Kamakura, Tsuruga, radiations, tsunamis …

J’ai lu aujourd’hui dans le Japan Times que des habitants de Kamakura ont décidé d’aller s’installer à Okinawa parce qu’ils ont peur des radiations pour la santé de leur fille de six ans. D’après l’article, cette jeune femme se prénomme Joosten et son époux Maurice. Ce sont donc probablement des étrangers.
Ayant vécu sept ans à Kamakura, ces personnes semblent ignorer que le plus gros problème de Kamakura est sont exposition directe à un tsunami du genre de celui du 11 mars 2011 et qu’il y a déjà eu des tsunamis dévastateurs comme en 1495. Un temple abritant le grand bouddha fut détruit et on ne voit plus que les pierres légèrement arrondies qui soutenaient les piliers du temple. Le bouddha a résisté et est encore une attraction touristique.
Outre le risque de tsunami, on peut aussi se faire attaquer par des milans noirs sur la plage, si on n’y prend pas garde, quand on mange distraitement un sandwich.
Pour les radiations, je ne vois pas pour quelle raison il y aurait un risque particulier à Kamakura. Mais je comprend un peu la décision de cette jeune mère de famille qui travaille dans un magasin de produits bio et donne des leçons de yoga pour les femmes enceintes. Cette information situe donc cette personne comme faisant partie de la mouvance écologique qui est incapable d’une quelconque rationalisation à propos de l’énergie nucléaire, le plus souvent par ignorance.

Dans le même numéro du Japan Times, le Maire de Tsuruga (préfecture de Fukui) a envoyé un courrier au premier ministre pour obtenir l’autorisation de faire redémarrer les deux réacteurs, considérant, en accord avec la population, que la fermeture définitive de ces derniers serait gravement préjudiciable à l’emploi local, la ville de Tsuruga étant « nucléarisée » depuis plus de cinquante ans avec diverses installations appartenant à la Japan Atomic Power Company qui gère entre autres installations le surrégénérateur japonais qui a connu de nombreux déboires depuis sa construction.
Assisterions-nous à un infléchissement de l’opinion au sujet du nucléaire ?