Vivons heureux dans un monde totalement connecté !

cD1hMWQzNjMzZjJkNWM5Y2U3ZWZiOGQ2OWU5NTQ4YTVjZiZnPTJkNzE0N2M2ZDRjNjk3NTNiMjQyNGVjMGViNDliODA2

Il y a déjà des centaines d’applications (apps) pour les téléphones cellulaires – j’avoue humblement ne pas du tout être familier avec celles-ci, ni avec mon téléphone d’une manière générale puisque je ne sais même pas comment prendre une photo – il y aura bientôt, dans quelques années, une sorte d’extension intégrée au téléphone portable qui sera un un spectromètre infra-rouge ultra miniaturisé capable d’analyser instantanément n’importe quel produit de consommation courante, un médicament ou un objet en plastique, une crème de beauté, une sauce à la tomate, un fruit, bref, un gadget aux immenses applications dans tous les domaines de la vie quotidienne.

Pour le moment, le SCiO, tel est son nom qui rappelle la première personne de l’indicatif du verbe savoir en latin d’où dérive d’ailleurs le mot science, est un gadget portatif qui procure une analyse détaillée de la matière vers laquelle on a orienté un rayonnement infra-rouge à l’aide d’un simple clic et qui reçoit en retour l’émission infra-rouge du produit dont on veut déterminer la composition. L’inventeur de ce petit bidule (voir la photo, crédit Associated Press), Dror Sharon, qui a créé la société Consumer Physics en Israël vante en ces termes son invention : « nous voulions trouver des applications avec lesquelles les gens peuvent avoir une connexion quasiment viscérale avec le monde dans lequel ils vivent ». Effectivement l’appareil réalise une analyse spectrale de l’objet et indique instantanément quelle est sa composition chimique. On imagine sans peine une utilisation dans des domaines aussi divers que l’analyse des aliments, par exemple ce qu’on nous sert dans un restaurant, la détection de produits pharmaceutiques frelatés, l’état de murissement d’un fruit dans le domaine de l’horticulture ou encore la présence de pigments dangereux dans un jouet en plastique. D’autres applications du SCiO peuvent être envisagées comme par exemple évaluer la richesse en calories d’un fromage, l’usure des pneus d’une voiture, l’analyse d’un échantillon de terre, de vin ou de bière.

Sharon, ingénieur diplômé du MIT, pense pouvoir commercialiser son gadget au prix de 299 dollars dans le courant de l’année 2015 après avoir créé son entreprise par fundraising qui a réuni plus de 11000 souscripteurs et la coquette somme de deux millions de dollars. Naturellement l’appareil sera autonome et transmettra les données de l’analyse à un smartphone après avoir comparé l’analyse spectrale obtenue à une banque de données mais il est tout à fait envisageable que dans un avenir proche un super smartphone pourra remplir lui-même cette fonction. L’histoire ne dit pas si l’accès à la banque de données sera gratuite ou payante mais le SCiO est en lui-même un nouvel outil d’investigation qui laisse entrevoir une nouvelle forme de « Googling » directement associée à la matière qui nous environne.

Source : Associated Press