Espagne et France, pas tout à fait le même combat

Quelle différence entre l’Espagne et la France ? Sur le plan économique, la France a mis le double braquet pour rattraper l’Espagne dans le marasme. Sur le plan financier et bancaire, fort heureusement pour la France, les trois principales banques sont dans une meilleure situation que leurs contre-parties espagnoles mais elles détiennent des dizaines de milliards de dette espagnole (et portugaise et italienne) et si l’Espagne à laquelle les marchés ne font plus de cadeau ne pouvait pas honorer sa dette, alors les banques françaises plongeraient immédiatement. Sur le plan politique, on peut sans être trop loin de la vérité que les politiciens de chaque côté des Pyrénées sont tous aussi corrompus les uns que les autres et il serait intéressant de connaître ceux qui ne le sont pas. La seule grande différence entre la France et l’Espagne est que du côté français des Pyrénées, l’appareil judiciaire est aux ordres du pouvoir politique, alors qu’au dela des Pyrénées la justice est totalement indépendante depuis la fin du franquisme et c’est profondément ancré dans les esprits (« touche pas à ma justice »). La Garde des Sceaux manipule au profit du parti au pouvoir une justice à trois vitesses, impunité pour les voyous des banlieues (surtout ne pas faire de vagues, SOS-racisme veille), immunité pour les politiciens corrompus du pouvoir en place, fuites en tous genres, violations répétées du secret de l’instruction, interférence organisée des médias dans les affaires judiciaires en cours d’instruction, compromission des magistrats sous l’influence de syndicats politisés, lenteurs préméditées des instructions relatives aux cadres du parti au pouvoir pour corruption … Rien de tout ce cirque en Espagne. Le Président Rajoy est au pied du mur mais une telle situation est impensable en France. Le Président et ses ministres ont soutenu Cahuzac, ils sont donc complices de corruption (en bande organisée) … J’allais oublier un autre point commun entre la France et l’Espagne, Rajoy et Hollande sont au même point dans les sondages de popularité : à peine 25 % d’opinions favorables chacun, sans vraiment d’amélioration à l’horizon.

Bonne plage !

Chronique cinématographique

En ce jour d’élections législatives partielles à Villeneuve sur Lot pour que les électeurs réattribuent le siège de Jérome, qui se souvient d’Arsène Cahuzac ? Dans un film de Georges Lautner dont l’action se situe à Loubressac, le fin mot de l’histoire un peu loufoque est la récupération de matrices d’impression de faux billets de cent dollars. On n’en était pas aux comptes dans des banques en Suisse ou ailleurs. Le fossoyeur du village, le dénommé Arsène Cahuzac, s’enrichira comme tous les autres mystérieusement et ils transformeront le petit village en une sorte de Woodstock où se retrouveront les hippies de toute l’Europe. Mais le prénommé Jérome sera-t-il le fossoyeur du PS …

vlcsnap-2013-06-16-17h49m10s53

« Quelques messieurs trop tranquilles » (1972)

Critique cinématographique et digression politique (« Le Président » d’Henri Verneuil)

J’ai revu hier « Le Président » d’Henri Verneuil avec Gabin dans le premier rôle. Ce film date de 1961 mais il est d’une actualité incroyable et redoutable par les temps troublés que traverse la France. Certes le régime de l’époque était encore la IVe République avec ses magouilles politico-politiciennes à rebondissements, une crise, des syndicats, toujours eux ou plutôt déjà eux, de l’inflation et des projets d’union monétaire et commerciale. L’histoire est donc intemporelle et toute ressemblance avec des personnages passés ou présents (en 1961) serait pure coïncidence … Pourtant on retrouve dans ce film un condensé de ce qu’est la politique actuelle avec un Bernard Blier ressemblant étrangement à François Hollande. En quelque sorte un film de politique fiction 50 ans avant les événements d’aujourd’hui. Le renoncement de dernière minute de Blier au poste de président du Conseil pourrait présager d’une prochaine démission de Hollande suivie d’élections générales. Pourquoi pas ? Eclaboussé par l’affaire Cahuzac – il savait  comme Moscovici et d’autres – le Président français devrait présenter sa démission : il ne se remettra jamais de cette grave bavure, pour employer un mot bisoudoux. Pressé par les syndicats marxistes-léninistes d’un côté avec Mélenchon en tête des tribuns populistes, acculé par les marchés qui vont dégrader la dette française sans tarder, lâché par Merkel qui ne lui a pas pardonné sa légèreté lors des premiers mois de son mandat et qui s’est rapprochée de Cameron plus fiable à son avis, Hollande est isolé et pris en tenaille entre des pays du nord de l’Europe qui ont effectué leurs réformes structurelles dans la souffrance et des pays du club Med qui tardent à se réformer, empêtrés par des scandales (Espagne) ou sans gouvernance (Italie) ou encore au bord de la faillite (Portugal et Slovénie sans parler de la Grèce ou de Chypre). En France les réformes attendront la grande crise, inévitable maintenant, parce qu’il est impossible de mettre au pas les syndicats, ceux du « toujours plus » et des « acquis sociaux », il semble impossible de réduire les dépenses de l’Etat et la pression fiscale est devenue telle qu’elle en est décourageante. Les Français sont découragés, ils n’attendent plus rien de l’avenir sinon une nouvelle révolution pour virer non pas les riches et les nobles comme en 1789 mais les politiciens à la solde des crypto-communistes qui gangrènent le pays depuis 1945.

Je suis retraité avec une petite pension et si dans quelques mois l’Etat ne peut plus me verser ma retraite, je prendrai le premier avion pour le Japon et je demanderai l’asile économique en m’en remettant à la générosité de mon fils qui a très bien fait de s’exiler dans ce pays !

France = République bananière ?

Il y avait les Nouvelles-Hébrides, un paradis fiscal bien connu des Anglais et des Français qui a perduré après l’indépendance avec le Vanuatu. Je me souviens que la banque de Vatican avait une représentation sous forme d’une boite aux lettres, c’est dire que ce pays, centre de toutes sortes de trafics, rendait des services plus ou moins illicites aux Franglais qui y résidaient et qui y résident encore. Je ne voudrais pas que mes lecteurs se méprennent à mon sujet, j’ai séjourné au Vanuatu pour y enseigner le français puis pour créer une petite entreprise d’export sans jamais avoir amassé plus que quelques millers de dollars, de quoi m’acheter de temps en temps un saucisson bien français ou une bouteille de champagne pour fêter un événement inhabituel. Mais j’appris par des résidents de longue date que par exemple Madame Claude y avait investi massivement, en d’autres termes elle avait transféré les bénéfices substantiels réalisés sur le dos de ses call-girls sur un compte anonyme localisé dans une banque ayant pignon sur rue pour ne pas faire trop désordre mais que je ne nommerai pas.

Aujourd’hui le Vanuatu, qui n’est pas un paradis fiscal très florissant en termes de volumes financiers, est très utile pour réinvestir en Australie ou encore en Nouvelle-Calédonie, Nouméa est à une heure d’avion de Port-Vila, et un grand nombre de riches familles caldoches et zoreilles utilisent ce canal très pratique pour échapper au fisc néo-calédonien qui est pourtant moins regardant que celui de Bercy. Je ne voudrais pas ternir l’image des Français que j’ai pu rencontrer à Port-Vila, mais si Cahuzac avait eu la bonne idée de placer ses millions d’euros dans un banque « d’affaires » locale dans une petite rue du centre de Port-Vila et au premier étage d’un petit immeuble anodin, jamais on n’aurait retrouvé sa trace : la Suisse, c’est trop près de la République bananière de France, il vaut mieux éviter …

Dans le même registre, les îles Cook rendent de fiers services aux riches éleveurs de mouton de Nouvelle-Zélande comme les Samoa Américaines (capitale Pago-Pago) rendent des petits services discrets à quelques Américains fortunés. Les grandes démocraties occidentales ont autorisé l’implantation de paradis fiscaux car ils répondaient à un besoin, pas seulement pour échapper aux administrations fiscales locales, mais pour faciliter la circulation des capitaux de toutes sortes et de toutes provenances pour le grand bénéfice de l’économie en général.

Avec l’AFFAIRE Cahuzac, combien va-t-on découvrir de politiciens de toute couleur de la gauche bien rouge à la droite bien bleue fraudeurs patentés ? Probablement une toute petite poignée, mais on découvrira aussi que ces politiciens vivent très à l’aise sans faire preuve d’une grande créativité pour le bien de la Nation et les révélations commencent à apparaître : Carlotti, Wauquiez et qui d’autre va suivre ? Les Français qui payent de plus en plus d’impôts de toutes sortes vont apprécier et découvrir que le monde politique est un monde de riches, de nantis, enrichis avec les impôts qu’ils décident de lever en plus des 15 milliards d’euros par an pour entretenir leur petite caste, alors peut-être que l’explication finale entre le peuple (fiscalement opprimé) et eux se fera dans la rue !

Hollande a du souci à se faire. Qu’il démissionne !

Le co-trésorier de campagne 2012 de François Hollande, Jean-Jacques Augier, un de ses amis de longue date a été forcé de nommer l’identité de ses partenaires chinois de business, en passant par une société opaque située dans les îles Cayman (BVI ou British Virgin Islands pour les intimes de l’évasion fiscale à grande échelle). Après Cahuzac, ça commence à sentir carrément le roussi sous les lambris dorés du Palais de l’Elysée. A croire que Hollande est soit un incompétent aveugle et sourd ou qu’il est complice des malversations de son proche entourage. Cette information à propos du sieur Augier est révélée par le Guardian

http://www.guardian.co.uk/uk/2013/apr/03/offshore-secrets-offshore-tax-haven

à partir de fuites de grande envergure mettant en cause des dizaines de milliers de personnes de tous pays et révélées par des millions de documents impliquants des ressortissants de 150 pays différents pour des sommes dépassant les 5400 milliards de dollars !!! Pour les intéressés, voici le lien :

http://www.icij.org/offshore/secret-files-expose-offshores-global-impact

A n’en point douter, on peut s’attendre à des rebondissements dans les heures ou les jours à venir en France et ailleurs en Europe.

Hollande devrait démissionner et comme le dit H16 (H16FREE.COM) ce pays est foutu !

Note: le Guardian n’est pas du genre à révéler des affaires pour améliorer son tirage comme le Sun ou d’autres journaux de caniveau, je pense à certains quotidiens français que je classe dans cette dernière catégorie, c’est un quotidien respecté … Quant au Monde, partenaire de ICIJ, il n’a pas jugé opportun de dévoiler l’information relative au trésorier de campagne de Hollande, bizarre, vous avez dit bizarre ?

Tous pourris !

Ce qui est le plus navrant dans l’évènement Cahuzac, car il s’agit bien d’un événement dont on parlera longtemps dans les chaumières, c’est qu’il y a à peine deux mois, après la sortie de l’information par Mediapart, tout le monde politique, droite et gauche confondues, soutenait ce fraudeur menteur. On est en droit de se demander si tous les politiciens ne sont pas TOUS corrompus pour défendre ainsi l’un des leurs bec et ongles, de peur que Mediapart ou d’autres investigateurs aillent voir de plus près ce qu’ils font dans leurs circonscriptions. Ils se sont ménagé des droits et des privilèges dignes de la noblesse de l’ancien régime, ils pillent l’argent des contribuables, ils rançonnent les entreprises pour leur accorder des marchés dans leurs fiefs locaux. Fief : le territoire du seigneur des lieux peuplé de serfs corvéables et taillables à merci. Et les contribuables sont devenus les serfs de ces nouveaux seigneurs. Si encore ils connaissaient leurs dossiers, on pourrait être indulgent, mais quand on nomme un crypto-communiste qui s’est lançé dans la politique parce qu’il porte le nom d’un autre illustre résistant, son père, membre du Comité national de la résistance qui a fait tant de mal à la France en imposant ses idées marxistes-léninistes depuis 1945, je veux parler de Rol-Tangy prénommé Francis, ingénieur des Ponts et chaussées. Comme s’il connaissait quelque chose aux choses du nucléaire, à la rigueur recalculer la solidité de la dalle supportant les réacteurs de la centrale de Fessenheim puisque paraît-il, elle poserait problème, et encore … Tous des pourris, tous des opportunistes méprisant aussi bien le patrimoine français, dans le cas présent la centrale de Fessenheim, que les Français eux-mêmes en les spoliant avec des impôts plus qu’excessifs. Le non cumul des mandats, bien sûr que non, ils perdraient de leur pouvoir de prébende, d’intimidation et de pots-de-vin dans leur fief. Faut-il rappeler à mes lecteurs que le coût global, tous postes de dépense confondus, de la classe politique est de 15 milliards par an et ces Cahuzac et autres tristes sires ergottent pour savoir si on ne va pas taxer les allocs pour les ménages à hauts revenus et si oui ou non on va taxer les foot-ballers. Mais pour ces indigents du cérebellum, il est bien sûr hors de question de toucher à une moindre miette de leurs privilèges éhontés qu’ils ont voté entre eux au Sénat et à l’Assemblée, que pour eux, quand il y a 5 millions de chômeurs en France. Ils s’en foutent, ils ne pensent qu’à leur porte-monnaie. C’est une honte que de voir la France gouvernée par des gangsters, des menteurs, des prévaricateurs, des voleurs, des trafiquants en tous genres y compris d’influence.

Au cours de sa campagne, Hollande se revendiquait d’une République irréprochable, faisant allusion aux malversations non encore prouvées de son rival Sarkozy, le voilà désavoué par lui-même puisqu’il ne pouvait pas ignorer la malhonnêteté de son ministre du budget à moins qu’il ait lui-même quelque chose à cacher. Ce n’est plus la République irréprochable mais tout le contraire, la République des reproches qui vont fuser de toutes parts car quel est le politicien irréprochable, qu’il se présente ! La stratégie de Cahuzac d’attaquer Mediapart ressemble à celle adoptée par Anne Hidalgo contre NKM, la diffamation, les coups bas, les insultes. Si NKM sort un dossier relatif à un travail déguisé, elle doit savoir ce qu’elle fait comme Mediapart savait aussi ce qu’il faisait, je parle d’Edwy Plenel. Souvenez-vous de cette élue du XIe arrondissement de Paris qui blanchissait de l’argent par pleines valises à Genève sous le jet d’eau bien connu, de l’argent de la drogue bien glauque, bien pourrie, pour ses copains, politiciens ou non, parce qu’un élu s’arroge des passe-droit. Tous pourris, tous dégueulasses, tous vendus ! Les petits (et grands) arrangements, les magouilles, les luttes d’influence, les conflits d’intérêt, c’est écoeurant, il y en a assez ! A quand la révolution ?