteintes de syphilis, essentiellement des homosexuels, ne connaissent pas les premiers symptômes de la maladie (voir l’illustration tirée de Wikipedia ci-dessus) et attribuent à tort le chancre mou à une lésion passagère. Parmi les 70 comtés américains les plus touchés par l’épidémie de syphilis aux USA 14 d’entre eux se trouvent en Californie, l’Etat de tous les excès …

En ce qui concerne la France et d’autres pays européens j’ai tenté de trouver quelques données mais sans succès.

Source partielle : Business Insider