Le pari énergétique absurde et suicidaire de l’Allemagne

Capture d’écran 2019-02-03 à 09.57.51.png

Ce billet est une traduction d’un article d’Erik Kirschbaum, correspondant à Berlin du Los Angeles Times. À la suite de cette traduction je me suis permis de glisser quelques commentaires.

L’Allemagne, l’un des plus gros consommateurs de charbon du monde, fermera 76 de ses 84 centrales électriques au charbon au cours des 19 prochaines années pour être en accord avec les accords internationaux de protection du climat, selon une déclaration du gouvernement allemand datant du 26 janvier 2019. Cette annonce constitue un changement majeur pour la première économie européenne, un pays qui a été par le passé un leader dans la réduction des émissions de CO2 mais s’est retrouvé à la traîne ces dernières années et n’a pas réussi à atteindre ses objectifs de réduction de CO2. Les centrales au charbon produisent 40 % de l’électricité en légère diminution par rapport aux années précédentes. « Nous sommes arrivés à une décision historique » a déclaré Ronald Pofalla, président d’une commission gouvernementale de 28 personnes lors d’une conférence de presse à l’issue de discussions marathon pendant plus de 20 heures, le 26 janvier 2019 à six heures du matin. Ce pas en avant concluait plus de six mois de discussions houleuses : « Il n’y aura plus de centrales au charbon en 2038 » (en réalité il en restera entre 4 et 8 selon des informations plus récentes). Ce plan comprend également un investissement de 45 millions d’euros pour réhabiliter les régions productrices de charbon et il sera selon toute vraisemblance approuvé par la Chancelière Angela Merkel.

« C’est un grand moment pour la politique climatique de l’Allemagne qui redonnera à notre pays sa position de leader dans la lutte contre le changement climatique » a déclaré Claudia Kemfert, professeur d’économie énergétique au DIW de Berlin, l’institut de recherches économiques. « C’est aussi un signal fort pour le reste du monde de montrer que l’Allemagne redevient sérieuse au sujet du changement du climatique, un grand pays industriel dépendant tellement du charbon et qui a décidé de l’abandonner« . Cette décision est une suite à la précédente décision d’abandonner en totalité l’énergie nucléaire en 2022 motivée par l’accident nucléaire de Fukushima en 2011. Cette première décision avait sérieusement préoccupé les dirigeants d’entreprises car elle conduirait inévitablement à un renchérissement du prix de l’électricité et impacterait donc la compétitivité des entreprises allemandes, d’autant plus que les autres pays n’avaient pas suivi l’Allemagne dans cette décision d’abandonner le nucléaire. Jusqu’à présent 12 des 19 centrales électro-nucléaires ont été définitivement fermées.

Ces deux décisions prises à 8 ans d’intervalle signifient que l’Allemagne ne comptera que sur les énergies renouvelables en 2040 pour produire entre 65 et 80 % de son électricité. Aujourd’hui les énergies dites renouvelables représentent 41 % de la production électrique allemande ayant dépassé de peu le charbon en 2018. Par le passé les émissions de CO2 avaient chuté mais surtout en raison de l’implosion de l’Allemagne de l’Est et de son industrie très polluante. Néanmoins le pays dépend toujours du charbon pour sa production d’électricité. Les compagnies d’électricité et le patronat ont fait pression pour maintenir la production électrique à partir de charbon en particulier pour compenser la fermeture des centrales nucléaires. Directement ou indirectement il y a toujours 60000 personnes qui dépendent de l’exploitation des mines de charbon et de lignite et malgré l’abandon du charbon par l’Allemagne cette source d’énergie restera la première dans le monde encore longtemps.

La commission qui a fait cette dernière recommandation était constituée de représentants fédéraux et des régions, de représentants de l’industrie et des syndicats ainsi que de scientifiques et d’environnementalistes. Bien que s’étant considéré comme un pays leader dans le combat contre le changement climatique l’Allemagne a été contrainte d’admettre qu’elle ne pourrait pas atteindre ses objectifs de réduction des émissions de carbone en 2020 de 40 % par rapport à 1990 mais cette réduction devrait atteindre 32 % dès l’année prochaine. Comme pratiquement tous les pays du monde l’Allemagne ratifia l’accord de Paris consistant à oeuvrer afin de maintenir le réchauffement du climat bien en dessous de 2 degrés et de poursuivre les efforts pour qu’il ne dépasse pas 1,5 degrés. La planète s’est déjà réchauffée de 1 degré Celsius depuis le début de l’ère industrielle en raison de la production d’origine humaine des gaz à effet de serre. De nombreux spécialistes affirment que le monde est confronté aux conséquences de ce réchauffement : élévation du niveau des mers, ouragans plus violents et incendies de forêts.

En dépit des erreurs du passé qui avaient conduit à accuser l’Allemagne d’hypocrisie, Kemfert affirma que la décision prise à l’issue de cette réunion permettra à son pays d’atteindre l’objectif de 55 % de réduction de carbone émis par rapport à 1990 dès 2030 et de 80 % en 2050. Martin Kaiser, directeur de Greenpeace Allemagne et membre de la commission a déclaré : « C’est bien de constater que l’Allemagne a maintenant un plan pour abandonner le charbon et nous sommes en passe de devenir un pays « sans carbone » « . Il s’est aussi félicité de l’abandon de la destruction des restes de la forêt de Hambach à l’ouest de Cologne pour ouvrir une mine de lignite. Malgré cette décision des manifestants ont exprimé leur désappointement devant le Ministère de l’Industrie à Berlin au sujet de l’objectif manqué de réduction des émissions de carbone alors qu’un sondage d’opinion révélait que 73 % des Allemands sont en faveur d’une accélération de l’abandon du charbon. Les leaders de 4 régions (landers) ont été déçus par les décisions de la commission car ils n’ont pas réussi à obtenir les 68 milliards d’aide pour les compensations qu’ils réclamaient. Deux régions vont faire face à des élections difficiles et il est probable que les lands de Saxe et de Brandebourg voient l’émergence du parti d’extrême droite Alternative for Germany (AfD). Cette feuille de route sera réexaminée tous les 3 ans, selon la décision de la commission, et les dates arrêtées pour les objectifs fixés pourraient être repoussées. Ces objectifs sont considérables. Dès 2022 une capacité de 12,5 gigawatts sera arrêtée, le quart de la production électrique à partir du charbon, soit 24 centrales électriques et en 2030 seules 8 centrales devraient encore être opérationnelles pour une puissance de 17 gigaWatts.

Commentaires. Outre le fait que cet article est un pamphlet « climato-réchauffiste » – inutile d’épiloguer ici, ce sera l’objet d’un prochain billet – il révèle que, sous la pression des écologistes et le parti des Verts, emmenés par Greenpeace, l’Allemagne a tout simplement décidé de se suicider économiquement. Prendre des décisions aussi radicales alors qu’il n’existe encore aucune technologie de stockage de l’électricité fiable hormis le pompage-turbinage de l’eau qui reste très limité est absurde. L’exemple des Nouvelles-Galles du sud, de l’Australie du Sud et de l’Etat de Victoria en Australie est révélateur. Les milliers d’éoliennes installées un peu partout dans ces deux Etats n’ont pas été capables d’alimenter les conditionneurs d’air ces dernières semaines – c’est vrai et c’est caricatural – et les Australiens subissent des black-out à répétition depuis le début de l’été austral.

Capture d’écran 2019-02-03 à 11.40.09.png

Par exemple l’unité de stockage d’Elon Musk installée à Hornsdale en Australie du Sud d’une capacité de 100 MW ne peut en pointe délivrer que 129 MWh et ceci pendant une durée limitée à 80 minutes ! C’est vrai aussi et c’est tout aussi caricatural. Or les moulins à vent installés à proximité atteignent difficilement leur pleine production que 28 % du temps. Et c’est ce qui provoque les coupures intempestives car dans la réalité, pour cette seule installation, il a chroniquement manqué 657 MWh qui auraient du être injectés chaque jour sur le réseau au cours du mois de janvier 2019 afin d’assurer la stabilité de ce dernier.

La situation en Australie du Sud préfigure celle que connaîtra l’Allemagne dans peu d’années à moins de réaliser des investissements pharaoniques dans le stockage des énergies intermittentes dites « renouvelables ». L’installation de Hornsdale a coûté au contribuable australien la coquette somme de 150 millions de dollars (AUD). Combien faudra-t-il d’installations de ce type en Allemagne pour assurer un début de stabilité du réseau électrique lorsque la production électrique dépendra pour 80 % des énergies éoliennes et solaires ? Nul ne le sait. Le journaliste du LA Times s’est bien gardé de mentionner ce problème qui selon toute vraisemblance n’a pas été abordé par cette commission gouvernementale. Enfin, l’autre lubie des « Verts » est la smart-grid, le réseau intelligent comportant au pied de chaque éolienne une batterie de stockage de la taille d’un gros réfrigérateur ou alors chez chaque particulier une batterie murale de la taille d’un grand téléviseur pour la modique somme de 7800 euros, chaque consommateur particulier participant à l’élaboration de cette smart-grid. On en est loin. Entre le rêve et la réalité il y à un abysse.

Capture d’écran 2019-02-03 à 12.18.08.png

Enfin le carburant diesel ayant été banni par les mouvements écologistes il faudrait que le gouvernement allemand se pose la vraie question pour sauver son industrie automobile qui s’apprête à se reconvertir aux véhicules électriques puisque le marché du diesel va s’effondrer. Avec une production électrique majoritairement peu fiable comment les Allemands feront-ils pour recharger les batteries de leur voitures électriques fabriquées par Daimler ou Audi ? Je suggère au gouvernement allemand de bien étudier ce problême.

Source et illustration : Los Angeles Times, article d’Erik Kirschbaum du 26 janvier 2019. Autres données relatives à l’Australie : notalotofpeopleknowthat.wordpress.com

Vaccination en Australie : les grands moyens !

No-Jab-No-Pay.jpg

En Australie il existe une exemption annuelle d’impôts de 737 dollars pour les familles avec enfants, ce qui correspond aux « allocations familiales » dans un pays comme la France. Le gouvernement fédéral vient de faire voter une loi qui stipule que les familles dont les enfants ne sont pas vaccinés ne bénéficieront plus de cette exemption fiscale et ils devront payer une amende de 28 dollars chaque quinzaine. La recrudescence de cas de rougeole et de coqueluche a poussé le gouvernement à prendre cette décision drastique accompagnée de toute une série de dispositions punitives pour les parents : plus d’accès aux crêches ni aux écoles maternelles, interdiction d’employer des baby-sitters, suppression des activités extra-scolaires pour les enfants non vaccinés. Le Gouvernement australien a lançé la campagne « No Jab, No Pay » : pas de piqûre, pas d’argent (illustration), c’est maintenant la loi.

L’objectif du gouvernement est d’atteindre 100 % des enfants de moins de 6 ans vaccinés contre dix maladies virales ou bactériennes. La vaccination est gratuite et l’Etat dépense 15 millions de dollars australiens pour parfaire cet objectif. Seuls les enfants dont l’état de santé est officiellement reconnu comme défavorable à une vaccination pourront échapper à cette campagne. Sans certificat établi par un médecin dûment assermenté ce sera « no jab, no pay ».

Source et illustration : ZeroHedge

« Je ne suis pas heureux, je veux mourir « 

Capture d’écran 2018-05-06 à 20.38.22.png

Le 4 Avril 1914 naissait en Grande-Bretagne David Goodall. Après de brillantes études dans diverses universités ce monsieur devint l’un des leaders mondiaux de la botanique analytique et des écosystèmes. Goodall fut l’éditeur en chef d’une somme intitulée « Ecosystems of the World », une bible dans ce domaine qui se trouve dans toutes les bibliothèques universitaires du monde, du moins dans les universités qui ont un département de botanique.

Goodall milita aussi pour le droit à l’euthanasie volontaire durant les dernières années de sa vie qu’il voudrait abréger car selon ses dires, bien que ne souffrant d’aucune maladie débilitante, il s’ennuie … tout simplement. Après avoir été « remercié » à l’âge de 102 ans par l’Université Edith Cowan de Perth (Australie) pour ses bons et loyaux services il est facile de comprendre que ne pouvant plus travailler il puisse ressentir de l’ennui.

Militant de la première heure du droit à mourir dignement et paisiblement auprès des autorités australiennes alors que l’euthanasie y est interdite car il considère que ce droit fait partie intégrante de la liberté d’un individu il a décidé de se rendre à Bâle en Suisse pour, selon sa volonté, mettre fin à ses jours dans un centre médical spécialisé à cet effet. L’organisation « Exit International » a pu réunir les fonds nécessaires pour le transport par avion et les frais de l’intervention. Aux dernières nouvelles Goodall se trouve aujourd’hui à Bâle et aucun membre de sa famille n’a daigné l’accompagner … Chapeau bas !

Source BioEdge, illustration : Tribune de Genève

L’éradication du cancer du col de l’utérus est possible : la preuve

Capture d’écran 2018-03-14 à 11.08.46.png

La Société Internationale du Virus du Papillome vient d’annoncer que dans un avenir proche l’Australie sera la première nation du monde à réussir à éliminer totalement les cancers du col de l’utérus. Dès 2007 les autorités sanitaires australiennes ont proposé la vaccination gratuite contre les deux souches oncogènes du virus aux jeunes filles dès l’âge de 12 ans et depuis 2013 les garçons en bénéficient. Entre 2005 et 2015 le nombre de femmes âgées de 18 à 24 ans porteuses du virus est passé de 22,7 % à 1,1 %. Il s’agit d’une illustration on ne peut plus claire de l’effet de « protection de groupe » par la vaccination systématique.

L’utilisation du nouveau test de screening de la présence du virus et non pas de la présence de cellules tumorales depuis la fin de l’année 2017 va permettre de suivre la progression du nombre de cas de cancers du col de l’utérus. Les autorités australiennes considèrent que dans dix ans il n’y aura plus aucun nouveau cas de ce cancer provoqué dans plus de 99,5 % des cas par la présence du virus.

Dans la plupart des pays de l’Union Européenne, cette vaccination n’est pas obligatoire et elle est à la charge des parents, du moins ceux qui prennent leurs responsabilités de parents afin de protéger leurs enfants. Et en France, le pays natal de Pasteur, l’obscurantisme des mouvements anti-vaccins permettra à ce type de cancer de perdurer pendant encore plusieurs générations indépendamment du coût qu’il représente pour la société …

Source et illustration : futurism.com

Revoir aussi sur ce blog : https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/05/26/vaccination-contre-le-virus-du-papillome-oui-et-obligatoire/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/02/10/vers-une-maitrise-totale-du-cancer-du-col-de-luterus/

Elon Musk et la Tesla modèle 3, ça sent l’escroquerie

Capture d’écran 2017-12-04 à 10.22.49.png

Au mois d’avril dernier j’avais laissé un billet au sujet de la voiture électrique Tesla (voir le lien) et je me posais la question, à juste titre d’ailleurs, de savoir qui était réellement Elon Musk. Des éléments de réponse viennent s’accumuler depuis quelques semaines. Il y a d’abord le fiasco total de la production de la Tesla modèle 3 supposée toucher un plus large public que ses consoeurs les modèle S et X qui sont réservés à une clientèle aisée. Durant le troisième trimestre de cette année Tesla a péniblement produit 3590 véhicules perdant durant la même période la coquète somme de 619 millions de dollars. Pendant cette même période Tesla n’a produit que 220 modèle 3, tous assemblés « à la main » car les chaines de production ne sont pas encore automatisées.

Elon Musk avait pourtant, lui qui est un habitué des apparitions grandioses en public, déclaré en février dernier que la production du modèle 3 atteindrait 5000 véhicules par semaine avant la fin de l’année 2017. Force est de constater qu’il n’en est rien … Quant au modèle S Tesla n’en a produit que 1335 en novembre alors que General Motors a vendu ce même mois de novembre 2987 Chevy Bolt dont le prix est sensiblement identique à celui de la Tesla modèle 3. La Chevy Bolt n’a représenté ce même mois de novembre que 1,2 % de l’ensemble des ventes de GM. Cherchez l’erreur !

Pendant ce temps Elon Musk a présenté son semi-remorque électrique entièrement fait main. C’est un prototype, certes, mais il restera encore longtemps comme une Ferrari pour un conducteur de Deux-Chevaux. Elon Musk, avec la dette abyssale de sa société – les actions émises à Wall Street à hauteur de plus de 52 milliards de dollars – et l’organisation surréaliste de sa société, ressemble de plus en plus à un escroc habitué aux coups de pub pour attirer les investisseurs. Son dernier coup en date réalisé en 100 jours, ça sent la déconfiture à la Napoléon Bonaparte, est le fameux ensemble de batteries dit Powerpack installé à Jamestown au nord d’Adélaïde pour stocker l’électricité produite par les moulins à vent installées et exploités, eux, par la firme française Neoen. D’une capacité de stockage de 100 MW cet ensemble qui a coûté « au moins » 50 millions de dollars selon Musk devrait contribuer à lisser les pics de consommation dans cette région reculée des Nouvelles Galles du Sud (NSW), Etat qui a autoritairement opté pour l’énergie électrique « toute verte » souffre de black-out chroniques. Surgit alors une autre question : comment un tel investissement qui peut à peine subvenir aux besoins de 30000 maisons d’habitation peut-il significativement contribuer à diminuer le nombre de coupures d’électricité dont souffrent les habitant des NSW ?

Le surréalisme a atteint cette fois des sommets mais on est en Australie, ce pays étant le premier producteur de charbon dans le monde et l’un des plus importants producteurs de gaz naturel. À ne plus rien y comprendre ? Non, il reste qu’Elon Musk est un opportuniste doublé d’un escroc et que sa chute est programmée à brève échéance. Les chroniqueurs diront plus tard que c’était un visionnaire et comme beaucoup de visionnaires il n’avait aucun sens de la gestion d’une entreprise, belle excuse. Toujours est-il que certains clients de Tesla ayant versé une avance sur l’achat d’une Tesla modèle 3 et perdant patience ont tenté de se faire rembourser. Ils ont eu la douloureuse surprise de se voir opposé une close en petits caractères au bas de leur contrat stipulant que récupérer ses fonds était impossible et qu’ils devaient être patients. Comme c’est beau les technologies renouvelables !

Sources : Wolfstreet, Techxplore, Mike Shedlock, Futurism

https://jacqueshenry.wordpress.com/2017/04/23/elon-musk-un-genie-un-doux-reveur-un-escroc-ou-les-trois-a-la-fois/

Acte de naissance de l’Australie

Établie par les Hollandais au XVIIe siècle, en 1663, la première carte mentionnant l’existence de l’Australie a été restaurée après deux ans d’un travail minutieux. Elle est maintenant exposée à la libraire nationale de Canberra. Cette carte, bien qu’incomplète, est aussi appelée le certificat de naissance de la Nouvelle Hollande car les Hollandais arrivèrent en Australie bien avant les Anglais. Elle comprend des détails de la Tasmanie, île découverte par le navigateur hollandais Abel Tasman en 1642. Ce n’est que 130 années plus tard que le célèbre navigateur et explorateur James Cook accosta sur la côte est de l’Australie qui ne figure d’ailleurs pas sur cette carte et revendiqua le territoire comme faisant désormais partie de l’empire britannique. Cette oeuvre d’art comparable à celles de Vermeer, contemporain du cartographe en chef de la compagnie hollandaise des Indes orientales Joan Blaeu, fut considérée comme définitivement perdue mais retrouvée par hasard dans un entrepôt en Suède en 2010.

Les navigateurs du XVIIIe siècle connaissaient l’existence de cette carte puisque Cook en détenait une version miniature.

Source : Reuters

Taxe sur les tampons périodiques : discriminatoire !

Capture d’écran 2016-07-29 à 12.20.24.png

Le 21 juillet de cette année fut un grand jour pour l’égalité des genres dans l’Etat de New-York : Andrew Cuomo, le Gouverneur de cet Etat, a supprimé la TVA sur les tampons périodiques, les protège-slips et les balançoires à minettes si tant est qu’il en existe encore. Selon Linda Rosenthal, membre du Congrès de l’Etat en charge du budget, cette taxe instituée en 1965 est discriminatoire : les tampons et autres produits exclusivement féminins ne doivent plus être taxés car les femmes doivent faire avec leurs dérangements mensuels qui ne sont pas l’apanage des hommes. Pourquoi donc taxer le fait que les femmes aient des règles et non pas les hommes ? L’Etat de New-York offre désormais gratuitement des tampons périodiques dans les écoles, les prisons et les refuges pour les sans-abri. Il faut dire aussi qu’il y a beaucoup de sans-abri dans cet Etat compte tenu du délabrement généralisé de l’économie américaine quoiqu’en disent les statistiques officielles. Dans le seul Etat de NY plus de 30 % de la population active est sans travail ! La Californie et l’Illinois vont suivre l’exemple de New-York. Obama s’est félicité avec la plus pure démagogie dont il est coûtumier de cette décision bien qu’avouant en privé ignorer qu’il existait une telle taxe sur des produits aussi essentiels que les tampons périodiques, la farine ou l’huile de cuisine …

Il est de bon ton qu’un Président passe pour être proche de ses administrés.

Les femmes sont obligées d’acheter de tels produits … Le débat a pris une toute autre tournure en Australie après la condamnation d’une sans-abri d’origine aborigène à 500 dollars d’amende pour avoir volé dans un drug-store une boite de tampons valant 6,75 dollars. Le Ministre des finances australien a campé sur ses positions en déclarant que l’Etat avait besoin de cette TVA pour soutenir l’économie du pays car elle représente 30 millions de dollars (australiens) par an. Pourquoi les femmes et pas les hommes ? Parce que même les hommes transsexuels n’ont pas de règles … au moins en Australie !

Source : The Guardian