CO2 ? L’IPCC a menti depuis le début au monde entier !

Dans l’article controversé du Docteur Hermann Harde paru en février 2017 dans la revue Global and Planetary Change (voir le DOI), il est écrit en introduction, je cite :

« Dans le 5e Assessment Report (AR5, 2013) de l’IPCC on peut lire (AR5-Chap. 12-FAQ 12.3, p. 1107) : la température globale ne devrait pas répondre rapidement aux changements de concentration des gaz à effet de serre (…) Éliminer les émissions de CO2 conduirait seulement à une stabilisation des températures pendant de nombreux siècles (en raison des émissions passées). En conséquence de la large inertie du climat et du cycle du carbone, la température globale sur le long terme est largement contrôlée par les émissions totales de CO2 qui se sont accumulées au cours des années passées, quel que soit la date de ces émissions. »

Il est donc clair que l’IPCC considère que la Terre accumule de la chaleur mais aussi que l’atmosphère est un réservoir important de CO2 qui accumulera pendant des siècles ce dernier, ceci expliquant la réponse très lente de la température à tout changement de concentration de CO2.

Comme les lecteurs le savent bien je ne suis pas un spécialiste du climat mais j’ai tout de même voulu, comme on dit, en avoir le coeur net, car cette histoire de siècles de persistance du CO2 m’a un peu surpris.

Le Docteur Harde, après avoir étudié scrupuleusement le devenir du CO2 dans l’atmosphère et les océans avait conclu que le temps de résidence (on dit « demi-vie ») de toute nouvelle molécule de CO2 émise dans l’atmosphère par l’activité humaine ou naturellement par la biomasse en général était, au mieux, de 4 ans et que la contribution au pool de CO2 total atmosphère-océans par l’activité humaine utilisant des combustibles fossiles ne représentait que 4,3 % de ce pool. D’où la controverse féroce qui suivit la publication de son travail. Les tenants inconditionnels des thèses de l’IPCC se sont élevés contre les conclusions du Docteur Harde. Comme n’importe quel scientifique devrait le faire, je suis allé chercher dans Wikipedia s’il n’y avait pas des faits contredisant les propos du Docteur Harde. Et je me suis souvenu de la « Bombe atomique » …

Quand j’étais jeune adolescent, tous les aléas météorologiques comme par exemple un épisode de sirocco qui remonta jusqu’à la région lyonnaise, je crois me souvenir en 1961 (je n’ai pas pris la peine de vérifier) suivi de l’effroyable hiver 1962 étaient provoqués par la bombe. On disait : « c’est à cause de la bombe ! ». Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, après les bombardements d’Hiroshima et Nagasaki les puissances nucléarisées ont procédé jusqu’en 1963 à 575 essais atomiques dans l’atmosphère. Entre 1958 et 1962 ce fut un véritable feu d’artifice infernal puisque les Américains, les Soviétiques, les Anglais et les Français négociaient un traité interdisant les essais atmosphériques.

Chacun de ces essais nucléaires a généré du carbone-14 retrouvé dans l’atmosphère sous forme de CO2. Il en résulta une incroyable augmentation de la teneur en carbone-14 dans l’atmosphère coïncidant avec la signature de ce traité. La formation de carbone radioactif par les essais nucléaires est sensiblement identique à celle produite naturellement par les rayons cosmiques. En effet quand une molécule d’azote (N2) entre en collision avec un neutron cosmique de haute énergie, le noyau d’un des atomes d’azote de cette molécule incorpore ce neutron, éjecte un noyau d’hydrogène (rayon beta relativiste) et se désolidarise de la molécule N2 sous forme d’un radical C . qui est immédiatement oxydé en CO2 par l’oxygène. Comme je n’avais rien compris à l’article du Docteur Harde, parsemé d’équations mathématiques compliquées – mes notions de math se sont évanouies avec les années – alors j’ai entrepris une petite recherche sur internet.

Je me suis souvenu d’une conférence enregistrée au Musée de l’Homme sur les techniques de datation utilisées en paléontologie. Il en existe beaucoup mais, dans mon idée, j’ai retrouvé cette fameuse courbe montrant l’augmentation incroyable de l’abondance de carbone-14 dans l’atmosphère au cours de la période 1955-1963 due aux essais atmosphériques des joujoux militaires tant des Américains que des Soviétiques. Cette course folle provoqua une réaction de sagesse de la part des protagonistes qui s’accordèrent finalement à interdire les essais nucléaires atmosphériques en 1963. Les pays nucléarisés de l’époque se réservèrent tout de même, dans cette course folle vers l’apocalypse, le droit de procéder à des essais souterrains (sans commentaire).

Sur le site de l’Université d’Heidelberg j’ai fini par retrouver la courbe décrivant la présence du CO2 radioactif dans l’atmosphère. Sa version originale figure dans la thèse de doctorat de Vago Hesshaimer soutenue en 1997 par devant l’Université d’Heidelberg :

Capture d’écran 2019-07-06 à 17.24.30.png

Que dit cette courbe, outre le fait qu’il existe quelques différences entre le CO2 radioactif présent dans l’atmosphère en moyenne et dans la stratosphère ? Laissons de côté le fait que du CO2 radioactif est produit en permanence par les rayons cosmiques et que les paléontologues doivent se conformer à des calibrations complexes pour dater leurs morceaux d’ossements et de charbon de bois (lire ci-après). Ne considérons comme le fit Hesshaimer que cette anomalie « militairement isotopique » qui atteignit entre les années 1955 et 1963 – juste avant la mise en place du traité d’interdiction des essais atmosphérique les militaires avaient vraiment mis le « paquet » car ils étaient très pressés – cinq fois la teneur naturelle de carbone-14, en quelque sorte une expérience classique chez les biologistes qui cherchent à savoir ce que devient un métabolite en le « marquant » avec du carbone-14 mais cette fois c’était en « vraie grandeur », à l’échelle planétaire.

Je passe sur tous les autres isotopes radioactifs que les personnes de ma génération ont ramassé à pleine bouche et pleins poumons durant ces années de folie, du genre strontium, césium, bismuth, krypton, baryum, iode et même étain radioactifs ! Aujourd’hui c’est l’omerta, les militaires, c’est-à-dire les gouvernements des nations nucléarisées, ne veulent pas qu’on en parle, ça fait désordre. Mais paradoxalement il y a tout de même un avantage sur le plan scientifique à tirer de cette courbe. Je me suis amusé à l’agrandir sur l’écran de mon iMac (je ne fais aucune publicité) et j’ai pris un double décimètre pour calculer la demi-vie du CO2 (qu’il soit radioactif ou non, peu importe) dans l’atmosphère. La demi-vie de résidence est le temps qu’il faut pour que la moitié de ce CO2 disparaisse, à ne pas confondre avec la demi-vie ou période d’un élément radioactif. D’ailleurs comme la « demi-vie » du Carbone-14 est de 5730 ans il est totalement hors de propos de la considérer ici.

Faites comme moi avec un double-décimètre et vous trouverez à peu près 4 ans ! Ceci veut dire qu’en 8 ans il reste au mieux 10 % du CO2 émis par l’activité humaine en brûlant des combustibles fossiles ou par les processus naturels de respiration de la biomasse. Cette simple observation étant prise en considération il est alors vraiment difficile d’être en accord avec les hypothèses de l’IPCC. Je ne peux pas imaginer un seul instant que ces « scientifiques » de l’IPCC aient eu une totale méconnaissance de ces données évidentes relatives au CO2 radioactif dans l’atmosphère dues aux essais nucléaires ! Elles figurent dans l’article de Wikipedia sur ces essais nucléaires ! N’importe qui peut les consulter. Les paléontologues, se penchant sur ce phénomène provoqué par la paranoïa des militaires, ont constaté que, compte tenu du fait que le principal réservoir de CO2 était constitué par les océans, 60 à 70 fois plus que l’atmosphère, ils ont alors corrigé leurs datations concernant les populations se nourrissant surtout de poissons et d’autres produits de la mer car sans correction ils les auraient daté systématiquement comme étant « plus jeunes ». En effet, les poissons contiennent en moyenne 60 fois plus de C-14 que par exemple de la viande terrestre !

Ce billet est l’illustration d’un assemblage de diverses informations provenant de disciplines totalement différentes. Ma curiosité est toujours exacerbée quand je détecte quelque chose d’anormal alors que, je le répète, je ne suis ni un spécialiste du climat, ni un spécialiste des datations au C-14, mais seulement un modeste ex-biologiste ayant utilisé du C-14 pour étudier des voies métaboliques. Voilà, je le crois modestement, une démonstration évidente de la forfaiture de l’IPCC et je pense que le Professeur François Gervais ne me contredira pas.

Carbon14_with_activity_labels.svg.png

Je termine ce propos en soulignant que la production naturelle de carbone-14 dans l’atmosphère par les rayons cosmiques n’est pas tout à fait constante. Les paléontologues ont été contraints pour affiner leurs datations d’effectuer des corrections parfois complexes à l’aide d’autres techniques de datation. Après avoir traité l’anomalie provoquée par les essais nucléaires le dosage du carbone-14 présent dans les arbres et précisément dans chaque cerne de croissance de ces arbres (dendrochronologie) les physiciens ont pu construire une courbe montrant les variations de la teneur en carbone-14 au cours du millénaire passé. Ce qu’ils ont découvert constitue une preuve supplémentaire de la modulation du bombardement cosmique atteignant la Terre par l’activité solaire : plus l’activité magnétique du soleil est élevée moins il y a de carbone-14 généré par ces rayons cosmiques dans l’atmosphère. En inversant l’échelle verticale on obtient une belle représentation des variations de l’activité solaire au cours des siècles passés. Ces variations de l’activité solaire ont ainsi obligé les paléontologues à effectuer des corrections pour réaliser leurs datations avec le carbone-14 de manière fiable mais sans jamais pouvoir remonter au delà de 50000 ans en raison de la « demi-vie » de ce radioisotope.

Je remercie le Docteur Harde qui a eu la gentillesse de me communiquer l’article relatif à la demi-vie du CO2 dans l’atmosphère dont voici le doi :

http://dx.doi.org/10.1016/j.gloplacha.2017.02.009 , thèse de doctorat de Vago Hesshaimer, 1997, Université d’Heidelberg et J. Geophysical Research, vol.105-D9, p.11641-11658, May 16, 2000. Dernière figure : Wikipedia

La magie de l’eau …

Ce billet n’a pas la prétention d’être un cours de physique. Il rassemble en une prose compréhensible pour tous divers éléments recueillis dans la littérature scientifique qui permettent de comprendre pourquoi la Terre n’est pas une planète morte. D’abord la seule source d’énergie sous forme de chaleur dont dispose la Terre provient du Soleil et pourtant les divers gaz constituant la mince couche de l’atmosphère entourant la Terre sont essentiellement transparents aux rayons infra-rouge mis à part la vapeur d’eau. L’oxygène piège quant à elle les rayons ultra-violets dans les hautes couches de l’atmosphère, mais c’est une autre histoire. Alors puisque l’atmosphère est transparent aux rayons infra-rouge, me direz-vous, qu’est-ce qui réchauffe l’atmosphère terrestre ? La réponse est évidente et limpide : ce sont tout simplement les océans qui recouvrent plus de 70 % de la surface de la Terre !

Ah bon, et comment ? L’atmosphère contient entre 0,4 et 4 % de vapeur d’eau, soit de 10 à 100 fois plus que de gaz carbonique selon les zones du globe où on se trouve. Or l’eau est un composé chimique particulier qui requiert une formidable quantité d’énergie pour « changer d’état » (ou de phase) et c’est là que réside le secret de la Terre, secret jalousement unique dans notre système solaire.

Reprenons notre raisonnement : le Soleil chauffe directement les océans qui paraissent parfaitement noirs vus de l’espace mais aussi du huitième pont d’un gros navire, et c’est vrai. Les océans ne sont pas bleus, ils paraissent bleus parce qu’ils réfléchissent la couleur bleue de l’atmosphère. Les océans sont donc de formidables pièges pour l’énergie provenant du Soleil sous forme de chaleur, le destin final des rayons infra-rouges solaires.

Mais d’une façon ou d’une autre les océans doivent de débarrasser de toute cette chaleur car ils auraient fini par bouillir un jour … et c’est là qu’intervient le côté magique de l’eau.

En effet il faut beaucoup d’énergie pour vaporiser un litre d’eau : 2,25 millions de joules ou encore 9400 kiloCalories ou encore 610 Wh, trois unités physiques différentes pour l’énergie. Quand la vapeur d’eau s’élève dans l’atmosphère elle va avoir tendance à se condenser en gouttelettes qui vont former des nuages puisque, comme chacun a pu le constater, l’air devient plus frais au fur et à mesure qu’on gravit une montagne et c’est vrai aussi au niveau de l’Equateur, j’en ai moi-même fait l’expérience dans l’île d’Hiva-Oa aux Marquises. Au cours de ce deuxième « changement de phase » toute l’énergie en quelque sorte dépensée par l’océan pour vaporiser cette eau est intégralement restituée à l’atmosphère en vertu du premier principe de la thermodynamique. L’atmosphère, par voie de conséquence, se réchauffe quand des nuages se forment à partir de vapeur d’eau. Les nuages sont en réalité des aérosols constitués de petites gouttelettes d’eau et si pour une raison ou pour une autre, l’atmosphère n’étant jamais parfaitement immobile, ces nuages rencontrent des couches atmosphériques plus froides, alors ces gouttelettes se transforment en glace et là encore ce troisième « changement d’état » de l’eau, cette fois de liquide vers solide, restitue de l’énergie à l’atmosphère, certes beaucoup moins mais malgré tout à hauteur de 15 % de la quantité d’énergie restituée par le changement de phase de gaz vers liquide. Et encore une fois l’atmosphère se réchauffe !

Au final ce sont les océans qui chauffent l’atmosphère et non pas le Soleil comme on aurait tendance à le croire. Certes cette observation est contre-intuitive mais c’est pourtant la réalité et ce n’est possible que grâce à la vapeur d’eau …

Il reste un petit point de la magie de l’eau qu’il ne faut pas oublier de mentionner : la glace. Dans les hautes couches de l’atmosphère – en gros au delà de 5000 mètres d’altitude – les micro-cristaux de glace font office de miroir et réfléchissent le rayonnement infra-rouge en provenance du Soleil mais si la glace était plus lourde que l’eau liquide, que se passerait-il ? Il n’y aurait tout simplement pas de vie évoluée sur la Terre ! En effet les océans seraient gelés en permanence à l’exception d’une fine couche d’eau à leur surface : les océans ne seraient plus noirs mais blancs et ils réfléchiraient parfaitement le rayonnement infra-rouge solaire, l’atmosphère serait irrémédiablement froid et la Terre serait une planète inhospitalière … Voilà en très bref les bienfaits de la magie de l’eau.

Illustration : un nuage « vertical » surmonté de cristaux de glace pris en photo depuis le balcon de mon modeste logement il y a quelques jours

Le très gros mensonge des tenants du réchauffement climatique d’origine humaine

Le très gros mensonge des tenants du réchauffement climatique d’origine humaine

Ce billet est un peu technique mais il démontre que les hypothèses de réchauffement du climat formulées par l’IPCC liées au gaz carbonique atmosphérique (CO2) sont non seulement extravagante mais de plus erronées. La Terre n’est pas un disque orienté vers le Soleil mais une sphère et l’énergie sous forme de photons provenant du Soleil se répartit donc pour atteindre une valeur moyenne de 340 Watt par mètre-carré à la surface de la Terre. Les photons infra-rouges réémis par le sol ne parcourent qu’au plus une soixantaine de mètres en direction du ciel car ils sont piégés par les molécules de gaz atmosphériques, que ce soient l’oxygène, l’azote, la vapeur d’eau et dans une bien moindre mesure le CO2. Ces mêmes molécules, après avoir été excitées par un photon infra-rouge réémettent un autre photon infra-rouge de plus grande longueur d’onde, donc de moindre énergie, dans toutes les directions car une partie de l’énergie des premiers photons a été dissipée sous forme de mouvement de ces molécules lors de la collision initiale. Les photons dirigés vers l’espace vont à leur tour exciter d’autres molécules de gaz et ainsi de suite. Quant aux photons qui reviennent vers le sol il n’ont que peu de chance d’interagir avec des molécules de gaz déja dans un état excité trop énergétique. Quand bien même ils interagiraient avec ces dernières il y aurait à nouveau perte d’énergie et ce processus en cascade résulte finalement en une perte d’environ 50 % de l’énergie de chaque photon.

À cette dynamique concernant strictement les seuls photons infra-rouges l’énergie thermique est évacuée vers les plus hautes couches de l’atmosphère par la vapeur d’eau. L’eau, compte tenu de ses caractéristiques physiques, change d’état avec l’altitude et le gradient adiabatique résultant de la gravitation terrestre qui induit un gradient de température décroissant avec l’altitude. La vapeur d’eau en se condensant libère de l’énergie qui va à son tour exciter les molécules d’azote et d’oxygène. Ces molécules émettront à leur tour un photon infra-rouge et le processus continue jusqu’à atteindre les hautes couches de l’atmosphère où il ne reste plus que de rares micro-cristaux de glace qui ne participent plus à cet échange d’énergie bien que pouvant encore capter un photon infra-rouge d’énergie trop faible pour modifier l’état de la glace, c’est-à-dire de la faire fondre dans un environnement atmosphérique où les températures atteignent des valeurs avoisinnant les moins 50 degrés centigrade.

Tous ces processus sont connus et bien étudiés. Les vents et les mouvements de vapeur d’eau ainsi que les changements d’état de l’eau de vapeur en goutelettes constituent un puissant véhicule de dissipation de l’énergie thermique atteignant la surface terrestre. L’IPCC a sciemment ignoré les effets de la vapeur d’eau sur l’équilibre thermique de la Terre. Qui plus est, les proportions entre eau et gaz carbonique atmosphériques sont telles – un rapport d’environ 8 à 10 pour 1 selon l’endroit où on se trouve – que si la teneur en CO2 doublait la température moyenne à la surface de la Terre n’augmenterait que de 0,01 degrés !

La Terre, chauffée par le Soleil en moyenne 12 heures par jour, est donc du fait de la présence de vapeur d’eau dans l’atmosphère en équilibre thermique avec l’espace. « L’impression » de chaleur au sol est seulement la résultante du gradient adiabatique gravitationnel sur la colonne d’air pesant environ 10 tonnes par mètre-carré et la conséquence des radiations infra-rouges émanant du sol. Sans surprise et pour ces deux raisons les basses couches de l’atmosphère sont plus chaudes que les plus hautes couches de celle-ci. Introduire la notion d’effet de serre est donc erroné car ce n’est pas ainsi que l’atmosphère fonctionne. Les théoriciens de l’effet de serre ont oublié la dynamique de l’atmosphère, les vents et surtout la vapeur d’eau ! Avec une planète dont près de 70 % de la surface est recouverte d’océans c’est tout de même grossier comme mensonge si on se place du point de vue strictement scientifique. N’importe quel enfant pourra constater lui-même qu’en regardant une mappemonde il en est ainsi. S’il était encore nécessaire d’apporter une autre preuve de la non-incidence du gaz carbonique sur le climat pourquoi a-t-il fait si chaud au Moyen-Age, vers les années 1000-1100, alors que la concentration en CO2 atmosphérique n’était que de 280 parties par million ? Quel scientifique auto-proclamé de l’IPCC peut donner une explication à cette simple constatation déduite de diverses analyses incontestables des proxys « climatiques » dont j’ai dit à de nombreuses reprises un mot dans ce blog ?

Le Docteur Dai Davies de l’Université de Canberra dont je me suis largement inspiré pour écrire ce billet est formel, le CO2 n’a qu’un effet négligeable sur le climat terrestre et ce gaz n’est pas toxique mais éminemment bénéfique pour la biosphère. Dit plus abruptement sans CO2 dans l’atmosphère il n’y aurait aucune vie sur la Terre. Les principaux processus d’immobilisation du CO2 atmosphérique sont l’eau des océans et le phytoplancton, source de toute la chaine alimentaire marine. Au sol, ce sont les végétaux qui sont la source de toute vie et sont à la racine de la chaine alimentaire terrestre. Et le Docteur Davies de préconiser avec vigueur que les protagonistes du débat relatif au climat « suivent la science afin que nous puissions rapidement mettre une fin à cette débacle climatique« . Il s’agit bien en effet d’une débacle économique qui attend de nombreux pays soumis à cette propagande incessante et mensongère au sujet du CO2. Malgré mes réflexions je n’ai pas pu identifier clairement à qui va profiter ce véritable crime contre l’humanité …

Crise climatique : retour sur l’imposture de l’effet de serre

Titan,_Earth_&_Moon_size_comparison.jpg

Le premier novembre 2014 j’avais écrit un long billet un peu technique sur le concept erroné de l’effet de serre du CO2 et d’autres gaz et mon opinion à ce sujet n’a pas changé. Il se trouve que la question négligée du gradient adiabatique de l’atmosphère terrestre soumis au champ gravitationnel de la Terre comme chacun de nous et comme tout objet « pesant » refait surface dans de nombreux articles scientifiques parus récemment dont celui cosigné par N. Nikolov et K. Zeller publié dans la revue Environment Pollution and Climate Change 2017, 1: 112. Ces auteurs ont comparé l’effet de la gravité sur l’atmosphère de Vénus, de la Terre, de la Lune, de Mars, de Titan et de Triton. Les observations astronomiques relatives à ces corps célestes sont suffisamment documentées pour précisément calculer l’effet de la gravité de ces derniers sur leurs atmosphères parfois très ténus mais tout de même étudiés en détail. Titan est une « lune » de Saturne et Triton une « lune » de Neptune. Toutes les lois physiques qui sont naturellement applicables et valables pour les différents corps célestes du système solaire conduisent, lorsque l’on prend en considération l’ensemble des observations relatives à ces 6 corps, à la conclusion que la théorie de l’effet de serre qui n’est pas observée sur ces corps célestes est donc invalide également pour la Terre et également Vénus quoiqu’en pensa James Hansen, l’un des malheureux promoteurs de la théorie désuète et jamais validée par l’expérience de l’effet de serre.

En effet, l’effet de serre tel qu’il est prêché par l’IPCC n’est pas un phénomène radiatif alimenté par l’opacité de l’atmosphère au rayonnements infra-rouges mais la conséquence d’un réchauffement seulement induit par le gradient adiabatique, directe conséquence du champ gravitationnel, gradient qui est indépendant de la composition de l’atmosphère. De plus, la température au sol observée pour chacun de ces corps célestes n’est pas le résultat d’un forçage radiatif comme cela a été imaginé il y a plus de 100 ans mais seulement le simple résultat de la pression atmosphérique existant au sol. L’albédo des différents corps célestes (dont la Terre) n’est pas un facteur climatique indépendant mais une conséquence du climat. Cependant cet albédo (propriété de réfléchir le rayonnement solaire aux hautes altitudes) est soumis aux variations du champ magnétique solaire et du vent solaire ainsi qu’aux rayons cosmiques.

La pression atmosphérique en tant que force par unité de surface a un effet direct sur l’énergie cinétique interne à l’atmosphère et la température du système atmosphérique (quels que soient les corps célestes cités dans cette étude) est en accord avec les lois régissant le comportement des gaz. Dès lors le gradient de pression atmosphérique est le seul facteur prépondérant contrôlant la température de surface de la planète (ou de la « lune » considérée) et non pas la « profondeur optique » de l’atmosphère aux infra-rouges qui varie de manière continue en raison également de ce gradient de pression.

L’équilibre thermique à la surface des corps célestes étudiés reste stable dans une plage de +/- 1 °C pour toutes ces raisons et bien entendu en dehors de toute variation de l’activité radiative solaire ou du champ magnétique solaire. Cette dernière activité fluctue d’ailleurs dans une plage infime de l’ordre de 2 à 3 ‰ . Cet article réfute donc l’hypothèse de l’ « effet de serre » qui n’a jamais été prouvée scientifiquement à moins de délibérément ignorer un certain nombre de lois physiques fondamentales. C’est exactement ce que les pseudo-climatologistes de l’IPCC font depuis maintenant plus de 20 ans et jamais personne n’a osé les contredire frontalement comme viennent de le faire ces deux personnalités à qui il faut rendre hommage pour leur honnêteté, leur courage et le risque qu’ils encourent de voir tous leurs crédits de recherche annulés sine die pour satisfaire des dispositions plus politiques que scientifiques totalement erronées.

Illustration : la Terre, la Lune et Titan à la même échelle (Wikipedia)

https://jacqueshenry.wordpress.com/2014/11/01/retour-sur-la-theorie-de-leffet-de-serre-atmospherique/

Le Protocole de Montréal revisité

Capture d’écran 2016-07-03 à 14.25.49.png

En 1987 fut signé le fameux protocole de Montréal introduisant le bannissement des chloro-fluoro-carbones sous prétexte qu’ils étaient destructeurs de l’ozone stratosphérique. Ce protocole fut organisé en sous-main par une major de l’industrie chimique qui disposait dans ses laboratoires de substituts aux CFCs couramment utilisés dans les réfrigérateurs, les conditionneurs d’air et les établissements de dégraissage à sec pour ne citer que ces exemples. Depuis on scrute ce trou d’ozone antarctique et il est toujours là bien que son étendue fluctue année après année. La grande nouvelle qui vient de sortir est que ce trou d’ozone aurait tendance à diminuer. En quelques années il aurait rétréci d’une surface équivalente à celle du sous-continent indien ! Une grande nouvelle bien qu’il y ait eu un petit couac avec l’éruption en 2015 du volcan chilien Calbuco qui a répandu massivement de l’oxyde de soufre (SO2) dans la haute atmosphère au dessus de l’Antarctique.

Il y a comme un doute puisque l’activité humaine émet des quantités massives de ce gaz … mais apparemment seuls les volcans ont un effet sur ce trou d’ozone.

Bref, des météorologistes et des physiciens comme par exemple du « National Center for Atmospheric Research à Boulder dans le Colorado s’activent à l’aide de modélisations (encore des subterfuges pseudo-scientifiques) pour prédire qu’en 2050, au train où vont les choses – et s’il n’y a pas trop d’éruptions volcaniques – le trou d’ozone aura complètement disparu. Merci au protocole de Montréal !

Il faut tout de même replacer cette psychose organisée à sa place. D’abord la situation des vents au sol et en altitude autour du continent Antarctique est unique. Il existe un vortex permanent qui isole la haute atmosphère du reste de la planète et créé une masse d’air relativement immobile prisonnière de ce système de vents très stable. D’autre part la teneur en ozone dépend naturellement de l’ensoleillement et de la température. Or ces deux paramètres sont beaucoup plus faibles au dessus de l’Antarctique que partout ailleurs sur Terre y compris au dessus de l’Arctique où ce vortex de vents n’existe pas avec une telle stabilité.

Capture d’écran 2016-07-03 à 14.09.10.png

Mais l’autre paramètre, ces CFCs et autres molécules chlorées ou bromées, intervenant dans la teneur en ozone atmosphérique et pris en compte dans le protocole de Montréal sont malheureusement (pour l’ozone) massivement produits par des processus bactériens naturels tant au sol que dans les océans. La production artificielle, pour faire savant on dira anthropogénique, est négligeable par rapport à cette production naturelle. Les bactéries du sol participent activement à cette production de produits halogénés volatils qui s’échappent dans l’atmosphère et contribuent, on ne sait pas trop dans quelles proportions puisqu’aucune étude sérieuse n’a été réalisée à ce sujet, à la détérioration encore très hypothétique, puisqu’appuyée seulement sur des simulations en laboratoire, de la couche d’ozone atmosphérique.

Une équipe de biologistes de l’Université de Tuebingen en Allemagne a étudié extensivement la population bactérienne du sol d’une forêt proche de l’Université. Il s’est agi d’abord d’identifier les bactéries du sol puis de retrouver par analogie de séquences d’ADN les principales activités enzymatiques susceptibles de participer au processus de formation de gaz halogénés, essentiellement le chloroforme (CHCl3) et le bromoforme (CHBr3) parmi plus de 5000 composés halogénés volatils dûment identifiés et produits par diverses activités bactériennes. Les espèces bactériennes prédominantes sont des Pseudomonas et des Bradyrhizobium. Ces bactéries possèdent des équipement spécifiques capables de transférer un ou plusieurs atomes de chlore ou de brome à toutes sortes de composés carbonés mais pas seulement ces deux halogènes puisque bien d’autres composés fluorés ou iodés ont pu également être identifiés. La production moyenne de CFCs volatils d’origine naturelle par le sol d’une forêt quelconque comme celui qui a été étudié est incroyablement élevée, de l’ordre de 3 à 8 microgrammes par kg de terre selon la profondeur de cette dernière. Ce résultat peut paraître négligeable mais il correspond à des dizaines de millions de tonnes de CFCs naturellement injectés dans l’atmosphère chaque jour quand on prend également en considération les océans !

Capture d’écran 2016-07-04 à 08.03.01.png

Alors que penser de cette gigantesque mascarade que fut le Protocole de Montréal ? Cette gesticulation mondiale n’eut pour but que de culpabiliser l’humanité entière en la préparant à l’autre pantomime ridicule du réchauffement climatique également basé sur la peur sans aucun fondement scientifique crédible. On s’achemine vers un refroidissement généralisé et durable qui va bouleverser les habitudes de vie des populations, engendrer des conflits de grande ampleur pour l’accès à la nourriture, des mouvements migratoires totalement incontrôlables, et la nature continuera à produire des CFCs, le trou d’ozone sera toujours là mais alors la peur aura trouvé une réelle justification …

Source : NASA’s Goddard Observatory, Scientific Reports doi : 10.1038/srep28958 et https://earth.nullschool.net/#current/wind/surface/level/orthographic=-2.68,-88.36,493/loc=-110.576,-51.661

COP21 : Le cas du CO2 revisité

Puisque la réunion COP21 va fixer le prix du carbone, donc le montant des taxes que tout un chacun devra payer pour sauver la planète, les papillons, les arbres et accessoirement les bipèdes taillables et corvéables à merci que nous sommes, pour le plus grand profit de puissances financières multinationales occultes, il est opportun de revenir quelques instants sur ce terrible poison – pour le climat – qu’est le gaz carbonique.

Reconsidérons l’évolution de la teneur en gaz carbonique (CO2) dans l’atmosphère durant les dernières 150 années, depuis les débuts de l’ère industrielle, puisque c’est ce gaz qui est incriminé en raison de son effet de serre putatif et constitue le socle des prédictions sur l’évolution du climat dans le futur organisées par une assemblée de personnalités toutes dévouées aux intérêts de la finance mondiale et apatride.

L’augmentation de la teneur de ce gaz dans l’atmosphère n’est pas seulement due à l’activité industrielle, la prolifération des automobiles et la production d’énergie à partir de combustibles fossiles carbonés, et de très loin. Plus de quatre-vingt-dix pour cent de tout le CO2 produit à chaque instant sur Terre n’est pas le fait de l’activité humaine mais des êtres vivants en général, dont les hommes de par leur respiration, et des cycles d’alternance jour-nuit et des saisons. Les plantes ainsi que le plancton dégagent du CO2 la nuit ! Entre les années 1930 et 2000 le Soleil a connu une activité magnétique particulièrement intense qu’on appelle l’optimum moderne. Cet optimum a, certes, provoqué la fonte des glaciers alpins par exemple, la régression des banquises et aussi une amélioration générale du rendement des récoltes conduisant à une abondance en nourriture favorisée également par les progrès techniques : le CO2 est le principal « aliment » des plantes, des coraux et du plancton photosynthétique.

La planète entière ne s’est jamais aussi bien portée depuis l’optimum climatique médiéval, la population a augmenté grâce à l’amélioration des conditions sanitaires mais aussi grâce à l’augmentation considérable de la productivité agricole. Il n’y a qu’à se remémorer la chute de la natalité française entre 1940 et 1945 car trouver de la nourriture était alors problématique. En effet, comme c’est le cas pour de nombreux animaux, la fécondité est directement corrélée à la disponibilité en nourriture et ce phénomène naturel a été particulièrement bien mis en évidence avec les populations d’oiseaux …

Cette situation actuelle d’abondance (toute relative car il y a encore près de 20 % des êtres humains qui ne mangent pas à leur faim) n’a pu être rendue possible que parce que le Soleil était particulièrement actif. Le champ magnétique solaire déviait puissamment les rayons cosmiques réduisant de ce fait la formation de micro-cristaux de glace dans les hautes couches de l’atmosphère (invisibles depuis le sol) et donc par conséquent le pouvoir de réflexion s’opposant à l’énergie solaire atteignant la surface de la Terre.

Ce n’est pas la différence de quelques watts par mètre carré atteignant la surface de la Terre entre 1900 et 1980 mesurée à l’aide d’instruments installés au sol qui a joué un rôle prépondérant dans ce réchauffement contemporain, mais bien la réduction du rayonnement cosmique dévié par le champ magnétique solaire. L’augmentation générale de la température moyenne, à peine un degré en 100 ans, a pourtant suffi à réduire la capacité des océans à dissoudre le CO2. Sa teneur a donc augmenté tout simplement en vertu d’un loi physique fondamentale dite Loi de Henry qui décrit le processus de dissolution des gaz dans l’eau en fonction de la température et de la pression. Si au cours des cent dernières années l’activité magnétique du Soleil avait été « normale » comme entre 1800 et 1900, les océans auraient pleinement joué leur rôle de puits de carbone et malgré la considérable augmentation de l’activité humaine récente, le taux de CO2 atmosphérique aurait été probablement stable, autour de 300 et quelques parties par millions. L’optimum climatique moderne (1920-1980) a donc contribué à l’augmentation de la teneur en ce gaz dans l’atmosphère dans des proportions beaucoup plus importantes que celles que l’on veut bien nous faire croire en incriminant l’activité humaine .

Durant cette période à peine 5 % de l’augmentation totale de CO2 dans l’atmosphère provient de l’activité humaine, soit environ 20 ppm sur les 400 actuelles ! Cette affirmation qui n’est pas de mon fait mais est déduite de la répartition isotopique des carbones 12 et 13 qui est différente entre le CO2 issu de la combustion du pétrole et du charbon et le CO2 issu de l’activité naturelle des êtres vivants. C’est un peu sophistiqué mais c’est pourtant la réalité, une réalité dont on se garde bien de mentionner l’évidence. Il en est de même pour l’augmentation de la teneur en méthane de l’atmosphère car ce gaz est également soluble dans l’eau et selon la même loi de Henry, l’augmentation de la température moyenne des océans de 1 degré environ a contribué largement à cet accroissement de la teneur en méthane.

L’une des conséquences de la loi de Henry également passée sous silence est la régulation de l’acidité de l’eau des océans. On veut nous faire croire que l’augmentation de la teneur en CO2 atmosphérique va avoir pour conséquence d’augmenter l’acidité des océans et les effets de cette acidité seront catastrophiques. Les coraux seront tout simplement dissous, les mollusques ne pourront plus construire leurs coquilles.

Ces déclarations alarmistes sont totalement fausses puisque les océans se sont appauvris en bicarbonate lors de la période de réchauffement climatique moderne et, toutes proportions gardées, l’ « acidité » des océans a diminué. En effet l’eau de mer est pondéralement environ trois fois plus riche en carbone sous forme de bicarbonate que ne l’est l’atmosphère sous forme de CO2 et ce ne sont que quelques parties par milliards qui font que la variation du pH de l’eau de mer n’est même pas décelable de manière fiable !

Le CO2 n’est pas un polluant mais un gaz essentiel à la vie sur la Terre et n’a rien à voir avec l’évolution du climat supposée en dépendre.

Source : « Tiny warming of residual anthropogenic CO2 » par François Gervais, DOI : 10.1142/S0217979214500957

En réponse à mon billet humoristique de trois lignes

Climat épisode 3 . Une canette de bière, un modèle de l’atmosphère terrestre ?

Il s’agit ici d’un petit essai ironique à ne pas prendre au sérieux, quoique …

Comme je suis encore curieux et pas encore gâteux (ça viendra), je me suis trouvé avec innocence presque fasciné par un phénomène très simple de physique basique qu’il m’a fallu analyser pour en déduire une signification généralisée. J’avais posé une canette de bière bien fraîche sur la table du séjour recouverte d’une plaque de verre. Comme l’air marin est naturellement humide, une condensation est apparue sur la surface de la canette, rien d’anormal. Mais lorsque j’ai levé le coude pour la première gorgée de bière (je mens effrontément, ce n’étais pas du tout la première gorgée de bière de la journée) je me suis aperçu qu’un rond de gouttelettes d’eau se trouvait maintenant sur le verre de la table, non seulement au niveau du cercle de contact direct de la plaque de verre avec le fond concave de la canette mais un cercle complet de condensation. J’ai pris un mouchoir en papier et essuyé cette condensation. Comme je m’y attendais un peu, la condensation de la vapeur d’eau existait de part et d’autre de la plaque de verre de la table, en dessus, c’est-à-dire au plus près de la canette de bière, mais aussi sur la face inférieure du plateau de verre.

Que s’est-il passé ? La canette de bière fraiche a « pompé » de la chaleur en provenance de la plaque de verre pour se réchauffer et hors-mis le contact entre le verre et le bord du fond de la canette où s’est produit un transfert direct de chaleur, l’échange de chaleur dans le reste de cette surface s’est fait par rayonnement infra-rouge en provenance de la plaque de verre. L’inverse est difficile à imaginer : la plaque de verre n’a pas pu « refroidir » le fond de la canette de bière. Il y a eu transfert d’énergie de la plaque de verre se trouvant à la température ambiante, disons 27 degrés, vers le fond de la canette de bière à une température proche de 5 degrés et de ce fait la bière s’est légèrement réchauffée et par voie de conséquence la plaque de verre s’est refroidie en cédant cette énergie calorifique. Tout naturellement, la vapeur d’eau ambiante s’est condensée comme elle se condensait d’ailleurs sur les parois de la canette. Cette condensation est un phénomène physique très courant qualifié d’exothermique pour utiliser un mot savant. En d’autres termes, la vapeur d’eau, dont l’existence même a nécessité un apport d’énergie (du Soleil) pour qu’elle coexiste dans l’air avec l’azote et l’oxygène, restitue cette énergie lors de la condensation et le résultat est un réchauffement de la plaque de verre qui a auparavant cédé de l’énergie au fond plus froid de la canette de bière ainsi qu’un réchauffement de la surface cylindrique de la canette de bière. On se trouve donc dans un système où interviennent trois acteurs, deux corps solides, la plaque de verre de la table et la canette de bière, et un acteur gazeux devenant liquide, la vapeur d’eau.

Vous me direz que cet exposé paraît emberlificoté mais pas tant que ça, car c’est ce qui se passe exactement dans les phénomènes météorologiques. La canette de bière peut représenter l’atmosphère, la plaque de verre de la table la surface du sol et la vapeur d’eau le véhicule permettant de transmettre de l’énergie entre ces deux composantes. Il y a peut-être, à ce que l’on prétend, quelques parties par million de CO2 qui contribuent à ce phénomène mais c’est certainement négligeable car, en effet, pour que ce gaz puisse intervenir de manière conséquente dans le processus, il faudrait qu’il change aussi « d’état », en d’autres termes qu’il se vaporise depuis l’état solide ou qu’il se solidifie depuis l’état gazeux. Ces conditions ne sont naturellement pas réunies au niveau de la mer puisqu’elles apparaissent aux alentours de moins 78 degrés centigrades.

Pourquoi ai-je dit que la vapeur d’eau était un véhicule de transmission de la chaleur d’un corps vers un autre ? Tout simplement parce que outre le rayonnement infra-rouge provenant de la plaque de verre se trouvant à la température de la pièce, « pompé » ou absorbé – comme vous voudrez – par le fond de la canette de bière, la condensation de la vapeur d’eau contribue au réchauffement de la canette. Et comme la plaque de verre s’est refroidie en cédant de l’énergie à la canette de bière, la vapeur d’eau va contribuer à atteindre l’équilibre thermique du système. Tout se passe rigoureusement ainsi dans le système Terre-atmosphère. Les principaux mécanismes mis en jeu dans l’équilibre thermique de ce système sont les mouvements de convection de l’air chargé de vapeur d’eau et l’échange d’énergie par rayonnement infra-rouge entre la surface de la Terre et l’atmosphère chargé de vapeur d’eau, c’est mieux de le répéter. Comme la plaque de verre de la table représentant la surface de la Terre, cette dernière rayonne dans l’infra-rouge et ce rayonnement est absorbé par l’atmosphère, rayonnement qui va de proche en proche se dissiper dans l’espace. Et ce processus permet d’évacuer l’énergie reçue par la surface de la Terre en provenance du Soleil. S’il n’y avait pas de vapeur d’eau dans l’atmosphère il ferait subitement froid dès le coucher du Soleil et immédiatement très chaud dès le lever de l’astre. C’est un peu la situation dont on peut faire l’expérience au milieu d’un désert où la surface du sol se refroidit par le seul rayonnement infra-rouge émis vers les hautes couches de l’atmosphère sans arriver à maintenir une température suffisante de l’air ambiant qui est très sec car l’azote et l’oxygène absorbent très peu ce rayonnement infra-rouge qui va se perdre directement dans l’espace.

La vapeur d’eau est donc le principal véhicule « transportant » la chaleur et pour deux raisons très simples : la capacité thermique de l’eau est en effet très élevée (4,2 kJ/kg.°K) et l’enthalpie de vaporisation de l’eau est également particulièrement élevée de 40,65 kJ/mole soit 2200 kJ/kg. Ces paramètres physiques ne sont pas en eux-mêmes parlants mais ils signifient que l’eau est un excellent fluide caloporteur, d’ailleurs cette propriété est utilisée dans les machines thermiques, et il faut une quantité d’énergie importante pour faire passer l’eau de l’état liquide à l’état gazeux et cette énergie est en partie restituée au milieu ambiant quand la vapeur d’eau se condense. Enfin la tension superficielle de l’eau est extrêmement élevée ce qui favorise la formation de gouttelettes lorsque la vapeur se condense, lors de la formation des nuages notamment. Tous ces paramètres physiques de l’eau contribuent à son rôle prédominant de véhicule thermique entre l’atmosphère et le sol.

Finalement cette canette de bière posée sur une table de verre n’est qu’une petite machine thermique et c’est la vapeur d’eau ambiante qui joue pleinement son rôle afin que le système atteigne au bout d’un certain laps de temps un équilibre. C’est exactement ce qui se passe sur la Terre : la dissipation de l’énergie reçue du Soleil est assurée essentiellement par la vapeur d’eau et l’atmosphère n’est en réalité qu’une gigantesque machine thermique avec ses soupapes de sécurité comme les typhons ou les ouragans et ses orages avec éclairs dissipant l’énergie accumulée par la vapeur d’eau et provenant en majeure partie de la surface terrestre, terre ferme ou océans, après que celle-ci ait été irradiée par le rayonnement infra-rouge issu du Soleil.

Quand j’ai terminé l’écriture de ce petit billet qui n’a aucune prétention scientifique le fond de bière dans la canette était tiède, il n’y avait plus de condensation, tout était en équilibre comme l’est la Terre avec l’Espace depuis des milliards d’années …