Hérodote n’avait pas rêvé …

7087.jpg

Il y a 2459 ans le grand historien grec Hérodote décrivit dans son ouvrage Historia les étranges bateaux qui naviguaient sur le Nil. Hérodote avait en effet visité l’Egypte et il fut particulièrement surpris par ces curieuses embarcations à fond plat et gouverne externe. Personne ne le crut : ces embarcations ne pouvaient pas exister telles qu’il les avait décrites, tout simplement. Hérodote insista en seulement une vingtaine de lignes de son ouvrage sur la technique utilisée pour construire la coque de ces bateaux appelés « baris » après une brève visite dans des chantiers navals. « Sur des membrures robustes ils insèrent des planches de deux coudées de large fixées avec des tenons. Puis ils assurent l’étanchéité entre les planches avec de l’étoupe faite de papyrus. Il y a un gouvernail qui traverse le haut de la quille. Le mât est en acacia et les voiles en papyrus tressé« .

Aucun archéologue ne crut le récit d’Hérodote jusqu’à la découverte dans les fonds marins près d’Aboukir des restes d’un de ces baris qui assuraient le commerce le long du Nil. Hérodote mentionnait de « longues cotes internes », en réalité les membrures. Les planches en acacia étaient maintenues ensemble par de longues nervures, certaines planches d’environ 2 mètres attachées aux nervures avec des chevilles. Le bateau pouvant atteindre une longueur de près de 30 mètres était dirigé par une gouverne solidaire d’une barre axiale traversant le haut de la coque.

Hérodote n’avait donc pas écrit n’importe quoi et la précision de sa description a stupéfait les archéologues car les restes de l’épave retrouvée dans la vase et de ce fait bien préservée ont parfaitement vérifié les affirmations du grand historien. Pour l’anecdote la cité engloutie de Thonis-Heraclion où les fouilles ont été effectuées se trouve à quelques centaines de mètres du rivage d’Aboukir.

Source et illustration : The Guardian