Quand la bonne science est supprimée par le complexe politico-médical, les gens meurent

Éditorial du British Medical Journal du 13 Novembre, auteur Kamran Abbasi.

Les politiciens et les gouvernements suppriment la science. Ils le font dans l’intérêt public, disent-ils, pour accélérer la disponibilité des diagnostics et des traitements. Ils le font pour soutenir l’innovation, pour mettre des produits sur le marché à une vitesse sans précédent. Ces deux raisons sont en partie plausibles; les plus grandes déceptions sont fondées sur un grain de vérité. Mais le comportement sous-jacent est troublant. La science est supprimée à des fins politiques et financières. Le SARS-CoV-2 a déclenché la corruption de l’État à grande échelle, et c’est nocif pour la santé publique (référence 1, voir les références en cliquant sur le lien en fin de billet). Les politiciens et l’industrie sont responsables de ce détournement de fonds opportuniste. Il en va de même pour les scientifiques et les experts en santé. La pandémie a révélé comment le complexe politico-médical peut être manipulé en cas d’urgence, à un moment où il est encore plus important de sauvegarder la science.

La réponse du Royaume-Uni à la pandémie fournit au moins quatre exemples de suppression de la science ou des scientifiques. Premièrement, la composition, la recherche et les délibérations du Groupe consultatif scientifique pour les urgences (SAGE) étaient initialement secrètes jusqu’à ce qu’une fuite de presse force la transparence (2). La fuite a révélé une implication inappropriée de conseillers gouvernementaux dans le SAGE, tout en révélant une sous-représentation de la santé publique, des soins cliniques, des femmes et minorités ethniques. En effet, le gouvernement a également reçu récemment l’ordre de publier un rapport de 2016 sur les lacunes de la préparation à une pandémie, l’opération Cygnus, à la suite d’un verdict du Bureau du commissaire à l’information (3,4).

Ensuite, la publication d’un rapport de Public Health England sur le SARS-CoV-2 et les inégalités a été retardée par le ministère de la Santé d’Angleterre : une section sur les minorités ethniques a été initialement suspendue, puis, à la suite d’un tollé général, a été publiée dans le cadre d’un rapport de suivi (5,6). Les auteurs de Public Health England ont reçu pour instruction de ne pas parler aux médias. Troisièmement, le 15 octobre, le rédacteur en chef du Lancet s’est plaint qu’un auteur d’un article de recherche, un scientifique du gouvernement britannique, a été interdit de parole par le gouvernement en raison d’un « paysage politique difficile » (7). Maintenant, un nouvel exemple concerne la controverse sur les tests d’anticorps dirigés contre le SARS-CoV-2 (8). L’opération Moonshot du Premier ministre dépend de la disponibilité immédiate et large de tests de diagnostic rapide et précis (9). Elle dépend également de la logique discutable du dépistage de masse – actuellement testé à Liverpool avec un test PCR sub-optimal (10,11).

L’incident est lié à une recherche publiée cette semaine par le BMJ, qui révèle que le gouvernement a acheté un test d’anticorps qui, dans la réalité, est bien en deçà des déclarations de performance faites par ses fabricants (12,13). Des chercheurs de Public Health England et des institutions collaboratrices ont raisonnablement poussé à publier les résultats de leur étude avant que le gouvernement ne s’engage à acheter un million de ces tests, mais ont été bloqués par le ministère de la Santé et le bureau du Premier ministre (14). Pourquoi était-il si important de se procurer ce produit sans examen minutieux ? La publication préalable de recherches (preprint) sur un serveur dédié ou sur un site Web gouvernemental est compatible avec la politique de publication du BMJ. Comme si ce n’était pas opportun, Public Health England a ensuite tenté en vain de bloquer le communiqué de presse du BMJ sur le document de recherche.

Les politiciens prétendent souvent suivre la science, mais c’est une simplification excessive et trompeuse. La science est rarement absolue. Cela s’applique rarement à tous les contextes ou à toutes les populations. Il n’est pas logique de suivre servilement la science ou les preuves. Une meilleure approche consiste pour les politiciens, les décideurs nommés publiquement, à être informés et guidés par la science lorsqu’ils décident de la politique pour leur public. Mais même cette approche ne bénéficie de la confiance du public et des professionnels que si la science est disponible pour un examen minutieux et sans ingérence politique, et si le système est transparent et non compromis par des conflits d’intérêts. La répression de la science et des scientifiques n’est ni nouvelle ni un phénomène particulièrement britannique. Aux États-Unis, le gouvernement du président Trump a manipulé la Food and Drug Administration pour approuver à la hâte des médicaments non prouvés tels que l’hydroxychloroquine et le Remdesivir (15) (voir note de votre serviteur en fin de billet). À l’échelle mondiale, les gens, les politiques et les marchés sont corrompus par des agendas politiques et commerciaux (16).

La réponse du Royaume-Uni à la pandémie repose trop largement sur des scientifiques et d’autres personnes nommées par le gouvernement aux intérêts concurrents inquiétants, y compris des participations dans des entreprises qui fabriquent des tests de diagnostic, des traitements et des vaccins contre le SARS-CoV-2 (17). Les personnes nommées par le gouvernement peuvent ignorer de choisir la science – une autre forme d’utilisation abusive – et se livrer à des pratiques anticoncurrentielles qui favorisent leurs propres produits et ceux d’amis et associés (18).

Comment la science pourrait-elle être sauvegardée en ces temps exceptionnellement troublés ? La première étape est la divulgation complète des intérêts concurrents (conflits d’intérêt) du gouvernement, des politiciens, des conseillers scientifiques et des personnes nommées, tels que les responsables des tests et du traçage, de l’approvisionnement en tests diagnostiques et de la livraison des vaccins. L’étape suivante est une transparence totale sur les systèmes de prise de décision, les processus et surtout savoir qui est responsable de quoi. Une fois que la transparence et la responsabilité sont établies en tant que normes, les personnes employées par le gouvernement ne devraient idéalement travailler que dans des domaines sans rapport avec leurs intérêts concurrents. L’expertise est possible sans intérêts concurrents. Si une règle aussi stricte devient irréalisable, la bonne pratique minimale est que les personnes ayant des intérêts concurrents ne doivent pas être associées aux décisions sur les produits et les politiques dans lesquels elles ont un intérêt financier.

Les gouvernements et l’industrie doivent également cesser d’annoncer une politique scientifique critique par communiqué de presse. De telles mesures mal jugées laissent la science, les médias et les marchés boursiers vulnérables à la manipulation. Une publication claire, ouverte et préalable des bases scientifiques de la politique, des achats et des médicaments miracles est une exigence fondamentale (19). Les enjeux sont considérables pour les politiciens, les conseillers scientifiques et les personnes nommées par le gouvernement. Leur carrière et leurs soldes bancaires peuvent dépendre des décisions qu’ils prennent. Mais ils ont une responsabilité et un devoir plus élevés encore envers le public. La science est un bien public. Il n’est pas nécessaire de la suivre aveuglément, mais il faut en tenir compte de manière équitable. Il est important de noter que la suppression de la science, que ce soit en retardant une publication, en sélectionnant des recherches favorables ou en bâillonnant les scientifiques, est un danger pour la santé publique, causant des décès en exposant les gens à des interventions dangereuses ou inefficaces et en les empêchant de bénéficier de meilleures conditions d’intervention et de prévention. Lorsque tout ceci est mêlé à des décisions commerciales, il s’agit également d’une mauvaise administration de l’argent des contribuables.

La politisation de la science a été déployée avec enthousiasme par certains des pires autocrates et dictateurs de l’histoire, et elle est malheureusement courante dans les démocraties (20). Le complexe politico-médical tend vers la suppression de la science pour promouvoir et enrichir ceux qui sont au pouvoir. Et, à mesure que les puissants gagnent en succès, s’enrichissent et s’enivrent de plus en plus de pouvoir, les vérités indésirables de la science sont supprimées. Lorsque la bonne science est supprimée, les gens meurent Source : https://doi.org/10.1136/bmj.m4425 où figurent les références.

Notes. 1) cet édito décrit les évènements qui ont eu lieu en Grande-Bretagne mais ce récit n’est pas exclusif. 2) Pour le législateur un médicament est considéré comme « sûr » quand son effet préventif ou curatif a été mis en évidence par des essais randomisés en double-aveugle. Cette procédure lourde et coûteuse a été mise en place par les laboratoires pharmaceutiques afin de valider statistiquement qu’une nouvelle molécule présentait des avantages significatifs en comparaison d’un autre principe actif précédemment utilisé mais se trouvant dans le domaine public et ne générant donc plus de profit pour les dits laboratoires. Il existe cependant des centaines de milliers de « vieilles molécules » qui ont été mises sur le marché, certainement pas toujours après avoir été étudiées par des essais randomisés en double-aveugle, et dont on redécouvre de nouvelles propriétés, l’évolution de la recherche médicale aidant. Cette immense collection de molécules constitue un patrimoine pour l’humanité toute entière. La découverte de leurs nouvelles propriétés, qui d’ailleurs préexistaient, est très gênante pour les laboratoires pharmaceutiques à la recherche de toujours plus de profits car il est interdit de breveter une « vieille » molécule pour une application nouvelle : elle est dans le domaine public, point barre. Tout le problème de l’hydroxychloroquine et du Remdesivir se résume en quelques mots : un traitement avec la première molécule est 500 fois moins coûteux qu’avec la seconde dont l’autorisation de mise sur le marché a été bâclée car les effet secondaires ont été soigneusement passés sous silence. Aux dernières nouvelles l’OMS déconseille fermement l’utilisation du Remdesivir en raison des risques de lésions rénales irréversibles !