Réchauffement climatique global : la catastrophe océanique annoncée

Capture d’écran 2016-09-08 à 18.07.27.png

C’est à l’aide de modèles mathématiques complexes qu’un groupe de chercheurs (et qui ont trouvé …) de l’Université de Colombie Britannique ont pu estimer l’évolution de la pêche en mer jusqu’en 2050. À croire les résultats qu’ont pondu leurs ordinateurs surchauffés il y a de quoi être effrayé. À Tuvalu et Kiribati, des îles perdues dans la zone équatoriale du Pacifique, les prises en mer diminueront de près de 80 %, comme d’ailleurs dans toutes les régions intertropicales. Seul bénéfice du réchauffement tant attendu – mais qui pourrait ne jamais arriver – sera la débâcle totale de l’Océan Arctique où la pêche sera devenue possible pratiquement toute l’année … Ben voyons ! Les facteurs incriminés pour provoquer cette catastrophe sont une acidification des océans, une baisse de la teneur en oxygène qui réduira donc la production de poissons, la salinité qui compte tenu de l’évaporation intense de l’eau augmentera. On ne peut qu’admirer la créativité de ces scientifiques d’opérette.

Ces prévisions sont proprement cataclysmiques puisque, pour en rajouter dans l’horreur prévue, au moins 800 millions de personnes verront leur activité se réduire, les auteurs de l’étude mentionnent les marins-pêcheurs. Mais il y a bien pire : près de trois milliards de personnes dans le monde dépendent des poissons pour leur apport quotidien en protéine et ils se retrouveront progressivement mais inéluctablement en état de sous-nutrition. Par conséquent il est urgent de développer l’aquaculture pour pallier au changement climatique. La question est de savoir s’il faudra aussi réfrigérer l’eau des bassins de culture et de savoir avec quoi on nourrira ces poissons d’élevage puisqu’une grande partie des ressources halieutiques servent justement à nourrir les poissons d’élevage …

Capture d’écran 2016-09-08 à 12.41.01.png

Un autre paramètre pris en compte est la consommation de poissons par les Chinois : pour sauver les océans il faudrait qu’ils réduisent leur fringale de poissons ou qu’ils réduisent leur population ( ? ). Il y a vraiment de quoi s’interroger sur la pertinence de telles études relatives au réchauffement climatique et il y en a des dizaines publiées chaque semaine !

Un facteur qui n’a pas été mentionné, et pour cause, est le CO2, l’aliment de base du phytoplancton comme celui également des plantes vertes. C’est tout de même curieux que cette « très sérieuse » analyse ne mentionne pas cet aspect pivot de la vie marine dans son ensemble. Il y a 5 fois plus de CO2 dans les océans que dans l’atmosphère et si ces derniers venaient à bouillir – on y est presque – il n’y aurait plus de nourriture pour le plancton et la vie disparaitrait de toutes les mers de la planète. Mais ce n’est pas bien de mentionner le gaz carbonique puisque c’est le fautif dans cette affaire … Non, serait-ce plutôt l’humanité qui brûle trop de combustibles fossiles ? Ah bon, c’est rassurant au moins pour le plancton. Pourtant toutes les études indiquent que seulement 5 % du CO2 atmosphérique est produit par l’utilisation de ces combustibles fossiles, gaz, pétrole et charbon …

Chers lecteurs vous pouvez aller sur le lien, il s’agit d’un article en accès libre pour la bonne cause climatique, cela va de soi, et vous comprendrez par vous-mêmes qu’encore une fois c’est du foutage de gueule.

Source et illustration : Scientific Reports, doi : 10.1038/srep32607

Les Anglais se préparent déjà au refroidissement climatique !

Capture d’écran 2015-09-03 à 16.49.57

À trente-trois mètres sous terre, dans un ancien abri datant de la seconde guerre mondiale, la société ZeroCarbonFood vient de commencer la production de salade pour les restaurants londoniens.

Capture d’écran 2015-09-03 à 22.29.14

L’un de ses fondateurs, le chef étoilé (Michelin) Michel Roux, s’en félicite car en moins de trois heures après la récolte, les salades et les herbes aromatiques sont acheminées dans les restaurants et une heure plus tard, le basilic, les pousses de soja et le persil sont dans l’assiette des fins connaisseurs gastronomes de la City. On se trouve dans l’univers totalement aseptisé et informatisé d’une ferme verticale sans terre car toute les cultures sont hydroponiques. Les rendements par mètre carré sont multipliés par six en comparaison du moindre lopin de terre en surface, tout y est contrôlé soigneusement, l’ambiance y est quasiment stérile et tout ça fonctionne indépendemment des saisons.

Capture d’écran 2015-09-03 à 16.50.54

De quoi ont besoin les plantes ? De sels minéraux, d’un peu d’eau et de gaz carbonique. Dans les conditions optimisées par la société Growing-Underground, produire une salade demande 5 fois moins d’eau qu’en « surface » et il n’y a pas de pertes, pas d’insectes, pas de nématodes susceptibles d’attaquer les racines ou de larves d’un quelconque insecte, donc pas non plus besoin de pesticides ! La société co-fondée par Michel Roux a fait appel au crowdfunding et bien malins sont ceux qui ont osé investir quelques livres dans ce projet car il est promis à un bel avenir ! Dans le même style mais en surface dans la banlieue de Londres la société GrowUp a trouvé l’astuce de combiner de l’aquaculture avec l’hydroponie pour récupérer une partie des sels minéraux et des excréments des poissons pour produire des plantes :

Capture d’écran 2015-09-03 à 16.52.01

Sur le plan énergétique, l’éclairage est assuré par des diodes, la qualité de l’eau est contrôlée à la ppm près ainsi que l’hygrométrie et la température, le tout piloté par un ordinateur relié à des sondes et des analyseurs en temps réel de l’ensemble des paramètres permettant une optimisation des rendements que l’on ne peut jamais atteindre en surface dans un espace ouvert. Cette technologie est déjà courante en Israël, se développe rapidement dans les Etats semi-désertiques des USA, y compris en Californie, Etat où les ressources en eau ont toujours été limitées, et enfin au Japon dans les zones touchées par l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi pour une toute autre raison : la terre a été contaminée et la culture hydroponique permet déjà de rétablir une activité traditionnelle de maraîchage dans cette région.

On peut dire que les Anglais se préparent d’ors et déjà au refroidissement climatique qui nous est promis par les astrophysiciens mais ce n’est pas une anecdote que de dire qu’en Islande on cultive des tomates et mêmes des bananes toute l’année sous serre car l’eau chaude est gratuite ainsi que l’électricité … Dans dix ans peut-être bien qu’EDF mettra l’eau chaude des centrales nucléaires systématiquement et gratuitement à la disposition de maraîchers pour produire des légumes en hydroponie, on a toujours le droit de rêver !

Source : Bloomberg

Liens : http://growing-underground.com , http://growup.org.uk

Saumon transgénique : belle bataille en perspective !!!

salmon_2707460b

Après 18 années de patientes mises au point, le saumon génétiquement modifié pour grossir deux fois plus vite que naturellement va très probablement être autorisé à la vente par la FDA dans les prochains jours. Sur 150 millions de tonnes de poissons consommés chaque année dans le monde plus de 60 millions proviennent de l’aquaculture, l’un des secteurs agricoles dont la croissance est la plus rapide. A l’aquaculture en eau douce et en mer de poissons, il faut également ajouter les fermes de crevettes, une activité très lucrative. En dehors de l’Alaska et de quelques rivières d’Ecosse et d’Irlande, le saumon est essentiellement élevé dans des fermes marines. Cette véritable industrie génératrice de devises est d’ailleurs bénéfique puisque le saumon sauvage remontant les rivières pour aller frayer est en fin de vie et sa chair de mauvaise qualité. Enfin la pêche sportive au saumon sauvage est préjudiciable à la survie de l’espèce puisque les femelles prêtes à pondre ne sont pas relâchées comme le voudrait un code de bonne conduite du pêcheur mais gardées pour en déguster la chair et les œufs. En élevage captif le saumon atteint une taille commercialisable au bout de trois années et c’est la raison pour laquelle ce poisson, même d’élevage, reste encore couteux. Et c’est aussi pour cette raison que la société AquaBounty basée dans le Massachusetts a développé un saumon génétiquement modifié pour sur-exprimer l’hormone de croissance. Il ne s’agit pas d’un saumon capable de se reproduire mais d’un hybride issu du croisement d’un mâle sauvage et d’une femelle  génétiquement modifiée triploïde dont la descendance est stérile. C’est un peu le cas de figure du maïs transgénique hybride F1 dont j’ai parlé dans quelques-uns de mes billets. Comme pour le maïs, le saumon génétiquement modifié pour grossir plus rapidement, en dix-huit mois et non trois années, se reproduit donc très mal et il ne présente pas les performances musculaires nécessaires pour remonter jusqu’aux frayères au bout des rivières car il n’a pas passé la majeure partie de sa vie en eau océanique salée. Le saumon transgénique sur-exprime l’hormone de croissance de l’espèce de saumon appelé Chinook dont le gène a été introduit avec un promoteur correspondant isolé d’une anguille. Le génome du saumon de près de 40000 gènes a donc été modifié sur le promoteur d’un seul gène. Pas vraiment de quoi fouetter un chat ! Et pourtant les associations d’écologistes sont à l’affut de la décision de la FDA qui devrait donc statuer dans les prochains jours sur la commercialisation de ce saumon qu’on retrouvera sur l’étal des supermarchés avec une étiquette précisant qu’il a été génétiquement modifié, que ça peut être mauvais pour la santé, que la chair risque de ne pas avoir le même goût, qu’on peut attraper un cancer en le dégustant ou devenir sourd ou changer de sexe ou avoir une poitrine pousser si on est un homme et si on est une femme avoir la barbe qui pousse et l’apparition d’un pénis à la place du clitoris, qu’on peut voir des écailles (de saumon) pousser sur la peau, qu’on peut avoir une nageoire qui se met à pousser au milieu de la raie des fesses, que sais-je encore … Les associations écologistes en tous genres fourbissent leurs armes grotesques puisque l’introduction de ce saumon dans le commerce serait une première : le premier animal génétiquement modifié destiné à la consommation humaine. Or, en dix-huit années d’étude et dix générations de saumon transgénique, toutes les études réalisées prouvent que la chair de ce saumon est indiscernable de celle du saumon de l’Atlantique élevé dans des fermes marines. Afin de prévenir toute prolifération (improbable) de ce saumon et son croisement avec un saumon sauvage, l’aquaculture sera strictement effectuée dans des bassins aménagés sur la terre ferme sans communication directe avec l’océan ou une quelconque rivière, selon une exigence sine qua non de la FDA. Mais ce n’est pas suffisant pour les écologistes qui considèrent que ce saumon génétiquement modifié portera atteinte à la santé humaine et sur ce point il est intéressant d’établir un parallèle entre les tourteaux de soja (transgénique) importés des USA pour nourrir le bétail européen et une tranche de saumon (génétiquement modifié) dans son assiette. En vingt ans de retour d’expérience, on n’a pas été capable de détecter le moindre effet adverse sur le bétail nourri avec des tourteaux de soja génétiquement modifié, et pourtant on mange du bœuf nourri avec ces tourteaux, même en France, pays sauvagement opposé aux plantes génétiquement modifiées (on sait que le ministre actuel de l’environnement et de l’énergie a gaspillé son énergie personnelle pendant des années pour faucher des plantes transgéniques) … Il est raisonnable de penser que pour le saumon, et bientôt la truite et d’autres poissons, il en sera de même pour la santé humaine, une innocuité totale. Mais une belle bataille se prépare contre ce saumon et aussi contre le bon sens le plus élémentaire.

Source et crédit photo : The Telegraph