Analyse géopolitique depuis le milieu de nulle part.

La première fois que je suis venu ici visiter l’archipel des Marquises, il y a plus de 25 ans, je savais que cet endroit était entouré dans toutes les directions par l’immense étendue de l’Océan Pacifique. Chili, Mexique, Alaska, Japon, Indonésie, Australie et Nouvelle-Zélande se trouvent à plus de 5000 kilomètres. C’est peut-être la raison pour laquelle je m’y trouve aujourd’hui, loin des tourments et des dangers qui guettent l’Europe et qui pourraient se terminer par une destruction de l’humanité. D’aussi loin de tout les Marquisiens peuvent raisonnablement espérer échapper à cette auto-destruction de l’humanité. Mais dans l’immédiat il faut garder quelque espoir ; les armes nucléaires dont disposent les puissances siégeant au Conseil de Sécurité des Nations-Unies, une appellation ironique s’il en est, savent qu’un conflit nucléaire est synonyme de disparition de l’espèce humaine car chaque petite ogive destructrice correspond à 50 fois celle qui détruisit la ville d’Hiroshima en 1945. Il est ainsi peu probable que la guerre en Ukraine dégénère en conflit thermonucléaire, du moins on peut l’espérer.

Ce conflit organisé de longue date par les Etats-Unis, depuis 2014, n’a qu’un seul objectif : affaiblir l’Europe et prendre ensuite sans coup férir possession des immenses ressources naturelles de la Russie, une fois affaiblie également et exsangue en raison du conflit ukrainien. Se croyant les maîtres du monde les Américains ont pourtant échafaudé un mauvais plan. Leur politique hégémonique a rapproché la Russie de la Chine et aussi de l’Inde, de l’Iran, du Brésil … , des pays qui n’acceptent plus la suprématie du dollar US et dénigrent l’euro. À cette situation s’ajoutent les décisions suicidaires prises par les gouvernements européens et la Commission de Bruxelles afin d’imposer une transition énergétique pour aller vers le chaos, une agriculture sans intrants de synthèse pour aller vers la famine et une lutte illusoire contre le réchauffement du climat pour appauvrir toute la population. Allez demander aux dirigeants chinois, indiens ou brésiliens ce qu’ils pensent de ces lubies occidentales, ils répondront qu’ils ne se sentent pas concernés et qu’ils s’en moquent.

Cette politique doit répondre aux critères ESG mis en place sous la pression des organisations non gouvernementales de défense de l’environnement gravitant autour des instances européennes qu’il s’agisse de la Commission, du Parlement et de la Banque centrale. Le sort de l’Europe se joue dans les couloirs de ces organismes dans le plus pur mépris du bien-être des peuples. Depuis la crise économique de 2008 exportée par les Etats-Unis vers les autres pays occidentaux pour qu’ils paient la note laissée par les spéculateurs de Wall Street et de la City les assouplissements quantitatifs tant de la Banque centrale européenne que de la FED ont provoqué l’inflation à deux chiffres que subit l’Europe aujourd’hui et le conflit ukrainien n’a été qu’un élément amplificateur de cette désastreuse gestion. À ces erreurs d’appréciation s’est ajoutée la mise en place des critères ESG qui ont détourné les investisseurs vers d’autres pays peu ou pas corrompus par l’idéologie environnementale occidentale. Et c’est ainsi que l’épicentre économique mondial s’est déplacé vers l’Asie. L’Inde, la Malaisie, l’Indonésie, le Vietnam connaissent des croissances économiques à deux chiffres alors qu’une profonde récession atteint tous les pays occidentaux en particulier européens. Et ce n’est que le début d’un long “hiver économique” qui durera plusieurs années avec un euro déprécié qui aggravera cette récession.

Asservie par les Etats-Unis économiquement et dirigée en réalité par les hautes instances de l’OTAN qui ont entrainé les pays européens membres de cette organisation aux visées hégémoniques à intervenir en Serbie, en Irak, en Syrie, en Afghanistan et maintenant en Ukraine dans des conflits qui ne les concernaient pas, les Européens ne peuvent que s’en prendre à leurs dirigeants. À la faveur de la douloureuse récession accompagnée de pénuries énergétiques, alimentaires ainsi qu’une chute spectaculaire du pouvoir d’achat de tous les peuples européens, il est urgent que ces derniers prennent conscience que depuis la fin de la deuxième guerre mondiale ils ont été bernés par les Américains avec leur complice britannique. Il faut que les peuples européens se réveillent et expulsent ces esclavagistes qui n’ont jamais cessé de traiter les autres peuples de vulgaires animaux … 

D’où vient le Plasmodium vivax ?

C’est une question débattue depuis que l’on a découvert un Plasmodium très proche du « vivax » humain chez les grands singes d’Afrique. L’idée que le P.vivax soit originaire d’Afrique comme l’homme moderne était séduisante mais il n’existait aucune preuve permettant de l’affirmer. Il a été nécessaire pour trancher entre l’hypothèse de l’origine africaine et l’origine asiatique d’étudier en détail 447 génomes de P.vivax et 19 génomes de P.vivax simiesque, de gorilles et de chimpanzés obtenus au Gabon, au Cameroun et en Côte-d’Ivoire. Cette étude s’est focalisé sur les SNPs (single nucleotide polymorphism), environ 2 millions, du chromosome 5 du parasite. Je rappelle que le Plasmodium vivax est la forme de malaria la plus répandue dans le monde avec entre 2,5 et 5 millions de cas nouveaux chaque année. Cette fièvre ne s’éteint pas après le premier contact avec le parasite, contrairement au Plasmodium falciparum mais peut réapparaître sans prévenir pendant de longues années après la primo-infection sans que l’on soit pour autant en contact avec un anophèle, le moustique vecteur du parasite et dans un pays exempt de malaria.

À l’issue de cette étude réalisée à l’Université de Montpellier en France sous la direction du Docteur Virginie Rougeron il apparaît que le P.vivax tel qu’on le connaît maintenant est originaire de l’un des trois pays suivants : Indonésie, Malaisie ou Papouasie-Nouvelle Guinée (PNG) ou simultanément de ces trois pays. Ce serait aller un peu vite d’en rester là car les clades très proches de ces trois pays ont des « ancêtres » phylogénétiques ayant conduit à l’apparition du P.vivax de Chine puis des clades de Thaïlande, du Vietnam et du Cambodge et parallèlement du clade du Myanmar. À peu près au même moment dans le «  temps génétique » deux branches distinctes ont émergé l’une en Afrique et l’autre en Amérique Centrale et du Sud avec dans la branche « africaine » le clade de l’Inde. À cet arbre phylogénétique se superposent des mouvements de population mais dans tous les cas l’origine du parasite se situe quelque part à mi-distance entre le P.vivax d’Asie et les autres, Afrique et Amérique à l’exception de l’Inde, le P.vivax des grand singes d’Afrique (PVL, Plasmodium vivax Like) divergeant très tôt. Le parasite indien ne fait partie des autres parasites africains que phylogénétiquement et non pas géographiquement, cela s’entend :

Les calculs de dérive génétique (drift parameter) tenant compte des mouvements migratoires humains modifient cet arbre. Le vivax de l’Inde provient alors du Myanmar et divers mélanges (admixtures) ont aussi lieu entre le Cambodge, la Malaisie, PNG et l’Indonésie. Tous ces calculs sont basés sur les accumulations de SNPs pour déterminer la dérive génétique et sur la fréquence des séquences identiques en dehors des zones hyper-variables de l’ADN susceptibles d’être allumées avec la même amorçe en utilisant l’outil PCR (bootstrap) si j’ai bien compris le sens de l’article :

Très belle étude qui a le mérite de clarifier une situation et d’affirmer que le Plasmodium vivax est bien originaire des zones équatoriales de l’Asie insulaire. Il reste un mystère non encore élucidé car le P.vivax a été beaucoup moins étudié que son cousin le falciparum car il ne provoque que très peu de décès. De plus les populations africaines sont protégées contre le vivax car elles ne possèdent pas l’antigène Duffy à la surface de leurs hématies. Cependant de nouvelles souches de P.vivax ont fait leur apparition et elles sont capables d’envahir ces hématies exemptes de l’antigène Duffy. Au même titre que le P.falciparum le « vivax » est devenu aujourd’hui une préoccupation majeure dans de nombreux pays d’Afrique jusque là épargnés car les économies de ces pays seraient gravement pénalisées par une infestation massive quand on sait que 15 % à 20 % de la population est en permanence malade malgré toutes les thérapeutiques anti-malaria existantes dans les pays où la malaria est endémique.

Source : http://advances.sciencemag.org/content/7/18/eabc3713

Billet d’humeur politique : l’Europe, le pantin de la Maison-Blanche !

Il y a trois jours, j’errais sans grande conviction sur l’un des blogs anglo-saxons que je lis régulièrement et je suis tombé sur la conclusion d’un billet de Tyler Durden que l’on peut transcrire ainsi en français :

« Tandis que le plus grand changement tectonique géopolitique depuis la guerre froide s’accélère avec le raffermissement inévitable de «l’axe asiatique », à l’ouest on monétise la dette, on se complaît dans la richesse créée avec du papier monnaie et on se félicite d’un niveau record (manipulé) des marchés boursiers tout en essayant en même temps d’expliquer pourquoi 6,5% de chômage est vraiment représentatif d’une économie faible, on accuse le dérèglement climatique pour chaque point de données économiques décevantes, et tout le monde est préoccupé par la perte d’un avion ».

Où se situe la bonne conscience occidentale, je veux parler de l’Europe, soumise pieds et poings liés à l’OTAN et donc à l’hégémonie américaine ? Les pays européens doivent-ils continuer à accepter les diktats de la Maison Blanche alors qu’on sait que les Américains n’ont qu’un seul but avéré affaiblir l’Union Européenne par tous les moyens ? Ils ont déjà commencé à saper la compétitivité des entreprises de l’Union en faisant en sorte que le mouvement idéologique orchestré en sous-main par des mouvements écologistes téléguidés par la CIA puisse faire converger la politique énergétique européenne vers ce fameux 20-20-20, un objectif tellement coûteux que même l’économie allemande se retrouvera à genoux, et elle en prend le chemin. Et la situation actuelle en Ukraine n’est que du pain béni pour les stratèges de la Maison-Blanche : créer un nouveau climat de guerre froide entre l’Europe (l’OTAN) et la Russie.

Comme le concluait Tyler Durden dans son billet, la Russie s’est déjà réorienté vers la Chine et l’Inde, les deux pays les plus peuplés de la planète, là où se trouvent les marchés porteurs de l’énergie, des métaux, dont le nickel par exemple ou encore le tungstène, l’or, les diamants et bien d’autres matières premières essentielles. La Russie va tourner le dos à l’Europe, c’est évident et inévitable, et se réorienter vers l’Asie.

Encore une fois l’Europe est manipulée par les USA et tant que cette Union hétéroclite ne prendra pas ses propres initiatives en matière de politique et d’économie, en s’affranchissant de la tutelle des Américains, elle ne fera qu’accélérer sa chute. Triste avenir quels que soient les évènements à venir en Crimée et en Ukraine ou en Moldavie !