Qui ment à qui (au sujet du chômage)

C’est un fait bien connu, l’emploi intérimaire géré non pas par des clowns abrutis de bières, de pop-corn et de slogans marxistes, suivez mon regard, est une sorte de prévision comme l’est le Baltic Dry Index dont j’ai à plusieurs reprises montré la dangerosité de sa courbe descendante qui a atteint le plus bas depuis les deux crises qui ont secoué l’économie mondiale, je veux parler de la bulle informatique de 2001 et de la crise des sub-primes de 2009. Comme moi vous pourrez constater que le coût du fret maritime n’est pas prêt de remonter et pour cause, la Chine entre dans une crise bancaire sans précédent du fait de la corruption institutionnalisée et tolérée par le parti communiste-léniniste au pouvoir sous forme de ce que les anglo-saxons appellent le « shadow banking » en quelque sorte une d’escroquerie « en bande organisée » pour reprendre une expression soudain à la mode en France. Mais la Chine, c’est la deuxième puissance commerciale du monde avec 1,3 milliard d’habitants (dix fois plus que le Japon, son premier partenaire commercial) et ses 60 millions d’affidés et encartés au parti, tous aussi corrompus les uns que les autres. Si on divise par vingt on retrouve la France tout aussi corrompue que la Chine. Les statistiques y sont trafiquées (comme en Chine), les ministres et autres politiciens se gardent bien de dévoiler l’état plus qu’inquiétant des finances (comme en Chine), et le chômage est pudiquement considéré comme une erreur conjoncturelle, comme en Chine. Sauf que les socialistes marxistes au pouvoir en France sont à la tête d’un pays démocratique (jusqu’à preuve du contraire si l’on considère les dérives sectaires de la justice en ce moment) et qui fait partie d’un ensemble plus ou moins cohérent qu’est l’Union Européenne. Mentir comme le fait Hollande, ça pourrait passer presque inaperçu en Chine puisque le parti communiste a tous les pouvoirs, mais en France, le pays de l’égalité, de la liberté et des droits de l’homme, ça finira par ne plus être supporté par la population. Mentir sur les chiffres du chômage, grossièrement, alors que les statistiques des sociétés d’intérim apportent la preuve du contraire, c’est se conforter encore une fois dans l’illusion idéologique. Comme le répète à longueur de billets sur son blog, H16 a définitivement raison, ce pays est foutu, il est dans le déni de la réalité …

bdi

Evolution du BDI, c’est comme l’emploi intérimaire, la chute !