Agriculture et gaz à effet de serre : le leurre de la doxa « bio »

Une récente étude réalisée en Grande-Bretagne a démontré que le passage de l’agriculture moderne comportant des intrants chimiques vers une agriculture « organique » encore appelée « biologique » voire « renouvelable » (comme si l’agriculture n’était pas en elle-même biologique, qu’elle soit bio ou pas, et renouvelable puisque l’essentiel de son énergie provient du Soleil) c’est-à-dire sans intrants externes conduirait à une chute globale de la production agricole de 40 %. Cette chute concerne aussi bien la production végétale que la production animale. Dans l’hypothèse du tout organique certaines productions agricoles devraient disparaître en Grande-Bretagne, c’est le cas du colza. L’élevage et les produits laitiers seraient profondément impactés tant au niveau de la quantité de viande produite que des volumes de lait en raison d’une grande pauvreté de l’alimentation animale.

Pour ramener à zéro l’usage des engrais azotés l’introduction des rotations triennales afin de restaurer le niveau d’azote des sols avec de la luzerne ou d’autres légumineuses réduirait de 30 % les surfaces cultivées. Dans ce cadre il faudrait généraliser la fertilisation « naturelle » à l’aide de fumier, de purin, de fientes de poulets et de lisier de porc, alternative pouvant provoquer dans certaines régions de Grande-Bretagne une catastrophe écologique. Ce rapprochement entre assolement et engrais naturels aurait pour conséquence un bouleversement de l’agriculture moderne consistant en un retour à la polyculture traditionnelle, chaque exploitation produisant ses propres fertilisants, avec pratique de l’assolement triennal. Ce scénario nécessiterait la mise en exploitation de la moindre parcelle de terre arable tant en Angleterre qu’au Pays-de-Galles qui se heurterait de d’insurmontables problèmes fonciers. Malgré cette hypothétique révolution de l’agriculture anglaise qui ne pourrait se réaliser que sur une période de 20 à 30 ans, le pays serait contraint d’importer 40 % de plus – par rapport à ses importations actuelles – de denrées alimentaires.

Dans ces conditions quel serait le bilan final des émissions de gaz à effet de serre du secteur agricole de l’Angleterre + Pays-de-Galles : tout simplement un doublement de ces dernières mais dont la moitié serait « exportée » dans des pays tiers comme c’est déjà le cas pour les délocalisations de l’industrie vers des pays tiers qui ne sont pas trop regardants en ce qui concerne leurs émissions de gaz à effet de serre. En comptabilisant les surfaces arables des pays tiers contribuant à satisfaire les importations de produits agricoles, élevage et lait compris, de la Grande-Bretagne, cette délocalisation forcée par une conversion de l’agriculture britannique au « tout biologique » provoquerait un quintuplement de ces surfaces agricoles dans les pays tiers exportateurs, l’impact des émissions de gaz à effet de serre dues au transport étant négligeable.

Quand un laboratoire universitaire étudie en détail et en toute objectivité les risques et les conséquences des désirs des écologistes on ne peut qu’être surpris. Ce qui est remarquable est que la revue Nature ait eu le courage d’accepter le manuscrit d’une telle étude qui a le mérite de clarifier les idées et de révéler le total irréalisme des milieux écologistes. Tout est expliqué dans la figure ci-dessous :

Capture d’écran 2019-10-27 à 17.43.32.png

Note explicative. GHG = gaz à effet de serre, émissions exprimées en millions de tonnes annuellement. Conventional = production agricole actuelle, en violet Angleterre et Pays-de-Galles, en vert : importations et contribution du transport depuis les pays tiers. LUC : sans modification des pratiques agricoles des pays tiers et sans modification de la superficie agricole domestique ( Angleterre et Pays-de-Galles ). En jaune production de gaz à effet de serre : 4 scénarios : haut, moyen, bas et scénario incluant des taxes carbone (COC). Scénario haut : conversion de prairies dans les pays tiers à l’exclusion de toute autre surface arable dédiées à l’exportation vers la Grande-Bretagne ; scénario moyen : conversion de seulement 50 % de prairies en terres agricoles ; scénario bas : conversion de seulement 25 % de prairies en terres agricoles. Les postes de séquestration du carbone (CS) dans les sols sont inclus dans cette étude (brun clair : Angleterre et Pays-de-Galles et bleu : pays tiers, la séquestration n’étant envisagée comme opérationnelle que dans un vingtaine d’années. D’ici là beaucoup d’eau aura coulé dans la Tamise sous les ponts de Londres …

Source et illustration. doi : 10.1038/s41467-019-12622-7