Pétrole contre bananes … ou l’inverse (Iles Canaries)

Hier eurent lieu des manifestations contre la prospection pétrolière au large des îles Canaries, entre Fuerteventura et Lanzarote et le continent africain. Les Marocains et les Mauritaniens n’ont pas d’état d’âme et ont déjà commencé l’exploitation pétrolière au large de leurs côtes. En ce qui concerne l’archipel canarien peuplé de « mangeurs de bananes », l’action permanente auprès de la foule crédule des ONG comme Greenpeace ou le WWF , ils draguent le client (ou plutôt sa bourse) dans la rue sans aucune gène, a finalement payé. Les Canariens sont contre toute prospection pétrolière dans « leurs eaux », point à la ligne ! Le gouvernement central (Madrid) avait donné son feu vert à la prospection tant aux Canaries que près des Baléares au début de la semaine ce qui aurait, disent certaines mauvaises langues précipité l’abdication du Roi, lui grand protecteur des animaux surtout des éléphants mais la rumeur n’a pas été vérifiée …

Bref le port de Santa Cruz de Tenerife qui souffre d’une sous-activité chronique depuis la crise immobilière qui a violemment frappé l’ensemble de l’Archipel n’a rien trouvé de mieux que d’offrir des facilités de mouillage dans les darses désertées par les porte-containers aux compagnies pétrolières qui opèrent tant en Mauritanie qu’au Maroc, y compris l’ancien Rio de Oro devenu Sahara Occidental et annexé par le Maroc pour cause de pétrole, tout le monde le sait ! Le mouillage est facturé 75000 euros par jour, c’est mieux que rien du tout …

Pour illustrer ce propos voilà à quoi ça ressemble une plateforme pétrolière en vraie grandeur :

 

DSC_3820

DSC_3822

DSC_3821

Liens : http://eldia.es/index2.htm et http://www.laprovincia.es