Le Pape veut béatifier Blaise Pascal !

Pascaline-CnAM_823-1-IMG_1506-black.jpg

Comme Mozart et Schubert, deux génies de la musique, Blaise Pascal mourut à 39 ans et il fut aussi un génie autodidacte dans le domaine de la physique et des mathématiques. À 19 ans il inventa la machine à calculer (illustration : la « pascaline ») après avoir revisité les notions de vide et de pression qu’avait ébauché Torricelli et ayant papillonné dans de nombreux autres domaines des mathématiques comme par exemple la géométrie projective qui fut reprise au même moment par un autre illustre mathématicien français, Pierre Fermat, un ami de Pascal, pour établir les principes de base des calculs de probabilité. Pascal, Blaise de son prénom, fut également durant cette période d’une intense créativité intellectuelle un talentueux trousseur de jupons. Sa soeur le convertit au jansénisme en 1594 (lire ci-dessous) et ce fut alors une errance philosophico-religieuse d’écrivain plutôt polémiste qui mit à mal les Jésuites dans son pamphlet « Les Provinciales » . Ce dont je me souviens de manière la plus vivante de l’oeuvre de Pascal est son petit livre intitulé « Les Pensées » publié à titre posthume, un petit chef-d’oeuvre inégalé de philosophie encore plus sublime que les Pensées de Marc-Aurèle. Mais avant sa mort Pascal ne quitta jamais sa passion pour les mathématiques. Il explora par exemple par le calcul les courbes appelées cycloïdes …

Après ce très bref résumé de sa biographie, on ne peut pas dire pour quelles raisons le Pape déciderait de béatifier Pascal. Cette décision surréaliste – Pascal fut un inlassable pourfendeur épistolaire des Jésuites – repose sur l’unique fait que le 23 novembre 1654, entre 22h30 et minuit et demi il entendit des voix, eut des visions et la foi lui fut révélée. Il décida de s’infliger une retraite mystique au couvent janséniste de Port-Royal. L’histoire ne dit pas s’il continua à laisser libre cours à son attirance pour la gent féminine, il est raisonnable d’en douter. Donc, le Pape, comme pour les deux bergères de Fatima dont il fit récemment des « saintes », a décidé de simplement le béatifier. C’est tout simplement déshonorant pour la mémoire de cet Auvergnat Ô combien illustre.

Source biographique et illustration : Wikipedia. Un prochain billet de ce blog sera consacré aux personnes qui « entendent des voix ».