La Commission européenne élabore un plan pour éliminer l’agriculture européenne moderne.

Capture d’écran 2020-06-16 à 16.05.36

Les détails de ce plan sont apparus le mois dernier, dans le cadre du « Green New Deal » annoncé à la fin de l’année dernière, qui appelle le continent à devenir « climatiquement neutre » d’ici 2050. La Commission parle de « transformer les défis climatiques et environnementaux en opportunités ». Elle mentionne également de « rendre la transition juste et inclusive pour tous ».

Elle aurait du ajouter aussi trois mots : « sauf pour les agriculteurs ». Hélas non, parce que la Commission européenne vient de publier sa stratégie «De la ferme à la fourchette», qui est le volet agricole de l’accord vert européen (lien en fin de billet). La Commission annonce une série d’objectifs irréalistes : au cours de la prochaine décennie, les agriculteurs sont censés réduire de moitié l’utilisation de produits phytosanitaires, de réduire de 20% l’utilisation d’engrais et de transformer un quart de la superficie totale des terres agricoles en production biologique.

Naturellement, rien de tout cela n’est censé perturber le dîner de qui que ce soit.

Les Européens ont la chance de vivre dans une société bien nourrie. Nous avons des gouvernements stables, des infrastructures fiables et des économies avancées. Nous possédons également certaines des meilleures terres agricoles au monde, avec un bon sol et de bons rendements, année après année. Grâce à l’agriculture intensive, nous obtenons d’excellents résultats – et nous ne sommes pas confrontés aux problèmes de faim et de malnutrition qui affligent les personnes moins fortunées dans d’autres sociétés.

Ce que la Commission européenne propose maintenant, essentiellement, ce sont des récoltes moins abondantes. Pour les consommateurs, cela mènera directement à une chose: des prix plus élevés. La nourriture coûtera plus cher. Il y a aussi un problème plus profond. Comment les agriculteurs, qui sont déjà confrontés à des problèmes financiers, sont-ils censés gagner leur vie lorsque ils cultiveront moins de terres et vendront moins de nourriture ? La Commission européenne a tout simplement oublié de prendre en compte l’un des résultats les plus probables de son approche erronée de l’agriculture : lorsque les agriculteurs ne peuvent plus réaliser de bénéfices, ils abandonnent l’agriculture.

Si cela se produit, les petites récoltes diminueront encore plus.

Ces dispositions sont en contradiction directe avec ce que la Commission dit être son objectif principal, qui est de rendre « l’économie de l’UE durable ». La Commission européenne devrait pourtant comprendre qu’il n’y a pas de durabilité économique sans économie durable.

Cela soulève également la question de savoir d’où proviendra notre nourriture, si elle ne provient pas de nos propres fermes. Nous pourrons toujours importer plus de nourriture d’autres régions du monde. Le commerce mondial est déjà une caractéristique essentielle de la production alimentaire. Pourtant, l’accord vert européen conduira à faire appel à une agriculture de qualité inférieure dans les endroits où les terres agricoles sont moins productives. Cela peut aider à remplir le ventre dans une Europe qui compte moins d’agriculteurs. Cela pourrait même donner bonne conscience aux militants et aux bureaucrates de Bruxelles. Mais cela n’aidera certainement pas le climat comme ils le prétendent.

L’objectif d’une agriculture moderne devrait être de produire plus de nourriture sur moins de terres. Pourtant, l’approche actuelle de l’UE, fondée sur l’idéologie plutôt que sur la science, conduira à produire moins de nourriture sur davantage de terres.

Qu’est-ce qui est « vert » au sujet de tout cela ?

Tout ce plan est censé se dérouler, soit dit en passant, à une époque de croissance démographique mondiale. Les démographes s’attendent à ce que 2 milliards de personnes supplémentaires habitent notre planète d’ici 2050. Nous devons également les nourrir. Déterminer comment y parvenir au cours des 30 prochaines années est le principal défi de l’agriculture – et la solution, si nous en trouvons une, réside dans l’utilisation de technologies, produits et stratégies innovants, en particulier dans les pays en développement.

Ce dont nous n’avons pas besoin, c’est du fardeau supplémentaire des restrictions qui rendra plus difficile pour les Européens de se nourrir.

Le pire, cependant, est que le « Green Deal européen » semble supposer que les agriculteurs sont les ennemis de la conservation. La Commission européenne considère les agriculteurs comme un problème à résoudre et donc à traiter, voire à éliminer, plutôt que comme des alliés dans une cause commune.

Les agriculteurs travaillent déjà dur pour être aussi « verts » que possible. Dans beaucoup de fermes européennes, une petite partie de l’électricité est produite avec des panneaux solaires. La localisation GPS et d’autres technologies sont quotidiennement utilisées pour réduire les déchets que de soit pour épandre le fumier ou combattre les mauvaises herbes. Des couvertures végétales sont plantées pour prévenir l’érosion des sols. Des bandes de fleurs sont ménagées entre les parcelles pour attirer les insectes pollinisateurs et améliorer la biodiversité. Si le temps et la technologie le permettent, les agriculteurs ferons encore plus. Cependant, le moyen le plus sûr d’empêcher l’innovation positive est de menacer la capacité des agriculteurs à gagner leur vie.

Pour les agriculteurs – et pour tous les Européens – le Green Deal européen est un accord pourri.

Liens : https://ec.europa.eu/info/strategy/priorities-2019-2024/european-green-deal_en

https://ec.europa.eu/info/strategy/priorities-2019-2024/european-green-deal/actions-being-taken-eu/farm-fork_en

Source : www.globalfarmersnetwork.org

L’auteur de cet article, Marcus Holtkoetter, est un agriculteur du Nord de l’Allemagne depuis de nombreuses générations. Il cultive de l’orge, du blé, du colza et élève des porcs. Il est très actif sur les réseaux sociaux.

Crise climatique : les biocarburants et les moulins à vent, une grosse arnaque idéologique

Capture d’écran 2016-08-27 à 17.46.09.png

Dans le registre des « énergies renouvelables » dont la finalité est de « sauver le climat » tous les spécialistes dans le domaine de l’énergie savent que les moulins à vent et les panneaux solaires ne pourront jamais remplacer une bonne vieille centrale électrique à charbon ou à uranium. Ces investissements ne servent qu’à pomper de l’argent du porte-monnaie des contribuables abrutis par la propagande écologiste pour enrichir des multinationales et des investisseurs qui se moquent totalement du « bilan carbone » désastreux de ces installations.

Mais il y a bien pire ! Dans la catégorie, donc, des renouvelables les biocarburants font figure de champions de l’escroquerie idéologique mise en place par les écologistes ultra-politisés qui imposent leurs délires aux gouvernements.

Venons-en donc aux biocarburants, essentiellement l’éthanol ajouté jusqu’à 10 % dans l’essence dans de nombreux pays dont par exemple le Brésil et les USA. Les biocarburants accélèrent le cycle naturel du carbone puisque le CO2 immobilisé par les plantes, canne à sucre ou maïs, est réémis instantanément à l’échelle géologique ce qui n’est évidemment pas le cas des combustibles fossiles immobilisés depuis des centaines de millions d’années dans la croute terrestre. En théorie, un concept défendu par les écologistes, le bilan carbone des biocarburants est nul. Pourtant toutes les études sérieuses réalisées par exemple au Laboratoire National d’Oak Ridge ou à la Duke University ont montré sans ambiguïté que ce n’est pas du tout la réalité. Dans le cas de l’éthanol produit à partir de maïs la prétendue « neutralité carbone » de ce biocarburant est un doux rêve : seulement 37 % du CO2 séquestré par la plante doit être effectivement pris en compte dans le bilan carbone si toutes les étapes de production du dit biocarburant jusqu’à l’utilisateur final sont prises en compte. en d’autres termes les biocarburants produisent deux fois plus de CO2 qu’ils ne sont supposés en économiser, si je peux me permettre d’utiliser une telle image.

Capture d’écran 2016-08-27 à 17.53.18.png

Les biocarburants à base de canne à sucre ou de maïs augmentent donc paradoxalement (pour les écologistes c’est le terme qui conviendra) la teneur en CO2 de l’atmosphère en perturbant le cycle naturel du carbone et en tenant compte du bilan global de leur production qui est pour le moins catastrophique. Il en est exactement de même pour le méthane produit à partir de biomasse de quelque provenance que ce soit. Le bilan carbone est tout aussi catastrophique. On se trouve donc devant une autre imposture organisée par les écologistes et reprise par les politiciens qui sont devenus totalement prisonniers de l’idéologie écologiste maintenant mondialisée : non seulement les contribuables de tous les pays vont se trouver appauvris pour financer ces énergies renouvelables mais ce n’est pas malgré ces efforts que le gaz carbonique atmosphérique, supposé présenter un effet de serre, diminuera, apparemment c’est le contraire qui se produit en ce qui concerne les biocarburants …

Pour ce qui concerne les moulins à vent, l’expérience de l’Ile d’El Hierro dans l’archipel des Canaries est l’exemple emblématique du fiasco idéologique des énergies dites renouvelables. Les moulins à vent étaient censés rendre cette île « propre » pour sa production d’électricité, c’est-à-dire n’utilisant que le vent … C’est effectivement du vent (!) car la consommation de fuel léger pour faire tourner les groupes électrogènes n’a pas diminué d’une goutte depuis la mise en place de l’installation très coûteuse supposée rendre cette île « zéro carbone ». À méditer.

Source et illustrations : Climate Central (climatecentral.org) et fermenteur de biomasse en Grande-Bretagne